Opinion

Lettre ouverte au conseil municipal de la ville de Shediac


Monsieur le maire, mesdames et messieurs les conseillers,

J’habite la région de Shediac depuis plus de 15 ans et ce que je constate depuis quelque temps est inquiétant.

Les zones résidentielles à haute densité augmentent : copropriétés et blocs d’appartement poussent comme des champignons (où sont les logements abordables?). La circulation sur la rue Main est impossible l’été (a-t-on calculé les gaz à effet de serre produits pas tous ces véhicules qui roulent parechoc contre parechoc?). La baie de Shediac est polluée (l’eau de la plage Parlee a été déclarée impropre à la baignade 17 jours cet été). Les espaces verts où jeunes et moins jeunes peuvent se retrouver diminuent. Il est aussi question de créer un autre terrain de camping pour les véhicules récréatifs. Beaucoup de citoyens se demandent aussi si, avec la population qui augmente, la Ville de Shediac a les installations nécessaires pour traiter les eaux usées qu’elle génère.

N’est-il pas temps d’arrêter cette frénésie d’expansion et de réfléchir à ce que nous voulons comme ville? Est-ce que nous voulons vraiment que Shediac devienne la banlieue de Moncton?

Le conseil municipal de la Ville de Shediac a un rôle de leader à jouer : il se doit de consulter les citoyens et de prendre les mesures nécessaires pour assurer leur qualité de vie plutôt que de céder à des promoteurs gourmands et de viser constamment l’augmentation de la fameuse assiette fiscale.



Catherine Laratte
Grand-Barachois