Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

“Again” d’la “vault” de més histouaires mémorables de Nouël, en voici y’une que j’avais partagé avec vous z’autre 5 à 6 ans pâssés. La raison que j’fais socitte, pas parce que j’sus paresseuse à pouaire écrire… Cé parce que j’sus sus l’grabat avec t’un mozus de grous rhume pis morve t’au nez… L’énergie me manque… J’aïde ma  guérison avec de bons “flashbacks”… Que voici :

Quand j’étais jeune pis adorable, greyer l’âbre de Nouël che-nous s’était “quite” t’une grousse excitement. Mon pére, avec sa hachette; nous z’amenait, moi pis mon frére jumeau horloux de Delphis, à courailler dans l’fin fond dés bois; afin d’asseyer d’trouver pis “d’choppé down” le sapin parfait.

Draguer l’sapin hôrs du bois n’était pas z’un problème! C’était coumment l’rentrer dans la maison, sans trop faire escouer lés branches touffus à répandre dés aigrettes partout sus l’plancher net à ma mére (sans la faire trop badgeuler). Une fois d’installer deboute coumme y faut dans son “stand”; pis d’amarrer pour pas qu’ça débôtchule, “in case” que l’chat se décide de s’bailler à l’air pis “jumpé” dedans pour s’amuser… C’était l’temps d’aouaindre lés guirlandes de grousses “christmas lights” pis de changer ceusses-là qu’étions brûlées; pis de flaquer son doigt accidentellement dans z’une “live socket” de “pluggé in was not considered a good thing”, à moins si qu’tu voulais “endé” par exprès d’aouaire t’une “instant bushy hairdo” coumme ceusses-là qu’avions lés membres dés “ever popular Jackson Five” de l’époque – – mais plutôt fumante!

J’greyions itout l’sapin avec dés guirlandes d’enfilées d’un mélange de “popcorn” pis d’canneberges. “J’runnions out” de “popcorn half-way”, par rappôrt qu’j’en mangeais plusse que j’enfilions… Qui faisait badgeuler ma mére; parce que cé y’elle qu’avait besin de faire “poppé” le tout sus l’fait du poêle à bois! Qu’était point t’une “job” aisée! Pis quand qu’ça s’mettait à exploser partout dans la tchuisine, à faire du “mess”, à faire sortir lés mulots dés champs de cachés entre lés “walls” à v’nir s’bourrer la face… “Well”! Si vous n’avez jamais vu t’une femme grimpée vite le fait d’une chaise pis s’mettre à beugler après l’chat de v’nir faire sa “job” – – mais qui n’écoutait pas, parce qu’le minou était plutôt fasciné par le beau sapin dans l’salon… Ouaye! Juste p’t’être, juste p’t’être, “in case” qu’y’arait p’t’être t’un étchureau ou t’un p’tit zézeau de caché à l’intérieur dés branches!

J’étions pas riches che-nous pour “s’affordé” dés “fancy” boules de Nouël, du “Five and Ten Store”! T’utes nos z’ornements étions faites z’à la main! Ma mére nous sauvait lés cartons d’œufs d’une douzaine; pis j’découpions individuellement la partie dés “cups”, dont j’couvrais avec du “shiny tin foil”; que j’virais à l’envers à r’sembler dés clochettes; pis avec un beau p’tit ruban rouge, coumme crochet; sus l’boute dés branches, y’avait rien d’plus beau pis de si “noelish” que c’là. Pis c’était bin compris que lés “candy canes” dans l’âbre n’étions pas là pour s’faire fripper; mais fallait respecter l’fait qui pouvions seulement s’faire sarvir coumme dés z’ornements… “Again”, fallait attendre à fripper ceusse-là que l’Père Noël allait “hopefully” nous laisser dans nos grous bâs d’Noël d’accrochés sus la “fireplace”! Pis pour boucher lés trous à l’intérieur du sapin, ma mére flaquait lés cartes de Noël qu’elle avait obtenu du monde ou d’la parenté d’en d’hôrs.

Pis là, “out” de nos “coloring books” de “Santa Clauses” dont j’avions couleuré chacun d’un beau bleu-violet en d’hôrs dés lignes… “Well”, z’eux j’lés découpions pis j’lés “scotch-tapions” dans t’utes lés châssis, pour rendre la maison plusse festive! Ouaye! “Hmmmmm! Dem were da good old days”! À la <<Bolduc>> : Ouaye, d’la “fun” y y’en avait…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*