Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine  B. B. Bosse Countré Star Extraordinaire

Delphine B. B. Bosse Countré Star Extraordinaire

Hôrs de ma “vault” d’histouaires comiques, en voici l’une datant là-bas de 1989, que j’aimerais d’partager avec vu-z’autres… Que voici:

Moi pis ma cousine Dométhilde, à la darniére minute, on a vite paqueté nos valises, pour s’en âller “flyé” dans l’boute dés z’Étâts – – ouaye, à “Waltham”, “Massachussetts” – – pour âller visiter m’n’Oncle Olympe, le frére à ma mére, pis sa femme Matante Lana.

Pauvre de pauvre Dométhilde, c’était sa premiére fois “ever” d’embarquer dans z’un grous zézeau en métal. Pour l’Amour de Saint Djeu l’Pére, j’ai jamais vue t’une parsounne virer si varte; pis z’à suer z’à varse du front à remplir t’un siau. À ‘semblait à d’quoi, rendue z’à l’agonie! Pis le plusse tchurieux dans t’ute l’affaire, cé qu’la “plane” n’avait pas z’encôre “také off” d’la “runway”.

Une fois la “plane”, (“now”) rendue là-haut dans lés nuage épais: v’là qu’la situation à Dométhide s’est mise à s’empirer… La premiére aparcevance que j’ai eu: la v’là d’pleyée z’en “half”, dans son siège; avec sa face d’enfoncée dans z’un sac, en train de dédgeuler (“YUCKS”) dés “chunks” de son déjûner… J’crois bin s’arait pu être “worse”: à l’arait pu aussi tant “grabbé” mon “purse”, par “mistake”. Me counnaissant; qu’à s’considère chanceuse, car j’y’en arais claqué t’une bounne claquette en erriére d’la cagouette.

Pis “out” de la pochette de sa jacket, la v’là qu’à l’aouaindu t’un chapelet; pis qu’à s’a mise à beugler à tue-tête, à son Ange Gardien, dés priéres à cracher d’la salive épaisse de (“Hey”) J’VOUS SALUE MARIE pis de DIS SEULEMENT T’UNE PAROLE PIS JE SERAI DGUÈRI! Qu’était très hotte, à l’a ouaire faire!

Là, j’ai d’mandé à la gentille “air stewardess” à saouaire si qu’c’était possible pour moi d’âller visiter pis “spendé” du “quality time” avec lés “handsome air pilots, in” contrôle d’la “plane”… Une fois rendue à la “cockpit”, j’m’ai faite souhaiter la bienvenue pis faite espliquer cossé que chaque bouton étions pour… Exceptez “OOOOPS”; par “mistake”, j’ai poussé de d’sus z’un piton rouge, qu’a automatiquement faite la “plane” prendre t’une “nose dive”; mais bétôt repris contrôle par l’un dés pilotes… Parle d’une bounne p’tite “laugh” épeurante, pour tcheques minutes. “Anyways”, y m’avons dounné itout la parmission ou “l’OKAY” de me sarvir de leur “P.A. System”, à youssé que j’me sus décidée de me mettre à chantounner ou à “entertainé” lés passagers avec la fameuse chanson de <<Allo C.B. Buddy>>!

Lés passagers avons du aimer cela, parce qu’apparemment y s’avons mis z’à froliquer à tout défaire, dans chacun d’leu siège. Qu’lés “air stewardesses” ne pouvions juste pu lés assaper…

Quand qu’j’fus “back” escortée à mon siège… Ooooh-là-là! Dométhilde n’était point “d’seat-belté”, dans son banc. Me v’là z’à paniquer… Tout d’un coup, parvenant d’la toilette “d’airplane”, dés cris mortels… Dont j’ai recounnu coumme étant ceux là z’à ma cousine! Ouaye! Qu’à l’était coïncée! Qu’à ne pouvait pas “délocké” la porte! “HELP! HELP! J’SUS “STUCK”! “RESCUE ME”!!!

Quand j’ai finalement pu y rouvrir la porte, à l’était d’assise d’sus le trône de la toilette; pis à sanglotait… J’pouvais pas rentrer dans la bécosse aérienne, parce qu’mon grous chapeau d’cowboy de 20 gallons ne pouvait juste pas “fitté” ni pâsser en travers d’la “frame” de la porte rouvarte. J’l’ai happé par le bras pis avec t’un bon YINC, j’ai réussi à la sortir de d’là… Pis d’la draguer jusqu’à son siège… Une fois rendue, pis d’l’aouaire bin “strappé”… J’y’ai avarti de se tcheindre trantchille “or else” j’allais la “pitché out” d’la “plane” sans “parachute”…

Une fois “landé” à “l’airport”, j’avons été à la “search” de nos bagages. Quand qu’la valise à Dométhilde a sorti d’la machine, parle d’une peste de vinaigre à jeter z’à bas. C’étaient lés bouteilles de “pickles”, qu’à l’avait amené coumme cadeaux z’à bailler à M’n’Olympe pis Matante Lana; qu’avions câssé parmi son “luggage”. “Let me tell”, v’là qu’le monde s’avons mis à nous pointer du doigt pis à s’moquer… Mais à cause de la senteur du vinaigre pis en raison de la “size” énorme de mon chapeau d’cowboy, M’n’oncle Olympe n’a point y’eu d’misère à nous “spotté” à l’intérieur d’la grousse “airport”!

“Anyway”, j’avons y’eu d’la “fun” parmi lés “Amarichains”. Mon plus grand plaisir a été de “watché” Dométhilde à s’tordre la langue, pour asseyer d’ramancher dés discours écartés z’en Anglais; dont parsounne ne pouvait comprendre ni-tcheue-ni-tête de cossé qu’à parlait “about”.

Si qu’ça vous intéresse d’en saouaire plus long à l’égârd de notre visite t’aux z’Étâts; yinc à travorser che-nous; pis ça me f’ra z’un grand plaisir de voulouaire vous partager més photos d’notre “trip”. Y’en a y’une de Dométhilde, qué juste “right down hilarious”… Qué l’expression qu’à fait, dans l’temps que l’gârs d’la “Security d’l’Airport” est en train “d’searché” en travers d’sa valise; pis qui l’a questiounne sévèrement à saouaire si qu’sa brassiére en dentelle nouaire est t’une “sling-shot” canadienne à chasser d’l’étchureau?

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Exprimez vous!

*