Dominic Babineau est propriétaire d’un Club de boxe Un combat pour un titre international pour Dominic Babineau

Dominic Babineau qui s’entraine en vue de son prochain combat, le samedi 4 mai pour un titre. (Photo : Normand A. Léger)

(N.A.L.) –Le boxeur professionnel Dominic Babineau a pris deux grosses décisions dans les dernières semaines, lui qui s’est porté acquéreur du club de boxe Champion, à Dieppe, pour le renommer Dont Blink. Il sera aussi du combat principal d’un programme de boxe professionnelle à Miramichi, le samedi 4 mai.

Babineau (10 et 1) se mesurera au Mexicain Emmanuel Armendariz (12-4-2), un adversaire de taille pour 10 rondes pour le titre international du CPBC, le Conseil canadien de boxe professionnelle. Babineau a déjà eu des combats de six rondes et ce sera son premier de 10.

Âgé de 27 ans, ce combat professionnel sera important pour évaluer ses capacités dans ce sport. «Ce sera mon premier de 10 rondes et il y aura bien des questions à répondre, a dit Babineau, lorsque rencontré à son club. On peut batailler assez bien dans un combat d’une à six rondes, mais de sept à 10, c’est un autre monde. J’ai hâte de voir mes possibilités. Je suis confiant, en bon état physique et je veux montrer ce que je peux faire. Il y a deux ans que j’attends ce moment. »

Babineau jouit du monde de la boxe depuis bien des années. «J’ai toujours voulu un combat de 10 rondes, a-t-il poursuivi.  C’est exigé pour un titre international. Je devrai prendre mon temps, j’ai 10 rondes et je dois marquer des points du début à la fin. Mon adversaire est plus jeune et fort et il vient pour se battre. C’est en sorte un petit Mike Tyson; je devrai bouger et mettre plus de pressions dans les dernières rondes. Ce championnat est un début pour moi afin de boxer contre d’autres pugilistes du Canada. Ces derniers ne sont pas intéressés à venir ici, mais un bon résultat les incitera à venir m’affronter dans mon petit coin de pays.»

Babineau affronte un autre Mexicain parce qu’il ne peut trouver d’autre opposant pour le moment. «Les Mexicains sont de bons boxeurs et ce dernier pourra me tester à mon plein potentiel. Je pourrai montrer aux gens ce que je suis capable. Je n’ai pas encore eu à boxer à mon potentiel et j’espère le démontrer dans cette catégorie de 130 livres. Il me faudra beaucoup de cardio, mais je suis en meilleure forme que d’habitude, à huit semaines avant mon combat. Je suis concentré et déterminé. Je m’entraine fort et je fonce. J’espère avoir un autre combat en juillet.»

Pêcheur, il retournera sur l’eau au mois d’août. D’ici là, il veut prendre les mesures nécessaires pour rentabiliser son club de boxe. «C’est ma conjointe Michelle Trecartin qui s’occupe du club. C’est un rêve de cinq ans qui est devenu réalité. Je suis heureux du beau gym et j’espère que l’aventure se poursuivra. Je veux vivre de la boxe et c’est un endroit à s’entrainer et à aider des jeunes. J’aimerais bien découvrir d’autres bons boxeurs. Le plus gros défi est de trouver des membres pour avoir des revenus pour payer les couts. Je cherche des commanditaires. J’aime aussi mon rôle de coach. Je leur fais faire les exercices que moi je fais.»

Sheldon Atkinson et Phil Baraly continuent à offrir des sessions au club et des cours pour femmes sont offerts régulièrement. L’objectif est de garder le centre de boxe ouvert et c’est un endroit pour l’entrainement. Babineau espère que plusieurs membres y viendront et non seulement pour la boxe. «Venez nous appuyer et vous entrainer», a-t-il lancé.

La sœur de Dominic, Jani, fera un retour dans le ring lors du même programme organisé par les Promotions McKillop au Centre Civic de Miramichi.

 

Exprimez-vous !

*