Communauté informée… Communauté en santé… Gestion des conflits avec votre adolescent

Choisir ses batailles.

Avant de vous laisser entraîner dans un conflit avec votre adolescent, assurez-vous d’avoir une bonne raison de le faire. Si le sujet du litige n’en vaut pas vraiment la peine, laissez tomber. Par exemple, si vous n’aimez pas la couleur ou la longueur des cheveux de votre adolescent, n’en parlez simplement pas. Gardez plutôt votre crédibilité et votre énergie pour des sujets importants, par exemple : absences à l’école, heures tardives de retour à la maison, consommation de drogues.

Gérer les provocations.

  Lorsque leurs enfants deviennent adolescents, plusieurs parents sont surpris de les voir devenir insolents à leur égard. Et ils ne savent pas comment se comporter dans cette situation. En tant que parent, il importe d’être tempéré pour maintenir une bonne relation avec votre jeune. Faites preuve de patience, de compréhension et de disponibilité. Gardez en tête que votre adolescent n’exprime pas ses sentiments à la manière d’un adulte. Si vous jugez qu’il faut répondre à une provocation, prenez tout le temps nécessaire pour vous exprimer sans l’offenser.

Donner de l’espace à votre adolescent.

Si votre jeune est en colère, il a peut-être besoin de temps pour réfléchir. Le fait qu’il s’enferme momentanément dans sa chambre n’est pas forcément une mauvaise chose. N’en soyez pas offensé. Par ailleurs, si vous insistez pour qu’il vous présente des excuses alors qu’il est encore en colère, vous ne ferez qu’aggraver la situation. Faites preuve d’indulgence, attendez qu’il soit un minimum calmé pour lui adresser la parole.

Garder votre calme.

Être le parent d’un adolescent implique d’être confronté à des crises de temps à autre, une fugue par exemple. Lorsque la tension monte soudainement, il est impératif en tant qu’adulte de demeurer pondéré. Sinon votre attitude, vos questions et votre ton de voix auront pour effet de mettre votre adolescent sur la défensive. Voici des suggestions qui vous aideront à rester calme lors de crises :

  • Prendre de longues respirations profondes.
  • Prendre une brève pause dans la conversation, aller aux toilettes par exemple.
  • Boire sans empressement un verre d’eau.
  • Marcher lentement dans la pièce en comptant vos respirations.
  • Fredonner une chanson, silencieusement dans votre tête si vous n’êtes pas seul.
  • Occuper vos pensées dans une activité prenante.
  • Se souvenir que malgré la crise, vous aimez votre adolescent et il vous aime.

Être diplomate.

Lors d’un conflit, nos paroles sont parfois mal interprétées parce que l’atmosphère est porteuse d’une charge émotive. Conséquemment, il est avantageux de faire preuve de diplomatie afin de ne pas dire des choses regrettables. En particulier, soyez très prudent si vous tentez de faire de l’humour. Lorsque la situation est tendue, une blague, normalement sans conséquence, peut être mal interprétée.

Provoquer la réconciliation.

Tôt ou tard, presque que tous les adolescents ont un conflit important avec leur père ou leur mère. S’il y a lieu, c’est votre rôle en tant que parent de faire preuve de maturité et de bien gérer la situation.

Les adolescents veulent typiquement que leurs parents :

– aient confiance en eux,

– les écoutent sans juger,

– soient disponibles lorsqu’ils en ont besoin, sans être constamment sur leurs talons,

– démontrent de l’intérêt, sans poser de questions embarrassantes,

– connaissent bien leurs sensibilités, sans les taquiner ni les ridiculiser,

– respectent strictement leur l’intimité, sans faire preuve d’indifférence,

– expriment au besoin leurs opinions, mais sans donner de conseils,

– évitent de parler de leur propre adolescence, «car maintenant la vie est complètement différente»,

– évitent de se mettre en colère,

– tiennent leurs promesses,

– appliquent à eux-mêmes ce qu’ils prêchent à leurs adolescents,

– fassent preuve d’un amour inconditionnel.

(Source : www.evolution-101.com)

Exprimez vous!

*