Une sixième édition du Prix Éloi haute en couleur

Nous reconnaissons, de gauche à droite : Père Emery Brien, Gilberte Nowlan, conseillère municipale de Memramcook; Anita Boudreau, présidente de la Société d’histoire; Lina Boudreau, Thérèse Belliveau Saulnier, nièce de P. André-T Bourque; Ronald Dupuis, Odette LeBlanc, présidente de la Société culturelle et Bernard LeBlanc, député Memramcook-Tantramar. (Photos : Gabrielle Bissonnette)

Claire Lanteigne

C’est dans le théâtre du Monument-Lefebvre qu’une grande foule a assisté à la           sixième édition du Prix Éloi, dimanche après-midi. L’événement annuel était présenté par La Société culturelle de la Vallée de Memramcook, en collaboration avec la Société d’histoire de Memramcook

Le Prix Éloi a été mis sur pied en hommage au grand violoneux, Éloi à Protais LeBlanc, qui a fait danser les gens de la région pendant des années au rythme de son violon. Le Prix est décerné annuellement à des artistes ayant des racines à Memramcook et qui se sont démarqués sur la scène culturelle ici et ailleurs.

Comme à chaque année, Eddy Poirier a commencé la fête en jouant une composition d’Éloi au violon.

Le premier à être honoré a été André T. Bourque, né en 1854 au village des Beaumont. Il a fait ses études musicales au collège St-Joseph, où il est devenu enseignant dans plusieurs institutions. Il est entré dans la communauté Ste-Croix en 1880 et a été ordonné prêtre au collège St- Joseph. Compositeur distingué, il s’est consacré à composer des odes, des hymnes et des marches d’inspiration nationale. Il est reconnu pour ses chants, notamment Évangéline, le Pêcheur acadien et la Fleur du souvenir. L’œuvre de Père André est une source de grande fierté pour les Acadiens.

Anita Boudreau, présidente de la Société d’histoire a remis le Prix Éloi à Thérèse Belliveau Saulnier, nièce du lauréat.

Ronald Dupuis a ensuite été honoré. Originaire du village de Lourdes, très jeune il est passionné par la musique et se procure un ensemble de batterie. En peu de temps, il maîtrise à la perfection cet instrument et devient batteur pour le groupe Unknown de Memramcook. Il est vite repêché par le légendaire groupe 1755, dont il devient aussi le porte-parole. En 2008, lors de la cérémonie des East Coast Music Awards, 1755 est récompensé d’un prix d’excellence soulignant l’ensemble de la carrière du groupe.

Pauline Cormier Bourgeois, présidente du Comité organisateur du Prix Éloi a présenté le prix à Ronald Dupuis. Celui-ci s’est dit ému de recevoir cet honneur des gens de Memramcook qui l’on toujours appuyé.  «C’est dans ce même théâtre que 41 ans passés, j’ai commencé ma carrière avec 1755, a-t-il dit. Et ça continue.»

Puis ce fut au tour de Lina Boudreau de recevoir le Prix Éloi. Native de Memramcook, sa voix unique lui a permis de devenir choriste pour plusieurs artistes, dont Zachary Richard, Roch Voisine, Luc De Larochellière et Richard Séguin. Dans la 3e édition de Starmania, en 1987, Lina incarne une étoile noire et Stella Spotlight. En 1994, elle enregistre un premier album aux couleurs de sa terre natale. Elle lance ensuite trois autres albums, soit Femme de l’eau, Noël Lounge et Si fragile univers. Lina a reçu de nombreux hommages au cours de sa carrière, du prix Aurèle Séguin à celui des Étoiles du Maurier.

Odette LeBlanc, présidente de la Société culturelle a présenté le prix à Lina Boudreau. « Dans la vie d’artiste, il y a des hauts, des bas et des moments de solitude, de dire Lina, un prix comme celui-ci est le coup de pouce qu’il faut pour nous aider à continuer.»

Le député de Memramcook-Tantramar, Bernard LeBlanc a présenté des certificats de reconnaissance de l’Assemblée législative du N.-B. et en son nom personnel, aux trois lauréats du Prix Éloi 2018.

Exprimez vous!

*