Une moyenne de 99,6 pour Alexandre Gaudet de Dieppe

(N.A.L.) – Réussir une moyenne de 99,6 dans le programme de baccalauréat international (BI) n’est pas une mince tâche, mais une qu’Alexandre Gaudet, de Dieppe, a bien réussi à l’école Mathieu-Martin cette année, remportant du même coup la Médaille académique du Gouverneur général et la bourse Roméo-LeBlanc de l’Université de Moncton.

   L’élève a réussi ses quatre années dans ce programme plus avancé académiquement que le régulier. Il a pris part à des comités ou activités de l’école, dont celui des épices alors que des élèves ont fait pousser des épices dans l’école et aussi au programme d’avant Halloween de la maison historique Keillor, à Dorchester où ils ont participé au thème de la maison hantée. Il était membre du comité de robotique cette année, mais la compétition provinciale a été annulée en raison de la pandémie. Il était également membre de l’équipe midget des Aigles du hockey mineur Dieppe/Memramcook, une formation qui a remporté trois titres de suite. 

   «Je suis fier de mes accomplissements, a dit Alexandre Gaudet. C’est certains que nous recevons des crédits dans nos cours et ma mo-yenne parait bien élevée. Je dois dire que j’ai eu besoin d’étudier, parfois plus longtemps pour des projets, mais j’ai quand même pris le temps de faire autre chose.»

   L’étudiant de 18 ans est inscrit en génie mécanique à l’Université de Moncton, en septembre. Il indique avoir plus de liberté dans cette discipline comparé aux autres programmes de génie. 

   «J’ai beaucoup apprécié le programme du BI, a-t-il enchainé. On est un petit groupe d’élèves et on arrive à bien se connaître. Nos enseignants sont aussi plus spécialisés dans la matière et ils nous encouragent à nous dépasser. Ils nous donnaient aussi du temps libre pour travailler sur autre chose. Mon moment mémorable a été en 10e année lorsque nous avons organisé à Mathieu-Martin la conférence annuelle atlantique des programmes de BI. C’était super de rencontrer des étudiants d’ailleurs de ce programme. Tout était bien organisé.»

   Les études et la participation dans les activités exigent une discipline personnelle pour bien réussir, ce qu’Alexandre Gaudet a su maîtriser. Il indique que le programme du BI a été exigeant, mais qu’il a bien appris à gérer son temps. Il aime la polyvalence du génie mécanique et qu’il aura plus d’options de carrière par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *