EDITORIAL

Jeannita Thériault

Jeannita Thériault

Prochaine présidence à la Société nationale de l’Acadie

                  Bientôt, ce sera le temps de choisir une personne à la présidence de la Société nationale de l’Acadie (SNA). Depuis la démission de l’ancien président, René Cormier, qui a été nommé au Sénat canadien en novembre 2016, Xavier Lord-Giroux a agit en tant que président par intérim.

La mission de la SNA est de promouvoir les intérêts du peuple acadien, particulièrement de l’Atlantique. Pour ce faire, elle doit mener différentes activités sur les scènes internationale et interprovinciale. La SNA est une fédération sans but lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l’Atlantique ainsi que les quatre associations jeunesse. Elle compte également des membres affiliés au Québec, en Alberta, en France et en Louisiane.

La fondation de la SNA remonte à 1881 lors de la première convention acadienne tenue à Memramcook. Près de 5000 personnes de tous les coins de l’Acadie avaient participé à cette réunion. C’est alors que fut créée la Société nationale de l’Assomption.

De 1881 à 1995, la SNA a organisé onze grands congrès à des intervalles de trois à dix ans. Les questions débattues étaient notamment l’éducation, l’agriculture, la colonisation, la presse et les problèmes de l’émigration. C’est lors du 12e congrès général des Acadiens qui s’est déroulé le 22 juin 1957, à Memramcook, que la Société nationale de l’Assomption est devenue la Société nationale de l’Acadie. Il est important de noter que de 1890 à 2016, 28 personnes se sont succédé à la présidence de cet organisme, soit 25 hommes et seulement trois femmes…

Certes, le mandat à la présidence de la SNA est exigeant et important afin d’assurer que les décisions prises en collaboration avec les organismes qui font partie du Conseil d’administration soient à la fois d’actualité et de concertation selon les besoins et les intérêts du peuple acadien de la région atlantique.

Jusqu’à date, deux candidats sont en lice pour combler le poste de président ou de présidente de la SNA; Paul Gallant, originaire de Mont-Carmel, à l’Île-du-Prince-Édouard et Louise Imbeault, originaire de Moncton. Monsieur Gallant fait partie des fondateurs de la Fédération culturelle acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard et de Jeunesse acadienne. Actuellement, il est agent de développement scolaire et communautaire à Chéticamp, en Nouvelle-Écosse. De son côté, madame Imbeault, décorée de l’Ordre de Moncton, est propriétaire de la maison d’édition Bouton d’or Acadie, basée à Moncton. De plus, elle a été journaliste de la presse écrite, animatrice d’émissions télévisées, cheffe des nouvelles puis directrice de Radio Canada Acadie de 2007 à 2011. Ce dernier poste a permis à madame Imbeault de connaître les enjeux prioritaires «acadiens» des quatre provinces de l’Atlantique.

C’est lors de l’AGA de la SNA qui aura lieu à Charlottetown les 22, 23 et 24 septembre prochains, que l’on connaîtra la personne qui sera choisie pour combler la présidence à la SNA, et ce, pour un mandat d’un an après quoi, la réouverture du poste sera annoncée pour un mandat de deux ans.

Ce n’est pas une question de choisir un homme ou une femme à la présidence de la SNA, mais plutôt choisir la meilleure personne apte à mener les objectifs envisagés à bon port.

Jeannita Thériault

Exprimez vous!

*