Florine A. Cormier, passionnée par la peinture

Florine A. Cormier, à côté de sa toile.

GRAND-BARACHOIS – Florine A. Cormier, qui a exposé sa toile sur la déportation des Acadiens lors du dernier Bazar-à-choix, a utilisé une voile de bateau pour y peindre d’un côté la déportation des Acadiens et de l’autre le retour.

«Ça fait 50 ans que j’ai peint cette toile, a-t-elle confié. À l’époque, mon mari était pêcheur de homard et il y avait une toile sur le bateau. Il m’est venu l’idée de peindre l’odyssée des Acadiens. Je n’avais jamais été à Grand-Pré, mais en écoutant la chanson du même nom, je me suis imaginé à quoi ça pouvait ressembler. Par la suite à chaque été, la toile

était placée sur le bateau.»

«Suite à un épisode où nous avons failli perdre la vie en mer, mon mari a décidé de vendre son bateau. Je lui alors dit il n’est pas question que tu laisses la voile sur le bateau.  Après cela, chaque été, je la monte à l’extérieur devant la maison. Elle a continué à faire face aux mauvais temps comme si elle était encore sur un bateau.»

Florine A. Cormier, qui est âgée de 85 ans, est encore très active. Elle a une centaine de tableaux en montre à sa galerie nommée Galerie du Cap, au 634 allée Janice, à Bas-Cap-Pelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *