Communauté

Hommage à Marguerite Maillet en chantant


Par Jeannita Thériault


Lundi 18 mars, à la salle Katimavik du Faubourg du Mascaret, le chœur intergénérationnel a interprété plusieurs chants de son répertoire, notamment : «L’hymne à la nuit», de Jean-Philippe Rameau; «Tzeinerlin», des Compagnons de la chanson; et «Le pêcheur acadien», d’Albénie Bourque, en présence de madame Marguerite Maillet à l’occasion de ses 100 ans. Toujours souriante, les yeux pétillants et bien installée dans son fauteuil roulant, elle a rejoint le chœur très discrètement pour chanter quelques notes du Pêcheur acadien.

Portrait MM Small

Ce fut un très beau moment pour madame Maillet et le chœur du Faubourg, dirigé par Monique Richard et accompagné au piano par Brigitte Lavoie. Plusieurs locataires du Faubourg étaient au rendez-vous pour apprécier ce bel hommage «en chantant».

Durant ses entrevues au sujet de son centenaire, madame Maillet a souvent mentionné l’importance durant sa carrière de répondre aux besoins de fournir des livres pour les jeunes afin de leur donner le goût de la lecture. Grâce à ses efforts, elle a réussi à convaincre le ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick de déposer de nombreux livres pour les jeunes dans les écoles francophones de la province. Elle a également réussi à mettre sur pied la maison d’édition Boutons d’Or d’Acadie.

Sa réputation de poète, écrivaine, professeure, historienne de la littérature acadienne et cofondatrice des éditions Boutons d’Or Acadie est ancrée dans l’Histoire de l’Acadie. Les éditions Boutons d’Or Acadie sont maintenant la propriété des sœurs Cadieux, Louise et Marie.

Je me rappelle d’elle, lorsque j’étais pensionnaire en 7e année à l’Académie Notre-Dame-du-Sacré-Cœur à Saint-Joseph de Memramcook. Elle arrivait dans notre classe souriante, habillée en jeune religieuse, et nous enseignait la langue française avec une voix tellement douce et convaincante que nous restions figées dans nos bancs de jeunes étudiantes pour l’écouter. Plus tard, on se rencontrait lors d’événements littéraires et culturels dans la région. Elle nous saluait toujours avec son sourire contagieux, sa voix douce et son regard pétillant.

Le meilleur souhait que l’on puisse lui faire lors de ses 100 ans, c’est celui d’une très longue vie et d’une santé continue.