Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’arrive du bureau du p’tit avocat du djâble, à youssé qu’le Darnier Testament à mon cher feu mari d’Ozime fut lu lentement. Pis «no offense» t’à l’houmme de loi, qu’avait t’une odeur nocive de «garlic breath» à m’faire «gaggé» pis m’faire rouler lés larmes dans lés yeux, à t’utes lés deux mots récités de chaque ligne du document légal.

J’sais pas coumment vous dire socitte, mais <<WOUHOU- WOUHOU>>! Cé yinc à la fin de la «reading», que s’a réellement «sinké in» que je n’aurai pas besin de «worryé much about» coumment que j’vais m’arranger financièrement à payer lés «bill», etce- tera-etcetera… J’ne savais pas que la sensation à devenir veuve pouvait être aussi excitant, coumme (Ya) gâgner le grous  «Jackpot» (<<Cha-Ching! Cha-Ching>>) à la Loterie!

J’avais entendu «once upon a time» que l’argent ne fait pas le bonheur! «Sorry to say»! Bin dans cte cas typique icitte… J’peux m’braguer, (Hmmm-Hmmm) que j’pense ej va extrêmement «m’enjoyé» à m’rouler dedans lés «big» bidoux de cinquantes, de cents pis de milles piastres. En miounnant «happily», en même temps, «countré style» dans ma tête… La «ever popular tune» suivante (pareillement coumme la performance mémorable de la vedette «Daffy Duck», qui chante t’en bavant d’un ton avare dans le populaire «LOONEY TUNES Cartoon» d’intitulé «Ali Baba») : <<I’m In The Money>>!

Ouaye-Ouaye, là! Mês-hoummes-Mêshoummes! Merci, mon cher défunt Ozime, pour le bel héritage! De m’aouaire tcheins ta promesse d’hounneur, que même à ta môrt, qu’t’allais continuer à m’assurer à me prendre garde! Réalisant qu’j’allais être «alright»; me v’là que j’me suis mise itout z’à beugler z’en extase tcheques octaves de plus hautes, répétant z’à nouveau: <<WOUHOU-WOUHOU! WOUHOU-WOUHOU>>! <<I’m In The Money! I’m In The Money!>>

L’avocat m’a laissé saouaire que si que j’décidais de voulouaire vendre més plusieurs «properties» que «j’ownions» entre moi pis Ozime, que lui pis son équipe serions bin prêt de s’occuper d’la «legal paperwork». «J’agree-yé» de mettre à vendre la maison, la «camp» dans l’boute de Sussex pis mon restaurant populaire que j’appartcheins toujours t’au Village dés Roseaux. Ej pense que «m’renté» z’un apartement à 3 chambres à Shédiac ne va pas être aisé; surtout avec mon Saint- Bernard Buddy la «size» d’un «full grown black bear» pis qui cascade d’la salive d’la dgeule quasiment le volume dés Chutes du Niagara; pis avec un «cool» fils (Zacharie) qu’aime à jouer sa «electric guitar full blast» à faire frissounner lés châssis!

Sur un autre sujet… Ma «friend», la Vieille Gibraille, la s’maine prochaine va m’amener m’introduire t’au Groupe Support Houmârd dés Veuves pis dés Veufs du Sud-Est, du Nouveau-Brunswick. Apparemment qu’y’a dés bounnes «catch» de veufs, qui participant à ctés rencontres là; ça cé si qu’ça m’intéresserait de voulouaire m’en happer y’un! Bin ouayons! Coumme j’y’ai bin laissé saouaire : <<Baille-moi l’temps d’veuver! J’sus pas pressée à «m’involvé» avec tchequ’un qui m’veut yinc pour qu’j’y lâve sés drâses!>>

À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*