EDITORIAL

Alcide F. LeBlanc

Alcide F. LeBlanc

Kevin Arseneau ne pourra pas être candidat libéral en 2018

            On vient d’apprendre que l’ancien président de la SANB, monsieur Kevin Arseneau, ne pourra pas porter les couleurs rouges lors de la prochaine campagne électorale prévue en 2018. Pour plusieurs, cela est compréhensible car ses idées personnelles et politiques ne cadrent pas avec celles de la philosophie libérale provinciale.

Pour d’autres et sans doute, ils sont très nombreux, cela constitue un affront à la démocratie. Quoiqu’il en soit, il ne faut pas penser que monsieur Arseneau et ses partisans vont se taire et mettre un terme aux ambitions politiques de ce jeune fermier de Rogersville.

Les personnes, qui ont un certain âge, se rappellent sans doute de Leonard Jones qui avait été écarté, au niveau national, de la course électorale en raison de ses idées anti-bilinguisme. Au cours de sa mairie entre 1963 à 1974, il n’était pas rare pour lui de dire que le bilinguisme n’était pas une valeur importante. Malgré le refus de l’accepter dans les rangs du Parti conservateur, il a offert sa candidature et devint député de Moncton entre 1974 et 1979!

Puisqu’en 2014, monsieur Arseneau s’est déjà intéressé à la politique pour le Parti vert et qu’il a changé d’idée avant la convention, pour le moment, il se peut que son option la plus favorable soit de se présenter comme candidat indépendant. Autrement, en voulant représenter un autre parti, lors de la campagne, on le raillera parce qu’il a préféré le Parti libéral.

Pour Kevin, ce refus occasionne une immense déception. Ces jours derniers, il déclarait qu’il n’était pas un candidat orthodoxe. De plus, il soutient qu’il manque au niveau de la politique une ouverture et un pluralisme des idées, voire une culture d’intimidation et de menace. Quant à lui, le député doit représenter et défendre les intérêts des citoyens qui l’ont élu. En théorie, il a raison, mais en politique, il faut toujours voir le portrait global et non seulement l’intérêt de sa propre circonscription. Rappelons que cette même exigence doit tout autant s’appliquer aux conseillers scolaires et aux élus municipaux.

Alcide F. LeBlanc

Exprimez vous!

*