Opinion

Souvenirs de la semaine acadienne en Normandie


Certes, de beaux textes ont été publiés dans différents journaux francophones suite à la célébration de la Semaine acadienne en Normandie qui s’est déroulée en août dernier à Saint-Aubin-Sur-Mer et à Courseules-Sur-Mer.

De nombreux Acadiens et Acadiennes (touristes et artistes) se sont rendus sur place pour participer à cette semaine annuelle spéciale.

Nous oublions parfois de mentionner que cette Semaine spéciale a débuté il y a plusieurs années et ce, grâce à l’organisateur Arnaud Blin et l’Acadien Ronald Cormier, écrivain et ancien réalisateur télé de Radio-Canada-Acadie, ami d’Arnaud. Arnaud venait souvent en Acadie rencontrer son ami, Ronald, et grâce à cette amitié France-Acadie, il retournait en Normandie avec une liste d’artistes possibles pour participer à la prochaine semaine acadienne.

J’ai eu la chance de me rendre en Normandie à deux reprises pour célébrer cette semaine spéciale et vivre des moments inoubliables concernant l’accueil des gens de cette région côtière qui n’ont jamais oublié l’arrivée des soldats acadiens « qui parlaient un autre genre de français que le nôtre et qui nous ont libérés de l’occupation allemande, et ce, depuis l’année 1944 ».

Quatre frères de mon mari, Paul, ont participé au débarquement des forces alliées (en juin 1944) sur les côtes normandes avec un objectif spécial, soit de libérer les Normands de cette occupation allemande qui durait depuis trop longtemps. Trois frères de mon mari sont revenus sains et saufs tandis que le quatrième, Aurèle, est mort au combat en Normandie. Il n’avait que 26 ans.

Lors de ma visite à Courseules-Sur-Mer (près de Saint-Aubin-Sur-Mer), il y a deux ans, j’ai surveillé devant la fenêtre de notre gite, le spectacle des feux d’artifices avec ma fille, Marie-Jo, des feux d’artifices qui ont éclaté durant presqu’une heure sans arrêt et je lui confiais : « Ces éclatements de feux d’artifices doivent rappeler aux Normands les éclatements de bombes et de canons en juin 1944 mais, ce soir, ce sont des éclatements de joie et de paix » Nous étions toutes deux silencieuses devant ce spectacle aérien sans arrêt.

Pour ceux et celles qui n’ont jamais pu vivre la Semaine acadienne en Normandie, il faut y aller car plusieurs autres familles acadiennes ont pu vivre de loin l’effort guerrier et le courage de nos soldats acadiens en Normandie où reposent plusieurs de ces braves soldats dans nos cimetières acadiens et canadiens.



Jeannita Thériault