Opinion

Ne traitons pas la Terre comme une immense poubelle


Depuis le 22 avril 1995, soit près d’une trentaine d'années, la population mondiale célèbre le jour de la Terre. Il semble que ce mouvement compte le plus grand nombre de pays.

Comment expliquer l’existence d’un tel projet collectif? C’est bien simple à expliquer. On s’est rendu compte que notre planète est gravement malade et s’exprime par différentes manières. Cette année, selon l’opinion des plus grands scientifiques de la planète, nous vivrons la plus haute température dans l’histoire humaine.

Un peu partout à travers le monde et cela chaque année, les feux détruisent des immenses forêts et des édifices. Il en est de même avec les puissants ouragans qui font tomber des arbres et des édifices. De nos jours, je ne pense pas qu’on ait vu autant d’inondation et de tremblements de terre.

Dans certains pays, en raison de la sécheresse, les terres ne sont plus cultivables ce qui force les populations à s’exiler ailleurs.

Certains me diront que tout cela n’a rien à voir avec nous. Eh bien, voici une réponse qui devrait jeter un peu de lumière dans leur esprit. Quand on pollue la terre avec des milliards de mégots de cigarettes, des millions de bouteilles ou n’importe quel autre déchet, la terre ne se sent nullement respectée et manifeste donc ses souffrances par des moyens naturels.

En d’autres mots, nous sommes tous punis même ceux et celles qui ne polluent pas.

Dans tous les cas, au cours du 22 avril de cette année, je ne crois pas avoir vu autant d’enfants, d’adolescents, et d’adultes nettoyer les routes, les rues, les parcs et autres terrains. L’humanité comprend beaucoup mieux les dangers qui nous menacent.

Le jour de la Terre devrait être une préoccupation de chaque jour et non seulement le 22 avril. Individuellement et collectivement, protégeons la Terre sans quoi nous disparaîtrons tous avec elle. Suis-je suffisamment clair et précis 


Alcide F. LeBlanc
Moncton