Katrine Bourgeois et Mireille LeBlanc heureuses avec un bâton sportif

katrinemireil

(N.A.L.) – La bâton sportif attire bien des jeunes qui sont attirés par les côtés artistiques et gymnastiques du sport qui est populaire dans la région.

Katrine Bourgeois, de Shédiac et Mireille LeBlanc, de Memramcook, sont deux jeunes filles de 13 ans qui étaient de la compétition de la Coupe Blizzard, en fin de semaine et qui ont bien réussi.

Katrine Bourgeois est une élève de 8e année à l’école Mgr-François-Bourgeois. «J’aime bien le bâton parce que cela me permet de changer mes idées si je connais une mauvaise journée, a dit l’athlète, qui aura 14 ans en février. Il faut se concentrer fort pour bien accomplir dans le sport et atteindre ses buts. C’est ma septième année et j’apprécie chaque pratique. Ma mère m’a dit que j’ai vu des filles pratiquer dans le gymnase de l’école et je lui ai demandé de faire la même chose. Elle m’a inscrite et j’ai continué. J’aime les routines à deux et trois bâtons parce qu’elles posent plus de défis. Il faut se concentrer pour garder ses jambes droites et suivre la routine. Je préfère les événements en solo et en duo, avec Chloé Caissie. C’est un plaisir. Je veux continuer à le faire jusqu’en 12e année et poursuivre mes études à Montréal. Je participe à cinq compétitions cette année, incluant le championnat canadien, en juillet à Winnipeg. Le plus difficile est de lancer le bâton et faire des routines en dessous. C’est assez compliqué, mais si je ne veux pas de défi, je fais la danse.» Bourgeois ne pratique pas d’autre sport, elle dévoue toute son énergie au bâton.

Pour sa part, Mireille LeBlanc est une élève de 8e année à l’école Abbey-Landry. Elle pratique depuis cinq ans. «C’est différent des autres sports, c’est plus artistique et gymnastique et j’aime cela, a-t-elle affirmé. Le bâton me permet de mêler ces deux aspects. Ma force sur le plancher est solo avec un bâton et le solo danse est ma préférée. C’est différent et plus artistique. Je participe à trois pratiques par semaine pour environ six heures et demie. C’est exigeant, mais cela ne me dérange pas. Je suis une fille compétitive. Mes plus grandes difficultés sont d’attraper les spins de bâtons et ne pas les lancers un peu partout. Je dois aussi pratiquer davantage les deux bâtons.»

 

Exprimez vous!

*