EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Mes souhaits pour l’année 2018…

            Que la privatisation des soins de santé soit rassurante sous la direction de Medavie. Qu’un suivi soit fait périodiquement afin d’assurer que ces soins soient bénéfiques pour les gens qui les reçoivent et que ces services soient disponibles en français…

Que la vague de générosité qui a déferlé envers les sans-abris et les gens dans le besoin durant la période des fêtes continue, et ce, durant toute l’année 2018 et bien après…

Que la ministre fédérale du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, soit davantage sensibilisée à ce qu’une personne d’origine acadienne soit nommée au sein du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada. Dans le moment la seule membre qui représente la région de l’Atlantique est une unilingue anglophone de Terre-Neuve! Quatre membres au sein du CA du CAC (sur un total de neuf membres à travers le Canada) proviennent du Québec ainsi que le directeur général du CAC. Peut-être que la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor ainsi que le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, pourraient convaincre leur collègue, madame Joly, de l’importance d’avoir une représentativité acadienne et francophone au sein du CA du CAC?

Que les jeunes (et les moins jeunes) passent moins de temps à pitonner sur leur téléphone intelligent et qu’ils consacrent plus de temps à écouter les gens qui ont le gout de s’entretenir avec eux «de vive voix».

Que la campagne électorale provinciale prévue à l’automne 2018 parle de nos artistes, et ce, dans les divers milieux des arts et de la culture. Il serait bon qu’à l’intérieur des plateformes électorales de tous les partis, que les candidats ne se gênent pas pour parler de l’importance de la survie financière de nos artistes par l’entremise de divers programmes provinciaux souhaitables. La présence de nos artistes dans diverses fonctions et/ou événements culturels génère d’importantes retombées économiques et touristiques pour la province… Ils sont de bons ambassadeurs/bonnes ambassadrices pour le Nouveau-Brunswick à travers le monde. Il serait très important de le rappeler lors de discours politiques.

Qu’il y ait une meilleure représentativité féminine au sein des candidatures de tous les partis lors des prochaines élections provinciales.

Que l’Université de Moncton continue à progresser dans tous les domaines y inclus l’augmentation du nombre d’étudiants internationaux – qui est un peu en chute libre dans le moment. C’est encourageant d’apprendre que le nouveau recteur par intérim, Jacques Paul Couturier, va remplacer le recteur sortant, Raymond Théberge. Monsieur Couturier est vice-recteur du campus d’Edmundston de l’Université de Moncton depuis 2013. Ses débuts à l’Université de Moncton remontent à 1992, alors embauché en tant que professeur d’histoire. De plus il est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal et bachelier de l’Université de Moncton en histoire et baccalauréat en arts multidisciplinaire. Il connait bien le milieu universitaire, ses objectifs et ses exigences.

Jeannita Thériault

Exprimez vous!

*