S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

La « phone call » dérangeante qu’j’ai obtenu du Couvent dés Sœurs : à m’dépêcher d’m’y rendre toute suite, parce qu’y’avions trouvé t’un mulot dés champs de môrt dans l’une dés tirettes du bureau d’la grande office à la Mére Supérieure. « Well »! Qu’ça leu’ faisaient zire d’enlever, hors de d’là, la carcasse raide de la pauvre p’tite bête misérable. Ouaye, qu’s’allait prendre tchequ’un avec t’un bon tcheur vaillant (qué moi), de v’nir ramasser ou d’nettayer la « trail » de p’tites crottes dures parmi la paperasse! Pitché Seigneur! Ouaye, qu’en grignotant… Hmmm-Hmmm! Cé p’t’être bin le « staple » qui manquait de d’sus le pamphlet mince de prières, qu’a faite « choké » l’animal?!?

J’me sus rendu là, avec ma trousse d’urgence, en métal rouge, de Bedeau d’Église… J’aouaindu més gants « d’rubber »! « Carefully », j’ai délicatement pis de façon respectueuse ramassé l’évidence par la tcheue. L’une dés religieuses pieuses, ej pense qué la « cook » ou responsable d’la tchuisine du Couvent, m’a offarte t’une « can » en métal vide rectangulaire de flaveur « fancy » de café international, avec t’un « snap top » en « plastic », afin de m’en sarvir coumme t’un mini cercueil pis dans l’espérance itout de bailler t’au mulot dés funérailles convenables. « Okay »! Qu’était comme « weird », là-là! Mais étant un gârs qu’aime plaire… J’ai décidé de « playé along »…

J’avons « agree-yé », qu’aussitôt qu’la terre s’ra dégelée, en erriére d’la « baby barn » d’la propriété de nounnes (« normally », dans la « patche » à youssé que poussent lés géantes tournesols préférées d’la Mére Supérieure) – – s’ra l’endroit idéal à voulouaire enterrer le mulot! J’avons décidé d’y bailler un nom – – asteur counnu par le beau nom de Francis (ouaye, en hommage de Saint Francis Xavier). Y faudra itout qu’j’y « carve » t’un « marker » ou t’une plaque en bois… P’t’être même d’y sculpter dans d’la roche, un relief approprié commémorant la vie souvenir ou l’image parfaite d’la p’tite bête en train d’froliquer dans la nature. « Enough » dés arrangements funéraires… Asteur, « time to proceed » (Hmmm-Hmmm) à nettayer le dedans de la tirette…

Non, ce n’était point dés crottes de mulot! J’peux comprendre dans leu’ panique, qu’lés Sœurs du Couvent en étions concernées… Cé t’en regardant de plus près, que j’ai r’marqué que c’était plutôt dés pépites lousses au chocolat de « cookies ». Possiblement c’là qu’avait attiré le mulot de voulouaire âller « in the first place » se niger à l’intérieur d’la tirette… Qué d’même qu’j’avons « discoveré » itout (« for shame ») que la Mére Supérieure « cheatait » (ha-ha-ha) de d’sus sa « diet »… Qué vraiment point d’més affaires à répéter parmi l’monde… Qué hounnêtement à y’elle, si qu’à « feel » le besoin d’âller s’en faire confesser…

Y m’avons faite inspecter l’entier Couvent. Pas à « worryé », « no sign » de mulots de cachés dans l’édifice. « Mind you », quand j’sus descendu tout seul t’au sous-sol, faut vous dire que lés « pipes » d’eau étions parouaisées épais de fils d’araignées. Sans voulouaire semer la panique, sans rien dire; j’ai nettayé « everything » avant que lés « creepy » résidants à huit pattes se décidons d’voulouaire v’nir envahir le haut ou même d’attaquer lés religieuses pendant lés heures nouaires de la couchette!

Asteur, que j’sais « qu’everyone feel safe »… Ma « job » de Bedeau, asteur m’amène d’âller m’dépêcher « waxé » l’plancher d’la grande allée de l’Église… « Yes sirree », mêshoummes! À la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’ai r’marqué darniérement que la majorité dés clientes de Chez Alfredine « Hair Salon », sortant souvent de d’là avec lés yeux de pas mal « glossy », à « gigglé » pour dés riens pis d’aouaire lés « munchies » épouvantables de gorets. Moi, j’me méfie qu’ça doit être la gobbine de « cheap » puanteur du nouveau « happy hair spray » qui lés rend « friggin’ stone »?!? Ou quand qu’leu tignasse devient pareillement dure qu’une corne tordue de boeu’, qu’lés racines dés jueux bloquent lés pores d’la peau du crâne, empêchant l’oxygène à ne point circuler coumme y faut en travers d’la « brain ».

La raison que j’sus concerné, cé qu’l’autre jour quand qu’ma chère, belle « Betty », a arrivé à la maison, avec sa (ouffe-ouffe-ouffe) « sexy bee-hive hairdo » d’un pied d’haut d’sus l’fait d’la tête; y’avait d’quoi « about » y’elle qui ne semblait pas être tout à fait à la normale. Dans l’sens, mêshoummes, qu’à tricolait à la « zigzag »… Qu’à « slurrait » sés paroles, avec la langue autant lourdaud qu’une tranche épaisse de bélonie. La v’là que « out » du « fridge », qu’à l’a aouaindu le 3/4 du plât d’lasagne qui restait, pis qu’à s’a régalé à avaler, dans z’une « gulp », l’entier grous morceau, plus hâtivement que l’temps qu’ça y’avait prise à faire tchuire dans l’fourneau… Par après, si vous l’auriez vu fripper pis « scratché » avec sés dents le fond du « cardboard » du « container d’ice cream » à la pistache? « OINK-OINK-OINK-OINK-OINK » (qué ma seule maniére à mieux « describé » coumment « out of control » qu’à l’était)! Pis ensuite là, d’avaler, sans l’aïde d’une « crazy straw », le restant de jus d’vinaigre hôrs d’la bouteille de « pickles » pis de betteraves??? « Now », ça c’était « a bit too much » pis « kind of twilight zone » itout!?!

J’ai décidé de faire du « snoop investigation » pis à taléphôner, en travers du village, aux maris dés autres femmes que j’savais qu’avions été s’faire « setté » lés jueux Chez Alfredine « Hair Salon », en même temps qu’ma chère épouse. Pis coumme de faite, ça qu’j’avais « witnessé » che-nous était rien, comparé à la geste bizarre que la grassouillette de Hectorine, la femme de P’tit Lou (Lou pour Louis à Blair Allaire) avait décidé d’âller d’l’avant…

En arrivant à la maison, que Hectorine avait t’une « craving » tarrible à voulouaire manger d’l’éperlan. À déparlait à pas faire du bon sens, coumment qu’à l’allait s’dépêcher à s’creuser z’un trou d’sus la surface gelée d’la baie; proche du chenal, afin d’être capable de s’en « jiggé » z’une « couple » de bounnes douzaines! À sa logique, qu’ça irait plusse aisé d’lés « scoopé » hôrs de l’eau glacée, avec l’aïde dés deux « cups » vides de sa brassiére… À la « size » d’estoumac qu’à l’a, j’sus sartain qu’à pourrait s’attraper t’un bébé béluga dans chaque « cup » – – (« okay-okay », p’t’être bin pas si grous; mais (ha-ha-ha) « at least » un énorme banc d’maquereaux). Pis quand qu’Lou a supposément essayé d’l’arrêter, à y’a faite goûter férocement du rouleau à pâte… Qu’asteur l’esclâve de Djeu, y’en marche bossu; ha-ha-ha, d’à môtché « cripplé »!

J’espère qu’ma « loveable Betty » ne devienne pas z’une « Hair Spray Addict »! En attendant ou jusqu’à temps qu’à s’en alle à sa prochaine appointement Chez Alfredine « Hair Salon », à s’lamente coumme y’une qu’a (ha-ha-ha) mal aux jueux (ouaye, qué « hungover » sept fois l’djâble)!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Tchelle étrange maniére à « starté » 2017, qu’avec dés mangeaisons sévères de poux pis de lentes dans lés jueux! Cé d’sous le « mistletoe » du « Party » d’la Veille d’la Bounne Ânnée, avec la peau sec de sés babines câssées, à la Salle Paroissiale du Village dés Roseaux, que Gertrude à « Fried Fish », supposément sans saouaire, que quand qu’à « smoochait » le monde… Ouaye, que lés p’tites verrats de bébites, qui y « danglions » du boute dés poils de sa moustache mince de farmiére pis de sa « bee-hive hairdo », s’amusions à « jumpé », à « crawlé » pis à infecter lés « sweaters » en pure laine de borbis pis lés tignasses du monde qu’avions v’nu « in contact » avec la dâmnée de Gertrude. Même jusqu’au Vieux Elphège, « bald » toute sa vie, n’a pas pu échappé ni lui t’au sôrt; car sus l’fait d’sa grousse loupe, un énorme pou semblait « yoddlé » ou à jouer « Nyah-Nyah-Nyah-Nyah-Nyah-I’m-the-King-of-the-Castle » ou p’t’être même à faire dés grimaces déformées.

Ma chère « Betty », y’elle lés siens se multiplions vite de d’sus le poil de sés bras. Par chance qu’elle s’avait râsé lés jambes « or else » s’aurait pu la faire gigoter coumme t’une ensorcelée de d’sus la « dance floor ». Moi, j’en ai eu t’une « couple » à faire dés acrobaties de « Tarzan », à « swingué » d’un poil à l’autre de d’sus mon « chest » aussi épais que d’la fourrure d’ours nouaire! Mais pas aussi « bad » que la nouvelle vieille fille de sarvante du tchûré, la « sweet » P’tite Alvina, qui s’avait fidguré qu’y’avait tcheques poux qui y y’avions p’t’être « crawlé » dans sés deux « cups » de brassiére; pis la v’là qu’à s’a mise à s’gratter là rigoureusement, avec la « rim » de son verre vide de champagne!

Y’a du monde qui s’faisions gratter l’échine, avec « anything » qu’était prime… Y’en a même qu’avions défaite leux chaises en bois pour s’râcler dés parties du côrps, à youssé que j’n’ose pas noummer ou à pointer du doigt, avec le pointu dés lattes câssées! Imaginez-vous ouaire, j’ai jusqu’à « spotté » le robuste de « bartender », le « body builder » de Grégouaire à « Jeff », qui s’a « dippé » la moustache touffu dans d’la cire chaude d’un p’tit lampion d’table, afin de prévenir l’invasion ou l’attaque dés poux pis dés affreuses lentes!

En après-midi du Jour de l’An, vous auriez due ouaire « half » du monde du Village dés Roseaux, la face bin rouge d’embarras pis à greloter pareillement coumme dés p’tits orphelins de minoux… En ligne dehôrs, à la porte de la pharmacie locale, pour voulouaire s’procurer d’la médecine à tuer dés poux! « A good business day », <<Cha-Ching-Cha-Ching>>, dans le « cash register » de « l’owner » d’la « drugstore » – – qui va lui permettre « for sure », à lui (Ernest) pis sa femme maigorlounne d’Ida, d’y payer leu’ « trip way down south », à youssé qu’une puce ne survivrait pas (POUFFE) à s’faire grâler contre la peau ampoulée d’un « sunburn »!

À la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Me v’là d’assis à mon « desk » de Bedeau, en train d’me frippounner « nervously » lés babines d’sus ma tâsse de cacao chaud pis à « worry-é » que « Jeezo-Cripe »… Hmmm! Dans tcheques jours! Ça va être bétôt Nouël! « Yup »! J’ai bin y’eu beau à aiguiser ma hachette, avec l’intention de voulouaire « choppé off » la tête du dinde dont j’avais acheté d’la « Farm » dés Boudreau pis amené che-nous à « la feedé plump ». D’en faire le festin juteux dés Fêtes!?!

Mais avec mon tcheur de poule! Hounnêtement, j’n’ai pas lés « guts » de tuer Mlle Glou-Glou – – qué c’là l’nom qu’mon fils Bosko l’a baptisé pis qui y’a apprise à faire dés « tricks », coumme une « pet », à danser-swinguer <<Boogie-Get-Down>> dans l’poulailler; pis à picocher itout, avec son p’tit bec pointu, d’sus z’un mini xylophone en métal d’enfant, la fameuse tounne <<You Are My Sunshine / My Only Sunshine>>! Ein! Qué « quite » t’un oiseau domestiqué talentueuse! À une « Talent Show » de Carnaval d’hiver du village, j’sus sartain que d’la pârt dés juges, à l’aurait bounne chance de s’mériter « First Place »!

Pour pas briser l’tcheur à mon jeune, moi pis ma chère épouse « Betty » d’la « Happy Valley », j’avons décidé bon, tcheques minutes pâssées, de « sparé » la vie à l’extraordinaire Mlle Glou-Glou. Au lieu d’manger d’la dinde, j’allons s’bourrer la face dans soit du « ham » succulent ou du rôtie « d’moose » (avec d’la sauce chasseur) ou avec la recette dés bounnes toutiéres à ma mére! Ouaye! En plusse, que s’lon lés insistances à Bosko que (ouaye) Mlle Glou-Glou sera invitée à s’assir y’elle itout, avec nu-z’autres à Nouël, tout l’tour d’la table d’hounneur familiale, (« imagine that ») avec sa « own » assiette en fêtée de grains d’maïs naturels!

So, imaginez-vous lés belles photos souvenirs de Nouël 2016 qu’ça va être d’la « fun » à flaquer dans nos albums de famille ou p’t’être même d’en faire un calendrier pour mettre d’sus « l’wall » d’la tchuisine! Moi, j’préfèrais mieux d’me faire faire t’une tâsse-photo souvenir à café de Mlle Glou-Glou: en « concert », à maillocher dés p’tites lames couleurées en fer musicales – – Ein! Ha-ha-ha, une bounne maniére, à « kick-starté » ma journée!

Moi, j’vous verrez yinc en janvier 2017. Car entre Nouël pis la Veille du Jour de l’An, ej serai z’en vacances à « enjoyé » du temps « off » avec ma famille et ménagerie d’animaux! J’vous appel pas dés verrats, mais j’espère qu’on c’la verra tous l’ânnée qui vient; avec dés his-touaires intéressantes à voulouaire se raconter ou parta-ger… Même à nous faire rire, si Djeu l’Pére nous l’permet, jusqu’à ce qu’on en pissent une grousse marre dans nos drâses!

Ouaye! Pornez bin soin d’vous z’autres! « Enjoyé » lés Fêtes! Pis « for sure », à la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

En 2004, Delphine composa la fameuse chanson de Nouël suivante, dont j’ai ‘té d’mandé d’chanter t’au « Party » de Nouël de l’Association dés Bedeaux d’Église du sud-est du Nouveau-Brunswick:

Y’a dés crottes de « reindeer »

(qui se chante sus l’air de <<Jingle Bells>>)

(refrain)

Oh! Y’a dés crottes de « reindeer »,

Sus « l’roof » de ma maison!

Quand j’sôrs dehôrs, j’me pince le nez!

Gobbine! Qu’ça sent méchant!

Hé! Y’a dés crottes de « reindeer »,

Sus « l’front » de mon gazon!

Quand j’sôrs dehôrs, j’fais z’attention

D’ne pas « steppée » dedans…

1.

La Veille de Noël!

V’là « land » Père Noël

Dans son beau traîneau,

« Loadé » de cadeaux.

Dans l’temps qu’y’a descendu

Dans l’trou de ma ch’minée – –

V’là qu’lés « reindeers » s’lèvent la tcheue…

Lés mozus s’mettent à péter!

(refrain)

2.

Lés « reindeers » ‘tions gazés!

L’envie leu’ z’a pougné!

Y’avions pas d’pisse-pottes

Pour larguer leu’ ‘tites crottes!

Lés pauvres n’avions pas d’choix

Que d’se sarvir d’mon toit

Coumme une bécosse portative – –

« Ah, yes! On Christmas Eve »!

(refrain)

3.

Asteur, j’ai d’la « proof »!

Qu’lés « reindeers » ‘tions sus « l’roof »!

Pis z’en bazissant;

En larguant sus l’gazon!

Partout y’a dés crottes!

Faudra ej porte més bottes!

Prendre ma pelle pis âller « scoopée »

Lés crottes qui m’avons laissées…

(refrain)

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Productions Inc.

© 2004

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Voici t’une copie d’la lettre que mon fils aîné m’a d’mandé d’écrire pour lui, à être « droppé off » dans la « mail », adressée t’au Père Noël :

Allo là, le Vieux Grous Môssieux Ho-Ho du Pôle Nôrd :

Ouaye! Mon nom, cé le P’tit Bosko! Pis j’ai 5 ans et d’mie. J’va à la Maternelle pis j’sus z’un grand garçon vraiment-vraiment smarte. J’peux compter jusqu’à 12, sans m’sarvir d’més doigts pis d’més orteilles en dedans d’més bas! J’encôre d’la misère à imprimer le « Q » de l’Alphabet! J’aime dessiner dés p’tits « cars » qu’allons « MEEP-MEEP » pis sortez d’la « way » coumme « drive » vite mon Papa! Ma maman m’apprit qu’c’était pas beau de fiâler més p’tits amis sus l’front, avec ma p’tite pelle t’en plastique orange; so, asteur, j’frappe lés p’tits horloux à coups « d’Teddy Bear » d’sus l’fait d’la tête – – cé plus doux; hmmm, ça fait moins mal! Pis j’écoute ma maman quand qu’à m’parle; pis quand qu’ça vient à mon père, « well » cé d’la « fun » d’y faire enrager…

Cé moi qui va jouer le rôle costumé de l’âne dans la   Séance de Nouël… Cé « too bad », j’n’arai pas l’droit de chanter la chanson de Nouël de <<Hey! Chinngedy Ching /Hee-Haw/ Hee-Haw/ It’s Domininick the Donkey>>! Ma seule ligne à m’rappeler cé Hi-Han; mais parfois j’me trompe pis j’beugle Hen-Hen-Ri, coumme ma mére fait quand qu’mon pére fait d’quoi « d’stupid »!

So, « okay » Père Noël! Voici la « deal »! Tu m’amènes dés cadeaux sous l’âbre; pis moi j’te laisse dés grous keks au sucre pis t’un grous « mug » de lait frette, pour te remplir la beude. Un sac de 10 livres de cârottes pour « feedé » tés « reindeers »! Un « pooper-scooper » pour ramasser lés crottes de tés « reindeers » d’sus « roof » d’la maison ou préfèrais-tu vieux dés bouchons de bouteilles de vin vides pour chacun leu’ « corké » l’trou? Une « flash light » au cas qu’le nez rouge à ton « Rudolph » arrêterait « d’worké » ou « d’blinké »! Pis enlève ouaire tés bottes trempes en sortant d’la cheminée, pour pas salir le plancher nette du salon qu’ma bounne mére s’a tué à la sueur d’son front à « moppé » pis à « waxé »!

J’aimerais d’aouaire pour Nouël t’un « robot », avec dés « laser beam eyes » pis qui « shoot down » du ciel « POW-POW » dés « ennemy space aliens », qui s’en v’nant « invadé » la Planète Terre! Pis dés « Star Wars Lego » pis la « Video Game » dés « Star Wars Lego » (j’ai dis t’une « Video Game » pis pas t’une paire de pyjama… M’as-tu compris?)! Rempli mon bas d’Nouël plein « d’candés », t’un « coloring book » d’animaux d’la zoo pis t’une boîte de 24 craies d’cire (j’ai dis t’une boîte de 24 pis non de 4, car couleuré t’un tigre vert quand qu’t’as pas d’orange, cé pas trop beau)!

Père Noël, j’aimerais de te d’mander t’une « favour » spéciale? D’arrêter visiter pis livrer t’un cadeau de soit t’une boîte de suppositouaires ou t’une grousse bouteille de jus d’prunes à ma grande matante Élise, qu’à l’Hospice dés Vieux, qui s’lamentait coumment « bad » qu’à l’était constipée (quand j’avais été la visiter dans sa chambre, samedi pâssé, avec mon Papa)! Pis un p’tit « container » neu’, afin qu’à puisse (ouaye) saucer son dentier, dans l’temps qu’à dôrt pis qu’à ronfle!

Joyeux Noël, mon Vieux HO-HO! Pis dit allo d’ma part à tés p’tits lutins pis à ta belle femme, Marie Noël (si qu’cé ça son vrai nom?)!

BOSKO

Fils à Hen-Henri à P’tit Boute du Village dés Roseaux

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Cé mon fils Bosko qui m’aïdé à décorer l’sapin, dans l’grand salon. Qu’a insisté qu’y’aye yinc dés « set » de lumiéres qui « blink », encerclant le tout l’tour de l’âbre, « half way » en descendant; pis que « l’upper half » soit momifié épais de guirlandes enfilées de « popcorn ». Pas d’boules, ni d’ornements à « danglé » du boute dés branches! Pas d’ange, ni d’étouèle; mais de flaquer t’une tuque dés « Toronto Maple Leafs » pour orner le toppe! J’ai bin beau asseyer d’le convaincre autrement, mais (ein) voulant pas l’faire horler… J’l’ai laissé gâgner! Par rappôrt qu’c’était c’là supposément lés instructions qu’y’avait obtenu, dans son rêve du lutin escrâbe pis imaginaire du Père Noël, (ouaye, « okay » là) par le nom de Poumme de PinPin Ruban!

J’sus sartain, qu’nous sommes lés seuls dans l’Village dés Roseaux, qu’aront t’un âbre d’aussi original. Même jusqu’aux amis à Bosko, y trouvant c’là « Super Cool » pis « Wow », que moi, son pére, y’a laissé d’être créatif. Sauf pour sa « girlfriend » d’la Maternelle, la « sweet » p’tite Annie, qu’y’a « breaké up » avec, par rapport qu’à l’avait osé d’y suggérer de se débarrasser d’la tuque bleue; pis (« come on », là… que tout l’monde sait ça) qu’ça r’garderait bin plus beau d’enfoncer « instead » t’une botte t’en « gum rubber » d’virée à l’envers d’sus l’toppe!

À nouveau, moi pis Bosk avons décoré le « front lawn » de la maison. Non, vous n’avez pas rêvé c’là… Y’a point d’rois mages pis ni d’camules à visiter le Bébé Jésus dans la Crèche, ct’ânnée! Ouaye! Ce sont cinq « cut out » en « plywood » de bonhommes de neige chantounnant <<Let It Snow! Let It Snow! Let It Snow!>> Au lieu d’Saint Joseph tcheint z’un « hockey stick »! La Sainte Viarge porte z’une « helmet » de « goalie »! Un patin « d’hockey » – – ouaye, « dangle » d’la corne gauche du boeu’! Pis le restant dés caractères pis animaux, portant chacun z’une tuque dés « Toronto Maple Leafs ». Sauf pour le pauvre esclâve de laid borger, avec l’impression d’une dent de peinturée qui y manque dans la goule; forcé en punition (Ha-Ha-Ha), d’être agenouillé, à porter t’une tuque rouge dés « Montreal Canadiens »!

Vous devez vous d’mander « what da heck » qu’rait bin pu arriver t’aux rois mages pis t’aux camules? Vous avez yinc à r’garder d’sus l’toit d’ma maison. Ct’ânnée le traîneau du Père Noël est halée par trois camules! Cossé qui devrait être le sac de bébelles – – « POPS OUT », la tête à Balthazar pis Gaspard! Pis Melchior, bin cé lui qui « ride » la « sleigh »! Vous r’marquerez que la tête du « Santa Claus » est coincée dans la cheminée; pis que lés t’utes sés « reindeers » ont « crash-landé » parmi lés branches massives de l’érable tchenons d’boute devant notre maison!

S’lon l’imagination à Bosko, cé c’là que représente NOËL – – Beau pis Spectaculaire!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’ai quasiment fini d’sculpter en bois d’érable ma propre Crèche de Nouël, afin d’flaquer d’sus l’manteau d’la cheminée. Lés plus hauts parsounnages sont d’environ 12 à 13 pouces deboutes pis ceux d’agenouillés d’environ 7 à 8 pouces. Lés plus massifs, tels que lés camules, bin z’eux sus leux jambes, mesurant t’une quinzaine de pouces en hauteur pis 4.5 pouces de largeur. Le boeu’, l’âne pis lés borbis sont ciselés trois quart de moins grous qu’lés bêtes d’Asie à deux bosses. Jusqu’à date, j’ai dés pansements sus toutes lés boutes dés doigts, dont j’me suis coupé accidentellement avec mon p’tit couteau à poche. Qu’a point été aisé non non plus à voulouaire sâbler « off » le sang qu’avait e’ r’volé en p’tites gouttes en plein vi-sage du roi mage Melchior, qu’asteur y dounne l’illusion qu’y’a dés « bloodshot eyes ».

Cé ma chère belle femme « Betty » qu’a modèlé pour la Sainte Viarge, avec t’un « printed beach towel » d’un houmârd de d’sus l’fait d’sa tête… « Mind you », j’n’ai pas taillé le relief de houmârd de d’sus la surface du ouaile, parce que j’ne voulais pas faire passer ma figurine coumme étant y’une qui travaille dans z’une shoppe à houmârd. Pis cé t’en m’examinant dans l’mirroué du « bathroom » que j’ai réussi (bin « come on » là) de rendre « handsome » le Saint Joseph. Si qu’j’arais suivi lés suggestions à mon fils Bosko, le Bébé Jésus arait pu « endé up » à r’sembler (Ha-Ha-Ha) à « Bob the Minion » quanque qui fait dés grimaces pis qui rit… Mais pour pas l’faire horler, pour plaire mon fiston, le Christ s’ra le seul dans son berceau, à l’intérieur d’ma Crèche, à serrer dans sés bras t’un « stuffed toy » d’un bébé éléphant! En plus, s’lon mon aîné, y’arait pas d’borbis dans l’auge, ça s’rait dés bonhommes de neige qui dansent…

Lés trois rois mages, j’me sus basé de d’sus du vrai monde que j’counnais… Mon ami octogénaire, le Vieux Dosithé, bin lui m’a inspiré de voulouaire le sculpter comme étant Gaspard (cti-là d’Asie)! Le Pére Abel, le tchûré d’parouaisse, a été mon sujet d’étude pour la statuette de Balthazar (cti-là d’Afrique)! Pis pour la figurine de Melchior (cti-là d’Europe), cé l’artiste Francis du Djâble qu’a modèlé sans saouaire (ha-ha-ha) qui modelait…

J’ne peux point vous mentir pis j’espère que cossé que j’vais partager avec vous z’autres ne va point offenser parsounne, mais je me suis sarvi de photos qu’j’ai prise en cachette de l’effarée-face de Gertrude à « Fried Fish » afin de réussir à graver la « shape » de chacune de més camules… Coumme lés bosses, « cup size 40 D Large »; avec son laid long « fur coat » d’sus l’côrps, créant l’illusion d’un derriére exemplaire d’une camule; la goule parfaite (lés mâchoires croches pis la langue épaisse) quand qu’elle se met à baver dés histouaires contre lés autres.

J’me suis sarvi de ma cousine Delphine B.B. Bosse, pour l’image de l’ange chantounnant dés <<Louanges d’Alléluias>> dans la Crèche, sauf sans l’chapeau d’cowboy d’sus l’fait d’la tête!

Aussitôt qu’j’arai fini d’sculpter, j’vous inviterai à v’nir che-nous admirer mon chef d’œuvre ou à même p’t’être prendre dés portraits.

« Anyway », on s’ouaira p’t’être à la « Santa Claus Parade », de cte samedi ‘citte! « Cheers »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ct’ânnée icitte, j’allons célébrer c’la plus tôt la « Santa Claus Parade », dans l’Village dés Roseaux! Qu’ara lieu (Mêshoummes) samedi, le 26 novembre en après-midi; vers lés 2 heures. À youssé que le défilé débutera du Vieux Tchaie pis se terminera jusqu’au « parking lot » de a sainte église. De cossé qu’j’ai pu comprendre, dans la « parade »: y’ara au d’là t’une soixantaine de chars allégoriques, sept <<tur-lu-tu-tutes>> »marching bands », dés jouals greyés d’gorlots, dés « juggling clowns », dés « flaming-twirling » majorettes, « Miss Frozen Brussel Sprout » du Carnaval d’Hiver 2016, tcheques grousses poches du gouvarnement pis en darnier la fameuse « float » du Grous Mou du Nôrd (« Oh my Gosh » de « Oh my Gosh », le vrai « Santa Claus »).

Après qu’la festivité extérieure d’applaudissement pis d’émerveillement sera terminée, le monde seront invités à l’intérieur de la grande Salle Paroissiale pour v’nir se rafraîchir le gorgoton avec du bon chocolat chaud pis avec dés p’tites « marshmallows » blanches qui flottent sus l’toppe; en même temps qui seront libres d’âller « browsé » à visiter lés plusieurs kiosques d’artisanats ou d’la Grande Vente de Nouël, dans l’énorme salle communautaire! La plus grande excitement d’joie sera la « line-up » de p’tites faces basanées de jeunes, pour âller s’assir sus lés genoux du « Santa Claus », à y « whisperé » leu’ longues « Wish List » de bébelles; pis d’aouaire leu’ photo d’prise avec le « jolly » grous bidou avec la « curly » barbe « ultra » blanche satinée!

Y’ara sartainement d’la compétition entre parsounnes adultes à voulouaire s’assir sus lés genoux du « Santa Claus ». Aussi longtemps qu’ça vire pas en « pushing match », dans la « line-up »; à youssé que tchequ’un pas trop « bright » pis mal-patient, « knockera out » la parsounne d’en avant d’lui ou y’elle avec t’une couronne de Nouël ou pire avec t’un sac rempli pesant de « barley toy candy ». En faisant t’une geste pareille, ça mets-tu pas automatiquement la parsounne de d’sus la « naughty list » à s’mériter t’une patate pourrie d’être enfoncée dans l’fond du bas d’Nouël???

Pour me sauver d’m’acheter t’un « stamp », ça s’ra plus « cheap » pour moi de livrer en parsounne ma lettre de Nouël t’au « Santa Claus ». Ct’ânnée, j’y d’mande yinc pour t’un « Ski-Doo »! As-tu compris « Santa »??? T’un « S-K-I-D-O-O mobile »! Pis non, t’une « ski-doo suit » avec dés bottes pis dés « matching » mitaines d’hiver! Pis trompes-toi pas non plus; en m’laissant sous l’âbre de Nouël, t’un cadeau d’un « Scooby Do Be Doo Plush Toy »; « mind you », mon fils Bosko en aimerait y’un ctés toutous là! Ouaye, grous mou! Juste flaque tés gobbines de lunettes sus l’boute de ton nez pour lire attentivement ma lettre… Après t’ute pis « come on », j’ai té t’un bon grand bidet t’ute l’ânnée!

À la s’maine prochaine! Ou qu’on c’la ouaira tous (« Hurray-Hurray ») à la « parade »!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui l’savons pas, bin temps jeune, j’étions le « best triangle player » dans la « Marching Bugle Band » du Village dés Roseaux! J’avais pas assez de « pucker power » dés babines pour « tooté out » t’une note haute du « horn »; mais « mind you », j’pouvais tu « ever » faire vibrer t’un bon <<PING>> à la « beat » de la chanson populaire de Djerre « of » <<The Boys In Company C>>.

Pis parce qu’y’avait parsounne qu’était intéressé de voulouaire jouer la trompette à la Cérémonie du Jour du Souvenir, devant le Monument Commémoratif du village… Bon samaritain que j’sus, j’ai décidé d’offrir mon talent musical de joueux d’triangle, d’asseyer d’interpétrer la <<Darniére Sonnerie>>, après le deux minutes de silence. Ça m’a point « hurté » là, qu’y’avons refusé ma proposition. Poliment (« Thank You », mais « No Thank You » là), lés organizeux de l’évènement m’avons « still » invité à faire pârt au décorum: à disposer t’une couronne de coquelicots en hoummage ou souvenir de mon défunt grand-grand-pére Joseph Alvin P’tit Boute, ancien combattant de la Première Djerre Mondiale ou défendeur de la nation, mort héro en service militaire.

J’m’en souviens à la p’tite école, quand qu’la Madame (« sniff-sniff », larme à l’œil) nous faisait réciter le fameux poème « In Flanders Field » (Au Champ d’Honneur) du médecin militaire « John McCrae ». Ouaye, mêshoum-mes-mêshoummes, que le coquelicot représentait lés sacrifices dés braves soldats de la Premiére Djerre Mondiale. En guise de soutien à nos vétérans canadiens, d’être fier de porter à la boutonniére cette si belle fleur rouge-sang. Moi, j’encôre ma cicatrice de coquelicots contre mon « chest », en raison qu’une fois par accident (Yeoye-Yeoye-Yeoye), j’m’en avais épinglé y’une dans la peau d’ma poitrine!

Triste à dire, mais le retour à mon grand-grand-pére Joseph Alvin P’tit Boute t’au pays, a été son côrps frette pis « stiff » de livrer dans z’un cerceuil. Laissant dans l’deuil son épouse, sa chère belle Mathilde, à s’occuper t’ute seule dés neuf orphelins pis à « managé » la « farm ». Cé vrai que je ne l’ai p’t’être pas counnu, mais j’appris à l’apprécier (d’être « in awe » de lui) en travers dés récits racontés de la bouche de més grands-m’n’oncles ou de més autres membres de ma famille. Parfois, j’va même le visiter, devant sa pierre tombale, t’au Cimetchére; j’y parle… Pis dans le silence, j’écoute cossé qu’y’a à m’conter ou qu’y’arait à m’aviser… Ma façon à moi d’y laisser saouaire que je ne l’avons pas oublié pour sa bravoure!

À la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église