Malgré le vent et le froid   Cheryl LeBlanc et Rachel Léger plongent du quai de l’Aboiteau

Claire Lanteigne

Les gens suivent de près la campagne de l’Arbre de l’espoir que Christine Duguay mène pour une deuxième année à son commerce Cap-Pelé Esso. Mais personne ne la suit de plus près que Cheryl LeBlanc, vice-présidente du Cabinet provincial pour Westmorland et amie de Christine.

Une fois l’objectif de 25 000$ atteint, elle a lancé le défi de se rendre à 30 000$ pour souligner la 30e campagne de l’Arbre de l’espoir. «Si ce montant est atteint, a-t-elle dit, je vais sauter du quai de l’Aboiteau, le dimanche 4 novembre.» Quatre heures plus tard, le but était atteint.  Et c’est ce qu’elle a fait accompagnée de sa sœur Rachel Léger, une survivante du cancer, dimanche après-midi.

«J’ai décidé de l’accompagner dans ce défi, de dire Rachel, parce qu’elle veut tellement en faire pour cette cause.  Et quand tu as passé à travers six traitements pour le cancer, sauter à l’eau n’est pas si pire que ça».

Une centaine de personnes étaient présentes pour les voir et les encourager dans un plongeon que beaucoup ne désiraient pas faire. Les gens n’en revenaient pas de l’engagement de Cheryl, Rachel et Christine pour cette belle cause de l’Arbre de l’espoir.

Plusieurs membres de la Brigade des pompiers de Cap-Pelé étaient sur place pour assurer la sécurité des deux plongeuses.  Les pompiers Mathieu Cormier et Simon Dupuis étaient dans l’eau pour accueillir les deux braves femmes. Et on les a ramenées au Restaurant l’Aboiteau en camion afin d’éviter l’hypothermie. Le restaurant avait été ouvert pour l’occasion afin de permettre aux gens de rester au chaud en attendant 13h et après la plongée.

Cheryl n’aime pas nager, encore moins plonger, mais elle a dit que ça valait la peine car deux secondes dans l’eau n’est rien comparé à ce que doivent subir les gens atteints du cancer.  Et il va sans dire qu’elle a démontré dimanche que la cause de l’Arbre de l’espoir lui tient à cœur. Personne ne pourra jamais plus en douter. «Je l’ai fait pour l’espoir, a-t-elle dit, tandis que Rachel l’a fait pour la victoire!»

Jacques B. LeBlanc, président-directeur général de la Fondation CHU Dumont, était présent au quai avec sa famille.  Il n’en revenait tout simplement pas de l’audace de Cheryl. «Je lui ai dit qu’elle était folle, dit-il en riant, lorsqu’elle m’a parlé de son défi, mais que je l’appuyais. Et je savais qu’elle allait le respecter. C’est incroyable de voir qu’une personne peut s’impliquer à ce point-là pour une cause.

«Et Christine est aussi une personne formidable et le succès de sa campagne démontre à quel point une cause peut toucher une communauté et comment une communauté peut se rallier à une cause», de conclure M. LeBlanc.

Exprimez vous!

*