Communauté informée… Communauté en santé…

Février est le mois de la prévention du suicide

Comme plusieurs d’entre nous le savent, le mois de février est le mois de la prévention du suicide. Selon des statistiques, près d’un million de personnes décèdent de suicide par année. Souvent, ces personnes souffrent de troubles de santé mentale comme la dépression ou l’anxiété. Nous voyons aussi selon Statistiques Canada que le groupe d’âge le plus touché par le suicide est les gens de 40 à 59 ans. Aussi, le suicide figure parmi les causes premières de décès pour les jeunes.

De nos jours, il est important de réduire les stigmas et les préjugés qui entourent le suicide, car c’est l’une des causes majeures de décès de notre population. Ce n’est pas de ta faute; plusieurs facteurs contribuent aux sentiments dépressifs : génétique, psychique, biologique/hormones, psychologique et des évènements qui arrivent dans votre vie (environnement/social). Ce phénomène affecte des gens de tous les âges; il ne discrimine pas, alors pourquoi devrions- nous?

En résumé, le suicide peut être dû à plusieurs facteurs différents, tels que :

* Des tentatives de suicide dans le passé;

* Historique de suicide dans la famille;

* Dépression ou troubles de santé mentale;

* Utilisation de drogues ou de l’alcool;

* Événements de vie stressants (perte d’emploi, ruptures amoureuses, conflits, etc.);

* Accès à des moyens qui permettront des comportements autodestructeurs;

* Stigmas associés à la santé mentale et la peur d’aller pour de l’aide.

Voici les signes et symptômes :

* Sentiment de perte d’espoir;

* Verbaliser que l’individu veut s’enlever la vie/se faire mal ou ne veut plus vivre;

* Augmentation de la consommation de drogue ou d’alcool;

* Ne plus parler à ses amis ou sa famille;

* Anxiété, facilement agité;

* Difficulté à dormir;

* Problèmes de comportements/ colère;

* Changements d’appétit/sauts d’humeur.

En résumé, il existe plusieurs facteurs de protection contre le suicide :

* Capacité de résolution de problèmes;

* Recevoir de l’aide (physique, physiologique, abus de substances);

* Accès à des ressources (sessions de counseling individuel et groupes de soutien);

* Avoir de l’aide et du soutien de la famille et de la communauté.

Comment aider :

* Essayez de réduire l’accès à l’individu aux armes à feux, pilules, ou autres méthodes qui pourraient lui causer du mal.

* Discutez avec la personne et l’écoutez sans juger.

* Encouragez la personne à aller chercher de l’aide professionnelle.

Si la personne verbalise qu’elle à un plan (comment, quand, où), appelez le 911.

Si vous avez des pensées suicidaires ou vous vous inquiétez pour un de vos proches, n’hésitez pas de parler avec une intervenante au Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour en composant le 533-9100.

Exprimez vous!

*