EDITORIAL

Qui représente nos artistes au Conseil des arts du Canada?

            Depuis quelques temps, de nouveaux membres sont nommés au sein du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada et seule, une soprano de St. John’s, Terre-Neuve, probablement unilingue anglophone, a été nommée. Pas un seul membre francophone (ou bilingue?) du Nouveau-Brunswick ou de la Nouvelle-Écosse nommé au sein du Conseil d’administration.

Cette situation n’est pas représentative de la région de l’Atlantique.

Un nouveau processus de nominations a été mis sur pied (apparemment?). Les candidats et candidates intéressés envoient leurs demandes et leur curriculum vitae à qui de droit afin d’être considérés pour siéger en tant que membre du Conseil d’administration du Conseil des arts du Canada qui a, par ailleurs, le mandat d’être représentatif à travers TOUT LE CANADA.

Nous sommes au courant que certains candidats «acadiens» d’expérience dans le domaine des Arts et de la Culture ont fait une demande en ce sens. Hélas, on a choisi une personne unilingue de St. John’s, Nfld (Terre-Neuve) pour représenter les intérêts de l’ensemble de nos artistes de l’Atlantique. Une vraie honte!

Le Conseil d’administration du CAC est composé de 11 membres : notamment, le président, vice-présidente, et neuf autres membres à travers le Canada.

Dans le moment, le président est du Québec; la vice-présidente, également du Québec; un membre des Territoires du Nord-Ouest; deux membres de l’Ontario; un membre de la Saskatchewan; un membre du Manitoba; un membre de l’Alberta; et trois autres membres du Québec… ce qui fait un total de 11 membres au sein du Conseil – sans oublier que le directeur général du CAC est du Québec. C’est bon pour le Québec mais, de grâce, il y a d’autres provinces qui existent au Canada!

Il est grand temps que le Conseil des arts du Canada soit conscient qu’il y a des personnes francophones et bilingues au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse qui sont très qualifiées et très engagées dans le domaine des Arts et de la Culture. Ces personnes pourraient être très utiles au cours des réunions du Conseil à Ottawa, et ailleurs au pays, et ce, en termes d’interventions et de représentativité équitable… bien que ce sont d’abord les membres des jurys qui décident des subventions accordées et non les membres du CA. Encore là, les jurys devraient être composés de personnes à travers le Canada et non seulement en provenance d’une province ou deux…

Nous sommes toujours étonnés de constater que nos médias et nos organismes acadiens ne s’intéressent pas davantage à cette situation de non-représentativité «acadienne» au sein du Conseil des Arts du Canada…

Jeannita Thériault

Exprimez vous!

*