EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Madame Corinne Gallant n’est plus, mais son œuvre se continuera

           Samedi dernier, le 28 juillet, lors d’une cérémonie tenue en la chapelle de la Maison funéraire à Dieppe, qui visait principalement à célébrer la vie et l’illustre carrière de madame Corinne Gallant, de longs et merveilleux éloges furent présentés avec cœur et écoutés avec grand intérêt.

D’abord, chaque présentation nous rappelait le côté humain de cette grande dame, l’amour qu’elle entretenait avec les membres de sa famille ou avec ses nombreux ami.e.s. En plus de tout cela, l’auditoire a pu mieux comprendre et apprécier son œuvre et ses causes.

Douée d’une très brillante intelligence, femme très socialement engagée; bien avant son temps, féministe convaincue et convaincante, madame Gallant aurait pu enseigner avec aisance et compétence les sciences, les mathématiques ou la littérature. Elle a accepté de se spécialiser en philosophie qu’elle a enseignée à l’Université de Moncton. D’ailleurs, elle est l’une des premières Acadiennes à décrocher un doctorat en cette matière. Pendant plus d’un quart de siècle, elle était membre de la Congrégation des religieuses Notre-Dame du Sacré-Cœur. Comme honneurs fort mérités, elle a obtenu le Prix du Gouverneur général du Canada, l’Ordre de Moncton et le Prix des droits de la personne de notre province.

Elle avait une grande sagesse, une immense culture, une passion pour les échanges philosophiques, pour l’apprentissage et cela, non seulement pendant la pratique de sa profession, mais aussi tout au long de sa vie, de sa retraite et jusqu’aux derniers instants de son séjour terrestre.

Elle était une femme de combat et surtout un combat pour l’égalité et la dignité de la femme. Elle croyait profondément à la justice sociale, à la lutte contre la pauvreté, contre la discrimination, sans recourir évidemment, à la violence comme moyen d’atteindre cet idéal.

Il est à se demander, si durant son existence, on lui a exprimé les mêmes éloges que ceux entendus le 28 juillet!

Grâce à sa persévérance et à sa détermination, l’Acadie et tout le pays se portent beaucoup mieux. Pour continuer son travail, elle peut compter sur une relève bien formée, éclairée et motivée.

Alcide F. LeBlanc

Exprimez vous!

*