Cossé qu’a radote Delphine…

  

Delphine B.B. Bosse

J’m’en ai été, toute seule, me saucer la palourde, dans lés flots d’la “Parlee Beach”. Ouaye! Parce que ma “gilling-suit” de l’été pâssée ne “m’fittait” pu, j’ai té oubligée d’m’en achèter t’une neuve. “No shame”; tcheques “size” de plusses larges! Faut j’vous admettre que més “bikini days” sont “definitely over”! Dans ma “new one piece-bathing suit”, avec dés “patterns” en “wide stripes” de couleurs jaune soleil, “sunkist orange”, rouge flambé, “marine blue” pis d’ultra “white” – – avec més jambes de “curlées”, d’aussi poilouses que d’la “steel-wool” – – ej avais plutôt la “shape” ou l’allure d’une lousse roulie-roulante “beachball”, avec dés jambes! 

   “Let me tell you”, y’a parsounne qu’a osé voulouaire subler z’après moi. Sauf pour lés tcheques p’tits enfants qu’étions z’en train d’bâtir dés châteaux z’en sâble. Que quand qu’y m’avons “spotté” v’nir vers z’eux, s’avons mis à siffler d’alarme pis courir de peur vers leux parents… Car y m’avions supposément “mistaké” coumme étant t’une “monster” effrayante du chenal ténébreux d’la mer mouvementée d’la Pointe-du-Chêne. 

   Pis v’là, “out of nowhere”, qu’une bande de verrats d’goélands sauvages s’avons “gangé up” contre moi. Pis parle d’une misère du djâble, qu’j’ai eu d’lés swinguer “away” à coups d’bras. Pour asseyer d’me protéger contre z’eux, j’ai bien y’eu beau à voulouaire m’dépêcher à fendre l’air pis d’plonger en d’sous dés vagues profon- des… Même avec de l’eau salée, j’ai point té (coumme y faut) capable de “washé off” t’utes lés crottes d’oiseaux qu’y s’avions (“YUCKS”) “tanglé” dans lés longues tresses de més jueux verts. À cte point icitte, “trust me”; j’n’étais point trop belle z’à ouaire; pis ni qu’j’n’arais faite la “perfect model”, pour faire la promotion du tou-risme de notre belle région!

   En essayant d’m’évader hôrs de l’eau… En pensant, grande niaiseuse que j’sus: (ouaye) “that the coast was clear”! En m’faisant chatouiller le sous dés pieds par dés “flat fish”… Cé icitte qu’en trébuchant, qu’un énorme “jellyfish”, avec sés longues tentacules a osé v’nir me piquer pis se mettre à me sucer lentement le sang “out” pis en erriére d’ma tchuisse gauche. En sacrant vite hôrs de l’eau : en criant dés douloureux YEOYE-YEOYE-YEOYE… À youssé qu’était exposée ma “rash” rosâtre de “jellyfish”, que v’là qu’une vilaine mouche à joual a v’nu me mordre… Que l’enflure, aussi grousse qu’une “volley ball” s’est immédiatement développée… Qu’j’ai “crashé” pis “passé out” de toute ma pesanteur, sus le bôrd d’la côte! Ma face à premiére, s’écrasant dedans du sable pis d’la vieille “tumble-seaweed” sec.

   Cé t’un bon samaritain, j’ne sais pas tchissé (supposément t’un vieux môssieux à la retraite, d’la Pointe-du-Chêne); quand qui m’a vu, “d’washé ashore” à r’sembler t’une “baby belugua whale” en détresse… Qu’a faite la décision à “dialé” le “9-1-1”! Pis cé t’à l’Hôpital Française de Moncton, tcheques z’heures plus târd; t’un miracle, que j’me sus “back” ressuscitée…

   Si qu’vous planifiez de v’nir me visiter dans ma chambre d’hôpital, ej “minderais” pas qu’vous me “sneak-eriez in” tcheques sacs de “jujubes” pis tcheques “chocolate bars”. Après toute, dés fleurs pis dés “magazines”; ça se ne mangent pas! Pis “hint-hint”, lés fabuleux “muffins” à la rhubarbe qui vendent à la cantine du premier plan-cher; “j’minderais” coumme cadeau d’en déguster t’une bounne d’mie douzaine, pour m’aïder à dguèrir plus vite! 

 Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*