Editorial La Sagouine a 40 ans!

Jeannita Thériault

Bien qu’il soit juste de créditer une bonne partie du succès de la Sagouine, à notre romancière, Antonine Maillet, qui a créé ce personnage, la comédienne Viola Léger en a assuré sa survivance sur scène au fil des derniers 40 ans.

Certes, la grande comédienne qu’est Viola Léger a eu le talent de nous présenter ce personnage à la fois psychologue, réaliste et muni d’un sens de l’observation de la société au sein de laquelle nous vivons d’une façon humo-ristique, c’est vrai, mais aussi d’une façon convaincante, sensible et sympathique tout en nous offrant un examen de conscience théâtral sur nos propres préjugés concernant les moins nantis de notre société.

Récemment, Viola Léger se confiait à Anne Godin, animatrice à la radio de Radio-Canada-Acadie, qu’elle avait trouvé sa prestation théâtrale un peu «plus difficile cet été» sans donner de raisons spécifiques à l’appui de cette confidence.

C’est incroyable que cette grande comédienne ait pu soutenir le coup et les exigences de ces nombreuses présentations sur scène au fil des ans et d’une continuité aussi remarquable. Trop souvent, le public en demande davantage à nos artistes. «Pourvu qu’ils soient là pour nous divertir et nous offrir des moments de détente, de rires et de relaxation…»

Certains refusent même d’y voir une prise de conscience à travers les textes d’Antonine Maillet et, pourtant, l’interprétation théâtrale de Viola Léger de La Sagouine réussit à toucher et sensibiliser certains autres membres de son public. On pourrait penser que c’est très naturel et facile pour une comédienne de monter sur les planches à chaque spectacle.  Certes non, Viola Léger doit s’intérioriser et de se réserver un long moment de réflexion avant chacune de ses représentations sur scène.

Son répertoire théâtral a prouvé, au fil des ans, qu’elle a le calibre d’une grande comédienne, notamment dans Grace et Gloria; Harold et Maude avec Roy Dupuis; Évangéline Deusse avec Guy Provost, etc.

Viola a également trouvé le temps, au cours de sa carrière, de s’impliquer dans de nombreuses causes béné-voles, dont celle de La Maison de Nazareth de Moncton. Sa présence au Pays de la Sagouine a non seulement attiré des gens des alentours, mais également bon nombre de touristes de l’extérieur.

Ce que madame Viola Léger a offert à son public dans le rôle de La Sagouine durant ces derniers 40 ans est un travail de missionnaire culturelle incroyable en Acadie et bien au-delà de ses frontières. Merci Viola!

Jeannita Thériault

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *