Décès de Louis Bourgeois     Le grand bâtisseur du Verger Belliveau n’est plus

Louis Bourgeois

Claire Lanteigne

Le Verger Belliveau a perdu un grand bâtisseur suite au décès, jeudi dernier, de Louis Bourgeois, âgé de 91 ans.

Né à Belliveau Village, le 4 février 1928, Louis a toujours eu l’agriculture à cœur. Très jeune, il travaillait sur la ferme familiale mixte de légumes et de bétail. À 16 ans, il a entrepris des études de termes agricoles au Collège Saint-Joseph, après quoi il retournait à la ferme familiale.

À 28 ans, il commençait à travailler au Verger Belliveau, une propriété de 40 acres appartenant aux Pères Sainte-Croix. Les années suivantes ont contribué de manière significative à son apprentissage agronomique et à sa croissance spirituelle. Un accident agricole en 1965, l’a laissé partiellement handicapé aux deux jambes.  Cet incident malheureux l’a amené à prendre la décision d’acheter le Verger Belliveau de la congrégation religieuse. Sa tenacité et sa confiance dans l’industrie de la pomme, l’ont amené à continuer d’investir dans sa ferme même pendant les temps difficiles.

Louis Bourgeois a grandement contribué au développement de l’industrie de la pomme du Nouveau-Brunswick. Au cours des années, 60 acres ont été ajoutés au verger. La ferme a aussi agrandi en ajoutant des entrepôts, de l’entreposage avec atmosphère contrôlée et un système de classement informatisé.  Jus de pomme, cidre, jus pétillant et différents vins de fruits sont produits et vendus sur le site.  Le Verger Belliveau est un centre de distribution qui vend des pommes dans les Maritimes à l’année longue avec une flotte de camions modernes. D’autres entreprises agricoles et commerciales ont été ajoutées à l’opération.

Louis a toujours été un fervent partisan de la promotion de l’innovation, telle que le drainage souterrain et l’irrigation pour augmenter la production de pommes. Les scientistes provinciaux et fédéraux appréciaient essayer les dernières technologies et des variétés de pommes prometteuses sur cette ferme, et c’était toujours avec les bras grands ouverts que Louis partageait ces nouvelles idées avec les autres producteurs de pommes.

Le Verger Belliveau est un endroit reconnu à Pré-d’en-Haut. Il a été le site de plusieurs festivals de pommiers en fleurs au printemps et son auto-cueillette d’automne est un événement familial très populaire. Il a reçu des délégations de visiteurs nationaux et internationaux. Gagnant d’un prix d’embellissement rural régional, la ferme a aussi gagné le Prix de la pomme d’or en 1981, donné par l’Association des producteurs de fruits du N.-B.  Elle a été nommée ferme de l’année par la Fédération d’Agriculture du Nouveau-Brunswick en 1993.

Louis était bien connu et respecté dans la communauté et dans l’industrie de l’agriculture. Il a aidé à créer des organisations solides dans les deux secteurs. Il a été membre fondateur et directeur de l’Agence de mise en marché de la pomme du N.-B., président de l’Association des producteurs de fruits et président de NB Crop Insurance Commission.  Il a aussi été très actif dans le Marché des fermiers de Moncton. Il a été membre de la Fédération d’Agriculture du N.-B. et des Producteurs agricoles du N.-B.  Il a aussi servi sur le conseil du District de service local et a été président du Club d’âge d’or de Pré-d’en-Haut.

Présenté par l’Association des producteurs de fruits du N.-B. pour son engagement à l’industrie de la pomme, Louis Bourgeois méritait bien d’être intronisé au Temple de la renommée de l’agriculture de l’Atlantique en 2004. Il avait reçu le Golden Apple Award à la fin des années 70.

M.Bourgeois laisse dans le deuil son épouse Mary, ses deux filles, Patricia (Ulysse) Cormier et Linda Bourgeois (Laurie Colette) de Dieppe; ses deux fils, Robert (Janice) de Belliveau Village et Jean-Louis (Madelaine Céré) de Pré-d’en-Haut; 12 petits-enfants, 11 arrière-petits-enfants, trois soeurs, Sr Lucille Bourgeois ndsc, de Moncton; Antoinette (Donald) Boudreau et Delina (Eddie) Gaudet de Belliveau Village et plusieurs nièces et neveux. Il était le fils de feu Hector et Marie (Léger) Bourgeois. Les funérailles ont eu lieu hier en l’église Notre-Dame-de-l’Annonciation, de Pré-d’en-Haut.

Les hommages étaient nombreux sur le site du Verger Belliveau.  Un grand nombre de personnes ont souligné sa gentillesse, son grand cœur, le plaisir de travailler avec lui et son humour.

 

Exprimez vous!

*