Culture

Un documentaire acadien remporte un Prix Gémeaux


Michel C. Belliveau
Le Moniteur Acadien


Produit par l’Office national du film (ONF), le film acadien « Croque-mort. C’est beau la vie ! » a glané une nouvelle reconnaissance. Meilleure œuvre acadienne dans la catégorie « documentaires » au Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) 2022, le film a remporté un prix Gémeaux lors du Gala présenté dimanche 17 septembre.

Une belle surprise pour le réalisateur Georges Hannan, de Moncton, car son documentaire fait également partie des premiers films acadiens à être récompensés aux prix Gémeaux. Pour le cinéaste, cette reconnaissance est une source de grande excitation et un honneur.

« Cela me rend triste aussi. Il a fallu 38 ans pour que l’on soit reconnu à Montréal, partage en toute sincérité Georges Hannan. J’espère que cela ne prendra pas encore 38 ans avant qu’on soit reconnu de nouveau. Il y a pourtant des films incroyables qui sont tournés en Acadie », a-t-il ajouté dans une entrevue radiophonique avec nos confrères de Radio-Canada.

Son film offre, avec humour, un regard approfondi sur une industrie assez méconnue mais avec laquelle tout le monde finit par entrer en relation : celle des pompes funèbres. Alors que le monde contemporain cache de plus en plus la mort, le réalisateur suit des croque-morts au quotidien et leur donne la parole pour démystifier la fin de la vie. Ce faisant, il parvient à la dédramatiser. « On ne rit pas de la mort, mais on rit de notre relation avec la mort », explique Georges Hannan.

Malgré tout, la mort demeure un sujet tabou dans les sociétés occidentales contemporaines, alors qu’elle faisait tout naturellement partie du quotidien de nos ancêtres. Sous l’ère victorienne, elle trouvait même une expression sublimée par les grandes tenues de deuil et les photos post-mortem. Seule Christine Aubé, de l’ONF, a eu le courage de produire le film.

« Elle a cru en ce projet. J’ai essayé de le vendre ailleurs, mais les gens ne le percevaient pas ou trouvaient cela trop macabre, sans comprendre où je voulais en venir », témoigne le réalisateur acadien.

Côtoyer la mort au quotidien ne fait pas mourir, les croque-morts en sont la preuve vivante ! Comme chroniqueur culturel, je peux dire que j’ai beaucoup aimé ce film et que c’est toute une fierté pour notre région de le voir ainsi récompensé sur le plan national.