D’la Pantry à la Belle Delphine

Quand j’étais jeune pis «cute» («mind you», j’le sus toujours) – – j’aimais d’me prépârer la soupe suivante, en arrivant d’l’école; surtout pendant une journée d’pluie frette. Ça va vite à faire pis ça tu «ever» bon goût. Pis en plusse, s’aïde à r’chauffer le dedans du côrps!

Bounne soupe de ma jeunesse

– 1 livre de viande de boeu’, hachée…

– 4 cuppée de jus d’tomates…

– 3 cuppées d’eau…

– 1 enveloppe de soupe à l’ognon sec…

– 3/4 cuppée de macaroni, pas tchuit (moi j’préfère me sarvir dés «elbow ones»)…

– poivre (au choix)…

– 1/4 tchuillèrée à thé de «chili powder»

(j’aime parfois en mettre un p’tit brin plusse)…

«All right»! Dans z’un grous pot à soupe, faire tchuire la viande à feu moyen… Ouaye, jusqu’à ce qu’y’a pu «d’pink»; (ouaye) qu’ça soit bin tchuit. Égoutter «out» le grâs. Là, ajouter l’restant dés z’ingrédients. Amener l’tout à ébullition. Baisser l’feu; là laisser mijoter, sans couvert, pour un bon 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’le macaroni soit tendre… Moi, j’aime poivrer «heavé» ma portion… Mais absolument «no pepper», pour mon foiroux d’Ozime! La soupe est bounne sarvie avec dés bons «pan rolls» frais d’la «bakery»! Mon houmme Ozime, bin lui, y préfère mieux ça avec dés «crackers» beurrés. Cé ça qu’j’m’ai faite pour le souper, à souaire! Après qu’j’m’arai bourré la face, j’va m’en âller tailler tcheques citrouilles, afin de décorer le «front door step» pour «l’Hallowe’en»!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*