Cossé qu’a radote Delphine…

Moi, “j’own” t’un gâté-pourri de St. Bernard, par le nom de “Buddy”! Y’a du monde, j’l’ai “watch” se pleyer ramasser leux crottes de chien avec dés sacs en plastique. Bin moi, j’n’ai pas d’choix; y faut j’lés ramasse “heave ho”, avec t’une pelle; car si non, si tchequ’un par manque d’attention ou accident devrait “steppé” dans y’une… Cé grous! Mou! Ça pu! Pis “YUCKS”, cé “disgusting”! Caler dans y’une, jusqu’aux genoux; pis perdre t’un soulier, n’é point z’une expérience plaisante… Malheureusement, cé ça qu’arrivé l’autre jour t’au pauvre esclâve de p’tit gârs qui vendait dés “chocolate bars” de porte en porte, pour ramander d’l’argent pour aïder tcheque cause importante sportive… S’arait pas été trop pire, si qu’c’était yinc c’là qu’avait parvenu…

Mon “friendly Buddy”, croyant qu’c’était tchequ’un “d’fun” qu’avait v’nu le visiter pour jouer avec lui… “Hmmm-Hmmm”! S’a décidé de voulouaire “joiné” l’excitement, en s’approchant de l’enfant de 9 à 10 ans pour y fripper la face avec sa longue langue plein d’bavas épais pis gluante! Ej “feel bad” que le gamin a perdu son balan; pis v’là (“OOOPS”) qui s’a enfoncé pis faite souiller (FLAC) le fond d’tchulotte de sés “jeans”, par-dessus l’énorme tas mi-durci d’foirasse à “Buddy”. J’étais d’boute dans mon salon, en train d’boire z’une cuppée d’thé chaud; (ouaye) que j’rêvais à regarder dehors lés goélands “flyés”; quand j’ai “witnessé” par horreur (NO-O-O-ON) l’incident!

Quand j’m’aouaindu vite le nez dans l’air frette du mois d’novembre, pour m’en âller investiguer nerveusement la situation…J’ne savais pas vraiment à cossé m’attendre… T’ute que “j’hopais” que l’enfant (“please-oh-please”) ne soit pas heurté! À ma très grande surprise, quand j’me sus approchée d’z’eux… Ya! Voici qu’était crotté dés pieds jusqu’à la tignasse t’un jeune basané pis ricaneux qui s’roulait à jouer (“TEE-HEE-HEE! TEE-HEE-HEE!”) avec mon gobbine de “hound” fou qu’avait l’poils d’aussi encrassé.

Quand j’ai su qu’son p’tit nom était Richard; qu’sés deux parents (Oooh-La-La) étions dés avocats. Quand j’ai taléphôné che-z’eux; pis qu’cé sa mére qu’a répondu… J’avais coumme peur… “Honestly”, ej suais dés “bullets”, quand qu’j’y expliquais cossé qui c’était déroulé… J’m’imaginais qu’à l’allait p’t’être me japper qu’à l’allait me “sué” pour tout c’là “qu’j’ownais” pis “blah-the-blah-the-blah-the-blah-blah”… Mais cé avec t’un éclatement d’rire, qu’elle m’a rassuré (OUFFE) d’ne pas m’intchèter…

J’ai offarte de payer pour t’utes lés bârres de chocolat, dont le p’tit Richard a bien apprécié… En plusse, je l’ai engagé à v’nir marcher mon beau “Buddy” (dont sa mére a “agree-yé”), après la fin de chaque journée d’école. Pis qui s’ra itout responsable pis que “j’trust” à “scoopé” lés crottes énormes de mon nono “d’WOOF-WOOF” (qui s’ra z’un harias d’moins pour moi z’à “dealé” avec ou à m’érintcher le bas d’l’échine)!

Ha-Ha-Ha! Parle d’une “shitty day”; mais joyeusement, qu’a “endé up” en bons termes!

Delphine B. B. Bosse

Countré Sar Extraordinaire

Exprimez vous!

*