EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Les accusations sexuelles sont à la mode de nos jours…

            Harcèlement, attouchements, viols, pédophilie voient le jour dans nos nombreux médias (radio, télé, journaux, Facebook, réseaux sociaux, etc.). Nous vivons dans une atmosphère de dénonciations, et ce, à tous les points de vue.

Les victimes de ces actes se rassemblent, se racontent et elles continuent à sortir de leur silence face à un passé qui les a fait beaucoup souffrir, non seulement physiquement mais également psychologiquement, et ce, pendant de nombreuses années.

Personne n’est épargnée en raison de ces allégations y compris le producteur québécois, Gilbert Rozon, fondateur du festival annuel Juste pour Rire et l’animateur télé Éric Salvail. Les animatrices Penelope McQuade, Julie Snyder et plusieurs autres ont eu le courage de dénoncer leurs agresseurs. Aux États-Unis, le grand comédien et producteur, Kevin Spacey, de la série House of Cards (télé); et Harvey Weinstein, producteur et réalisateur, ont été dénoncés par plusieurs actrices américaines qui sont sorties de leur mutisme. On parle même d’anciens pré- sidents des États-Unis, notamment George W. Bush, senior; Bill Clinton… et j’en passe.

Plus près de nous, c’est au tour de quelques membres du clergé catholique d’être accusés de pédophilie, mais attention! Il se pourrait qu’il y ait de fausses dénonciations avancées à l’endroit des prêtres par des pseudo-victimes qui voudraient profiter de la manne de l’Archidiocèse de Moncton et d’ailleurs…

Certes, certains membres du clergé n’ont pas encore eu la chance de se défendre et de dénoncer leurs accusateurs. D’autres victimes ont souffert très très longtemps avant d’avoir eu le courage de dénoncer leurs agresseurs. En ce moment, plusieurs vraies victimes ont obtenu gain de cause en recevant un dédommagement important de la part de l’Archidiocèse de Moncton – ce qui a comme résultat de piger dans les quelques économies de l’Archidiocèse – sans oublier les tarifs exigeants de la part des avocats embauchés pour vérifier les dénonciations et autoriser les dédommagements accordés aux victimes.

C’est certain que cette situation n’encourage pas nos jeunes à avoir une Foi inébranlable envers l’église catholique, cependant, nos jeunes oeuvrent au sein de plusieurs causes sociales pour venir en aide aux moins nantis de notre société. Une dame d’un certain âge interviewée au Téléjournal Acadie récemment a bel et bien résumé toute cette affaire en déclarant : «Tout ce qui se passe n’est pas la faute de Dieu…mais plutôt la faute des humains…»

En cette période d’avant les Fêtes, ce serait un temps propice pour réfléchir à cette nature humaine «si fragile» et reconnaître que la vie est un combat continuel à tous les points de vue et que la perfection est difficile à atteindre. Cependant, la liberté d’expression existe et la dénonciation de la part des victimes est un moyen efficace pour empêcher que les gens «au pouvoir» ne fassent pas d’autres victimes inutiles.

Jeannita Thériault

Exprimez vous!

*