Nos chers foyers de soins…

Jeannita Thériault

   Est-ce que la population du N.-B. (et notre gouvernement) se rendent vraiment compte du désastre qui pourrait se produire si jamais avait lieu une grève des employé.e.s de nos foyers de soins? Les conséquences seraient graves et irréparables. Ce serait imposer à nos résidents et résidentes un fardeau additionnel quant aux soins prodigués à leur endroit ainsi qu’une insécurité à l’intérieur de leur vie actuelle.

   Pourquoi le gouvernement Higgs hésite-t-il à renouveler le contrat des travailleurs des foyers de soins? Est-ce un manque d’argent disponible, c’est-à-dire, l’argent des nombreux contribuables de la province?

   On a beau tenter de s’organiser avec la générosité et l’apport des membres des familles des résidents et ré- sidentes pour venir en aide à l’intérieur des foyers de soins advenant une grève, le problème ne sera pas réglé puisqu’un autre problème va surgir quant aux services qui seront offerts (d’une façon différente qu’avant), selon certains observateurs.

   Nous savons que la population vieillissante est en hausse au Nouveau-Brunswick.  Les gens vivent plus vieux, ils ont besoin de       soins et de services adéquats plus longtemps qu’avant. Ce n’est plus le vieillissement tel qu’on le connaissait autrefois, lorsque les familles grandissaient en présence de leurs parents vieillissants et qui faisaient partie d’une entité familiale. Les temps ont changé!

   De plus en plus de personnes âgées en quête de soins prolongés déménagent dans les foyers de soins, ce qui crée un besoin supplémentaire d’une main-d’œuvre qualifiée pour être en mesure de les offrir, je dirais même d’une main-d’œuvre qui puisse jouir d’un salaire respectable pour un travail respectable. Souvent, les membres des familles des résidents et résidentes ont peu de temps libre pour visiter leurs proches au foyer de soins. Ce sont les préposés aux soins qui assurent une présence continue, et ce, 24 heures sur 24. Ils ont droit à un contrat qui assure une rémunération adéquate et de ne pas être obligés de toujours revendiquer un salaire et des conditions de travail encourageants.

   La tâche d’offrir des soins à nos personnes âgées dans les foyers de soins n’est pas facile. Les travailleurs pourraient être davantage motivés et heureux en recevant un salaire adéquat pour leur dévouement perpétuel.

   Il serait temps pour la population du Nouveau-Brunswick d’inciter le gouvernement Higgs d’être réaliste et de comprendre que nos travailleurs dans les foyers de soins ont droit à un meilleur salaire et à de meilleurs garanties de travail. Le temps est venu d’appuyer publiquement les démarches entreprises par le Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick pour renouveler le contrat de ces travailleurs, leur prêter main forte via des manifestations devant l’Assemblée législative, s’il le faut, et leur démontrer que la santé de nos aînés est aussi importante que de construire des ponts! Les politiciens vont aussi vieillir un jour. Ils auront besoin de services soit à domicile ou dans un foyer de soins où ils auront accès à une main d’oeuvre dévouée et bien rémunérée.

Exprimez vous!

*