EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

La dette de notre pays continue à grimper

            La semaine dernière, soit le 27 février, l’honorable ministre des Finances du Canada, Bill Monroe, présentait le budget fédéral pour     l’année financière 2018-2019. Le déficit prévu dépassera les 18 milliards ce qui signifie que nous ajoutons à la fin de chaque mois une dette de 1, 5 milliard de dollars alors que la dette nationale se chiffrera à la fin de l’exercice financier à plus de 651 milliards. Si l’on fait un simple calcul, chaque personne au pays a donc une dette de 17 600 dollars.

Lors de la dernière élection fédérale, on nous annonçait vouloir atteindre dans quelques années un budget équilibré. La tendance actuelle ne reflète pas du tout cet engagement. Les partis d’opposition japperont bientôt!

Malgré ce qui précède, ce budget de nature électoraliste, contient des mesures favorables. D’abord pour les femmes. À juste titre, on visera à ce qu’elles obtiennent l’équité salariale. Cette mesure est juste et bénéfique.

Pour imiter une initiative québécoise qui existe chez nos voisins, le gouvernement établira un congé parental de cinq semaines. Cette mesure encouragera donc les hommes à jouer un plus grand rôle familial et peut-être aura-t-elle un encouragement à augmenter la population au pays!

Parce que les États-Unis ont été victimes durant l’année 2016 d’une fraude électorale aux mains des Russes, notre pays débloquera plus d’un demi-milliard de dollars dans une stratégie de cyber sécurité.

Dans les prochaines semaines, on créera au Canada un conseil consultatif afin de voir à la possibi- lité d’établir un régime d’assurance médicaments ce qui permettrait à l’ensemble du pays un accès à de meilleurs soins.

Pour les ouvriers saisonniers, il y a aussi une bonne nouvelle. Ils n’auront plus le cauchemar du trou noir. Pour la jeunesse, elle aura plus de possibilité d’emploi. Pour les fumeurs, ils devront payer plus cher leurs cigarettes. Pour les peuples autochtones, de nouvelles mesures sont prévues. Pour les faibles salariés, on augmentera la bonification de l’Allocation canadienne. Pour le Plan d’action en faveur des langues officielles, on ajoute 400 millions $ de plus. Parce que le NB vieillit plus vite qu’ailleurs, un projet spécial sera expérimenté dans notre province.

Alcide F. LeBlanc

Exprimez vous!

*