Opinion

Hiver 54 : 70 ans après, l’Abbé Pierre est toujours d’actualité


Henri Grouès naît en 1912 dans une famille lyonnaise, bourgeoise et catholique. Il prend dans la résistance le pseudonyme abbé Pierre, puis devient député, cofondateur d'Emmaüs, insurrecteur de l'insurrection de la bonté avec l'appel de l'hiver 1954, pour secourir les personnes sans abri dans le grand froid. Il combat le mal longtemps jusqu'à sa mort en 2007. Les 70 ans de l'appel 1954 (une vie de combats) seront célébrés sur grand écran.

À l'automne de cette année, il y aura 70 ans, je servais sa messe. De passage à Québec, il demeurait au collège où j'étais étudiant. Ce qui m'a frappé en le voyant, c'était sa soutane noire, usée, sa cape, son béret et sa grande croix au cou.

Les citations dans l'histoire de son parcours sont inspirantes. "Le monde change à chaque fois qu'on partage. Faire que soient servis en premier les plus souffrants. Il faut que chacun mette ses dons, ses talents, ses compétences au service de tous, dans un esprit fraternel". La figure de l'abbé Pierre nous rappelle avec force qu'une société ne peut se concevoir que par une solidarité de tous les instants, selon Philippe Gineste, directeur de Citeco.

De l'abbé Pierre, nous pouvons dire qu'il a été le précurseur d'une économie solidaire et sociale. Dans le court échange que j'ai eu avec lui, j'ai pu comprendre que tous les discours, toutes les théories, que toutes les connaissances demeurent stériles s'ils n'aboutissent pas au partage.



Léon Robichaud
Tracadie