EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Voyons donc!

            On parle toujours de la situation dans nos foyers de soins, c’est-à-dire, la pénurie des aides-soignants…pour nos personnes vieillissantes qui ont besoin de soins spéciaux.

De nos jours, on construit des foyers de soins bien meublés – parfois d’une façon exagérée – et de plus en plus de personnes vieillissantes choisissent d’aller les habiter. De plus, ces foyers de soins doivent être rentables financièrement pour les propriétaires. Il faut aussi dire que c’est une grande responsabilité pour ces propriétaires que d’assurer une bonne gérance au niveau administratif et d’assurer que leur clientèle soit bien desservie et ce, à tous les points de vue.

Certains résidents et certaines résidentes ont besoin de moins de soins que d’autres en raison de leur autonomie. Par contre, d’autres résidents et résidentes ont besoin de plus de soins et c’est ici que c’est exigeant.

Nous arrivons ici à parler ici de certains foyers de soins qui ont des lits vacants en raison du manque d’aides-soignants. On parle beaucoup de l’embauche de jeunes pour combler cette pénurie. Soyons réalistes! Les jeunes ne sont pas tellement intéressés à offrir des soins à des personnes vieillissantes, qui parfois, avouons-le, ne sont pas toujours reconnaissantes des soins qu’elles reçoivent…mais il y a toujours des exceptions…

C’est aussi déplorable de constater que certaines personnes, une fois rendues au foyer de soins, ont peu de visites de leurs proches. C’est alors que revient la tâche au personnel soignant de combler ce manque de visites. Ces aides-soignants deviennent surmenés et, souvent, quittent leur emploi.

Certains efforts ont été mis sur pied afin d’encourager l’embauche du personnel soignant mais il faudrait en faire davantage…le plus important, à notre avis, serait de s’assurer que les personnes embauchées soient bien formées soit au Collège communautaire ou ailleurs et qu’elles soient sensibilisées davantage aux exigences de ce genre d’emploi. Très souvent, on embauche « librement » des personnes qui n’ont aucune formation dans le domaine des soins offerts aux malades.

La vraie solution à ce problème de pénurie de personnes soignantes serait peut-être d’embaucher nos immigrants qui nous arrivent et qui se cherchent un emploi «respectable». Bien sûr, un salaire plus avantageux serait une façon d’attirer plus de candidats dans ce domaine.

Il faut se rappeler que de soigner des personnes     vieillissantes (et bien les soigner) est un travail exigeant. Il faut choisir les bonnes personnes pour le faire – des personnes qui possèdent des habiletés dans le domaine des communications et un bon sens de l’humour. Certes oui!

Jeannita Thériault

Exprimez vous!

*