S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Voici t’une copie d’la lettre que mon fils aîné m’a d’mandé d’écrire pour lui, à être « droppé off » dans la « mail », adressée t’au Père Noël :

Allo là, le Vieux Grous Môssieux Ho-Ho du Pôle Nôrd :

Ouaye! Mon nom, cé le P’tit Bosko! Pis j’ai 5 ans et d’mie. J’va à la Maternelle pis j’sus z’un grand garçon vraiment-vraiment smarte. J’peux compter jusqu’à 12, sans m’sarvir d’més doigts pis d’més orteilles en dedans d’més bas! J’encôre d’la misère à imprimer le « Q » de l’Alphabet! J’aime dessiner dés p’tits « cars » qu’allons « MEEP-MEEP » pis sortez d’la « way » coumme « drive » vite mon Papa! Ma maman m’apprit qu’c’était pas beau de fiâler més p’tits amis sus l’front, avec ma p’tite pelle t’en plastique orange; so, asteur, j’frappe lés p’tits horloux à coups « d’Teddy Bear » d’sus l’fait d’la tête – – cé plus doux; hmmm, ça fait moins mal! Pis j’écoute ma maman quand qu’à m’parle; pis quand qu’ça vient à mon père, « well » cé d’la « fun » d’y faire enrager…

Cé moi qui va jouer le rôle costumé de l’âne dans la   Séance de Nouël… Cé « too bad », j’n’arai pas l’droit de chanter la chanson de Nouël de <<Hey! Chinngedy Ching /Hee-Haw/ Hee-Haw/ It’s Domininick the Donkey>>! Ma seule ligne à m’rappeler cé Hi-Han; mais parfois j’me trompe pis j’beugle Hen-Hen-Ri, coumme ma mére fait quand qu’mon pére fait d’quoi « d’stupid »!

So, « okay » Père Noël! Voici la « deal »! Tu m’amènes dés cadeaux sous l’âbre; pis moi j’te laisse dés grous keks au sucre pis t’un grous « mug » de lait frette, pour te remplir la beude. Un sac de 10 livres de cârottes pour « feedé » tés « reindeers »! Un « pooper-scooper » pour ramasser lés crottes de tés « reindeers » d’sus « roof » d’la maison ou préfèrais-tu vieux dés bouchons de bouteilles de vin vides pour chacun leu’ « corké » l’trou? Une « flash light » au cas qu’le nez rouge à ton « Rudolph » arrêterait « d’worké » ou « d’blinké »! Pis enlève ouaire tés bottes trempes en sortant d’la cheminée, pour pas salir le plancher nette du salon qu’ma bounne mére s’a tué à la sueur d’son front à « moppé » pis à « waxé »!

J’aimerais d’aouaire pour Nouël t’un « robot », avec dés « laser beam eyes » pis qui « shoot down » du ciel « POW-POW » dés « ennemy space aliens », qui s’en v’nant « invadé » la Planète Terre! Pis dés « Star Wars Lego » pis la « Video Game » dés « Star Wars Lego » (j’ai dis t’une « Video Game » pis pas t’une paire de pyjama… M’as-tu compris?)! Rempli mon bas d’Nouël plein « d’candés », t’un « coloring book » d’animaux d’la zoo pis t’une boîte de 24 craies d’cire (j’ai dis t’une boîte de 24 pis non de 4, car couleuré t’un tigre vert quand qu’t’as pas d’orange, cé pas trop beau)!

Père Noël, j’aimerais de te d’mander t’une « favour » spéciale? D’arrêter visiter pis livrer t’un cadeau de soit t’une boîte de suppositouaires ou t’une grousse bouteille de jus d’prunes à ma grande matante Élise, qu’à l’Hospice dés Vieux, qui s’lamentait coumment « bad » qu’à l’était constipée (quand j’avais été la visiter dans sa chambre, samedi pâssé, avec mon Papa)! Pis un p’tit « container » neu’, afin qu’à puisse (ouaye) saucer son dentier, dans l’temps qu’à dôrt pis qu’à ronfle!

Joyeux Noël, mon Vieux HO-HO! Pis dit allo d’ma part à tés p’tits lutins pis à ta belle femme, Marie Noël (si qu’cé ça son vrai nom?)!

BOSKO

Fils à Hen-Henri à P’tit Boute du Village dés Roseaux

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Cé mon fils Bosko qui m’aïdé à décorer l’sapin, dans l’grand salon. Qu’a insisté qu’y’aye yinc dés « set » de lumiéres qui « blink », encerclant le tout l’tour de l’âbre, « half way » en descendant; pis que « l’upper half » soit momifié épais de guirlandes enfilées de « popcorn ». Pas d’boules, ni d’ornements à « danglé » du boute dés branches! Pas d’ange, ni d’étouèle; mais de flaquer t’une tuque dés « Toronto Maple Leafs » pour orner le toppe! J’ai bin beau asseyer d’le convaincre autrement, mais (ein) voulant pas l’faire horler… J’l’ai laissé gâgner! Par rappôrt qu’c’était c’là supposément lés instructions qu’y’avait obtenu, dans son rêve du lutin escrâbe pis imaginaire du Père Noël, (ouaye, « okay » là) par le nom de Poumme de PinPin Ruban!

J’sus sartain, qu’nous sommes lés seuls dans l’Village dés Roseaux, qu’aront t’un âbre d’aussi original. Même jusqu’aux amis à Bosko, y trouvant c’là « Super Cool » pis « Wow », que moi, son pére, y’a laissé d’être créatif. Sauf pour sa « girlfriend » d’la Maternelle, la « sweet » p’tite Annie, qu’y’a « breaké up » avec, par rapport qu’à l’avait osé d’y suggérer de se débarrasser d’la tuque bleue; pis (« come on », là… que tout l’monde sait ça) qu’ça r’garderait bin plus beau d’enfoncer « instead » t’une botte t’en « gum rubber » d’virée à l’envers d’sus l’toppe!

À nouveau, moi pis Bosk avons décoré le « front lawn » de la maison. Non, vous n’avez pas rêvé c’là… Y’a point d’rois mages pis ni d’camules à visiter le Bébé Jésus dans la Crèche, ct’ânnée! Ouaye! Ce sont cinq « cut out » en « plywood » de bonhommes de neige chantounnant <<Let It Snow! Let It Snow! Let It Snow!>> Au lieu d’Saint Joseph tcheint z’un « hockey stick »! La Sainte Viarge porte z’une « helmet » de « goalie »! Un patin « d’hockey » – – ouaye, « dangle » d’la corne gauche du boeu’! Pis le restant dés caractères pis animaux, portant chacun z’une tuque dés « Toronto Maple Leafs ». Sauf pour le pauvre esclâve de laid borger, avec l’impression d’une dent de peinturée qui y manque dans la goule; forcé en punition (Ha-Ha-Ha), d’être agenouillé, à porter t’une tuque rouge dés « Montreal Canadiens »!

Vous devez vous d’mander « what da heck » qu’rait bin pu arriver t’aux rois mages pis t’aux camules? Vous avez yinc à r’garder d’sus l’toit d’ma maison. Ct’ânnée le traîneau du Père Noël est halée par trois camules! Cossé qui devrait être le sac de bébelles – – « POPS OUT », la tête à Balthazar pis Gaspard! Pis Melchior, bin cé lui qui « ride » la « sleigh »! Vous r’marquerez que la tête du « Santa Claus » est coincée dans la cheminée; pis que lés t’utes sés « reindeers » ont « crash-landé » parmi lés branches massives de l’érable tchenons d’boute devant notre maison!

S’lon l’imagination à Bosko, cé c’là que représente NOËL – – Beau pis Spectaculaire!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’ai quasiment fini d’sculpter en bois d’érable ma propre Crèche de Nouël, afin d’flaquer d’sus l’manteau d’la cheminée. Lés plus hauts parsounnages sont d’environ 12 à 13 pouces deboutes pis ceux d’agenouillés d’environ 7 à 8 pouces. Lés plus massifs, tels que lés camules, bin z’eux sus leux jambes, mesurant t’une quinzaine de pouces en hauteur pis 4.5 pouces de largeur. Le boeu’, l’âne pis lés borbis sont ciselés trois quart de moins grous qu’lés bêtes d’Asie à deux bosses. Jusqu’à date, j’ai dés pansements sus toutes lés boutes dés doigts, dont j’me suis coupé accidentellement avec mon p’tit couteau à poche. Qu’a point été aisé non non plus à voulouaire sâbler « off » le sang qu’avait e’ r’volé en p’tites gouttes en plein vi-sage du roi mage Melchior, qu’asteur y dounne l’illusion qu’y’a dés « bloodshot eyes ».

Cé ma chère belle femme « Betty » qu’a modèlé pour la Sainte Viarge, avec t’un « printed beach towel » d’un houmârd de d’sus l’fait d’sa tête… « Mind you », j’n’ai pas taillé le relief de houmârd de d’sus la surface du ouaile, parce que j’ne voulais pas faire passer ma figurine coumme étant y’une qui travaille dans z’une shoppe à houmârd. Pis cé t’en m’examinant dans l’mirroué du « bathroom » que j’ai réussi (bin « come on » là) de rendre « handsome » le Saint Joseph. Si qu’j’arais suivi lés suggestions à mon fils Bosko, le Bébé Jésus arait pu « endé up » à r’sembler (Ha-Ha-Ha) à « Bob the Minion » quanque qui fait dés grimaces pis qui rit… Mais pour pas l’faire horler, pour plaire mon fiston, le Christ s’ra le seul dans son berceau, à l’intérieur d’ma Crèche, à serrer dans sés bras t’un « stuffed toy » d’un bébé éléphant! En plus, s’lon mon aîné, y’arait pas d’borbis dans l’auge, ça s’rait dés bonhommes de neige qui dansent…

Lés trois rois mages, j’me sus basé de d’sus du vrai monde que j’counnais… Mon ami octogénaire, le Vieux Dosithé, bin lui m’a inspiré de voulouaire le sculpter comme étant Gaspard (cti-là d’Asie)! Le Pére Abel, le tchûré d’parouaisse, a été mon sujet d’étude pour la statuette de Balthazar (cti-là d’Afrique)! Pis pour la figurine de Melchior (cti-là d’Europe), cé l’artiste Francis du Djâble qu’a modèlé sans saouaire (ha-ha-ha) qui modelait…

J’ne peux point vous mentir pis j’espère que cossé que j’vais partager avec vous z’autres ne va point offenser parsounne, mais je me suis sarvi de photos qu’j’ai prise en cachette de l’effarée-face de Gertrude à « Fried Fish » afin de réussir à graver la « shape » de chacune de més camules… Coumme lés bosses, « cup size 40 D Large »; avec son laid long « fur coat » d’sus l’côrps, créant l’illusion d’un derriére exemplaire d’une camule; la goule parfaite (lés mâchoires croches pis la langue épaisse) quand qu’elle se met à baver dés histouaires contre lés autres.

J’me suis sarvi de ma cousine Delphine B.B. Bosse, pour l’image de l’ange chantounnant dés <<Louanges d’Alléluias>> dans la Crèche, sauf sans l’chapeau d’cowboy d’sus l’fait d’la tête!

Aussitôt qu’j’arai fini d’sculpter, j’vous inviterai à v’nir che-nous admirer mon chef d’œuvre ou à même p’t’être prendre dés portraits.

« Anyway », on s’ouaira p’t’être à la « Santa Claus Parade », de cte samedi ‘citte! « Cheers »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ct’ânnée icitte, j’allons célébrer c’la plus tôt la « Santa Claus Parade », dans l’Village dés Roseaux! Qu’ara lieu (Mêshoummes) samedi, le 26 novembre en après-midi; vers lés 2 heures. À youssé que le défilé débutera du Vieux Tchaie pis se terminera jusqu’au « parking lot » de a sainte église. De cossé qu’j’ai pu comprendre, dans la « parade »: y’ara au d’là t’une soixantaine de chars allégoriques, sept <<tur-lu-tu-tutes>> »marching bands », dés jouals greyés d’gorlots, dés « juggling clowns », dés « flaming-twirling » majorettes, « Miss Frozen Brussel Sprout » du Carnaval d’Hiver 2016, tcheques grousses poches du gouvarnement pis en darnier la fameuse « float » du Grous Mou du Nôrd (« Oh my Gosh » de « Oh my Gosh », le vrai « Santa Claus »).

Après qu’la festivité extérieure d’applaudissement pis d’émerveillement sera terminée, le monde seront invités à l’intérieur de la grande Salle Paroissiale pour v’nir se rafraîchir le gorgoton avec du bon chocolat chaud pis avec dés p’tites « marshmallows » blanches qui flottent sus l’toppe; en même temps qui seront libres d’âller « browsé » à visiter lés plusieurs kiosques d’artisanats ou d’la Grande Vente de Nouël, dans l’énorme salle communautaire! La plus grande excitement d’joie sera la « line-up » de p’tites faces basanées de jeunes, pour âller s’assir sus lés genoux du « Santa Claus », à y « whisperé » leu’ longues « Wish List » de bébelles; pis d’aouaire leu’ photo d’prise avec le « jolly » grous bidou avec la « curly » barbe « ultra » blanche satinée!

Y’ara sartainement d’la compétition entre parsounnes adultes à voulouaire s’assir sus lés genoux du « Santa Claus ». Aussi longtemps qu’ça vire pas en « pushing match », dans la « line-up »; à youssé que tchequ’un pas trop « bright » pis mal-patient, « knockera out » la parsounne d’en avant d’lui ou y’elle avec t’une couronne de Nouël ou pire avec t’un sac rempli pesant de « barley toy candy ». En faisant t’une geste pareille, ça mets-tu pas automatiquement la parsounne de d’sus la « naughty list » à s’mériter t’une patate pourrie d’être enfoncée dans l’fond du bas d’Nouël???

Pour me sauver d’m’acheter t’un « stamp », ça s’ra plus « cheap » pour moi de livrer en parsounne ma lettre de Nouël t’au « Santa Claus ». Ct’ânnée, j’y d’mande yinc pour t’un « Ski-Doo »! As-tu compris « Santa »??? T’un « S-K-I-D-O-O mobile »! Pis non, t’une « ski-doo suit » avec dés bottes pis dés « matching » mitaines d’hiver! Pis trompes-toi pas non plus; en m’laissant sous l’âbre de Nouël, t’un cadeau d’un « Scooby Do Be Doo Plush Toy »; « mind you », mon fils Bosko en aimerait y’un ctés toutous là! Ouaye, grous mou! Juste flaque tés gobbines de lunettes sus l’boute de ton nez pour lire attentivement ma lettre… Après t’ute pis « come on », j’ai té t’un bon grand bidet t’ute l’ânnée!

À la s’maine prochaine! Ou qu’on c’la ouaira tous (« Hurray-Hurray ») à la « parade »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui l’savons pas, bin temps jeune, j’étions le « best triangle player » dans la « Marching Bugle Band » du Village dés Roseaux! J’avais pas assez de « pucker power » dés babines pour « tooté out » t’une note haute du « horn »; mais « mind you », j’pouvais tu « ever » faire vibrer t’un bon <<PING>> à la « beat » de la chanson populaire de Djerre « of » <<The Boys In Company C>>.

Pis parce qu’y’avait parsounne qu’était intéressé de voulouaire jouer la trompette à la Cérémonie du Jour du Souvenir, devant le Monument Commémoratif du village… Bon samaritain que j’sus, j’ai décidé d’offrir mon talent musical de joueux d’triangle, d’asseyer d’interpétrer la <<Darniére Sonnerie>>, après le deux minutes de silence. Ça m’a point « hurté » là, qu’y’avons refusé ma proposition. Poliment (« Thank You », mais « No Thank You » là), lés organizeux de l’évènement m’avons « still » invité à faire pârt au décorum: à disposer t’une couronne de coquelicots en hoummage ou souvenir de mon défunt grand-grand-pére Joseph Alvin P’tit Boute, ancien combattant de la Première Djerre Mondiale ou défendeur de la nation, mort héro en service militaire.

J’m’en souviens à la p’tite école, quand qu’la Madame (« sniff-sniff », larme à l’œil) nous faisait réciter le fameux poème « In Flanders Field » (Au Champ d’Honneur) du médecin militaire « John McCrae ». Ouaye, mêshoum-mes-mêshoummes, que le coquelicot représentait lés sacrifices dés braves soldats de la Premiére Djerre Mondiale. En guise de soutien à nos vétérans canadiens, d’être fier de porter à la boutonniére cette si belle fleur rouge-sang. Moi, j’encôre ma cicatrice de coquelicots contre mon « chest », en raison qu’une fois par accident (Yeoye-Yeoye-Yeoye), j’m’en avais épinglé y’une dans la peau d’ma poitrine!

Triste à dire, mais le retour à mon grand-grand-pére Joseph Alvin P’tit Boute t’au pays, a été son côrps frette pis « stiff » de livrer dans z’un cerceuil. Laissant dans l’deuil son épouse, sa chère belle Mathilde, à s’occuper t’ute seule dés neuf orphelins pis à « managé » la « farm ». Cé vrai que je ne l’ai p’t’être pas counnu, mais j’appris à l’apprécier (d’être « in awe » de lui) en travers dés récits racontés de la bouche de més grands-m’n’oncles ou de més autres membres de ma famille. Parfois, j’va même le visiter, devant sa pierre tombale, t’au Cimetchére; j’y parle… Pis dans le silence, j’écoute cossé qu’y’a à m’conter ou qu’y’arait à m’aviser… Ma façon à moi d’y laisser saouaire que je ne l’avons pas oublié pour sa bravoure!

À la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Pour ceusses-là d’vous z’autres qu’avons r’marqué l’élonge qui s’fait ajouter t’au P’tit Musée du Village dés Roseaux, cé grâce à la générosité de grand tcheur du don de cent cinquante milles piastres de la part à la vieille fille de Maguitte à Laurent à Sam Hébert, du Vieux Chemin du Tchaie. Hmmm-Hmmm! Aussitôt qu’la construction s’ra terminée… « Yup »! Marie Calotte, historienne locale pis responsable dés artéfacts de souvenirs d’antan, ara comme défi de créer l’ambiance d’une forge, à l’intérieur de cette salle. Lés objets, qui s’ront mis en « display », parviennent d’la grande « dig » qu’a y’eu lieu en août 2016, de d’sus l’terrain d’la « farm » d’la Famille dés Boudreau. À youssé qu’a été découvert, quatre pieds sous la terre, plusieurs objets en fer pis d’anciens outils de forgeron.

Ouayez-vous, le darnier forgeron du village fut le pére à Maguitte. Qu’était « nicknamé » le Vieux « Horseshoe », parce qu’y’avait la réputâtion légendaire d’être le meilleur fabriqueux de fer à joual d’icitte jusqu’au fin fond d’Aulac; pis imaginez-vous ouaire, la rumeur inclus (mêshoummes-mêshoummes) jusqu’à même Truro, d’la Nôvé Scôtché. Hélas, cé la journée du 7 novembre, 1959, qu’y’é môrt. Dans l’temps qu’y’asseyait d’ferrer « Nellie », la jument blanche têtue du Fermier Landry, du boute de Saint-André. Qu’la bête y’a « bucké » à coup puissant d’sabot, en pleine face; pis (POUFFE) coumme t’une balle de fusil à chasse, sés dents d’en haut d’la goule y y’avons pété « out », drette en travers, de l’erriére du crâne.

À l’heure même de l’enterrement au Vieux « Horseshoe », la forge brûla mystérieusement jusqu’à terre. Cé icitte, que deux s’maines plus tard: seule, avec neuf enfants à s’occuper… N’ayant pas grand choix, qu’la veuve ou qu’la mére à Maguitte décida de vendre la « property » d’la forge à la Famille dés Boudreau. Pis avec le file dés ânnées qui s’écroulèrent, enfoui en-d’sous un amas d’fumier à vache, s’effacèrent trantchillement lés traces de l’emplacement de l’atelier: à youssé que le « well known-whistling » Vieux « Horseshoe » travaillait autrefois, à la sueur d’son front, lés métaux chauffés au feu.

Pis quand qu’la découvarte archéologique d’la forge fut annoncée t’aux gens du village, cé icitte dans l’excitement d’la nouvelle qu’la bounne samaritaine de Maguitte fut inspirée à voulouaire rendre hommage à son défunt pére. Vous devez vous d’mander: « where da hell » qu’la belle Maguitte a bin pu prendre l’argent pour « affordé » d’payer un si prestigieux projet? « Well »! La rumeur va Chez Alfredine « Hair Salon », s’lon la grande dgeule de Gertrude à « Fried Fish », que Maguitte avait c’la « probably d’stuffé » dans son vieux « mattress » de lit ou qu’y’un « damn » de bon profit (Ha-Ha) à s’faire faire d’être « bootlegger »?!?

En plusse, ressuscité du gornier poussiéreux à Maguitte: une p’tite valise de voyage, contenant t’une cinquantaine de vieilles photos « black & white » du Vieux « Horseshoe »(Laurent à Sam Hébert), en train d’exercer son métier ho-nourable de forgeron; qui s’ront itout « encadrées » pis exposées de façons permanentes contre lés longs murs du musée. Pis le plusse tchurieux, de « l’estate » dés Landry du Saint-André sera emprunté, pour l’occasion, l’originale jument meurtrière de « Nellie »; mais de « fully » empaillée pis « still » en bounne condition (malgré qu’y’un peu « stuffing pink » qui y traîne hôrs du trou, mais qué réparable)… À mon opinion d’bedeau, qui sera sartainement t’une réunion de deux vieilles counnaissances d’âmes à voulouaire surveiller d’prêt pis à p’t’être même hanter l’intérieur du P’tit Musée du Village dés Roseaux!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Cé moi qu’a été « taské » à décorer la Salle Paroissiale pour le grous « Party Familiale d’la Veille d’la Hallowe’en » qu’ara lieu le dimanche souaire, avec t’utes sortes de « fun » activités pour satisfaire lés gens jeunes de cœur. Mon but cé de « carvé » au-d’là d’une centaine de citrouilles, qui s’ront allumées à « hopefully » créer t’une atmosphère macabre pis d’ombrages dansantes luisant contre lés murs d’la grande « hall » sombre. Avec plusieurs mobiles de pendus du plafond: en formes de « marie-witch », de fantômes, de squelettes, de vampires pis de silhouettes découpées en souris-chaudes (*). Pis y faudra pas qu’j’oublisse non plus de flaquer dés fils d’araignées dans lés racoins; d’en aouaire assez d’épais à l’entrée d’la porte de bienvenue, pour « creepé out » le monde à se débattre dedans pis à leux bailler dés fri-fri-frissons.

Cé moi qu’a été appointé à accueillir lés « trick or treaters », à la porte. « Hopefully » que parsounne me counnaîtrons dans mon costume de « Grim Reaper ». Ein! Un peu « scary », n’est-ce pas? Avant que « l’party start », ej pensais d’voulouaire m’en âller « m’paradé » dans ma « get-up » au Foyer dés Parsounnes Âgées du Village ou d’m’en âller visiter tcheques « friends » malades à l’hôpital… Mais cé ma chère épouse de « Betty » qui m’a découragé d’ne pas y’âller, en m’laissant saouaire : <<Ouayons, Hen-Henri! Imagines-toi d’être « dopé », « out » de ta « mind », d’sus dés « pill »; pis « d’freaké out » bin raide, parce qu’le Faucheur (han-han, le parsounnage de la Môrt) est au bôrd d’ton lit, pendant lés heures d’la visite? En train d’voler pis d’manger tés « get-well-soon grapes » du « fruit basket » que tchequ’un t’avais laissé coumme cadeau!?!>> Asteur qu’j’y réfléchi: Ha-Ha-Ha! Ça s’rait pas trop « nice »!

Lés parsounnes qui voudrons s’inscrire dans la compétition d’attrape-la-poumme-avec-tés-dents-dans-z’un-tonneau-rempli-d’eau n’aront pas le droit d’tricher, en se servant d’leux dentiers, hôrs d’la goule, coumme dés « tongs » de tchuisine, pour asseyer de croquer dans z’une « MacIntosh » juteuse. J’me d’mande tchissé qui va gâgner l’concours à deviner coumment qu’y’a « d’peanut » à cotchilles dans l’grous sac en matériel de jute; pis dans l’grous « jar », coumment qu’y’a « d’candés d’kisses »??? Pis « toss » la tête de squelette dans le « basketball hoop » est mon invention d’jeu (ein, pas mal génial)! Ainsi, qu’le « BOO BINGO »: ouaye, qu’le « bingo dauber » imprime yinc que dés fantômes transparents « lime » vert par-dessus lés nombres de « callés » par le Câlleux d’Bingo (qui lui s’ra greyé dans z’un costume de « werewolf »). Pis cé moi qui va « hosté » le concours du plus vite mangeur de tarte à la citrouille; qué « too bad too sad » que j’ne peux pas participer…

Pis ça s’ra ma fameuse cousine Delphine B. B. Bosse pis sa « band », Lés Bouetteux d’la Baie, qu’allons « entertainé » la foule avec d’la « ghoulish music ». J’ai hâte de danser à la <<Monster Mash>>! La « highlight » excitante de la soirée s’ra à saouaire tchissé qui va gâgner pour le costume d’Hallowe’en le plus original???

Une fois qu’la fête fermera sés portes, pour bin finir la veillée, lés gens s’ront invités d’âller faire t’une tournée guidée dans la noirceur, t’au cimetchére… Ouaye! À youssé qu’une surprise effrayante lés attend… Ein! « You never know », cossé bin qui pourrait surgir d’en erriére dés pierres tombales???

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ej « swishais » més pieds pesants en travers du tapis épais de feuilles mortes, dans la court arriére du Couvent; avec l’intention d’me rendre à la « shed », charcher l’râteau. Quand soudain, « all hell broke loose »: qu’la terre sous més pieds, s’écroula… Coumme si qu’le terrain se transforma en z’une large dgeule rouvarte de bête sauvage, sans dents, m’avalant l’côrps tout rond! Itout, plongeant au moins t’un bon six pieds d’profond, finissant avec més deux jambes jusqu’à la fourche d’entortillés entre dés racines d’arbres d’à môtché-pourries. J’ai bin y’eu beau d’beugler, mais y’avait juste parsounne « around », « at the time », pour v’nir à ma rescousse.

Au lieu de me mettre à paniquer, j’ai pris z’un grand souffle « slow » pour m’accalmir… M’aïder à mieux réfléchir… Ouaye, qui d’vait aouaire t’une maniére géniale d’être capable à sortir d’mon trou? Cé icitte que m’a v’nu l’idée de me sarvir d’més deux plumes à encre, dans ma poche de chemise de ma « suit » de Bedeau, coumme dés piques pointues de « mountain climber »… D’lés enfoncer contre lés murs de terre d’ma basse-fosse, afin « d’wigglé out » à la lumiére du jour. Hop! En moins qu’cinq minutes, me v’là rendu à la surface: d’bin « safe »! Mais avec mon fond d’tchulotte de déchiré, exposant l’énorme « Happy Face » d’imprimée contre le matériel de més drâses!

J’m’en ai été « bangé first » à la porte du Presbytère, parce qu’m’en âller « bangé » à ct’olle-là du Couvent; ej savais que j’me mettais à risque de m’faire badgeuler par la Mére Supérieure. So, après d’aouaire conté ma découvarte t’au Pére Abel, cé icitte qu’y’a taléphoné lés membres du Comité Paroissiale à v’nir investiger l’doummage. Après tcheques « HMMMM » pensifs d’la « gang » d’intellectuels, cé icitte qu’la décision a été prise d’âller explorer (Wou-Hou) le dedans du trou. Ein? Possiblement, y’a p’t’être de quoi d’historique d’enfouie là dedans?!?

Pis coumme de faite: d’emboîté à l’intérieure d’un coffret en bois d’chêne (d’environ 6’ X 4’ X 4’), avec d’étranges reliefs partout pis d’barrée à grous cadenas rouillé, se trouvait t’un trésor d’objets divers en ôr… Pis s’lon notre historienne locale, Marie Calotte: appartchenant possiblement à cti-là du légendaire pirate du 17ième siècle, le terrifiant Capitaine Mozus Le Nutt; dont son bateau (le « Jolly Fish ») arait supposément échoué sus l’ancienne côte du Nouveau Monde; t’une quinzaine d’ânnée avant l’arrivée même dés premiers colons français à v’nir défricher lés terres (l’installation, asteur mieux counnu coumme ma communauté, qué l’pittoresque Village dés Roseaux). Pis qu’le verrat d’snoreau dés sept mers arait enterré sa fortune, avec l’intention un jour de v’nir récupérer l’magot. Mais l’vilain esclâve est môrt du scorbut; pis supposément enterré à tchepart sus l’Île de Shédiac, à youssé qu’son fantôme a été « spotté » à plusieurs reprises, en travers du 20ième siècle, par plusieurs « skinny dippers ».

So, le grand débat va être à tchissé va appartenir le trésor??? Parce que s’a été trouvé de d’sus la « property » du Couvent, cé tu bin lés religieuses qu’allons devenir lés « rich legal owners »??? Ou qu’ça s’ra tu bin la parouaisse qui va gérer coumment « spendé » ou berdasser lés argents??? Pis coumme t’un avocat du djâble m’a laissé comprendre, avec sés grands mots « fancy » de cinquante piastres, qu’ça pourrait devenir itout « a case of finders keepers »!?! « Wow »! « Would be nice; but no, thank you »!

Ouaye! « As long », qu’sus baillé l’crédit coumme « treasure hunter » – – ej s’rai « happé »!

Cé ça qu’a été ma s’maine! J’espère qu’la vôtre a été aussi intéressante qu’la mienne? À la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Y faut j’vous laisse saouaire que ma premiére leçon d’musique d’accordéon, avec la patiente Sr. Marie-Canarie d’la Sainte Divinité d’la Borbis du Bon Djeu, a bien été… J’m’appris à coumment tcheindre coumme y faut mon instrument pis à dounner rythme de vie à la chanson <<IT’S A LONG WAY TO TIPPERARY>>.

Mais quand qu’la session fut finie, cé icitte qu’la Mére Supérieure du Couvent a «stompé in» dans «l’room», à la pesanteur d’éléphant; pis a insisté d’un ton sévère d’sergent (parce que j’sus l’Bedeau d’Église) que je «sound-proof» le gornier «or else», par rapport qu’la musique était dérangeante… Qu’ça dérangeait la concentrâtion dés religieuses qu’asseyions d’prier à la Viarge Marie! Ou c’était tu sa maniére polie à y’elle d’asseyer d’me dire que «I stink» à jouer l’accordéon??? Mais ma professeur m’assuré d’un clin d’œil pis avec t’un «atta boy thumb’s up», que j’l’avais impressiounné… À lire son «body language» : que si qu’à l’arait y’eu t’un «Happy Face» collant à m’dounner… J’sus sartain qu’à m’en aurait «stické» y’un, (FLAQUE) z’en plein milieu d’mon front.

Ein! «Let me tell you»! J’m’ai pressé d’âller charcher lés matériaux nécessaires, à La Quincaillerie du Village, afin que j’puisse coummencer au plus sacrant à transformer le gornier du Couvent en t’une salle antibruit. Sus l’hounneur d’ma casquette de Bedeau, j’vais m’assurer (Ha-Ha-Ha) qu’aucun pète de sœur pourra pénétrer en travers dés murs!

J’appris itout qu’y’avait «such a thing» qu’existait «as» du «acoustical sealant»; qui m’a faite «wanderé» la «mind» à voulouaire m’en sarvir d’une façon originale : Ouaye! Si seulement j’pourrais m’en sarvir à «sealé» lés goules de tcheques échignantes Sopranos d’la Chorale d’Église, qui sont consistantes à massacrer l’beau chant de <<l’Alléluia>>! «Now-Now», mon cher Hen-Henri à P’tit Boute! Ouaye! «Never mind», dés Sopranos! P’t’être bin que j’pourrais m’en sarvir itout à bloquer lés oreilles sensibles dés religieuses qui sont prônent à chialer contre lés étudiants appartchenant aux classes de musique de la talentueuse Sr. Marie-Canarie d’la Sainte Divinité d’la Borbis du Bon Djeu.

«Hopefully», j’aurai la chance de finir à charpentcher l’gornier, avant la fin du samedi de cte «weekend» icitte. Ej trouve c’là «creepy» de travailler tout seul, là haut. Surtout ej «feel» qu’y’a coumme t’une présence froide d’une vieille nounne morte qui m’surveille, quand que j’m’amuse à mesurer pis découper du «sheetrock».

Dans l’temps qu’la «dampening glue» sèche, j’vais aouaindre mon accordéon. Pis t’en pratiquant solo, dans l’gornier du Couvent, <<IT’S A LONG WAY TO TIPPERARY>>; si j’entend une autre fois t’une gobbine de religieuse «complainé» («Blah-Blah-Blah») à saouaire tchissé l’mozus qu’a laissé z’un friffin’ de chat rentré dans la «building»… «That’s it», ej ferai par exprès à tapper du pied pis à jouer mon instrument plus fôrt! So, «take it away», mon beau Hen-Henri! «And-a-one-and-a-two»: «again», <<IT’S A LONG WAY TO TIPPERARY/It’s a long way to go (whoa-ho)/It’s a long way to Tipperary/To the sweetest girl I know… La-La-La>>!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’arrive de nettayer le gornier poussiéreux du Couvent, parce qu’la Mére Supérieure a l’intention de transformer cte grande espace-là en t’un atelier d’musique. À youssé qu’la nouvelle religieuse, Sr. Marie-Canarie d’la Sainte Divinité d’la Borbis du Bon Djeu, offrira dés cours de piano, d’guitare, de violon, d’accordéon pis de chant à ceux pis celles de la communauté du Village dés Roseaux qu’ça intéressent ou qui veulent apprendre… Mais «Warning» : faudra pratiquer, si qu’vous ne voulez pas vous faire claquer lés «knuckles» dés doigts à coups d’règle en bois. J’l’ai rencontré cte «darn» de «musical nun» là, pis à m’paraît la «type qu’enjoyerait» c’là d’être t’une friggin’ de bourreau. CLAQUE! Quand qu’t’étais supposément d’jouer z’un sol dièse (sol #); mais par nervosité («ooops »), qu’tu joues z’un sol bémole (sol»)… Yeoye!

Le «junk» qu’y’avait de «storé» là-haut! Dés caisses de bois remplient d’vieux livres de grammaire pis d’arithmétique d’la p’tite école, datant d’la fin du 19ième siècle. Une grousse valise de voyage, paquetée serrée de ouailes pis de soutanes nouaires de nounnes. So imaginez-vous, que quand qu’le vent devait souffler fôrt dehors: l’illusion créé d’une religieuse, de greyée dans z’une pareille «get-up», ‘e r’semblant à t’une corneille prête à s’envoler au-d’sus dés nuages du village.

L’énorme estâtue en plâtre d’la Viarge Marie, avec t’un œil qui manque pis avec son auréole, tout l’tour d’la tête, de «bendé» pis de «twisté» d’travers… J’ai pu convaincre la Mére Supérieure à ne pas m’érintché le bâs d’l’échine, à descendre la scuplture dés esteppes. Y’avons accepté mon offre que j’la «repair» pis qu’j’y baille z’une «make-over job» neuve… Mais en attendant, qu’l’œil d’verre que j’ai «orderé» dans la «mail» arrive, j’y’avons flaqué z’une paire de «cat eyes sunglasses»; pis qui y’avient coumme t’une admirable sainte vedette! Qu’à l’ara sa place d’hounneur à côté du piano à tcheue, coumme si qu’à «watch» y’elle itout à attraper l’étudiant à faire t’une «mistake» t’en jouant la p’tite sonate facile par Mozart, <<Eine kleine Klavier-Sonate für Anfänger>>… Pis CLAQUE!

Moi, l’accordéon! Ça m’intéresserait à m’apprendre à mieux jouer l’instrument. Cé mon ami octogénaire, le Vieux Dosithé, qui m’a fait cadeau de l’accordéon qu’arait autrefois apartenu à mon défunt pére. Que ouaye! Quand que «j’squeeze» lés pitons, j’fais sounner le souffle>>, coumme t’un vieux matou qui souffre «d’asthma»! Qué pour c’là qu’ça s’rait à mon avantage de me registrer à prendre dés leçons d’musique, avec l’incroyable Sr. Marie-Canarie. Mon rêve, ça s’rait d’être aussi bon musicien, coumme mon super idole d’enfance de «Lawrence Welk»! <<And-a-One! And-a-Two… A-Cha-Cha-Cha>>!

J’en ai discuté, avec ma chère «loveable Betty»; pis à trouve s’une gobbine de bounne idée que j’m’en alle prendre t’un cours de musique… So, «guessez» ouaire «what», ej coummence (tout excité) ma première leçon, lundi d’la s’maine prochaine, à 10 heures du matin. Aussi longtemps que j’me fasse pas CLAQUE contre lés doigts, «half-way through» ma premiére d’mie-heure!?!

À la s’maine prochaine… «Hopefully», un p’tit brin plus talentueux pis mélodieux que d’habitude!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église