Opinion

Revitaliser le concept Acadie avec l’Université


Pourquoi revitaliser le concept "Acadie"? Tout simplement parce que chaque génération d’Acadiens et d’Acadiennes ressent le besoin de reformuler le concept Acadie et ceci en organisant des "Conventions d’orientation nationale". Ce concept Acadie, il faut l’entretenir en plus de le personnaliser, il faut participer à sa construction identitaire.

Je tiens à féliciter monsieur Jean-Marie Nadeau pour son initiative. Je le soutiens dans sa démarche de changer le nom de l’Université de Moncton. Un nom, "Université de l’Acadie", qui ferait rayonner honorablement l’Acadie.

Nous savons tous fort bien pourquoi on ne parle pas du concept "Acadie". Ce n’est pas parce que le sujet est d’aucune importance ou encore d’aucune urgence, c’est parce que nous avons peur. Peur de provoquer ces éléments, pourtant minoritaires de la société Néo-brunswickoise, qui pourraient être tentés d’attiser les feux de l’intolérance. Peur de gaspiller notre capital politique au Nouveau-Brunswick anglophone en défendant les minorités francophones de ces régions. Peur de défendre publiquement ce merveilleux projet de société, cette affirmation d’un peuple. Le peuple acadien que nous arborons, est pourtant un modèle de réussite unique, partout dans le monde. Nous avons peur de rappeler aux Acadiens, Canadiens, Premières Nations, que le pacte fédératif qui a vu naître leur pays est un pacte d’une tolérance sans précédent, voué au principe de leur égalité mutuelle.

N’est-ce pas l’ultime paradoxe? Nous craignons de parler chez nous de ce qui suscite l’admiration, le respect et même l’envie de multiples nations. L’Université de Moncton se doit d’assumer une de ses responsabilités vitales, "voir à la construction identitaire de l’Acadie".

Il est difficile et peu probable pour tout étudiant étranger, du continent africain ou autre, à son retour dans son pays d’origine après une formation pour l’obtention d’un diplôme à l’Université de Moncton, de faire valoir qu’il a fréquenté une Université acadienne. On peut alors affirmer, sans équivoque, que ladite institution a failli à sa mission de première instance; soit de promouvoir le rayonnement de l’Acadie au-delà du Canada.

L’Université de l’Acadie se doit d’être reconnue comme une institution nationale respectée, de devenir une référence internationale convoitée, et de promulguer son image et son identité d’université acadienne comme noble blason de la société acadienne.

(Une partie de ce texte est inspirée du livre de Marjorie Pedneault, « Un coup de cœur s’est fait entendre », paru aux Éditions de la Francophonie.)



Jean-Paul Savoie
Président de la Coopérative des Arcadiens
Ancien député provincial et ministre
Ancien maire de la Communauté rurale de Kedgwick
Ex-coprésident du Congrès Mondial Acadien 2014