S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Chère Mame (la Veuve Marie-Paule) :

Pour la Fête dés Méres, (ouaye) j’arais bin pu te « whittlé » t’un neu’ dentier fabriqué t’en bois franc, afin t’aïder préférablement à « chewé » d’la viande de « moose » ou à mieux « munché » de d’sus t’un épis d’blé d’inde tchuit, borvé d’beurre! Dés fleurs arait été « nice » itout à te bailler coumme cadeau, mais j’ai décidé de transformer pis t’offrir lés belles paroles de mon tcheur coumme étant ton boutchet d’amour d’un fils.

« Clumsy » qu’j’étais t’en grandissant, t’aurais pu à plusieurs reprises me « muzzlé » la goule avec t’un large « band-aid », pour m’arrêter « d’whiné » du mal; mais affectueusement ou chanceux pour moi, tu t’en servais pour me sougner lés plaies d’més genoux; pis ensuite d’me becquer lés bobos, afin qu’ça dguèrisse plusse vite. La paume de ta main contre mon front était souvent ton thermomètre à déterminer si qu’j’faisais d’la fièvre. J’m’en souviens itout du plâtre de moutarde que tu m’avais appliqué contre ma poitrine, coumment vite qu’ça m’avait aïder à débloquer més poumons du maudit grous rhume tannant. Coumme étant ma mére, t’as joué plusieurs rôles remarquables… Pis ct’olle-là de garde-malade en a été l’une de tés plus grandes préoccupations!!! Merci! Merci! Merci!

Dans ton cas, tu as été obligée de jouer lés deux rôles de parents. Avec Pape de soudainement môrt, t’laissant veuve jeune avec cinq enfants sous lés brâs… Forte de caractère pis déterminée qu’t’étais, sans jamais t’entendre te lamenter, t’as faite t’une gobbine de bounne « job », ma mére, à nous élever… Pour c’là, y faut que j’te dise que tu as été t’une grande inspirâtion dans ma vie.

En plusse, je recounnais t’utes lés sacrifices que t’as faite pour t’assurer que tés enfants viennent en premier… Ta mission : Mêshoummes-Mêshoummes, qu’j’n’allions pas vivre dans la pauvreté! Ouaye! Qu’j’arions dés belles hardes à nous porter d’sus l’côrps, pour âller à la p’tite école; qu’j’arions pas lés trippes d’la beudaine à nous crier, avant la couchette. Ouaye! J’me souviens itout qu’t’allais nettayer lés maisons dés autres, pour t’sauver dés cennes d’extras pour nous payer la traite à Nouël pis même pour nos « birthdays ».

Ej sais, j’ne pourrai jamais te repayer pour tout c’là d’merveilleux qu’t’as faite pour moi… Hounnêtement, ça que j’te dois le plusse au monde cé MERCI INFINIMENT et avec le plus GRAND RESPECT!

Ha-Ha-Ha, du plus beau d’tés enfants (mais dis le pas aux autres).

XOXOXOX

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Joël Bidet, cte grand lingot d’éflintché là, s’a décidé de s’acheter t’une bicycle à pètes, pour asseyer d’impressiounner lés vieilles filles naïves du Village dés Roseaux qui traînent leux semelles à « l’Ice Cream Take-Out » du Vieux Tchaie. Croyez-moi, y’a rien « d’COOL about » t’un « fat-a-guy » qui porte t’un potte à soupe t’en aluminum vide coumme « helmet » d’sus l’fait d’la tête pis qui s’greye avec t’un « fake jacket » de tchuire troué avec t’un énorme « crest » piqué dans l’dos « (Ha-Ha-Ha) qu’advertize I’M A CHICK MAGNET »!

Cé coumme j’entendu la « single » Loretta à Bill à Joe Crapaud d’Lac s’moquer, quand qu’Joël s’en a v’nu « parké » sa baratte pis polluer l’air dans « l’parking lot » du « Take-Out »: <<Ej gaspillerai pas mon bavas à admirer cte « goddarn » de « wanna-be-biker-loser » là. Non-non-non-non-non! Mon bavas – – j’la résarverai, pour fripper ma « soft ice cream »!>> Qu’j’assez rit, que j’me sus quasiment engotté de d’sus la cerise de mon « banana split »!

Entre lés « gas fumes » de sa « bike » pis la « choking » senteur de son « after shave » ou la combinaison dés deux?!? « On top of that », « throw in » la sueur puante de sés sous-d’bras!!! Qui « mean » de dire que Joël Bidet sait littéralement coumment faire brailler lés filles – – pas dans le sens d’un « heart-breaker »; mais plutôt coumme t’un zirable « air contaminant » à faire ruisseler lés larmes aux yeux! Coumme pitché, Joël! Ouayons! Pitché!

Faut j’vous conte que quand qu’Joël Bidet, entre l’âge de 4 ou 5 ans, s’amusait avec sés p’tits « chums », y’avait déjà le sang malin d’un « biker » dans lés veines. Qu’y’avait formé t’une « tough gang » de « bi-kers » à bicycle à 3 roues, qui s’amusions à terroriser le ouasinage par s’en allant « scratché off » la peinture dés « bikes » dés autres… Pis coumme « leader of the pack » (y s’noummions lés « Smart Alecks » Sauvages) dounnait dés commandes à sa « crew » d’âller soit voler dés cocombres ou dés tomates en travers dés jardins du village. Pis parce qu’la « gang » ne m’aimions pas, j’m’en souviens coumment qui s’faisions z’un grand plaisir à m’garocher méchamment dés « crab apples » ou du gravier après moi pis mon p’tit frére l’Al… Pis étant t’un p’tit horloux à 5 ans, (Ya) j’m’en souviens qu’j’m’en allais m’faire brailler à la maison – – à youssé que j’savais qu’un becque trempe de ma mére d’sus l’front allait m’dguèrir t’utes més bobos!

Rendu à l’âge adulte, faut j’admettre, je n’ai pu peur de lui… Ha-Ha-Ha, si qui oserait voulouaire m’attaquer, j’m’appris à courir plus vite de mon assaillant dans mon cours de « Self Defence » (dans més ânnées qu’j’étais « Bingo Caller » afin de m’protéger dés « Angry Bingo Callers » (parce qu’après t’ute être t’un « Bingo Caller » est considèré t’ute t’une « risky job »).

Hmmm! Malgré qu’y’asseyer d’faire sa « move » de « charmer » de d’sus Loretta à Bill à Joe Crapaud d’Lac… Let me tell you, qu’à s’a pas gêner d’y écrâser le restant d’son « cone d’ice cream » d’sus l’front; pis d’y dire de « buzzé off », avant qu’à s’mettre à l’fesser à coups « d’purse ». J’ai jamais vu t’un « fat-a-boy jumpé » si vite de d’sus sa « bike » pis d’nous faire avaler tant d’poussière en faisont « squealé » sés « tires »! Y « drivait » assez vite, que j’pouvais entendre le vent y picoler d’frayeur à l’intérieur de son potte à soupe t’en aluminum vide, d’enfoncé d’sus l’fait d’sa tête!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Cte s’m’aine icitte, ej s’rai trop « busy » à organiser préparer la Salle Paroissiale pour la « Big Weekend Yard Sale ». À youssé qu’y’ara au-d’là d’une soixantaine de kiosques, avec beaucoup de « junk » pis d’artisanats à vendre. J’n’aurai pas d’table là à vendre més minis sculptures en bois, car je serai trop occupé à vendre dés « hot dogs » pour la levée d’fond du Mouvement dés Scouts. Qui s’annonce d’être « quite » d’la « fun »!

Qué pour cela que j’ai décidé de d’mander à ma cousine Delphine de voulouaire prendre « over » ma « spot » dans la section de la gazette du Moniteur … Pis qu’elle a bin accepté partager t’une recette favorite à y’elle qui s’trouve être d’imprimée « by the way » dans son livre populaire de recettes, intitulée D’la Pantry à Delphine 2008. Ouaye, que voici :

 »Corn Chowder » au boeuf z’à la Vieille Maguitte

– 1 livre de viande de  »hamburg » – – ouaye, d’la  »lean »…

– 1 ognon, tranché…

– 6 à 8 patates, avec la pelure d’enlevée pis coupées z’en dés…

– 1  »can » (15 onces) de  »cream corn »…

– 1  »can » (15 onces) de  »whole kernel corn »…

– 2 cuppées d’lait…

– sel pis poivre au goût…

Dans z’une poêle, à feu mo-yen, faire tchuire la viande de  »hamburg » pis l’ognon.

Dans z’un potte à soupe, faire tchuire lés patates jusqu’à ce qui soyons tendres dans le moins d’eau possibe — pour environ un bon 20 minutes.

Ajouter  »l’cream corn », le  »whole kernel corn », le lait pis  »l’hamburg » tchuit z’aux patates. Laisser mijoter pour un bon 30 minutes.

Sarvir avec du bon pain frais beurré.

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

À la s’maine prochaine, « hopefully » avec d’la « fun gossip » à vous conter…

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Quand qu’j’étais jeune, ej rêvais d’être t’un astronaute; d’m’en âller explorer l’espace ou d’me l’imaginer l’faire entre l’espace de més deux oreilles. Cependant lés circonstances de ma Vie m’ont guidé ailleurs; non vers la direction dés z’étouèles au-d’là de l’infini d’la galaxie, à youssé qu’j’aurais bin vraiment aimé d’visiter… Exceptez qu’à 16 ans, més pieds m’ont mené, l’autre bôrd du chemin d’terre à l’époque de la maison à ma mére, à l’église; pour être engagé au poste honourable de Bedeau d’Église!

Imaginez-vous ouaire qu’ça f’ra déjà 25 ans, cte vendordi icitte, que j’travail pour la sainte parouaisse. Pis l’vénéré tchûré, dans son ton jovial, vient tout juste de m’annoncer que l’Comité Paroissial avons décidé de voulouaire célébrer lés étapes importantes de ma carriére, avec t’un énorme banquet; qu’ara lieu le darnier dimanche de cte mois icitte, « of all places », à la Salle Paroissiale. Ouaye! Tenant me présenter avec t’une plaque de remerciement, à youssé qu’après c’là que j’pourrai « hangé » d’sus l’un d’més grand « wall » de mon office ou atelier d’Bedeau. J’espère que parsounne « mistakera » l’inscription coumme étant t’un Diplôme de Doctorat t’en Bedeau-ologie (ej pense pas que cte grade élevé là existe t’au niveau Y’Où-ni-varse-i-taire)… Mais t’une plaque s’un « wall », (Ein) ça ‘garde toujoux bin!

La « high-light » de ma profession a été l’époque à youssé qu’mon plus grand défi a été à réparer lés plusieurs estâtues saintes en plâtre, à l’intérieur de l’ancienne édifice sacrée, dont lés surfaces s’écroulions en poussiére. Avec lés plusieurs z’ânnées de la pârt dés paroissiens à becquer lés pieds nus d’la bienheureuse idole de Sainte Thérèse, « no wonder » qu’son grous orteil a « endé up » à quasiment engoter la Vieille Hermance à Polythe pis à poudrer le tout l’tour dés babines de bin dés croyants. Que cé yinc avec la technique de papier maché que j’ai réussi à remettre à neuf sa pattounne; malgré qu’son pouce du pied, (ya) j’l’avais plutôt modelé à r’sembler à t’une p’tite patate parfaitement ronde, que j’aurais « diggé out » du jardin à ma mére la Veuve Marie-Paule, au début d’la saison d’moisson. Pis quand qu’lés mulots dés champs avons décidé de s’en v’nir envahir le sous-bassement pis de s’installer vivre au-dedans dés figurines de la Crèche: « now », ça cé t’une histouaire résarvée pour t’une autre journée.

Quand qu’le plafond de la vieille église s’est écroulé en flocons de plâtre, avec mon chef-d’œuvre d’anges pis d’archanges pis de plusieurs saints – – y faut vous dire que cela m’avait beaucoup fait de peine. Mais mon rêve avenir, avec la permission du Comité Paroissial, serait d’offrir més services artistiques à « designé » pis peinturer à nouveau le plafond de la nouvelle église, avec ma vision ou interprétation moderne de cossé ressemble le Paradis Terrestre. Ej sais j’encore beaucoup d’énergie à contribuer à la Parouaisse; pis cte darnier projet serait définitivement le plus bel héritage de ma part, à voulouaire laisser à ma communauté! Ein, « you never know »??? Pis si qu’j’sus capable de réaliser cte rêve sublime là pis qu’l’Église tcheint z’encôre deboute dans z’un autre 200 ans d’asteur – – hmmm, p’t’être bin qu’y’ara t’un livre historique d’arts qui parlera d’moi (au 3ième chapitre, 3ième paragraphe, 3ième ligne, 3ième mot), me comparant t’au grand artiste Michelangelo; exceptez qu’mon nom d’artiste canadien sera listé coumme étant (Ha-Ha-Ha) le prestigieux Hen-Henri-Jello!

« Anyway », j’sus fier de ma profession! Pis honouré que l’Comité Paroissial veule m’honourer… J’veux point sounner coumme t’un brageux, mais vraiment mon cher beau Hen-Henri j’me dis, (Ya) « Atta Boy »! Pis WOUHOU-WOUHOU!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Moi! Parsounnellement, j’me mettrai point ma tête s’une bûche, afin d’prouver l’existence de l’animal caricaturé le Gwéléyouppe!?! Mais apparemment l’autre jour… Hmmm-Hmmm! Vers la mi-après-midi, dans l’temps qu’la belle Rosalie Croque-Potte, la tireuse de cartes du Village dés Roseaux, était z’en train d’accrocher à voulouaire faire airer sa «girdle» pis sa brassiére à double-baril dehôrs de d’sus sa ligne à hardes, qu’à l’arait témoigné la créature hideuse (dont j’fais mention) à errer son côrps bossu ou défiguré sus le long d’la côte.

Ouaye! Voici la description parfaite de la bête, qui m’a été fournie par Rosalie: Mêshoummes, y’avait la peau bleue-verte d’écaillée partout à r’sembler pareillement à la carcasse d’un maquereau! Lés yeux perçants, dés deux côtés d’sa tête, aussi ronds pis saillissant que dés «120 watt light bulbs» rouge-aveuglantes pis clignotantes! T’une barbiche jaune-orangée foncée d’sus l’menton, d’emmêlée coumme d’la laine d’acier! Pis t’une longue chevelure gris-noirâtre, épaisse-pesante à quasi l’image du pelage piquant pis poiloux d’un porc-épic! Mais cé son cri à faire glacer le sang, qu’a… Ouaye! Qu’a… Qu’a ébranlé Rosalie à voulouaire déguerpir de d’là, au plus sacrant! Une fois rendue t’en sécurité à l’intérieur de sa maison, cé t’en jetant t’un coup d’oeil vite t’en erriére d’son rideau d’tchuisine qu’elle s’en a aperçu le Gwéléyouppe disparaître en entier dans lés vagues déchaînées de la mer; possiblement retourner se cacher dans son habitat naturel, qué le chenal.

S’lon Marie Calotte, l’historienne locale, tel que décrit dans le journal du premier prêtre à v’nir s’établir (un noummé Père Robidoux), que le Gwéléyouppe fut sa premiére apparition terrifiante au début du troisième mois, de la deuxième semaine, du quatrième souaire târd de la fondation du Village dés Roseaux. Imaginez-vous, défonçant la porte de cabane d’un certain vieux garçon de ct’époque-là, t’un sartain énerré noummé «Frang» Gallipotte Boudreau, v’nir face à face avec t’un luciférien pareil!!! Mo-yetout, j’arais taché le fond d’més drâses! Par chance que «Frang» a pu s’échapper de sa cahute, t’en grimpant vite hôrs du trou de sa cheminée non-allumée, t’en sécurité d’sus l’fait d’sa toiture! Pour là, sauter, sans s’câsser lés jarrets du côrps, pour hârer par la suite dans la noirceur t’en direction de la chapelle – – dont quand qu’y’arrivé là, chanceux qu’y’a été, que l’prêtre se trouvait là, d’agenouillé à prier…

Cé armé d’un crucifix, sa Bible pis d’eau bénite, que l’prêtre t’en procession de tcheques autres hoummes braves du village s’en allèrent en direction de la cabane à «Frang», à youssé qu’y’ont v’nu face à face momentanément avec le Gwéléyouppe! Qu’le monstre infernal, soit de panique ou sentant l’danger, s’a décidé («ZING» pis «PA-CHOW») de défoncer drette en travers d’la foule, faisant trébucher prêtre «and all». Y’ont jamais té capable de l’capturer, car le Gwéléyouppe étant plus vif à fêler l’vent en môtché, a réussi (POUFFE) s’en âller disparaître sous l’étchûme abondante d’une aveugle mer sans fond, par une nuit sans lune.

Cé t’au lendemain, que le saint houmme de Pére Robidoux, t’en jasant avec t’un certain Chef Autochtone de la région, qu’y’a apprit le nom de la créature… «Wow»! L’abominable Gwéléyouppe! Car s’lon la légende, semblable à t’un démon, quand qu’la bête a faim – – y’a tarriblement envie yinc pour dévorer de d’sus lés ossements de parsounnes détestables pis meilleur quand qu’cé ceusses-là «yum-yum») d’enfants désobéissants qui ne veulent point écouter à leur mére!

J’m’en ai été m’coucher souvent, temps jeune, à m’intchèter si qu’le Gwéléyouppe allait v’nir me «snatché out» en d’sous d’la cachette de més couvartes pesantes de lit??? Mais «nope», y’a jamais sourdu; pis ni que j’counnais tchequ’un qui s’est fait dévoré par lui!?! So, si qu’le Gwéléyouppe a apparu récemment pis qui «crave» pour «snacké» d’sus tchequ’un d’la viande fraîche de vilain??? Ha! Ha! Ha! Tchissé parmi vous qu’ça pourrait être, qué si détestable de la pareille sorte à se mériter un tel sôrt ou la visite terrifiante du Gwéléyouppe???

«Hey»! J’sais pas «about» vous z’autres, mais moi là-là, ej «plan»de bin garder ma porte de ma maison de bârré coumme y faut… Ya! «Just in case»! Ein, avec moi – – «you never know»!?!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Mon chien vaillant de « Cracker Jack » a trouvé t’une famille de quatre p’tits minous abandounnés, qu’y’a décidé d’adopter pis de « sneaké in » dans la maison, sans qu’parsounne de nu-z’autres s’en aperçouève… Ne sachant pas, ouaye; imaginez-vous dans l’milieu d’la nuit (vers lés dix z’heures) s’faire réveiller par dés sons mystérieux de ronronnement??? Dont j’m’ai faite « nudgé » par ma bien-aimée « d’Betty » me disant tu ronfles bin « weird » mon cher Hen-Henri!!!

<<Sssshhh>>, j’y’ai doucement « bégayer » d’un ton « somewhat » craintif, « yet » brave! <<Le-le bruit sem-sem-semble ve-ve-ve-v’nir « out » d’la « hall » de notre po-porte de chambre… J’vais â-â-âller e-e-e-explorer… « What the hmmm » là-là qué « out there »!>>

La résonance m’a guidé lés pantoufles vers la grande « closet » d’essuie-mains du « bathroom », qu’était d’à môtché rouvarte… Qu’était vraiment suspecte, par rappôrt qu’la porte là est toujours tcheins farmée… Hmmm? Lés pentures n’avons pas y’eu l’temps d’grincer, quand qu’j’ai vite halé de d’sus la pougnée! « Guessez » ouaire tchissé qu’j’attrapé en train d’récomforter, t’en frippant-lavant, sés p’tits orphelins poiloux??? Ouaye, l’incroyable de grand tcheur de « Cracker Jack »!   « Cracker Jack » m’a r’gardé avec sés « sad puppy eyes », en voulant dire : « pre-pre-pretty please » laisse-moi lés garder… Cé t’avec ma réponse de « Atta Boy » qu’j’y’ai baillé mon « approval »! Que la tcheue s’a mise à y escouer d’joie, aussi vite qu’un métronome de musique. Qu’j’ai clamé à mon épouse qu’c’était « safe » à v’nir ouaire t’ute suite, afin de (« SURPRISE ») l’introduire à nos nouveaux membres de la famille. Qu’a réveillé itout lés enfants à voulouaire v’nir « snoopé » cossé qui s’brassait dans la salle de bains??? « Now », vous savez cossé qué l’effet d’émerveillement de « cute » minets peut aouaire de d’sus z’une parsounne??? Aaaah, trop adorable!!!

J’avons laissé lés enfants baptisé lés félins. Cti-là qu’son poils est assez mataché qu’ça mire sus l’vert, bin lui son nom est « Pickles ». Cti-là qu’à t’une patche de poils nouaire tout l’tour de l’œil drouette (le restant du côrps est aussi blanc qu’la neige) pis en plusse qu’à t’un grinche d’endjâblé, bin lui là-là sa célébrité sera Pirate! La p’tite orangée, bin y’elle, j’une bounne idée qu’cé y’elle qui va « rulé » pis qui va « bossé »; bin y l’avons (Ha-Ha-Ha) royalement « dubbé » l’hounneur de « Queenie »! Pis le darnier d’la « bunch », qu’aime à s’faire « rubbé » oooh-la-la la beudaine, qu’assez rayé de blanc pis nouaire, à r’sembler t’un « zebra » d’sus sés quatre pattes ou à t’un « jailbird » en s’tchenant d’boute de d’sus sés deux pattes d’en erriére – – bin lui y l’avons « nicknamé », simplement Filou!!!

J’avons fais t’un appointement avec l’hôpital vétérinaire, pour t’un « check-up » pis à faire stériliser itout lés quatre amigos velus. En attendant, laissez-moi vous laisser saouaire, qu’lés minous sont pas mal gâtés pourris! Qu’y’avons t’une cargaison d’jouet à lés tcheindres occupés « all day »! Ça mangent coumme dés p’tits gorets! Pis « Cracker Jack », sa « job » cé d’lés surveiller coumme t’un « hawk »; d’asseyer d’lés tcheindre discipliner…

« Now », si seulement que Pirate (« ahem ») pourrait s’apprendre à arrêter d’hisser après moi; pis d’cesser d’m’attaquer lés jambes, avec sés p’tites griffes tranchantes, surtout à chaque fois que j’sôrs du « bathroom » dans ma « men’s bathrobe »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ça m’étounne que l’tchûré a bin voulu m’bailler la Pâques « Off », surtout avec le problème qu’la paroisse expérience darniérement avec l’invâsion d’pigeons de griché de d’sus l’fait d’la toiture d’la sainte église! Pis mêshoummes-mêshoummes, quand qu’le carillon s’met z’à sounner… Pis qu’lés croyants trottinant vite hôrs dés portes d’église, coumme t’un troupeau d’borbis affolé, après t’une sarémonie chrétchenne d’un long sermon… Ouaye, se dépêchant à « dodgé » l’averse de crottes de zézeaux!?! Aaaah, sauf pour la pauvre Dométhilde, bounne parsounne chrétchenne pis la cousine pis grande « chum » d’enfance à ma cousine Delphine B.B. Bosse, qué la seule dans la bande (qu’un grand mystère) à s’faire attaquer pis picocher violemment par lés becs de ctés satanés de gibiers de plumes là. Que quand qu’sés « outlaws » plumeux là se « gangons up » d’sus y’elle, ça ressemble plutôt à t’une « rough attack » de plusieurs « feather dusters » par t’une cargaison invisible d’une « cleaning crew » d’hôtel!

So, parce que més sarvices de Bedeau d’Église ne sont pas nécessaires « to save the day »; ej pourrai relaxer à « enjoyé » pis « spendé » mon jour de la Pâques « Off » avec més enfants, à « hosté » la chasse t’au trésor dés œufs t’en chocolat… J’ai engagé le Lapin de Pâques à v’nir faire t’une visite surprise à la maison (qué vraiment le garçon à la Veuve Marie « Crack Corn » Belliveau, le grand éflintché de Bernard, de greyé dans z’un costume « renté »… Qu’a pas besin de s’masquer, par rappôrt qu’y’a lés dents naturels d’en haut d’la goule à r’sembler à ceusses-là du fameux « What’s Up, Doc » de « Bugs Bunny »… Pis « hopefully » se rappellera « dare-dare » que l’pompon d’la tcheue d’lapin là, ça doit « danglé » du fond d’tchulotte pis non d’la fourche!?!)…

Ma mére la Veuve Marie-Paule nous z’a invité, la « whole chebang », d’âller souper che-z’eux… D’âller s’bourrer la face dans son fameux bouilli d’jambon, qu’à cé si bin préparé… Que même le tchûré pendant son prône à la Messe du dimanche darnier, « droppait » dés « hints » icitte pis là, pour s’faire inviter t’au festin. Que cé pendant l’Eucharistie, au tour à ma mére à obtenir son hostie, qu’à l’a « winké » t’au saint t’houmme; pis qu’à y’a « whisperé » tout bas qu’y’était invité… Ouaye! Qu’y’amène yinc son appétit, qu’à y’a dit! Hounnêtement! Qué la seule fois que j’avons « ever » entendu l’abbé beugler « YAHOO », durant le rite religieux!

J’arai hâte de ouaire ma sœur la P’tite Tâtâ (Anita), t’au souper à notre mére; de « catché up » avec sés « news », depuis qu’à l’ai laissé avec son fou de « dopé » d’Cocagne. Mon frére Zarald? À saouaire coumment qui s’amanche vivre dans la grande Ville de Moncton, asteur qui prend z’un cours pour voulouaire devenir t’un « plumber ». Pis ah, « yes »! Y’ara itout présent, mon frére Raoul pis ma belle-sœur de Lily, à leu’ retraite, qu’appartchenant t’un poulailler dans l’boute de Cap-Pelé. Sauf pour ma sœur Jocelyne qui ne pourra pas l’faire, par rappôrt qu’son excuse est qu’son chat Flouffie est malade (qu’y’a dés vers qui y sôrt du noucle du trou). Au moins y’ara d’la bounne « grub »; d’la bounne compagnie. Pis coumme la tradition l’est chez ma mére, chaque parsounne s’en ira avec chacun son lapin d’Pâques en chocolat solide d’une livre… Pis coumme d’habitude, lés oreilles du mien s’ront « gone »; pis ej s’rai « hyper » de d’sus z’une « sugar rush »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Coumme ma femme « Betty » d’la »Happy Valley » a y’eu pour son dire : <<Jeezo-Crône de Djeu! Ça s’ra la premiére pis la darniére fois qu’j’irai aïder ma « friend » Dolorès Grinche Potte à sougner lés six enfants escrables à Gélus Crapaud pis à Mélina « Pickle »! Parle qu’y’avions le djâble de gi-goté dans l’côrps; que s’arait prit plusse qu’une bounne arrousée d’eau bénite pour asseyer d’lés accalmir…>>

Ââââh, non! Ça n’a pas dérangé « Betty » quand qu’lés enfants ont voulu « duct-tapé » Dolorès d’sus z’une chaise de tchuisine; pis là d’y graisser la face avec du « peanut butter » crémeux. Pis que l’plus jeune a insisté d’y « stické » itout dés « suckers » de flaveur de « grape » dans la tignasse…

Cossé qu’enragé t’au boute ma belle épouse, cé quand qu’à l’a dounné l’ordre t’aux enfants d’aller s’coucher ou d’fesser la paillasse immé-diatement – – qu’lés snoreaux ont refusé… Qui s’avons mis à courir partout dans la maison pis à voulouaire jouer à « catch-me-catch-me »… Pis à crier pis à chiâler… À grimper lés rideaux du grand salon! Qu’amener t’un mal de tête à « Betty », à voulouaire s’arracher lés jueux d’la tignasse!

Cé avec peine et misère qu’à l’a pu lés assaper pis d’lés abriller dans chacun d’leu’ lit. La seule maniére qu’à l’a réussi à lés faire endormir, cé qu’à l’a été oubligée d’leu raconter l’histouaire fabriquée-épeurante de la « baby-sitter » ensorcelée qu’avait « choppé-up » à coups d’hachette pis faite « roasté » t’un p’tit gars détestable, t’un noummé Raphaël (« Ralph for short »), qui ne voulait juste pas écouter; pis qu’avait été servi coumme t’un repas quand que l’Grille-Pète fut son apparition (*)! Pis quand que l’Grille-Pète a pu péter à son aise, que POUFFE, voilà que la pauvre crotte de Raphaël (« P.U. ») sourdu brun pis pointu dés deux boutes… Qu’a faite « gigglé » lés diablotins, juste avant le darnier bâillement pis d’la veille à visiter le monde étourdissant dés rêves.

À travers t’ute cte harias-là, la pauvre Dolorès, bin y’elle, a tcheins d’amarrer dans sa chaise. Pis de crouaire que c’était y’elle qui s’faisait (Ha-Ha-Ha) payer t’à « baby-sitté »! Imaginez-vous ouaire, cossé qu’aurait pu y arriver plus grave, si qu’ma chère « Betty » n’aurait pas été là pour s’en mêler…

En t’ute varité, « Betty » préfère mieux à ne pas y penser…

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

(*) signifie le Démon ou l’Djâble…

N.B. Mon p’tit gars Bosko ne comprend pas coumment que le Lapin de Pâques fait pour pondre dés œufs t’en chocolat???

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Pitché pour Eustache à Ti l’Al Saumon Léger, bin y’é môrt! Mais youssé qu’avait bazi son côrps? « Now », ça cé t’une histouaire « quite » intéressante pis tchurieuse qui vaut la peine d’être contée… Cé pas d’sa faute qu’y’arrivé en r’târd à son propre service funéraire; cé qu’son cercueil avait ‘té livré par « mistake » à t’une autre église complètement différente que sa « own » religion.

Par chance à sa veuve, la tcheur-de-câssée d’Imelda, à trois quart d’la « way » de l’encensement pis d’la bénédiction du tchûré, qu’à l’a r’marqué que l’cerceuil était fabriqué t’en érâble piqué pis n’était point le cercueil t’en acier inoxydable qu’elle avait choisi pour le repos éternel à son mari. Pis qu’a exigé « on the spot » qu’la boîte soit rouvarte, à saouaire « who da heck » qué là dedans!?!

Quand que l’couvert fut lentement soulevé, coumme t’un « jack-in-the-box » qui « boing out » de sa cachette, le « upper-half » du côrps de l’incounnu défunt se surhaussa… Qu’énerra la môtché dés témoins présents à évanouir pis l’autre môtché à s’affoler… Exceptez pour la Grousse Roseanna qui s’a garoché d’sus sés genoux t’en criant dés grous ouaques d’Alléluias; par rappôrt qu’à pensait qu’a v’nait juste de témoigner le grand miracle d’une résurrection dés môrts!?!

Imaginez-vous l’embarras d’âller « busté down » la porte ou d’âller « crashé half-way » la sarémonie à l’autre église (dans l’boute d’la région d’Riverview, s’en allant vers Salisbury) afin d’âller récupérer le côrps frette t’au pauvre défunt Eustache; pis d’livrer ou « d’switché finally » la bounne dépouille à l’autre famille en deuil.

Qu’a pris par après le cortège funèbre à Eustache t’une heure et d’mie à s’rendre en direction d’l’église du Village dés Roseaux, par rappôrt d’être « stuck » itout dans « l’traffic jam » de l’heure du midi dans « l’Downtown ». Pis à théâtraliser davantage la procession, le flat tire à être changé d’sus « l’hearse », proche de « l’exit » d’la « Parlee Beach », n’a pas aïdé d’arriver à temps pour asseyer d’finir le restant de la sarémonie funèbre à Eustache à Ti l’Al Saumon Léger.

Dans t’utes lés côrps môrts que j’ai counnu, Eustache est le seul chanceux d’aouaire expériencé t’une pareille « joy ride » dans yinc l’espace d’un matin. « Anyway », t’une fois « back » rendu à l’intérieur de l’église, pendant le service funèbre ou d’la célébration de la vie du défunt, y’avons décidé de tcheindre le couvert du cerceuil rouvert, afin de s’assurer que cte fois ‘citte qu’Eustache ne se sauvera pas.

Coumme Bedeau d’Église, cé moi qu’ara la « sad job », t’au mois d’mai, à enterrer Eustache dans son trou, dans l’Cimetchére. « As long » que j’ne fasse pas la « mistake » (Ha-Ha-Ha) d’enterrer tchequ’un d’autre à sa place!!! Mais « enough fun for one day » – – ein, Eustache!?!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Parce que j’sus « gone » à t’une conférence de Bedeaux pour la semaine, d’sus l’Île du Prince Édouard, pis qu’j’n’avais pas l’temps d’vous écrire, j’ai choisi t’une chronique dont j’avais imprimé t’en 2010 à l’égard de l’instabilité mentale qui « run » dans ma famille, qui débutait coumme socitte :

Ma vieille grande-tante Majella, sus l’bôrd paternel d’la famille à ma mére, est « happy » d’crouaire dans sa tête qu’à l’é « actually » t’une « watermelon ». À l’aime l’idée « d’feelé » ronde, qué « whatever that may mean » pour y’elle! Si qu’cé ça qu’à l’é convaincue ou qu’à s’imagine d’être… Hmmm! Pis qu’ça cause vraiment autchun tôrt à parsounne dés z’autres membres d’la parenté; ou encôre meilleur, chanceux que « whatever » qu’à l’a qu’ça baille pas ou qu’cé pas héréditaire… « Well »! J’me dis tout haut à moi-même, <<Ein! Faut tout d’même asseyer d’respecter son choix, sa réalité! >>

Faut j’vous dise hounnêtement, quand j’étais un jeune gosse, j’avais coumme une « slight touch » ou affligé de cossé qu’avait « somewhat » grande-tante Majella. J’voulais pas être un « driver » d’ambulance; « no sirree », j’voulais être un « truck » d’ambulance même, parce que j’aimais d’imiter ou d’miounner le « fun sound » d’la « sirene ». J’étais spécial, parce que j’avais l’don itout d’me transformer lés jambes en « tires » pis d’lés faire « squealés » sus dés « sharp curves ». En travers dés yeux dés z’autres – – « you bet » – – compornez qui m’trouvions bin étrange! En retour, p’t’être par jalousie, y s’moquions d’moi! Vous croiriez qu’ça m’arait « hurté »? Bin au contraire, « j’feelais » plutôt « sorry » pour z’eux; par rappôrt qu’y’avions pas découvert le pouaire en z’eux d’être capable de se transformer en « anything else » que d’être cossé qu’y’étions… Ein! Qui d’vait être « dull » en mozus « at times », dans leu’ tête! Pis « I guess » sans leur « rear-view mirror » imaginaire, y’étions yinc capable – – HAHAHA – – d’me lire à l’envers!

Cé coumme la Vieille Marie Stella, la mére à Rosalie à Croque Potte (la Tireuse de Cartes pis « Bootlegger » du Village), qui s’imaginait d’être un pic-à-bois, après d’aouaire pris sa prescription d’pilules du docteur… Le plusse étrange, c’était quand qu’à se sauvait pis capable de grimper  »safely » sus l’fait du « roof » d’sa maison; qu’à s’mettait à garocher son « ammunition » de « pots and pans » après lés « z’airplanes » qui volions bâsses au-d’sus d’sa tête! Pis l’plusse tchurieux en t’ute socitte, cé pendant son épisode de folie, cé qu’à s’laissait rire aussi « crack pot » que « l’Woody Woodpecker » dans lés « cartoons »! J’pense qu’j’ai oublié d’vous mentiounner; bin par coïncidence, saviez-vous qu’la Vieille Marie Stella s’trouve à être une deuxième cousine à ma grande-tante Majella. Pis en plusse qu’à l’était counnue itout d’être t’une  »amazing psychic », en filons la côte d’icitte jusqu’au Trois Ruisseaux. Supposément qu’à l’avait l’pouaire  »d’X-Ray Eyes »! Ouaye, qu’à pouvait prédire dés chouses loin dans le futur; communiquer avec lés z’esprits de l’au-d’là; mais  »darn ». pouvait juste pas ouaire en travers dés hardes dés z’autres!

Ouaye! La raison que ça m’intéresse de partager avec vous z’autres, dans la revue d’la gazette de cte s’maine ‘citte, le sujet bizarre d’la folie flamboyante qu’existe dans ma famille… Âââh, bin là!! Cé parce que j’en train  »d’up-daté » mon âbre généalogique. J’me dis qu’en ajoutons lés p’tits détails d’extrâs de cossé que j’sais ou que j’découvre à l’égârd de chaque parsounne sus chacune d’leu’ branche, ça fait pour d’la bounne lecture intéressante à voulouaire partager avec lés z’autres. Pis en plusse, ça m’dounne une meilleure appréciâtion réelle d’més racines!

 »So what », si qu’j’viens d’une longue descendance pis ascendance de  »cra-a-azies »!?! Ça m’récomforte  »whoopie-ding-ding » de saouaire qu’j’sus pas yinc le seul dans ma parenté d’y l’être!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église