Opinion

Steamers de West Kent : joie et déception à Bouctouche


La communauté de Bouctouche est à la fois contente et déçue. En effet, avec raison, Grand-Bouctouche se réjouit de l’arrivée d’une nouvelle équipe de hockey, car on sait que ce chaleureux village a toujours apprécié ce sport et possède un bel aréna qui permet aux gens d’en profiter plusieurs mois par année.

En revanche, la communauté est sans doute déçue par le fait que les dirigeants de ce club sportif, ou d’autres personnes, ont opté pour lui donner un nom qui ne reflète nullement la réalité linguistique et culturelle du milieu.

N’oublions pas que ce village a vu naître madame Antonine Maillet qui a contribué, par son immense œuvre littéraire, à faire connaître et apprécier à travers le monde cette communauté majoritairement francophone. N’oublions pas non plus que les deux écoles de Bouctouche portent les noms de deux grands personnages de l’Acadie, madame Marguerite Michaud et le père Clément Cormier.

Ayant travaillé dans ce village pendant plusieurs années, j’ai toujours remarqué que les gens étaient et sont toujours fiers de leur langue et de leur culture. Ainsi, en donnant un nom anglophone à cette équipe sportive, c’est comme si on exprimait le fait que la Ville de Grand-Bouctouche n’est plus acadienne ni francophone.

Par ce geste, on neutralise les vaillants efforts du passé et du présent de la population acadienne de Bouctouche.



Alcide F. LeBlanc
Moncton