Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’ai tout l’temps y’eu mon dire que le Pape du Vatican devrait canoniser ma sainte bounne p’tite mére martyre, la chère douce Cléothilde, la seule pendant son vivant; pour aouaire asseyé son «best» d’éléver z’une enfant si-détestable-si-z’escrâbe que moi.

Hounnêtement, j’étais point du monde t’en grandissant. Mêshoummes-Mêshoummes! Cé ma faute, cé ma extrême grande faute; si qu’ma pauvre-de-pauvre maman a yinc que d’la «peach fuzz» coumme jueux, d’sus l’fait d’la tignasse. À l’était point z’à blâmer si qu’à s’arrachait lés boucles par pleines pougnées, à t’utes lés fois que j’y faisais dâmnée! P’t’être bin coumme cadeau pour la Fête dés Méres, que j’devrais considérer d’y payer t’une opération pour y faire éliminer ou adoucir lés rides profondes pis lés pattes d’oie autour dés yeux. Après toute, j’admet; cé moi, la gobbine de maudite, qu’a contribué à la créâtion majeure de sés sillons d’la peau traînante du visage! (Répétons z’ensemble, t’en allumant chacun(e) z’un lampion, cte p’tite priére suivante : O Vénérée Sainte Cléothilde, Sainte Patronne Martyre de t’utes lés Mamans du Monde Entier, (ouaye-là) que Djeu l’Pére «bless» son âme! Ainsi soit-il!).

J’me considère chanceuse, qu’ma brave mére ne s’a pas chaviré… J’sus sartaine par moments qu’à l’arait bin voulue «poppé» plusse qu’une «pill» à nerfs ou de s’faire draguer «away», à l’Azile de Saint Jean, dans z’un «straight-jacket-one-size-fits-all»! Cé t’en ayant grande Foi pis t’en prions continuellement à la Viarge Marie, Bounne Sainte Mére de Jésus, y d’mandant courage qu’à n’aye pas besoin d’aouaindre son tue-mouches pour voulouaire m’en claquer z’une bounne volée contre lés jarrets. Essayer d’me discipliner n’a point t’é aisée pour y’elle… Même aujourd’hui, à l’é encôre capable de m’bailler la «LOOK» de d’sus la «phone» – – en voulant m’laisser saouaire de m’assaper… («Again» : O Vénérée Sainte Cléothilde, Sainte Patronne Martyre de t’utes lés Mamans du Monde Entier, (ouaye-là) que Djeu l’Pére «bless» son âme! Ainsi soit-il!).

Mon plan pour célébrer l’occasion spéciale de la Fête dés Méres, cé d’la «kidnappé», y’elle pis mon pére; pis à l’heure du souper, d’lés amèner tous deux se bourrer la face t’au meilleur restaurant de Cap-Pelé, pour chacun(e) t’une bounne «feed» de «Seafood Platter». Pis si qu’y’a d’la place de reste dans leu’ beudaine, lés gâter avec t’un mozus de grous morceau de «cheesecake»; pis à s’mouiller l’bec avec t’une savoureuse cuppée d’café, pour lés aïder à roter à leu’ aise! Y faudra «remindé» mon pére de s’flaquer son dentier dans la goule pis à «polishé» son œil de vitre gauche, pour pas embarrasser ma mére en plein public.

Cé mon talentueux fils Zacharie, qui va s’en v’nir «surprise-surprise»; «bargé in» dans l’restaurant, en plein milieu du repas, avec sa guitare… Afin «d’entertainé» sa «favorite» Mémére Cléothilde, avec z’une chanson populaire de Chantal Goya, d’intitulée : <<Voulez-vous danser grand-mére>> pis suivie par la fameuse tounne traditionnelle de <<La Ziguezon>>!

Malgré lés «hard times» que j’ai faite subir à ma mére, ej sais que «deep down» de y’elle qu’à l’é «proud» de moi. Après toute, ein Mame? Ej n’ai pas «turné out» si «bad» que c’là?!? «LOVE YOU» pis beaucoup «d’Hugs» en remerciement de n’aouaire pas «givé up» sus moi!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*