Le petit-fils de Nelson Mandela visite le Nouveau-Brunswick

Peter Jardis et Siyabulela(Madiba) Mandela. Photo : Rachelle Richard-Léger, Image Authentik

(LMA) –Plus de mille personnes, dont des étudiants scolaires et universitaires, ont accueilli Siyabulela (Madiba) Mandela à Moncton la semaine dernière. Personne ne semblait déçu du message partagé par ce jeune homme, qui était à sa première visite au Canada. En passant, son passage parmi nous lui a permis de lancer ses toutes premières balles de neige. Le temps était frais et venteux mais la passion et l’énergie de Mandela ont réchauffé les cœurs d’un auditoire qui a montré à plusieurs reprises son appréciation.

Son grand-père a laissé un impact inoubliable sur toute la planète et Madiba, dont les études le préparent à une carrière dans la diplomatie et la résolution de conflits, n’a pas l’intention de laisser oublier la contribution colossale de son ancêtre. Il a mis l’accent sur le pardon et la réconciliation, tout en rappelant que celle-ci n’était pas réalisable sans être accompagnée de réparations. Il pense que les leçons apprises en Afrique du Sud ont de la valeur ailleurs dans le monde, y compris au Canada.

Nelson Mandela lui-même avait fait du pardon la fondation de son mouvement après avoir passé 28 ans en prison à la suite de son arrestation en 1962. Le fameux discours qu’il a prononcé durant son procès marquera à jamais l’histoire. En voici un extrait:

«Je me suis battu contre la domination blanche, et je me suis battu contre la domination noire. Je chéris l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivent ensemble en harmonie et avec des chances égales.»

Plusieurs questions provenant des étudiants soulignaient à quel point ils ont été inspirés par les paroles du jeune Madiba et la vie du grand-père Mandela. De nos jours, les jeunes sont souvent confrontés à des préjugés voulant qu’ils vivent dans un monde virtuel et sans intérêt. Ceux et celles présents dans la salle le 4 avril dernier ont démontré une passion réelle pour les questions importantes de l’heure.

Le tout avait été lancé par un aîné d’Elsipogtog, Peter Jadis, qui a purifié l’invité et un groupe de panélistes locaux au moyen d’un rituel Mi’gmaq qui consiste à brûler des foins aromatiques (la sauge) et, à l’aide d’une plume d’aigle, pousser la fumée autour des personnes présentes.

 

Exprimez vous!

*