Débordements des stations de pompage et qualité de l’eau à la plage

Le maire Roger Caissie présente un chèque de 750$ de la municipalité à Hélène Ouellette, de Friends of the Moncton Hospital Foundation. (Photos : Denis LeBlanc)

Le conseil municipal de Shédiac reçoit de l’information pertinente

Claire Lanteigne

   Des représentants de la Commission des égouts Shédiac et Banlieues, de Crandall Engineering et de l’Association du bassin versant de la baie de Shédiac ont fait des présentations au conseil municipal, lundi soir.

   Les deux premiers intervenants ont répondu aux questions reçues du conseil au sujet des problèmes de débordements des stations de pompages.  Joey Frenette a indiqué que plusieurs problèmes pouvaient expliquer les débordements, tels l’âge du système, des craques dans les tuyaux et le surplus d’eau que plusieurs maisons ne veulent pas voir leur sous-sol inondé et décident de l’envoyer dans le système d’eau sanitaire. Alors le système ne peut plus fournir et déverse l’eau claire aux points stratégiques pour les débordements.

   Il a indiqué que c’était de l’eau propre qui était déversée à la plage au lieu d’aller dans les sous-sols des résidences.  Des améliorations ont été apportées récemment et il y en a d’autres en cours.  On a identifié des domaines prioritaires d’amélioration dans le programme de captage et d’infiltration dans l’ouest et le centre de la ville et des demandes pour six millions$ ont été faites pour les réaliser.

   M. Frenette a expliqué comment fonctionne le processus de communication des débordements aux autorités concernées, dans les délais prescrits. Il a ajouté qu’il faudrait sensibiliser les gens à ne pas se brancher sur le système et que les débordements en décembre et  janvier ont été causés par la forte pluie reçue au cours de cette période.

   Le conseiller Raymond Cormier s’est dit heureux de l’information reçue et sera mieux outillé pour répondre aux questions des citoyen.ne.s.

Ruisseaux pollués

   Rémi Donnelle, de l’Association du bassin versant de la baie de Shédiac a fait une mise à jour sur leurs tests. Il a parlé des tests de 2016 qui démontraient que l’eau de la plage était mauvaise à 60% du temps et que deux ans plus tard, elle était bonne à 95% du temps. «La différence, a-t-il dit, c’est que maintenant on la teste tous les jours et si un test n’est pas bon une journée, ça ne veut pas dire qu’il existe une source constante de pollution.  Ça n’a pas l’air que rien coule le long de la côte et en général l’eau est bonne

   «Mais les tests démontrent que dans tous les petits ruisseaux de la ville il y a un haut taux d’e-coli, beaucoup de bactéries.  On a toujours testé les rivières qui sont parfois polluées à cause du fumier et on teste dans les pires conditions afin de savoir d’où ça vient et après la pluie, il y a un haut taux de coliformes.»

   Mais il ne veut pas dire que la situation des ruisseaux affecte la qualité de l’eau de la plage car l’eau salée tue les bactéries.

   «Pour remédier à la situation, a-t-il ajouté, il faut aligner un programme d’édu- cation et de restauration des petits ruisseaux dans la ville et penser aux alentours de ces ruisseaux.  Il faut réduire les eaux de surface qui se ramassent sur ces ruisseaux, la filtrer par les plantes ou autres et monter un programme afin d’informer les gens qui pensent qu’un ruisseau c’est seulement un canal.  Il faut reverdir la ville, la rendre plus belle et plus propre. Il faut prendre action sur les ruisseaux qui ont eu les pires résultats. Il reste des études à faire, a-t-il conclut, mais nous travaillons pour améliorer la qualité de l’eau de la baie de Shédiac.

   Dans son rapport, le directeur général Gilles Belleau a parlé du travail qui se fai-sait au niveau du marketing touristique et une équipe travaillait fort pour présenter une nouvelle approche dynamique et stimulante.  Il espère qu’elle sera finalisée pour la mi-février.

   Le maire Roger Caissie a annoncé les nouveaux comités mis sur pied, dont un pour l’édifice municipal.  Le bail dans l’édifice actuel se terminera à la fin 2021 et le comité va se pencher sur différentes options.  Un comité pour le Centre multifonctionnel mettra l’emphase sur sa promotion comme entreprise. Un autre comité se penchera sur les changements climatiques et un dernier sera pour le marché en partenariat avec La Récolte de chez nous.

   Le Carnaval d’hiver commence aujourd’hui et on a invité les gens à y participer en grand nombre jusqu’au 3 février inclusivement.

Exprimez-vous !

*