Communauté informée… Communauté en santé…

Gérer les gens difficiles

Garder son calme :Lorsqu’une personne nous irrite, nous nous éviterons des problèmes en faisant des efforts pour garder notre calme, plutôt que de réagir promptement. Au besoin, nous pouvons simplement prétexter de devoir d’aller à la salle de bain afin d’avoir une excuse pour prendre une pause et respirer lentement pendant quelques minutes. Le simple fait de focaliser sur notre respiration nous fait déjà prendre un peu de recul par rapport à la situation.

Écouter :Les gens se plaignent souvent de ne pas être écoutés. Une absence d’écoute est la cause de plusieurs relations conflictuelles. Donc, écouter mieux et davantage peut contribuer significativement à améliorer vos relations humaines, en particulier avec les gens difficiles.

Comprendre la situation de l’autre :Est-ce que nous connaissons tous les éléments qui rendent cette personne désagréable? Non, nous ne savons jamais l’histoire complète de la personne devant nous. Peut-être que son comportement est lié à un problème sévère par exemple : maladie, dépression, chômage prolongé, divorce difficile, épuisement professionnel («burnout»), etc. Il n’est pas question ici de justifier les comportements déplaisants, il s’agit plutôt de considérer la situation difficile de certaines personnes.

Poser des questions :Voici une approche appropriée lorsqu’une personne vous agresse verbalement avec de faux arguments. Il s’agit d’exposer une faille dans son argumentation en posant des questions appropriées. L’objectif est de faire en sorte que la personne se rende compte elle-même de son erreur. Pour utiliser cette technique avec succès, vous devez être vraiment certain d’avoir raison.

Ne pas essayer d’avoir toujours raison :Insister indûment pour persuader les gens est un manque de respect. Et cela peut être très irritant pour nos semblables. Cela n’implique pas que nous devons toujours abdiquer. Mais, dans certaines circonstances, il est inutile sinon nuisible de défendre son point de vue. Lorsque c’est le cas, laissez simplement la personne difficile avoir le dernier mot.

Être flexible :Trop souvent, notre rigidité est le résultat de notre orgueil. Questionnez-vous pour déterminer si votre inflexibilité est justifiée ou si elle est le résultat d’une fierté mal placée. Ce questionnement est particulièrement utile en présence de personnes difficiles.

Réfléchir avant de parler:Combien de situations difficiles sont créées ou envenimées parce qu’on ne sait pas tenir sa langue? Par exemple, lors d’une discussion intense, vous laissez échapper par inadvertance quelques mots offensants. Et la personne désagréable s’en offusque sévèrement. Alors, ça y est, vous avez peut-être empoisonné votre relation avec cette personne pour un bon moment. Il est donc avantageux d’être attentif à nos paroles afin de ne pas blesser les gens inutilement. Si possible en tout temps, mais surtout en présence de personnes désagréables, il est utile de réfléchir avant de parler.

Demeurer poli et respectueux :Même si la personne difficile est vraiment pénible, faites un effort pour demeurer aimable. En lui offrant ainsi votre respect, la personne en question changera peut-être d’attitude à votre égard. Sinon, après avoir essayé suffisamment longtemps, considérez l’affrontement (paragraphe suivant).

Affronter en dernier recours : Dans certaines cir-                                   constances rares, il est approprié d’enlever ses gants blancs. C’est-à-dire qu’il est occasionnellement impératif de dire à la personne difficile ce que vous pensez de son comportement. Cette approche directe s’applique uniquement dans les cas où rien d’autre ne semble fonctionner. Voici un exemple de phrase à utiliser : «Vos commentaires blessants sont totalement déplacés…» Lorsque vous affrontez quelqu’un, vous devez parler de son comportement non pas de la personne elle-même. De plus, personne n’est complètement mauvais. Et il est parfois justifié utile de mentionner non pas seulement les comportements qui vous irritent, mais aussi ce que vous appréciez de cette personne (s’il y a lieu). Cela s’applique typiquement lorsque la personne difficile est un proche.

Renoncer au ressentiment : Nous avons parfois tendance à nous cramponner à des rancœurs mesquines, associées à répétition à la même personne désagréable. Sachez que cette attitude vous ronge de l’intérieur. Il n’y a qu’une seule solution : vous devez pardonner. Ce geste de bonté est très important, en particulier si la personne difficile est un proche. Pardonner ne signifie pas que cet individu deviendra tout à coup aimable. Non, pardonner signifie que vous pourrez utiliser les paragraphes précédents avec une attitude d’acceptation de la personne. Et cela augmentera grandement vos chances de réussite.(Source: www.evolution-101.com)

Exprimez vous!

*