Succès de l’Expo Lego des Scouts de Grande-Digue

Les Scouts de Grande-Digue tenaient leur septième Expo Lego en fin de semaine à Notre Centre de l’endroit.  La photo nous montre des animateurs et des scouts présents, dimanche dernier à Grande-Digue.  (Photo : C. Lanteigne)

Claire Lanteigne

Les Scouts de Grande-Digue tenaient leur septième Expo Lego en fin de semaine à Notre Centre de l’endroit. Et elle était accompagnée d’une incroyable vente de pâtisseries.

«C’est notre principale activité de collecte de fonds», de dire André Thériault, animateur des Louveteaux, et propriétaire de l’impressionnante collection de Legos qu’on pouvait admirer.

C’est à son épouse Aline Thériault que l’on doit la relance du mouvement à Grande-Digue, il y a sept ans. «Il y avait déjà eu des Scouts ici, mais ça n’existait plus, de dire André, qui a suivi son épouse dans la réorganisation. Nous voulions cet organisme pour notre fils Mathieu et les jeunes qui passaient beaucoup trop de temps avec les jeux vidéo.  Un autre jeune est venu lors de la première rencontre, puis après plus de publicité nous avons commencé un groupe de Castors avec six jeunes.

«Lorsqu’on a recommencé le groupe, il n’y avait pas grand-chose de reste au niveau de l’équipement, deux vieilles tentes et une boîte de matériel de bricolage. On se servait de notre équipement et on a réalisé que ça nous prenait de l’argent. On a une excellente collaboration avec Notre Centre, qui nous offre le local gratuitement.  Alors on a eu l’idée de faire l’Expo Lego, c’est une activité à laquelle les jeunes participent et c’est toujours un grand succès.  Je n’étais pas certain qu’on la ferait cette année, de dire André, mais au début de l’année lorsqu’on planifiait, les jeunes l’ont mentionnée en priorité.

«Beaucoup de jeunes qui se joignent aux Scouts n’ont jamais fait de camping ou de feu de camp. Nous on faisait ça en famille et on voit que de plus en plus de gens veulent que leurs jeunes viennent aux Scouts pour vivre ce qu’ils ont vécu lorsqu’ils étaient jeunes.»

Cette année on compte 12 Castors, 30 Louveteaux et cinq Éclaireurs et les groupes sont mixtes. «Nous avons dû refuser quelques jeunes dans les Louveteaux cette année, car nous n’avions pas les ressources pour en gérer plus. Les jeunes viennent de Grande-Digue, Cocagne, Saint-Antoine, Notre-Dame et Sainte-Marie, tout comme les onze animateurs qui sont de Grande-Digue, Sainte-Marie et Cocagne. Parfois au cours de l’année, on a des temps difficiles lorsque des jeunes ou des animateurs quittent, mais il est important de trouver d’autres adultes comme animateurs.

«Ce qui est intéressant, d’ajouter André, c’est que depuis l’année dernière nous avons une équipe de parents pour voir à la gestion du mouvement et c’est plaisant. Aline s’en est occupée seule pendant plusieurs années.»

André (Baloo) est fier de voir l’impact positif que le mouvement a sur les jeunes. «Chaque jeudi je leur demande quelles bonnes actions ils ont fait. C’est passé de tenir la porte à ramasser les vidanges le long de la route, dit-il, et les jeunes sont fiers des progrès réalisés.  On remarque que d’autres ont gagné la confiance en eux et sont moins gênés.»

Les activités s’échelonnent de la fin septembre à la fin mai. C’est à Notre Centre que les Éclaireurs se rencontrent les lundis tandis que les Castors et les Louveteaux s’y rendent le jeudi.

On a toute une variété d’activités au cours de l’année et la Journée Castors et Hirondelles sera dimanche prochain au Parc Rotary de Saint-Anselme.

Un Camporee des Castors et des Louveteaux, de Grande-Digue, Moncton, Memramcook et Rogersville se tiendra la fin de semaine du 9 juin.

Pour leur part, les Éclaireurs participent à l’activité Star Trek avec les Scouts anglophones du district.  C’est une escalade au Parc Fundy de 20h à 3h du matin. Il y a eu la Journée Kubkar cet hiver à Rogersville, une journée de pêche, des excusions et des visites à la ferme d’Aline Thériault.

En février on fait le Feu Baden Powell. «Avant on le faisait chez nous, mais cette année on l’a fait à Notre Centre vu le grand nombre de jeunes. On fait aussi des séances d’astronomie avec un gros télescope professionnel qu’on a reçu d’un groupe de Moncton.»

Exprimez vous!

*