Edmundston et Cap-Pelé s’attaquent aux problèmes systémiques qui freinent la participation des femmes aux conseils municipaux

L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) et le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) continuent leur travail afin d’encourager la parité au sein des conseils municipaux. Cette fois, le projet intitulé Politiques d’égalité en gouvernance municipale s’intéresse aux obstacles systémiques qui freinent ou empêchent les femmes de se présenter.

«Nous avons retenu les candidatures d’Edmundston et de Cap-Pelé pour le projet, mais neuf municipalités s’étaient montrées intéressées, ce qui démontre qu’il y a une véritable volonté de changement dans le monde municipal», explique Luc Desjardins, président de l’AFMNB.

«Ce projet est un complément aux efforts faits pour encourager les femmes à se présenter comme candidates et à devenir maires ou conseillères. La faible présence des femmes en politique n’est pas due à un manque d’intérêt ou de volonté de notre part. Elle est surtout due à des méthodes qui datent d’une époque où la politique était pratiquement inaccessible pour les femmes. C’est à ces pratiques que ce projet s’attaque», rappelle la présidente du RFNB, Lyne Chantal Boudreau.

Edmundston et Cap-Pelé au coeur du projet

  Les municipalités participantes sont déjà à l’oeuvre dans le dossier. Les deux municipalités ont choisi de travailler sur la problématique de la conciliation travail-famille-engagement politique. Cap-Pelé s’interrogera aussi sur le harcèlement auprès des élues et Edmundston travaillera sur la méconnaissance du rôle des élus municipaux.

Pour le maire de Cap-Pelé, Serge Léger, la parité s’est déjà fait trop attendre. «Nous voulons des conseils municipaux qui reflètent nos municipalités. Nous avons un conseil composé de trois femmes et trois hommes à Cap-Pelé. Mais nous voulons nous assurer que ça se poursuive ici et ailleurs dans la province. Il faut donc prendre dès maintenant des actions concrètes. On ne peut pas laisser cette question à la chance.»

Du côté d’Edmundston, le son de cloche est semblable. «Les femmes de notre municipalité sont très engagées. Elles sont très actives dans une foule d’organismes et de causes. Ça n’est pas le manque d’intérêt ou de volonté qui les retient de se présenter comme maire ou conseillère. Nous espérons qu’avec ce projet, nous pourrons faire tomber quelques-unes des barrières. Nos municipalités ont besoin d’avoir davantage de femmes autour de la table du conseil», lance le maire Cyrille Simard.

Recherche et stratégie

  Le projet Politiques d’égalité en gouvernance municipale en est un de recherche qui vise à établir des stratégies pour contrer les barrières systémiques à l’engagement des femmes en politique municipale. Maintenant que les sujets sont choisis, les organismes porteurs feront des recherches afin de proposer des stratégies aux municipalités pour arriver à contrer ces barrières.

Le Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick et la Fédération des étudiants et étudiantes du Campus universitaire de Moncton se sont joints à l’AFMNB et au RFNB pour ce projet.

Exprimez vous!

*