S’Lon l’Bedeau

Le Pére Abel a besin d’prendre une bounne vacance, surtout que derniérement y’un p’tit brin plusse marabout que d’habitude. Si qui continue, cé d’quoi à y faire péter t’une veine dans la «brain» ou bin pire y bailler une tappe au tcheur! Hounnêtement, l’saint houmme en a trop à «handlé» sus son assiette, avec sés plusieurs «expect the unexpected duties» de prêtre. Ça qu’ça y prendrait cé l’aïde d’un bon p’tit vicaire vaillant à prendre une partie d’la relève dés tâches. Mais ça, ça «ain’t goin’ to happen»!

Moi, j’m’en rappel temps jeune, à l’âge de 7 ou 8 ans, notre p’tite paroisse avait t’un «boss» géant d’tchûré, avec t’une forte voix épeurante à faire ébranler lés châssis d’église,  par le nom de Pére Martin; pis itout t’un p’tit vicaire craintif que si qu’ma mémouère ne me fait pas défaut s’noummait Vicaire Bertrand. Le Pére Martin avait la «way» à nous tcheindre réveiller pendant sés longs prônes d’la Messe dés dimanches, à voulouaire faire sauver nos âmes dés flâmmes dansantes de l’Enfer. Pis avec la peur dans l’côrp de ne pas voulaire m’faire piquer à coup d’fourche de Lucifer dans lés foufounes: j’m’en âllais m’garocher aussi vite que possible, après l’service  – – l’un dés premiers, en ligne – – à voulouaire m’faire confesser t’ute suite d’ma longue liste de péchés. J’asseyais toujours d’âller m’faire confesser par le Vicaire Bertrand, parce qu’y’était counnu d’être plus gentil pis moins sévère à bailler dés pénitences.

Ma plus belle souvenance du p’tit vicaire, cé qu’y’aimait ti d’participer au baseball avec nous z’autres lés jeunes. Dans sa tête, y d’vait s’imaginer d’être coumme son héro professionnel de baseball amarichain, Yankees # 7, Mickey Mantle; surtout quand qu’y «hittait» t’une «home run» dans l’champ de baseball du Village dés Roseaux. Pis cé icitte qu’la «crowd would go wild»! De courir d’un «base» à l’autre ou d’éviter à «slidé» à plat contre sa beudaine à «second base», surtout en soutane, ne devait pas être facile pour lui.  J’aurais pu l’écouter dés z’heures pis dés z’heures de temps, à l’égard d’sa fameuse «hand shake» pis d’sa photo prise coumme jeune adolescent avec Joe DiMaggio – – ouaye, que l’un d’sés m’n’oncles italiens l’avait amené à t’un «autograph signining event», dans «l’downtown New York» (qu’arait eu lieu supposément pendant t’une vacance familiale de chaleur écrâsante du mois d’juillet). Faut souligner que cé l’Vicaire Bertrand qu’a encouragé lés paroissiens de mettre sur pied le Mouvement dés Croisés, qu’a évolué un peu plus târd en Mouvement de Scouts pis de Guides – – pis qu’existe toujours. Cé l’Vicaire itout qui m’a appris à sculpter mon premier «walking stick» à excursion de scout, avec mon p’tit couteau d’poche, que j’encôre dans ma possession pis collection privée de més plaques pis sculptures en bois.

«Again», si qu’le beugleux de Pére Abel pourrait seulement s’aouaire un «great» vicaire coumme le Vicaire Bertrand de ma jeunesse? Ein, ça s’rais-tu «ever nice»? Bin quand qu’t’é «stuck» avec un Bedeau d’Église coumme moi – – ouaye, qu’t’as besin d’endurer à la journée «on top» de t’utes le restant dés z’autres harias d’parouaisse qu’existent… Qu’explique «no wonder», «how come» que l’tchûré a si tant la rafale à bâs; qu’y’a besin d’un «break»! Ouaye! Une «fishing trip» tranquille y fairait p’t’être pas tôrt non plus, mais parce qu’y’a zire d’accrocher z’une «squiggly» lèche sus l’boute d’un hameçon – – ein, «forget about it»! Ou cé p’t’être du «peaceful comfortable time» qu’y’a besin pour que l’Bon Djeu y vienne à lui y soupirer tout doucement dans l’oreille : <<Abandonnes-toi entièrement à moi et je m’occuperai du Tout et même des petites choses! >> Qué ma «well wishing» pis sagesse de bedeau du jour, au tchûré! Ein! Cé parce qu’en plus, «j’care»! Qui paraît p’t’être pas «at times», bin «I do»!

Hen-Henri à P’tit Boute
Bedeau d’Église

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *