Une bonne année financière pour Cap-Pelé

Le maire Serge Léger

Claire Lanteigne

   La municipalité de Cap-Pelé a connu une bonne année financière en 2018.  En présentant les états financiers lors de la réunion régulière du conseil, lundi soir, Léon Bourque a indiqué que le taux d’endettement était de 11.95%, juste dans la moyenne.

   Le budget du Fonds de fonctionnement a totalisé 3,719 millions$ tandis que les dépenses se sont chiffrées à 3,775 millions$, pour un déficit de 55 900$. Si la  vente du terrain s’était finalisée avant la fin de l’année, il y aurait eu un surplus.

   Dans le budget du système d’eau et d’égouts, les revenus ont été de 495 000$ et les dépenses ont totalisé 489 000$ pour un surplus de 5971$.

   Le fonds de réserve pour le fonctionnement est de 30 174$ et celui des eaux et égouts de 18 287$.

   Le conseil a accepté la soumission de Seacor Atlantic au coût de 139 800$ pour remplacer les bandes à l’aréna. La municipalité va s’occuper d’enlever les vieilles bandes qui sont à l’aréna depuis la construction originale.

   Le conseil a procédé à la première et deuxième lecture par titre de l’arrêté municipal pour adopter le plan rural du Village de Cap-Pelé.

   Le conseil accorde à la Corporation le mandat de continuer à veiller à la gestion du bail conclu avec le ministre du Développement de l’énergie et des ressources.

Terrain de camping au Parc de l’Aboiteau

   Pierre Gagnon a fait une présentation au conseil et n’était pas satisfait d’avoir seulement une vingtaine de minutes pour la faire.  Il a fait l’historique du projet et des nombreux problèmes qu’il entrevoit avec les égouts pluviaux advenant la réalisation de ce projet. Il a cité plusieurs rapports, en anglais, qui démontreraient que ce projet ne fonctionnerait pas.  «Je n’ai pas eu le temps de parler des égouts sanitaires, a-t-il dit. Une rencontre extraordinaire serait plus appropriée pour en discuter et voir comment ça va affecter le village pendant 40 ans.»

   Le conseil convoquera une rencontre extraordinaire afin que les citoyen.ne.s puissent s’exprimer sur le projet du terrain de camping.

   Le maire Serge Léger lui a rappelé que le projet n’était pas approuvé et que les promoteurs connaissent les dix conditions de l’arrêté municipal avant l’approbation municipale.  Le projet doit aussi remplir les 24 conditions stipulées par le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux.

   Dans une résolution au sujet du développement du projet du terrain de camping adoptée par le conseil, il a été résolu : qu’une station de relèvement sera nécessaire; que le déchargement maximum dans le système d’égouts sanitaire va être à 10 litre/seconde; qu’une soupape va être installée au frais du terrain de camping sur la ligne d’égouts sanitaire dans le but de pouvoir fermer la vanne pour tout volume au-dessus du 10 litre/seconde; le terrain de camping a l’entière responsabilité de régler le surplus du volume de décharge dans le système d’égouts sanitaire. La municipalité ne sera pas tenue responsable et ne va pas aider financièrement pour régler la situation en cas de problème de décharge au-dessus du volume du 10 litre/seconde; qu’un débimètre doit être installé au frais du terrain de camping sur la ligne d’égouts sanitaire dans le but de fournir les données à la municipalité et que la municipalité va octroyer un montant de 42 000$ par année pour les six premières années d’opération du terrain de camping. Il est à noter que l’administration municipale estime que le projet va rapporter dès la première année d’opération un montant de  15 000$ en impôts fonciers, 18 000$ en location du terrain et de 11 000$ en frais d’utilisateurs pour les égouts.

   La prochaine réunion régulière du conseil aura lieu le 6 mai à 19h.

Exprimez vous!

*