Patrice Cormier ira jouer en Europe

Patrice Cormier

Le joueur d’avant Patrice Cormier, de Cap-Pelé, s’est entendu avec le Barys d’Astana, au Kazakhstan, dans la Ligue de hockey d’Europe KHL (Kontinental Hockey League). L’équipe fait partie de la division Chemyshev de la Conférence de l’Est. Il quitte donc l’organisation des Jets de Winnipeg après plusieurs années. Il était le capitaine du Moose de Winnipeg de la Ligue américaine de hockey pour les deux dernières saisons. Il a bien hâte de retrouver sa nouvelle équipe et de vivre une nouvelle expérience de hockey professionnel en Europe. Lui et son épouse attendent une fille.

La délégation du Sud-est s’est encore dépassée

La formation du Sud-est (école L’Odyssée), championne au frisbee ultime. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –La chef de mission de la délégation Sud-est s’est dite heureuse de la performance des siens lors de la 39e Finale des Jeux de l’Acadie, qui ont pris fin dimanche, à Miramichi.

«Nous avions de nouvelles équipes qui nous ont surpris, a dit Monique Bourque, à son retour de la finale. Nous avons connu une très belle semaine comme délégation. Nos jeunes se sont très bien comportés et les gens ont souvent fait cette remarque lors des quatre journées de compétitions. On avait plusieurs jeunes qui ont vécu une première expérience aux jeux et nous sommes très satisfaits de leur performance. Nos vétérans ont aussi très bien répondu. Tous nos jeunes ont pratiqué fort et étaient bien préparés.»

L’équipe de mini handball de l’école Sainte-Anne de Fredericton a remporté une première bannière des jeux dans cette discipline depuis bien des années. Les jeunes étaient très motivés et se sont renommés l’équipe de «gros handball» pour ne pas faire référence à mini. L’équipe de mission prendra quelques semaines de repos avant de débuter la planification de la 40e Finale, qui se déroulera à Grand-Sault, en juin 2019. La première tranche des jeux régionaux du Sud-est se tiendra en octobre avec le vélo et le soccer.

La formation féminine de soccer a raflé la médaille d’or, mais l’équipe de Mathieu Léger n’a pas chômé et est revenue de l’arrière pour l’emporter en tirs de barrage, suivant une période de prolongation.

Selon l’entraineur, Mathieu Léger «le match a été très serré. Avant la partie, j’ai dit à mes joueuses qu’on ne devait pas donner un pouce à notre adversaire. Toutes les 16 joueuses se devaient d’entrer dans le match et tout donner. Avec l’intensité du jeu et la chaleur, en plus d’avoir disputé six rencontres en trois jours, chacune se devait de contribuer. La gardienne Talia Gagnon est l’une des meilleures gardiennes acadiennes et au Canada et on a misé sur elle. On a joué sur la défensive parce que leur attaque était bonne.»

La gardienne Talia Gagnon a été superbe lors des tirs de pénalités. «Je regarde leurs yeux pour voir où ils regardent en premier et je prends ma décision à ce moment pour tenter d’arrêter le ballon.» Elle a réussi cinq arrêts en tirs de pénalités, dont quatre en tirs de barrage. Elle évolue avec Soccer Dieppe et l’Équipe du Nouveau-Brunswick qui est au tournoi atlantique, cette semaine à Terre-Neuve et Labrador. «C’était un match stressant, mais j’aime cela et ça me motive.»

Sessions de perfectionnement de hockey à Shédiac-Cap-Pelé

(N.A.L.) –L’Association du hockey mineur de Shédiac-Cap-Pelé et l’équipe masculine des Patriotes de Louis-J.-Robichaud ont formé un partenariat pour tenir des sessions de perfectionnement des joueurs de hockey mineur de la région, en septembre.

Les jeunes joueurs, d’initiation à midget, peuvent s’inscrire pour ces huit sessions afin de se préparer pour la prochaine saison de hockey mineur. Les gens peuvent se rendre sur le site Web de l’Association pour s’inscrire immédiatement.

Jonathan Breau, du hockey mineur, explique qu’il y aura des sessions de patins, d’habiletés, de conditionnement physique et des parties à 4 contre 4, dépendant des niveaux des jeunes. Il indique que les jeunes ont comme modèle les joueurs des Patriotes et que le partenariat fera en sorte que les joueurs de l’équipe de l’école secondaire seront présents pour offrir des conseils.

Ouverture du sentier de vélo de montagne

Belle participation à la coupe du ruban soulignant l’ouverture du tout nouveau sentier de vélo de montage au Parc Ourson, situé au coin des rues Saint-Pierre et Acadie à Shédiac. (Photo : Gracieuseté)

Dix-sept membres de Bâton Atlantik au championnat canadien

Les représentantes de Bâton Atlantik au championnat canadien sont : Mylène Bastarache et Chloé Caissie (Saint-Antoine), Leanne Plewes (Grand-Barachois), Isabella Bourgeois et Katrine Bourgeois (Shédiac), Isabel Doiron, Mireille LeBlanc et Hailey LeBlanc (Memramcook), Clara Stanert (Saint-Paul), Grace Farley, Brianna Middleton et Julie Allain (Moncton) et Alexie Richard et Sophie Babineau (Grande-Digue). Les entraineuses sont Brenda Arsenault LeBlanc et Annick Leger. Absentes de la photo : Chloé Smith (Cocagne), Ashley Surette (Saint-Antoine) et Isabelle LeBlanc (Memramcook). (Photos : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –Il y a 17 athlètes du Club Bâton Atlantik qui participeront au Championnat canadien de bâton sportif, à Winnipeg, Manitoba, du 1er au 6 juillet.

Le Nouveau-Brunswick sera représenté par 20 athlètes pour les six journées de compétitions. «Nos athlètes se sentent prêtes et elles ont fait beaucoup de progrès depuis le début de l’année, a dit l’entraineuse Brenda Arsenault LeBlanc. Je suis fière de leur progrès et de leur qualification pour représenter le Nouveau-Brunswick. C’est le fun de voir nos plus jeunes athlètes en compétition à ce niveau national. Plusieurs athlètes font la compétition à un niveau plus élevé et avec leur entrainement, je suis confiante qu’elles vont bien se placer.»

Chloé Caissie, de Saint-Antoine et Isabel Doiron, de Memramcook, sont deux membres de Club bâton Atlantik qui se rendront à Winnipeg.

«Je pratique le bâton depuis six ans, a dit Chloé Caissie, 14 ans. Je suis excitée d’aller au championnat canadien pour voir de nouvelles idées de routine et rencontrer de nouvelles amies. Je préfère le medley parce que je suis moins musicale. C’est une musique plus vite en routine et j’aime mes activités, comme les roulés et spins. Devant les juges, je veux les impressionner par ma flexibilité et mes roulés. J’ai plus de misère avec mes spins tout en lançant le bâton. Je veux m’améliorer dans cette technique et me rendre au niveau de compétition A. Je suis à de BI et il me faudra encore plus de pratique.»

Pour Isabel Doiron, une élève de 12e année à Mathieu-Martin, le bâton enrichi sa vie depuis huit ans et demi. Âgée de 16 ans, «le bâton est une activité cool et sociale aussi. J’aime rencontrer des gens et cela me donne quelque chose à faire. Mon objectif au Canadien est de bien réussir dans les pointages. Ce sera tout un défi de voir des nouvelles routines. Je pratique deux ou trois fois par semaine et j’aime les routines artistiques comme la danse solo, qui présente des mouvements de danse. J’ai plus de difficulté avec les roulés parce que je n’ai pas encore maîtrisé la technique. Je veux continuer le plus longtemps possible.»

Les représentantes de bâton Atlantik sont Brianna Middleton, Mylène Bastarache, Leanne Plewes, Isabella Bourgeois, Isabel Doiron, Mireille LeBlanc, Hailey LeBlanc, Clara Stanert, Grace Farley, Julie Allain, Chloé Caissie, Alexie Richard, Sophie Babineau, Chloé Smith, Ashley Surette, Katrine Bourgeois et Isabelle LeBlanc. Les entraineuses sont Brenda Arsenault LeBlanc et Annick Léger.

Tour de l’espoir 2018    Un nombre record de cyclistes

Sur la photo, de gauche à droite : André Vincent, président-directeur général d’Assomption Vie; Dre Carole Williams, gynécologue-oncologue au Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard et coprésidente du Tour de l’espoir; et Jacques B. LeBlanc, président-directeur général de la Fondation CHU Dumont.  (Photo : Gracieuseté)

La campagne de l’Arbre de l’espoir est fière d’annoncer le retour du Tour de l’espoir pour une huitième édition. Du 26 au 29 juillet, tout près de 140 cyclistes des quatre coins du Nouveau-Brunswick monteront sur leur vélo et pédaleront pendant quatre jours sur une distance de plus de 650km afin d’amasser des fonds pour la campagne.

Cette année, les cyclistes partiront d’Edmundston le jeudi matin et rouleront toute la journée jusqu’à Campbellton. Le vendredi, le trajet mènera l’équipe jusqu’à Caraquet.  Après une nuit de repos bien méritée, les cyclistes reprendront la route le samedi en direction de Miramichi. La dernière journée, le dimanche, mènera les cyclistes vers la ligne d’arrivée à Moncton où une fête sera organisée en leur honneur devant l’édifice d’Assomption Vie sur la rue Main.

«C’est tout simplement incroyable de voir le nombre de personnes qui ont la cause à cœur», affirme M. André Vincent, président-directeur général d’Assomption Vie; commanditaire du Tour de l’espoir depuis nombre d’années. «Les fonds amassés par le Tour de l’espoir font une différence considérable dans la qualité des soins offerts aux gens touchés par le cancer dans notre province et chez Assomption Vie, l’engagement communautaire nous est très important. Nous priorisons l’épanouissement de la communauté et un des domaines dans lequel nous concentrons nos efforts, c’est la santé et le mieux-être; puisque toute communauté où il fait bon vivre doit permettre l’accès à des soins et services de santé de qualité. Il faut beaucoup de détermination pour se lancer dans une telle aventure et je lève mon chapeau à tous ceux et celles qui ont choisi de se joindre à nous et de prendre part à cet événement.»

Le Tour de l’espoir est une collecte de fonds qui vient contribuer directement à la campagne de l’Arbre de l’espoir. En 2017, les cyclistes ont remis un chèque de 160 000$ à la campagne. Les profits permettent l’achat d’équipements spécialisés et la formation continue des équipes surspécialisées du Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard; l’achat de pièces d’équipement pour les unités satellites du nord du Nouveau-Brunswick; l’appui aux efforts de recherche contre le cancer; et l’aménagement de l’Auberge Mgr- Henri-Cormier.

Cette année, une partie des fonds amassés par le Tour de l’espoir serviront à l’achat de pièces d’équipement utilisées dans le traitement des cancers les plus communs chez les femmes.

«J’en suis à mon quatrième Tour de l’espoir – troisième à titre de coprésident», explique Dre Carole Williams, gynécologue-oncologue au Centre d’oncologie Dr-Léon-Richard. «C’est toujours une expérience touchante, mais cette édition aura une signification particulière pour moi puisqu’une partie des fonds ira à l’achat de pièces d’équipements qui nous permettront d’améliorer le traitement des cancers les plus fréquents chez les femmes. D’ailleurs, c’est pour cette raison que les cyclistes auront tous de beaux maillots roses.»

En s’inscrivant au Tour de l’espoir 2018, chaque participant s’engage à récolter entre 500$ à 1500$ selon le type d’inscription choisi. Les gens ou les entreprises qui souhaitent appuyer les cyclistes et contribuer au succès de cette activité de financement peuvent visiter le www.tourespoir.com ou www.arbredelespoir.ca pour plus de détails.

Médaille d’argent pour Kamylle Frenette

 Kamylle Frenette, 22 ans, de Dieppe, a remporté une médaille d’argent, dimanche à Besançon, France, à sa première course de la Coupe mondiale de para-triathlon. Frenette (à gauche sur la photo) a réussi la natation de 750 mètres, le 20km en vélo et la course de 5km pour compléter le tout en 1h19m09 dans la catégorie PTS5. «Je n’avais pas d’attentes précises, a souligné Frenette. C’était ma première course à l’extérieur de l’Amérique du Nord. J’ai bien nagé et mes courses à pieds et à vélo se sont bien déroulées. Je suis excitée pour l’avenir.» Frenette a terminé trois minutes plus tard que la médaillée d’or, Gwladys Lemoussu, de la France.  Frenette tente sa chance pour devenir membre de l’Équipe canadienne aux prochains jeux paralympiques. (Photo : Gracieuseté)

Patrice Cormier a apprécié sa dernière saison

(N.A.L.) –Le joueur de hockey professionnel, Patrice Cormier, de Cap-Pelé, est de retour dans la région pour la saison estivale suivant une bonne année avec le Moose de Manitoba de la Ligue américaine de hockey.

Le couple Cormier, qui s’est uni en mariage l’an dernier, attend son premier enfant, une fille en août, ce qui modifiera la vie de famille et les perspectives de travail comme joueur de hockey.

«J’ai bien aimé ma saison, a dit Cormier. C’était ma deuxième comme capitaine et l’équipe a connu une meilleure campagne. On a connu un bon départ et l’équipe était en première place avec 15 victoires de suite avant Noël. On a cependant perdu des joueurs aux Jets et ailleurs et cela a modifié notre alignement. La deuxième moitié a été plus difficile. Mon rôle n’a pas trop changé avec l’arrivée des autres joueurs. Comme équipe, on devait bien jouer.» L’équipe a été éliminée en quatre parties en quart de finale.

Le contrat d’une année de Cormier prend fin au début juillet et le joueur poursuit son entrainement en attendant des nouvelles pour la saison 2018-2019.

Cormier a terminé la saison avec 22 buts et 21 passes pour 43 points en 69 rencontres  et les séries avec un but et une passe, en neuf parties.

Julien Roussel domine les courses locales

Julien Roussel sur son vélo de montagne. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –Le cycliste de Dieppe, Julien Roussel continue de s’imposer lors des courses de vélo de montagne hebdomadaire Défi Mike’s Bike Shop, les mardis soir au parc Rotary Saint-Anselme de Dieppe.

Il n’a pas encore perdu de course cette saison et les autres ont peine à lui donner de la compétition. Il a dominé les courses sur route, mais il s’adonne aux courses en vélo de montagne, de nos jours.

«J’ai gagné toutes mes courses jusqu’à présent, mais j’ai travaillé fort cet hiver pour cela. C’est amusant que tout l’entrainement donne des résultats, a dit Julien Roussel. Je participe aux courses locales et la principale, à Dieppe au début juin, a bien été. Je prévois participer à une course de la Coupe Canada, en Nouvelle-Écosse, pour voir comment je me classe au niveau national.»

Il y a longtemps que Roussel ne s’est pas présenté à une compétition nationale. «Je participe au vélo de montagne pour avoir du plaisir. Il n’y a plus de compétition de route et je l’ai délaissé. L’entrainement est différent, avec de plus courtes distances. Il y a encore de l’adrénaline, mais c’est plus social. Sur route, c’est plus ennuyant et tu es seul.»

La perte du vélodrome à Dieppe ne l’affecte pas. «J’ai eu du plaisir sur cette piste, c’était un bon outil d’entrainement. Cependant, je n’y suis pas allé depuis quatre ans. J’ai de bons vélos de montagne et cross-country. J’ai cinq autres courses et j’aime bien mon été.»

Sylvie Dupuis et Benoit Cormier sont les athlètes de l’année à L’Odyssée

Normand A. Léger

Sylvie Dupuis et Benoit Cormier sont les athlètes de l’année 2017-2018 à l’école L’Odyssée de Moncton. Les athlètes ont été reconnus lors du gala de reconnaissance la semaine dernière. On voit, de gauche à droite, Daphné Roussel, recrue féminine; Martin Gallant, recrue masculine; Sylvie Dupuis et Benoit Cormier. (Photo : Normand A. Léger)

Sylvie Dupuis et Benoit Cormier ont été reconnus les athlètes de l’année sportive 2017-2018 à l’école L’Odyssée de Moncton.

Ils ont été reconnus lors du Gala des reconnaissances de l’école, tenu mercredi der- nier. Martin Gallant et Daphné Roussel sont les recrues de l’année.

Sylvie Dupuis pratique de nombreux sports. «J’aime beaucoup les sports et c’est bien de recevoir cet honneur, a-t-elle indiqué. Cela termine bien ma carrière à L’Odyssée. J’ai joué au rugby, soccer, hockey et volleyball à l’école et plusieurs autres hors de l’école. Je vais fréquenter le campus de Moncton en septembre et je vais continuer dans les sports pour mon loisir. L’Odyssée est une bonne école et je dois dire que j’ai aimé jouer au hockey trois ans.»

Benoit Cormier est le troisième membre de sa famille à recevoir cet honneur à l’école, depuis quelques années. Sa sœur Alexanne et son frère, Simon ont également été athlètes de l’année. Les trois et le plus jeune frère Gabriel ont également reçu le titre de recrue de l’année.

«J’ai joué au football et au basketball cette année, a dit Cormier, qui ira jouer au football à l’Université St. Francis Xavier, en septembre. J’ai aussi évolué au soccer. Je suis un peu surpris de ce prix, j’ai toujours voulu faire mon possible et offrir un bel effort pour mes équipes. Ce prix veut dire beaucoup pour moi, je suis la tradition de la famille. J’ai bien apprécié ma saison de football et de basketball avec de nouveaux entraineurs. Cela a été un petit défi, mais on s’améliorait comme équipe. J’ai surtout apprécié les jeunes avec qui j’ai joué et aussi les enseignants, durant mes quatre années. Cela est important pour moi.»

Daphné Roussel, la recrue de l’année, a joué au rugby. L’élève de 9e année était surprise de sa nomination. «Je ne m’y attendais pas, cela débute bien ma carrière à L’Odyssée, a-t-elle indiqué. Je veux continuer à jouer au rugby pendant mes trois prochaines années. C’est un sport qui vient me chercher. J’aime courir, avoir le ballon dans les mains et marquer des buts. J’en ai marqué cette année et c’était satisfaisant.»

La recrue masculine, Martin Gallant, a joué au volleyball, un sport qu’il apprécie en plus du frisbee ultime. «Le volleyball offre un jeu intense et c’est un sport d’équipe, a indiqué le jeune de 9e année. J’ai joué dans une équipe et ensemble. Cet honneur débute bien ma carrière à L’Odyssée. Je veux suivre les traces de mon frère, André. Je dois bouger et je me donne des objectifs pour les dépasser. Je veux continuer à jouer des sports à l’école et aussi poursuivre mon éducation. Cependant, le sport vient en premier.»

Le Gala était sous le thème du cirque avec des membres du Circus Stella. Les jeunes avaient réussi des vidéos captivantes et les 189 diplômés 2018 ont également été présentés.