Gagnants du tournoi de golf du club mixte

Jeremy Jacob et Claire Roy, champions. (Photo : Gracieuseté)

Jeremy Jacob et Claire Roy, champions. (Photo : Gracieuseté)

Claire Roy et Jeremy Jacob avec 71 sont les gagnants du Championnat du club mixte 2016 du Club de golf Pine Needles, qui se tenait dimanche dernier.

Première division :

1er brut – Doreen Vienneau et Ian Galbraith (78)

1er net- Wendy et André LeBlanc (63)

2e brut – Jackie et Jean-Guy Boudreau (79)

2e net – Debbie et Pat Dodier (63)

3e brut – Denise Lirette et Roland Belliveau (81)

Deuxième division :

1er brut – Nancy LeBlanc et Ron Penston (79)

1er net – Kadra Benhalima et Michel Daigle (59)

2e brut – Christina Kim et Guen Sik Yoo (82)

2e net – Diane et Joe Kristof (64)

3e brut – Lucie et Yvon Belliveau (86)

Plus près des trous

Hommes trou #6 – André LeBlanc

Hommes trou #11- Roland Belliveau

Femmes trou #6 – Lucille Savoie

Femmes trou #15 – Denise Lirette

Champs de rêves à Moncton

champsreve

 Les organisateurs du Champ de rêves du Grand Moncton ont obtenu deux contributions importantes la semaine dernière pour réaliser les travaux de construction d’un terrain de baseball accessible à tous, surtout ceux avec problèmes de mobilité. Nathan Roy de Pita Pit a offert un chèque de 10 000$ à la coordonnatrice du programme de champs de rêves, Charline Allain-Godin. Pour leur part, les trois magasins Superstore de la région et la Fondation President’s Choice Chartity (notre photo) ont présenté un chèque de 165 000$. La province et la municipalité ont offert 167 000$ chacune et la Fondation des Blue Jays, 125 000$. Ce sera le premier terrain de baseball complètement accessible au Canada atlantique. Le terrain sera prêt à la mi-septembre. Selon Charline Allain-Godin, le terrain est prêt, il reste à compléter le stationnement et les abris. «Ce projet a fait un long chemin, mais une fois débuté, le tout va bien. On a ramassé plus d’argent que notre cible et on avait éliminé certains aspects du projet pour réduire les coûts. On va maintenant en remettre avec le dépassement de notre cible. On pense à une phase deux et on devra encore avoir bien des discussions. C’est dispendieux, mais on rêve pour aider nos jeunes à besoins spéciaux à s’amuser.» (Photo : Normand A. Léger)

 

Les Rams prennent le quatrième rang

Les Rams ont terminé quatrième au championnat provincial de soccer masculin des -18 ans en fin de semaine. Ils ont remporté les honneurs du circuit du Sud-est et sont en séries. (Photo : Normand A. Léger)

Les Rams ont terminé quatrième au championnat provincial de soccer masculin des -18 ans en fin de semaine. Ils ont remporté les honneurs du circuit du Sud-est et sont en séries. (Photo : Normand A. Léger)

SHÉDIAC (N.A.L.) – Les Rams de Shédiac ont perdu 1 à 0, en tirs de pénalités contre Edmundston dans la finale pour la médaille de bronze du championnat de soccer masculin du Nouveau-Brunswick des -18 ans, dimanche.

Christian Gregan était le gardien pour la finale avec un pointage de 0 à 0, suivant les deux demies et la prolongation. Shédiac avait perdu 2 à 0, contre Restigouche, en demi-finale. En ronde préli-minaire, les protégés de Marc Dupuis ont perdu 1 à 0, contre New Maryland, ont vaincu Edmundston, 4 à 3, et Fundy, 3 à 1. Codiac a perdu 3 à 2, face à Restigouche, a battu Fundy 4 à 3, et perdu 4 à 3, contre Edmundston pour être éliminé des séries. New Maryland a défait Restigouche, 2 à 0, en finale pour l’or et chez les filles, Fredericton a blanchi Riverview, 3 à 0, pour l’or.

Nikos Doiron, de Shédiac, a décidé de s’aligner avec les Rams cette année. «C’était plutôt une affaire de temps, a dit Doiron. J’ai aimé jouer avec les jeunes du First Touch de Codiac, dans une division très compétitive et un jeu intense, au cours des dernières années. J’ai pensé prendre une pause cette saison et cela m’a donné la chance d’essayer autre chose. J’ai pu m’amuser dans ce sport et c’était différent avec Shédiac, le jeu était moins intense qu’avec Codiac où il y avait plus de pression et bien faire. C’était plus relaxe sur le terrain avec les Rams.»

Doiron va s’aligner avec les Patriotes de l’école Louis-J.-Robichaud, en septembre. Il jouera peut-être au soccer cet hiver. Il s’est dit heureux de participer au championnat provincial, en fin de semaine. Son équipe a remporté les honneurs de la saison régulière de la ligue du Sud-est et dispute les séries cette semaine.

 

Shane Doiron pilotera les Patriotes

Shane Doiron

Shane Doiron

SHÉDIAC (N.A.L.) – Shane Doiron va piloter les Patriotes de l’école Louis-J.-Robichaud de la Ligue de hockey masculine des écoles secondaires.

Shane Doiron est le cinquième dirigeant de l’équipe au cours des dernières années. Francis Rochon, l’entraineur des deux dernières campagnes, a déménagé à Fredericton, cet été.

«Je veux mettre en place un programme à long terme, les jeunes ont eu plusieurs entraineurs les dernières années, a dit Shane Doiron. On veut développer les jeunes de la région et leur donner une fierté. Il faut une continuité dans le programme et chercher le maximum des jeunes avec de la discipline et une fierté d’être un Patriote.»

L’équipe a dominé, les dernières années, la Conférence de l’Est et a participé au championnat provincial sans être capable de mettre la main sur le trophée. «On cherche une équipe gagnante à Shédiac et qui sera compétitive, a ajouté Doiron. Cela ne changera pas, les jeunes doivent être fiers de jouer pour l’école. On veut aussi inculquer cette fierté auprès des jeunes qui viennent voir les matches.»

Le nouvel entraineur place l’accent sur deux points, des sessions de conditionnement hors glace sont prévues une fois les jeunes à l‘école et leur faire comprendre les bases jeu en vue de la prochaine campagne.

Une 16e position pour Geneviève Lalonde à Rio

Geneviève Lalonde

Geneviève Lalonde

RIO (N.A.L.) – Le rêve et rendez-vous de la coureuse de demi-fond Geneviève Lalonde avec l’histoire s’est réalisé le jour de la fête nationale de l’Acadie avec une 16e place dans la finale du 3000 m steeple, lundi aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, Brésil.

L’effort de Lalonde lui a donné un temps de 9m41s88 dans la finale de cette discipline, environ 11 secondes de plus lent que lors de sa qualification samedi à 9m30s24. La première acadienne dans cette discipline aux Jeux olympiques, elle avait couru la course de sa vie, samedi, en ronde qualifications avec un record canadien. «Merci à tous les gens qui ont été là pour moi pendant ce chemin et surtout joyeux 15 août, a dit l’Olympienne suivant sa course. Je n’ai pas mal couru et je me prépare pour dans quatre ans.»

Lalonde, 24 ans, s’est dit chanceuse de faire partie de ce tintamarre mondial, à Rio avec les nombreux et bruyants spectateurs. Elle est devenue la première canadienne en finale olympique du 3000 m.

«Un merci sincère à toutes et tous, a-t-elle poursuivi. Mon rêve est devenu une réalité. Être aux Jeux olympiques est une chose, mais avoir deux chances de se mesurer aux meilleures mondiales est encore mieux. Je suis très reconnaissante du nombre de personnes qui ont donné de leur temps et énergie pour m’appuyer le long de la route. J’ai vraiment hâte de voir ce que l’avenir me réserve. Je vais savourer mon expérience ici et passer du temps avec les gens que j’aime.»

Son père Marc, sa mère Lyne et son ami John Erik Rasmussen, sont présents à Rio. Les trois premières sur les marches du podium ont été la Bahreïnie Ruth Jebet (8m59s75), la Kényane Hyvin Kiyeng Jepkemoi (9m07s12) et l’Américaine Emma Coburn (9m07s63).

Samedi, lors de la série de qualifications, Lalonde s’est dépassée en terminant quatrième de sa vague avec un temps record de 9m30s24 pour ainsi établir une nouvelle marque canadienne, personnelle et du Nouveau-Brunswick dans la discipline. Elle s’était alors qualifiée pour la finale de lundi. Elle a indiqué avoir connu du stress dans la chambre d’appel parce qu’elle avait vu les temps des autres coureuses des deux premières vagues, des temps rapides. Elle connaissait maintenant le temps nécessaire pour passer en finale. L’idée était de se tenir parmi les quatre premières, pour se donner une chance. Seules les trois premières se qualifiaient ainsi que les six meilleurs temps par la suite.

«C’est grand jour pour Athlétisme Nouveau-Brunswick (ANB), a dit l’entraineur des Aigles Bleus et d’ANB, Steve LeBlanc. Le fait d’avoir une athlète en finale aux Jeux olympiques et avec un record canadien est incroyable. Elle a réussi sa meilleure performance à vie.»

Le directeur technique d’ANB, Gabriel LeBlanc, a indiqué que Geneviève s’est fait prendre en finale dans le deuxième groupe. «Le groupe de tête a pris le départ après le premier kilomètre et malheureusement, Lalonde n’était pas en position de les suivre étant dans le deuxième groupe, a dit LeBlanc. C’est difficile de revenir, mais elle a réussi une belle course. Elle ne dort pas être découragée et nous sommes fiers d’elle.»

Plusieurs personnes se sont réunies samedi et lundi matin au Crystal Mountain Party Palace, boulevard St-George à Moncton, pour surveiller en groupe les deux courses de Lalonde.

 

Les Codiac First Touch sont champions

codiactouch

L’équipe de Codiac First Touch a remporté le championnat provincial de soccer -18 ans avec un gain de 3 à 0 sur Fredericton FC, lundi soir dans la ville capitale. Dante Borsella, Marc-André Wait et Thomas Maillet ont trouvé le fond du filet. En demi-finale, Wait a été le seul butteur, dans la première minute de jeu pour donner un gain de 1 à 0, aux siens sur Fundy. (Photo : Normand A. Léger)

Contrat d’une saison de la Ligue américaine pour Patrice Cormier

Winnipeg Jets Headshots

CAP-PELÉ (N.A.L.) – Le joueur de hockey professionnel de Cap-Pelé, Patrice Cormier, vient de signer une entente d’une saison avec le Moose du Manitoba de la Ligue américaine de hockey, sa septième chez les pros.

Cormier, qui s’entraine régulièrement au CEPS Louis-J.-Robichaud cet été, veut placer toutes les chan-ces de son bord et être prêt pour l’entrainement qui débutera vers la mi-septembre, à Winnipeg. Il a joué avec cette formation l’an dernier.

«Ce sera une autre saison de hockey, mais c’est un peu plate que je n’ai pas eu un contrat de la Ligue nationale à deux volets, a dit l’attaquant qui a eu 26 ans, en juin. Je m’y attendais un peu, il y a plusieurs jeunes avec l’équipe des Jets.»

Le hockeyeur dit qu’il est satisfait et qu’il ne se place pas plus de stress avec ce contrat de la Ligue améri-caine. «Je vais travailler fort et continuer à jouer le mieux possible, a-t-il indiqué. Afin de jouer avec les Jets, je devrai signer un contrat de la Ligue nationale durant la saison. Cela n’arrive pas souvent. Les organisations des Jets et des Ice Caps m’ont bien traité et c’est une autre chance pour moi. J’ai joué quatre ans avec St John’s.»

Patrice et Tanya vont se marier vendredi, à Cap-Pelé. «J’ai connu un été excitant, a ajouté Patrice Cormier. D’habitude, mon été est consacré à l’entrainement et à des négociations de contrat de hockey. Cet été, j’ai pu oublier le hockey un peu pour parler de mariage. Il y a six ans que nous sommes ensemble et c’est excitant.»

L’entrainement va bien cet été pour l’attaquant de 6pieds 2pouces, 215 livres. Il a connu des problèmes avec son aine en fin de saison et grâce aux exercices, la physio et les massages, tout est guéri et il se prononce en bonne forme. Il faisait partie de l’équipe championne de hockey boule Goody’s et il dit avoir accompli bien des choses cet été, ayant aussi participé à des tournois de golf bénéfices.

Cormier a disputé 65 parties avec le Moose l’an dernier, récoltant 15 buts et 17 passes pour 32 points. Il a aussi joué deux matches avec les Jets de Winnipeg de la LNH. Il a évolué quatre saisons avec les Ice Caps de St John’s. La partie d’ouverture de la saison, à Winnipeg, sera le 18 octobre face aux Condors de Bakersfield.

Olivier Charron veut améliorer son lancer du javelot, en Finlande

charron

Normand A. Léger

Le jeune athlète Olivier Charron, 17 ans, de Moncton, a quitté sa demeure, samedi, à destination de Monsälä, en Finlande, où il passera les prochains 11 mois comme étudiant et aussi où il veut perfectionner son lancer du javelot au Nord du golfe de Finlande.

Diplômé de la 12e année de l’école L’Odyssée, en juin, il va reprendre une 12e année scolaire en Finlande, en anglais et en finnois grâce au Programme d’échange Rotary dans cette municipalité à une heure et demie par route à l’Est de Helsinki.

«Je vais habiter avec quatre familles différentes (deux mois et demi chacune) afin de mieux connaître et apprécier la culture et les habitudes des Finlandais, a dit le sympathique jeune athlète avant son départ. J’y vais pour une expérience bien différente. Les familles d’accueil ont des enfants, ce sera différent pour moi qui est enfant unique. J’ai hâte de vivre cette expérience de découvertes.»

L’idée de refaire une 12e année scolaire n’a pas été difficile à prendre parce que le jeune Charron, 5pieds 8pou-ces, 155 livres, ne sait pas encore vers quel métier ou profession il se destine dans l’avenir. «Je ne voulais pas prendre une première année universitaire générale tout de suite, a-t-il indiqué. Mon séjour me permettra de me découvrir davantage. Je devrai me débrouiller et trouver des repaires. J’aurai la chance de réfléchir à mon avenir.»

Charron pratique l’athlé-tisme depuis des années. Membre d’athlétisme Sud-est, il est coureur de courte distance, sauteur et lanceur. «La Finlande est connue pour ses lanceurs de javelot et c’est là que je veux m’améliorer pour me qualifier pour les Jeux du Canada l’an prochain. Je vais joindre un club d’athlétisme en Finlande. L’environnement sera différent et les méthodes d’enseignement aussi. J’ai hâte de tout connaître. Le javelot est populaire et leur système d’éducation est l’un des meilleurs au monde. C’est un pays nordique et j’apprécie le gouvernement socialiste et communautaire en place. J’aurai aussi la chance de voyager», a ajouté l’athlète.

La rencontre de sélection en vue des Jeux du Canada se tiendra du 23 au 25 juin, l’an prochain et Olivier Charron devra y être pour se qualifier pour les Jeux de Winnipeg, fin juillet et août 2017. Il doit lancer son engin au moins 55 m pour s’y présenter et sa distance actuelle est de 48 m. Il se sent confiant de pouvoir l’atteindre et la dépasser avec son séjour en Finlande.

Il a subi une blessure à la cheville cette année, ce qui l’a empêché de participer aux compétitions d’athlétisme. Il a aussi travaillé avec Parc Canada dans la promotion des activités des parcs, un travail qui l’a fait voyager à travers la province à di-vers festivals et activités, un travail de découvertes également.

Il a aussi joué au soccer avec les Olympiens de L’Odyssée.

 

 

Championnat provincial pour les Hawks de Memramcook

memramcookudixsept

 Les Hawks de Memramcook ont remporté le championnat provincial de balle-molle des -14 ans masculin en fin de semaine, lors du tournoi qui a eu lieu au domicile des vainqueurs. Les jeunes sont heureux suivant leur victoire en finale. (Photo : Gracieuseté)

Une expérience inoubliable pour Jean-Rémy LeBlanc et Philippe Drisdelle

philhere

DIEPPE (N.A.L.) – Deux jeunes acadiens de Dieppe faisaient partie de l’équipe provinciale de la crosse bantam, cet été, qui vient de terminer sa saison avec un tournoi à Oakville, en Ontario.

L’équipe a remporté une de ses quatre parties à ce tournoi et n’a perdu que par quelques points. La formation a récemment remporté la médaille d’or aux East Coast Games, à Saint-Jean et Jean-Rémy LeBlanc et Philippe Drisdelle, les jeunes de Dieppe, ont eu à se prouver et à batailler pour se tailler un poste au sein de l‘équipe dominée par les jeunes de Saint-Jean. Ils ont réussi à améliorer leur jeu au cours des dernières années.

Jean-Rémy LeBlanc vient de terminer sa 7e année à l’école Carrefour de l’Acadie. Il prévoit fréquenter une école privée à Montréal, en septembre, affiliée au programme de hockey Ulysse.

«Je joue à lacrosse depuis six ans, ayant pris un congé pour quelques années, a dit le jeune LeBlanc. Ce sport est devenu une passion pour moi, cela m’aide pour le hockey. J’ai beaucoup apprécié mon expérience avec l’équipe provinciale et surtout notre passage en Ontario. Je n’avais pas été retenu l’an dernier pour l’équipe provinciale et je me suis dit que l’erreur ne serait pas répétée cette année.»

Les jeunes ont eu la chance de rencontrer le capitaine du Rock de Toronto de la Ligue nationale de la crosse, Colin Doyle. Ce dernier est la super-étoile du circuit et de l’équipe torontoise. Il avait été la recrue de l’année, en 1998, et joueur par excellence en 1999, 2002, et 2005. «Il était présent à des pratiques et nous avons appris, a ajouté le jeune LeBlanc, qui aura 13 ans ce mois-ci. Nous avons aussi disputé des parties hors-concours avant de se rendre à Oakville, pour le tournoi. Je n’étais pas trop bon au début, mais j’ai commencé à aimer cela et je suis devenu un des meilleurs de mon âge. J’ai joué dans les catégories pee wee et ensuite bantam, cette année. Je préfère la défense, ma position au hockey. À 5pieds 1pouce, 105 livres, ma force est dans les options de passes lors des joutes. On doit être rapide et capable de bien manier le bâton.»

La saison de la crosse est terminée et l’athlète a aussi évolué dans la ligue de Moncton, cet été, pour le plaisir. Il a assisté au camp de hockey Andrews où des représentants des écoles privées étaient présents pour recruter des joueurs. Il a fait des recherches et son choix est tombé sur le programme Ulysse, relié à un réseau d’écoles du primaire, secondaire et collégial, du secteur public et privé, au Québec. Sa demande a été acceptée.   «Je cherchais une expérience différente et l’école privée peut me l’offrir, a-t-il ajouté. C’est un meilleur environnement d’apprentissage et du bon hockey. C’est ma première année bantam, ayant joué avec le pee wee Lightning de Lewisville AAA, l’an dernier. Le programme d’éducation du Québec me semble plus avancé et le hockey plus compétitif. Je compte bien réussir à l’école avec des cours plus difficiles. Je dois cependant partir de ma famille, mais je reviendrai lors des congés et on pourra se parler sur Facetime. Je serai hébergé en famille d’accueil et mon temps sera très occupé. J’ai hâte de faire l’expérience.»

Pour sa part, Philipe Drisdelle, 13 ans, sera en 8e année au Carrefour de l’Acadie, en septembre. Mesurant 5pieds 1pouce, 82 livres, il n’est pas le plus gros joueur de la crosse, mais ne laisse pas sa place à personne. «C’est un sport très fort, excitant et rapide, a-t-il indiqué. Il y a de gros gars qui jouent, mais je suis agressif moi aussi. Ce sont mes amis qui m’ont initié au sport et j’ai décidé d’aller voir un match. Cela m’a beaucoup intéressé.»

Drisdelle a aussi joué avec l’équipe du Nouveau-Brunswick cet été. «J’ai trouvé l’expérience excitante et c’était intéressant avec Colin Doyle au centre d’entrainement du Rock de Toronto. Ce ne sont pas tous les jeunes qui ont cette chance. Ce sport demande d’être en forme physiquement parce qu’il faut courir beaucoup et avoir de bonnes mains pour bien manier le bâton et faire des passes fortes. C’est un sport agressif et plus physique que le hockey. Je préfère jouer dans les coins pour faire des passes et ensuite couper au milieu pour recevoir une passe. La balle de la crosse est dure et elle peut faire mal.»

Prendre possession de la balle sur le plancher, en mouvement et avec quelqu’un dans le dos peut être stressant pour les joueurs. «J’ai joué à Moncton cet été, mais le jeu était moins vite avec pas de coup de bâton. C’était plus compétitif, agressif et rapide au tournoi à Oakville. Il y avait des plus gros gars que moi et ce n’était pas toujours évident, mais j’ai bien joué.»

Philippe Drisdelle est aussi un joueur de défense, au hockey sur glace, et tentera sa chance avec une équipe bantam AAA majeur ou mineur de Dieppe ou Moncton. Il est également à Fredericton cette semaine pour les sessions provinciales -14 ans, au hockey. Il trouve quelques similarités entre le hockey et la crosse, mais affirme qu’on peut frapper avec le bâton à la crosse, mais que le hockey est plus rapide.