EDITORIAL

La population se doit de féliciter les policiers

         La semaine dernière, nos policiers avec la collaboration de ceux de la province du Québec, ont arrêté neuf personnes ayant des liens étroits avec le crime organisé, soit huit hommes et une femme.

Celle-ci, âgée de 35 ans, est une enseignante dans une école de Bathurst, tandis que dans le cas des huit hommes, on ne nous révèle aucunement leurs professions ou leurs métiers. Cependant, on connait les noms, les villages où ils habitaient, de même que leurs âges qui varient entre 40 et 65 ans. Heureusement, ce ne sont pas des adolescents ou de la jeunesse qui font partie de cette honte sociale.

De quoi seront-ils accusés? Cela, on le sait. Possession et trafic de drogue et surtout de la cocaïne. À tour de rôle, ils devront comparaitre en cour pour répondre à leurs méfaits criminels.

Qui serait donc à l’origine de toute cette aventure? La police estime que ces neuf personnes auraient des liens avec les bandes de motards néo-brunswickois et québécois qui profitent de la criminalité pour l’appât du gain. Ils s’enrichissent auprès des consommateurs qui deviennent des victimes. En plus de cela, ces bandes de motards ont des contacts avec l’association des Hells Angels.

La découverte de près d’un million de dollars en argent et de plus de cinq kilogrammes de cocaïne est une bonne affaire qui devrait décourager des personnes à les imiter. Le crime ne paie pas!

En comparaison avec les lois de l’Allemagne, nos lois canadiennes sont très libérales. La Constitution canadienne autorise le droit d’association à quiconque, ce qui permet aux membres des Hells Angels de se constituer sans risque d’être arrêtés ou accusés à moins qu’ils commentent des crimes. En Allemagne, les gens voulant devenir membres du groupe nazi sont automatiquement arrêtés, accusés et condamnés. Au Canada, il en est tout autrement avec la mafia ou les Hells Angels, alors qu’on sait qu’ils vivent aux dépens d’activités criminelles. On a tous hâte de voir le déroulement et la conclusion de cette histoire criminelle.

Alcide F. LeBlanc

Exprimez vous!

*