Pour Alice Eveson, le bénévolat permet de rester jeune

La photo nous fait voir Alice Eveson, à gauche, et sa sœur Bella LeBlanc. Toutes les deux comptent plus d’une vingtaine d’années de bénévolat dans la communauté, un engagement qui leur offre un sentiment de satisfaction et qui les garde jeunes. (Photo : Gracieuseté)

La photo nous fait voir Alice Eveson, à gauche, et sa sœur Bella LeBlanc. Toutes les deux comptent plus d’une vingtaine d’années de bénévolat dans la communauté, un engagement qui leur offre un sentiment de satisfaction et qui les garde jeunes. (Photo : Gracieuseté)

Les gens qui connaissent bien Alice Eveson vous diront qu’elle est très généreuse et ne compte pas ses heures lorsqu’elle est appelée à faire du bénévolat dans la communauté.

Pour elle, le bénévolat permet de rester jeune. «Comme on dit grouille ou rouille, moi j’ai décidé que je ne voulais pas rouiller, affirme Mme Eveson qui fêtera ses 77 ans cet été. J’aime faire du bénévolat parce que j’en retire autant que je donne aux autres. Ça me tient occupée et ça me fait du bien.

Mme Eveson offre ses services à l’église de Saint-Anselme depuis 27 ans et au Centre hospitalier universitaire (CHU) Dr-Georges-L.-Dumont depuis 25 ans. «À l’église, j’ai été sacristine pendant 22 ans et maintenant, je fais l’accueil, je sers la messe et je suis ministre de communion, dit-elle. Je vais aussi dans les foyers pour donner la communion aux personnes âgées.» Pour elle, il s’agit d’une belle occasion de passer du temps avec ces personnes qui apprécient beaucoup ses visites.

«À l’hôpital, j’ai fait la pastorale auprès des malades pendant 22 ans. Maintenant, je fais les décors pour les différentes fêtes de l’année au Centre d’oncologie.» Mme Eveson recevra d’ailleurs sous peu un certificat soulignant ses 25 ans de béné-volat au CHU Dr-Georges-L.-Dumont. Sa sœur Bella LeBlanc qui l’accompagne souvent dans ses activités de bénévolat a pour sa part reçu un certificat pour ses 20 ans de bénévolat à l’hôpital.

Originaire de Saint-Anselme, Alice Eveson a habité Toronto pour une vingtaine d’années où elle a travaillé pour la compagnie Dominion Glass. De retour à Saint-Anselme en 1980, Mme Eveson a ensuite travaillé comme ménagère. À la retraite, elle a choisi de servir sa communauté par l’entremise du bénévolat.

«Il faut que quelqu’un le fasse, dit-elle en toute simplicité et avec conviction. L’église et les hôpitaux comptent beaucoup sur les bénévoles. J’encourage les gens à sortir de la maison et à s’engager. Il suffit d’appeler et d’offrir ses services; ils seront bien accueillis.»

Exprimez vous!

*