Lés aventures d’la belle Delphine pis du Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Mêshoummes-Mêshoummes! Avez-vous « survivé » la gobbine de tempête de neige? Ouaye! Coumme mon ami octogénaire, le Vieux Dosithé, arait pour son dire : <<Mieux geler le boute dés doigts, que d’geler (ha-ha-ha) le boute de tchequ’affaire d’autre.>> Qué pour c’là qu’j’étais greyé dans més longues change-de-d’sous pis de bin « bundlé up » dans més haillons chauds d’hiver, dans l’temps que j’déblayais lés « drifts » de neige, quasiment rendus à la hauteur d’ma bourrique remplie de duvets.

Aussi excitant qu’ça peut être à « drivé » la grousse « huff » d’hiver, qu’appartcheint à la parouaisse, dans « l’parking lot » de l’église… Quand j’entendu l’éclatement d’un « CRUNCH » assourdissant; « feelé » d’la ferraille frictiounner féroce contre t’un objet mystérieux. Quand j’ai pu débarquer d’mon dinosaure mécanique, pour m’en âller investiguer cossé qu’était le dégât ou « what the heck » qu’j’avais « crashé » dedans?!?

« Hey »! Coumme si que j’pouvais saouaire, moi, que le p’tit « Volkswagen Jetta » rouge du tchûré était complètement enseveli sous un amas de neige? Ya! « How come » que l’Pére Abel ne l’avait pas statiounné, coumme d’habitude, dans la « driveway » du presbytère???

Me v’là qu’une sueur de nervosité s’a mise à m’couler du front; par « shock », j’en « shakais »… Asteur, y fallait que j’trouve en moi-même le cou-     rage d’m’en âller cougner à la porte du bureau du saint borger d’la parouaisse; pour âller y annoncer que la « steering wheel » de son « car » était sévèrement tordue pis maintenant rendue dans « l’front seat » du « passenger side ». Qu’la « windshield » avait explosé itout; pis un sept ans d’malheur d’son « cracked rear-view mirror », avec le « dangling cherry scented air freshener » de d’sus, se trouvait présentement entremêlé par terre, avec la « garbage » de « cheeseburger wrappers » pis de contenants vides de « french fries », dans « l’backseat » de son « MEEP-MEEP-THE-PRIEST-MOBILE »! Pis ouaye, « whatever paperwork » qu’était « once upon a time » dans la « trunk »… « Hmmm-Hmmm »! « Well »! Ça s’en avait t’ute été dansottée avec lés fantômes de neige, tournoyants dans l’vent glaçant du mois d’février. « Never mind » d’une « paint job » neuve, ej pense que « l’car » est « total wreck »!

Ein! Qu’cé « tough » un « huff »… Y’a pas même évidence d’une « scratch » ou d’une « dent » de d’sus l’véhicule! « Anyway », le Pére Abel n’a pas crié après moi; ne m’a pas « firé » non plus! Y’a « callé » sa compagnie d’assurance – – qu’y’allions y prendre garde; ne point s’intchèter… « Blah-Blah-Blah-Blah-Etcetera »…

Regrettablement, pour lés prochains tcheques jours (en attendant, le tchûré va être à pieds. Étant t’un bon samaritain de Bedeau d’Église que j’sus, j’y’ai offerts d’le « drivé » icitte pis là; afin qu’il puisse livrer la Communion aux résidents d’l’Hospice; pis d’âller joindre sa « bowling team » du dimanche souaire (malgré qu’y’un « gutter ball player »).

« As long » que j’ne le « taxi » pas « around » dans le « huff », ça s’ra moins énerrant pour nous deux. Dans mon « truck », ça sounne bin plus « safe ». Coumme qu’y m’a bin « warné »: aussi longtemps que j’n’aye pas le pied de trop pesant contre la pédale de « gas »… Ouaye! Djeu l’Pére nous prendra garde!

So, si qu’vous m’ouayez descendre le chemin, en roulant vite dans mon « huff » de Bedeau… Parce que j’sus counnu d’être « accident prone »! Ya! « PLEASE »! « Get the Drift »! J’vous suggère fortement (ha-ha-ha) de « jumpé » ou de « drivé out » d’ma « way »; surtout si que vous ne voulez pas (en vous faisant aplatir) qu’ça s’aye votre derriére qui soit la darniére chouse à vous pâsser en tra-vers d’la « brain ». « Anyway »! « Hopefully », qu’on d’c’la ouaira toutes « d’intact », la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Cé z’eux, l’artiste Francis du Djâble pis sa femme Jayla Flew, qu’avons acheté l’ancienne emplacement d’la famille dés Thibodeau, qui s’trouve juste à côté d’la boucaniére abandounné qu’appartchenait autrefois t’au vieux Dismas à « Joe-John » à « Jock » Léger ouaye-ouaye, lui qu’aimait « épeuré » pis « chasé » après lés p’tits bouts détestables effarés du village, avec son p’tit couteau d’poche, (ha-ha-ha) qu’y’allait leu’ couper lés oreilles… qué décédé de circonstances mystérieuses, tcheques z’ânnées pâssées… Ouaye-ouaye! À sa « camp » à chasse, après de s’aouaire fait trépigner par un bataillon « d’moose » féroces; pis qu’on suppose, par après, s’en a v’nu soit t’un ours grognon ou t’un coyote affamé, pour « snacké » sus le bas d’son genou drouette jusqu’à la botte de « gum rubber » qui lui manquait (« BURP »)). En r’venant « back » t’au sujet, l’heureux couple s’avons décidé de voulouaire se construire « quite » t’une cahute massive t’en roches à 2 étages, avec t’une cave à vin pis avec t’un gornier quasiment la « size » d’un hangar « d’airplane »; d’aouaire plusse d’espace de studio pis d’extra chambres à coucher; asteur qu’y’attendant t’une paire de bessons, dont l’accouchement est prévu vers la mi-septembre.

Cé le talentueux architecte du village, le jeune Bazil à Adrice, qu’a « designé » lés « blueprints » de la maison (plutôt dire, à r’sembler quasiment le d’hôrs d’un ancien manoir de noblesse de 20 pièces qui se trouve dans z’un paysage éloigné de la France, coumme que j’ouas souvent en flippant pis rêvant en travers dés « magazines » étonnants du « National » Joe-Graphique).

Y’ara 3 « fireplaces »: (1) l’une dans l’grand salon; (2) dans la tchuisine, afin de s’en sarvir vraiment pour faire tchuire du manger coumme à l’an premier; pis ouaye, (3) à « watché » lés flammes danser (« yeah right »), dans le « master bedroom »! Moi, « anyone » qui peut « s’affordé » t’un bidet, dans chaque « bathroom »? « WOW »! Aaah, que ça m’chatouille l’imagination!

Y’ara itout d’l’espace assez pour la grande visite ou la parenté d’âller « splashé » dés « canon balls » dans leu’ « swimming pool ». Mais ha-ha-ha, pas de « skinny dipping » (mais cela ne comptera pas si que tchequ’un devrait perdre par accident (« OOOOPS ») sa « gilling-suit » dans l’eau, après d’aouaire sauté « Boing-Boing », « off » d’la haute « diving board »)!

Moi, ça qui m’impressiounne le plusse, un peu envieux d’ma pârt, va être la vaste espace dés 2 studios d’arts… Cti-là d’peinture pis de sérigraphie à Francis, dont la lumière naturelle dés joyeux rayons d’soleil s’ra invitée « for sure » de v’nir illuminée l’entier dedans d’la pièce. Pis cti-là à Jayla, sera plutôt son « play room » à voulouaire faire d’la sculpture pis d’la poterie. Y’allons réserver itout t’une salle, afin d’offrir dés classes au publique intéressé à voulouaire s’inscrire à apprendre à soit dessiner, peinturer ou même d’faire d’la photographie. J’sus honouré qu’j’ai été d’mandé à saouaire si que cela m’intéresserait à voulouaire « parteneré » avec z’eux à enseigner tcheques cours de dessin au pastel sec. Pis en plusse, excité d’aouaire été d’mandé d’être le parrain dés bessons!

« As » pour l’identité de la marraine, ça j’ne peux pas vous l’dire; car vraiment, j’ne le sais pas. Faudra p’t’être attendre que la « gossip » se révèle, dans lés prochains jours à v’nir, Chez Alfredine « Hair Salon »; « blah-blah-blah », par la grande dgeule de Gertrude à « Fried Fish », pour saouaire tchissé bin qu’ça s’ra?!?

Mais faut j’vous dise, que j’ai « betté » t’un souper de « fried clams », une « hand shake » avec le tchûré, que j’pense qu’y’allons d’mander à Marie Calotte, l’historienne locale, d’être la marraine?!? Mais s’lon l’Pére Abel, lés « odds » sont qu’y’allons approché Arthémise, y’elle qui gère le fameux restaurant du village à ma cousine Delphine B.B. Bosse?!? Ha-Ha-Ha, on ouaira… Pis « well », si qu’nous sommes tous 2 « wrong »? Faudra faire un don de 50 piastres chaque à la banque de nourriture! Après t’ute, qué t’une « fair deal ».

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

La majorité dés majestueux érables dans l’cimetchère ont « snappé » en « half », pendant la tempête misérable de verglas de la s’maine pâssée. Dés dégâts de branches partout, par-dessus lés pierres tombales. En plein tcheur du parc à môrts, abattu par la férocité du vent, un lourd tronc d’arbre s’en a v’nu décapiter grossièrement (pitché) la tête de l’estâtue du vénérable Saint François d’Assise.

Ouaye! Oùssé qu’était le monument d’la famille dés Boudreau – – POUFFE – – viré en rocaille! Pis « my-my-my », ct’olle-là dés pauvres de pauvres Landry; bin z’eux leur chérubin ornemental blanc, autrefois d’assis de d’sus l’fait du bloc à marbre, à r’voler (« God knows where »), quand qu’le tout à fêler pis tomber à la renverse. J’ai r’marqué itout qu’la mêlée de grésil pis de pluie a faite t’une gobbine de bounne « job » à « blasté off » la mousse de plaquer contre le relief dés pierres tombales anciennes, dont lés noms dés colons fondateurs du Village dés Roseaux y sont ciselés.

Étant l’Bedeau d’Église, cé moi qu’a été appointé, par le tchûré pis le Comité Paroissial, d’évaluer pis de nettayer tout seul le vilain doummage. So-o-o! Si qu’vous entendez l’écho d’une « chain saw »: Vromme-Vromme-Vrombir, en travers le village… Non, vous « n’hallucinatez » pas! Bounne chance, qu’cé moi quisse dépêche à scier lés branches mortes pis lés énormes troncs d’arbres bouleversés par la rafale d’hiver. Sainte Borbis dés Limbes! Le but s’ra d’s’en sarvir à faire flamber le  « giant bonfire », à l’ouvarture du Carnaval d’Hiver; qu’ara lieu dans ma belle p’tite communauté, vendordi souaire, d’la s’maine prochaine.

« Mind you », j’va m’en sauver tcheques belles rondelles de bois, afin d’être capable d’m’en sarvir pour sculpter tcheques dentiers pour lés résidents âgés d’la Villa qui ne puissent pas s’en « affordé » ou qu’avons d’la difficulté à téter pis mâcher une taille de viande de « moose ». Ouaye, fabriquer itout dés béquilles ou « whittlé » dés cannes ou p’t’être bin même dés chapelets, pour lés infâmes de djeu qu’avons besin d’aïde à se soutenir deboute.

Pis si qu’y’a t’un « chunk » de bois, long assez: ej « hope », mêshoummes, de me permettre de raboter, coumme cadeau surprise, t’une jambe artificielle neuve, pour mon ami octogénaire, le Vieux Dosithé, avec dés « wiggly toes »! De m’assurer qu’la gambette y soit bin vernis, 3 à 4 couches d’épaisses, pour empêcher qu’une branche y pousse croche sus l’genou, au cas qui devrait accidentellement pisser dans sés tchulottes.

Cé du « liniment » qu’y faudra âller m’acheter à la pharmacie, pour me faire frotter partout lés maux dés muscles du côrps pis d’asseyer d’me ramancher « back » lés criques-pis-craques du cou! Me tcheindre chaud avec du café, cé bin « wonderful » – – mais j’assez « wiré », qu’j’en « vibrate! Hounnêtement, j’achève quasiment la « job »… Qué « kind » d’un « nice relief »!

So, en attendant : AH-YEOYE-YEOYE-YEOYE! À bientôt!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

 

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

So, j’m’ai faite « spotté » à Cap-Pelé, en train « d’cheaté » à me défripper la face dans z’une grousse assiette de « yummy fried scallops »? Ouaye! J’étais coumme « on display », tout seul, à la table qué flaquée drette proche du grand « picture window », à l’intérieur de mon « favorite » restaurant. Ha-Ha-Ha! Cé pas coumme si qu’j’asseyais d’me cacher… Imaginez-vous ouaire, y’a du monde qui « wobblions » dehors dans le frette d’hiver qui s’avons même jusqu’à s’effoiré l’nez morvoux contre le châssis pour m’espiounner… Pas parce que j’sus beau, « mistakenly » coumme t’une estâtue d’un « male model » en plâtre! Mais avec t’une expression « puzzlée », d’sus leu’ faces, en voulant dire à youssé bin que j’t’ai déjà vu? Toi, face laide?!? Y m’avons pas counnu, non plus, coumme étant le Bedeau d’Église qu’écrit dans la gazette du Moniteur…

Hmmm! Cé t’une sartaine Mme Doiron, veuve résidente de la communauté, assez proche de mon âge, qu’a osé rentrer dans la « building », me questiounner à saouaire si qu’j’étais t’un touriste de Toronto ou parvenant aussi loin que dés z’États? Parce qu’la maniére, mêshoummes, qu’j’avais més jueux « d’slickés » pis avec ma « five o’clock shadow » d’sus l’menton, c’était « quite noticeable » que j’ne v’nais pas dés alentours!

À y’elle, ej semblais plutôt à tchequ’un « d’quite » important pis de « debonair »! Coumme soit ayant l’apparence d’un « movie star » ou de vedette de la radio ou d’la « T.V. « !?! À semblait être assez « in awe » de moi, j’pouvais juste pas y câsser l’tcheur d’la pareille sorte – – so, j’y’ai bailler mon « autograph »!

Imaginez-vous ouaire, j’y’ai même laissé prendre t’une photo d’moi, avec d’la « tartar sauce » de « smearé » de d’sus le tout l’tour d’més babines pis qui me « dribblait off » d’sus l’boute du menton, coumment « handsome » que j’devais être à sés yeux. Mais parce que j’n’étais pas la « Catch of the Day » de d’sus l’menu du restaurant, pis me rappelant itout que j’sus z’un houmme fièrement marié… Ein?!? J’ai décidé bon d’ne pas d’la « leadé on »; à ne pas voulouaire non plus « flirté », frais coumme t’un maquereau!

Cé t’en arrivant toute suite à la maison, que j’ai décidé bon d’partager ma « odd » aventure avec ma chère belle épouse, de « Betty » d’la « Happy Valley ». Ouaye! Avant que tchequ’un coummence à « spreadé » d’la « dirty gossip », qui m’avons vu faire mon « woman magnet », à Cap-Pelé. Que « Blah-Blah-Blah » (« OH MY GOSH »), coumment hontant qu’c’était… Etcetera-Etcetera… Surtout si qu’ça s’rend t’aux oreilles d’la vilaine Gertrude à « Fried Fish », grande dgeule du Village dés Roseaux. L’histouaire « buzzera » partout!

Ma main sus la Bible, ma chère « Betty » n’a pas besin « d’worryé about » moi; à sait qu’à l’é ma « one and only one ». Ya! À peut « m’trusté », qu’à l’é ma crotte de velour pour toujours!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

La « phone call » dérangeante qu’j’ai obtenu du Couvent dés Sœurs : à m’dépêcher d’m’y rendre toute suite, parce qu’y’avions trouvé t’un mulot dés champs de môrt dans l’une dés tirettes du bureau d’la grande office à la Mére Supérieure. « Well »! Qu’ça leu’ faisaient zire d’enlever, hors de d’là, la carcasse raide de la pauvre p’tite bête misérable. Ouaye, qu’s’allait prendre tchequ’un avec t’un bon tcheur vaillant (qué moi), de v’nir ramasser ou d’nettayer la « trail » de p’tites crottes dures parmi la paperasse! Pitché Seigneur! Ouaye, qu’en grignotant… Hmmm-Hmmm! Cé p’t’être bin le « staple » qui manquait de d’sus le pamphlet mince de prières, qu’a faite « choké » l’animal?!?

J’me sus rendu là, avec ma trousse d’urgence, en métal rouge, de Bedeau d’Église… J’aouaindu més gants « d’rubber »! « Carefully », j’ai délicatement pis de façon respectueuse ramassé l’évidence par la tcheue. L’une dés religieuses pieuses, ej pense qué la « cook » ou responsable d’la tchuisine du Couvent, m’a offarte t’une « can » en métal vide rectangulaire de flaveur « fancy » de café international, avec t’un « snap top » en « plastic », afin de m’en sarvir coumme t’un mini cercueil pis dans l’espérance itout de bailler t’au mulot dés funérailles convenables. « Okay »! Qu’était comme « weird », là-là! Mais étant un gârs qu’aime plaire… J’ai décidé de « playé along »…

J’avons « agree-yé », qu’aussitôt qu’la terre s’ra dégelée, en erriére d’la « baby barn » d’la propriété de nounnes (« normally », dans la « patche » à youssé que poussent lés géantes tournesols préférées d’la Mére Supérieure) – – s’ra l’endroit idéal à voulouaire enterrer le mulot! J’avons décidé d’y bailler un nom – – asteur counnu par le beau nom de Francis (ouaye, en hommage de Saint Francis Xavier). Y faudra itout qu’j’y « carve » t’un « marker » ou t’une plaque en bois… P’t’être même d’y sculpter dans d’la roche, un relief approprié commémorant la vie souvenir ou l’image parfaite d’la p’tite bête en train d’froliquer dans la nature. « Enough » dés arrangements funéraires… Asteur, « time to proceed » (Hmmm-Hmmm) à nettayer le dedans de la tirette…

Non, ce n’était point dés crottes de mulot! J’peux comprendre dans leu’ panique, qu’lés Sœurs du Couvent en étions concernées… Cé t’en regardant de plus près, que j’ai r’marqué que c’était plutôt dés pépites lousses au chocolat de « cookies ». Possiblement c’là qu’avait attiré le mulot de voulouaire âller « in the first place » se niger à l’intérieur d’la tirette… Qué d’même qu’j’avons « discoveré » itout (« for shame ») que la Mére Supérieure « cheatait » (ha-ha-ha) de d’sus sa « diet »… Qué vraiment point d’més affaires à répéter parmi l’monde… Qué hounnêtement à y’elle, si qu’à « feel » le besoin d’âller s’en faire confesser…

Y m’avons faite inspecter l’entier Couvent. Pas à « worryé », « no sign » de mulots de cachés dans l’édifice. « Mind you », quand j’sus descendu tout seul t’au sous-sol, faut vous dire que lés « pipes » d’eau étions parouaisées épais de fils d’araignées. Sans voulouaire semer la panique, sans rien dire; j’ai nettayé « everything » avant que lés « creepy » résidants à huit pattes se décidons d’voulouaire v’nir envahir le haut ou même d’attaquer lés religieuses pendant lés heures nouaires de la couchette!

Asteur, que j’sais « qu’everyone feel safe »… Ma « job » de Bedeau, asteur m’amène d’âller m’dépêcher « waxé » l’plancher d’la grande allée de l’Église… « Yes sirree », mêshoummes! À la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’ai r’marqué darniérement que la majorité dés clientes de Chez Alfredine « Hair Salon », sortant souvent de d’là avec lés yeux de pas mal « glossy », à « gigglé » pour dés riens pis d’aouaire lés « munchies » épouvantables de gorets. Moi, j’me méfie qu’ça doit être la gobbine de « cheap » puanteur du nouveau « happy hair spray » qui lés rend « friggin’ stone »?!? Ou quand qu’leu tignasse devient pareillement dure qu’une corne tordue de boeu’, qu’lés racines dés jueux bloquent lés pores d’la peau du crâne, empêchant l’oxygène à ne point circuler coumme y faut en travers d’la « brain ».

La raison que j’sus concerné, cé qu’l’autre jour quand qu’ma chère, belle « Betty », a arrivé à la maison, avec sa (ouffe-ouffe-ouffe) « sexy bee-hive hairdo » d’un pied d’haut d’sus l’fait d’la tête; y’avait d’quoi « about » y’elle qui ne semblait pas être tout à fait à la normale. Dans l’sens, mêshoummes, qu’à tricolait à la « zigzag »… Qu’à « slurrait » sés paroles, avec la langue autant lourdaud qu’une tranche épaisse de bélonie. La v’là que « out » du « fridge », qu’à l’a aouaindu le 3/4 du plât d’lasagne qui restait, pis qu’à s’a régalé à avaler, dans z’une « gulp », l’entier grous morceau, plus hâtivement que l’temps qu’ça y’avait prise à faire tchuire dans l’fourneau… Par après, si vous l’auriez vu fripper pis « scratché » avec sés dents le fond du « cardboard » du « container d’ice cream » à la pistache? « OINK-OINK-OINK-OINK-OINK » (qué ma seule maniére à mieux « describé » coumment « out of control » qu’à l’était)! Pis ensuite là, d’avaler, sans l’aïde d’une « crazy straw », le restant de jus d’vinaigre hôrs d’la bouteille de « pickles » pis de betteraves??? « Now », ça c’était « a bit too much » pis « kind of twilight zone » itout!?!

J’ai décidé de faire du « snoop investigation » pis à taléphôner, en travers du village, aux maris dés autres femmes que j’savais qu’avions été s’faire « setté » lés jueux Chez Alfredine « Hair Salon », en même temps qu’ma chère épouse. Pis coumme de faite, ça qu’j’avais « witnessé » che-nous était rien, comparé à la geste bizarre que la grassouillette de Hectorine, la femme de P’tit Lou (Lou pour Louis à Blair Allaire) avait décidé d’âller d’l’avant…

En arrivant à la maison, que Hectorine avait t’une « craving » tarrible à voulouaire manger d’l’éperlan. À déparlait à pas faire du bon sens, coumment qu’à l’allait s’dépêcher à s’creuser z’un trou d’sus la surface gelée d’la baie; proche du chenal, afin d’être capable de s’en « jiggé » z’une « couple » de bounnes douzaines! À sa logique, qu’ça irait plusse aisé d’lés « scoopé » hôrs de l’eau glacée, avec l’aïde dés deux « cups » vides de sa brassiére… À la « size » d’estoumac qu’à l’a, j’sus sartain qu’à pourrait s’attraper t’un bébé béluga dans chaque « cup » – – (« okay-okay », p’t’être bin pas si grous; mais (ha-ha-ha) « at least » un énorme banc d’maquereaux). Pis quand qu’Lou a supposément essayé d’l’arrêter, à y’a faite goûter férocement du rouleau à pâte… Qu’asteur l’esclâve de Djeu, y’en marche bossu; ha-ha-ha, d’à môtché « cripplé »!

J’espère qu’ma « loveable Betty » ne devienne pas z’une « Hair Spray Addict »! En attendant ou jusqu’à temps qu’à s’en alle à sa prochaine appointement Chez Alfredine « Hair Salon », à s’lamente coumme y’une qu’a (ha-ha-ha) mal aux jueux (ouaye, qué « hungover » sept fois l’djâble)!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Tchelle étrange maniére à « starté » 2017, qu’avec dés mangeaisons sévères de poux pis de lentes dans lés jueux! Cé d’sous le « mistletoe » du « Party » d’la Veille d’la Bounne Ânnée, avec la peau sec de sés babines câssées, à la Salle Paroissiale du Village dés Roseaux, que Gertrude à « Fried Fish », supposément sans saouaire, que quand qu’à « smoochait » le monde… Ouaye, que lés p’tites verrats de bébites, qui y « danglions » du boute dés poils de sa moustache mince de farmiére pis de sa « bee-hive hairdo », s’amusions à « jumpé », à « crawlé » pis à infecter lés « sweaters » en pure laine de borbis pis lés tignasses du monde qu’avions v’nu « in contact » avec la dâmnée de Gertrude. Même jusqu’au Vieux Elphège, « bald » toute sa vie, n’a pas pu échappé ni lui t’au sôrt; car sus l’fait d’sa grousse loupe, un énorme pou semblait « yoddlé » ou à jouer « Nyah-Nyah-Nyah-Nyah-Nyah-I’m-the-King-of-the-Castle » ou p’t’être même à faire dés grimaces déformées.

Ma chère « Betty », y’elle lés siens se multiplions vite de d’sus le poil de sés bras. Par chance qu’elle s’avait râsé lés jambes « or else » s’aurait pu la faire gigoter coumme t’une ensorcelée de d’sus la « dance floor ». Moi, j’en ai eu t’une « couple » à faire dés acrobaties de « Tarzan », à « swingué » d’un poil à l’autre de d’sus mon « chest » aussi épais que d’la fourrure d’ours nouaire! Mais pas aussi « bad » que la nouvelle vieille fille de sarvante du tchûré, la « sweet » P’tite Alvina, qui s’avait fidguré qu’y’avait tcheques poux qui y y’avions p’t’être « crawlé » dans sés deux « cups » de brassiére; pis la v’là qu’à s’a mise à s’gratter là rigoureusement, avec la « rim » de son verre vide de champagne!

Y’a du monde qui s’faisions gratter l’échine, avec « anything » qu’était prime… Y’en a même qu’avions défaite leux chaises en bois pour s’râcler dés parties du côrps, à youssé que j’n’ose pas noummer ou à pointer du doigt, avec le pointu dés lattes câssées! Imaginez-vous ouaire, j’ai jusqu’à « spotté » le robuste de « bartender », le « body builder » de Grégouaire à « Jeff », qui s’a « dippé » la moustache touffu dans d’la cire chaude d’un p’tit lampion d’table, afin de prévenir l’invasion ou l’attaque dés poux pis dés affreuses lentes!

En après-midi du Jour de l’An, vous auriez due ouaire « half » du monde du Village dés Roseaux, la face bin rouge d’embarras pis à greloter pareillement coumme dés p’tits orphelins de minoux… En ligne dehôrs, à la porte de la pharmacie locale, pour voulouaire s’procurer d’la médecine à tuer dés poux! « A good business day », <<Cha-Ching-Cha-Ching>>, dans le « cash register » de « l’owner » d’la « drugstore » – – qui va lui permettre « for sure », à lui (Ernest) pis sa femme maigorlounne d’Ida, d’y payer leu’ « trip way down south », à youssé qu’une puce ne survivrait pas (POUFFE) à s’faire grâler contre la peau ampoulée d’un « sunburn »!

À la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Me v’là d’assis à mon « desk » de Bedeau, en train d’me frippounner « nervously » lés babines d’sus ma tâsse de cacao chaud pis à « worry-é » que « Jeezo-Cripe »… Hmmm! Dans tcheques jours! Ça va être bétôt Nouël! « Yup »! J’ai bin y’eu beau à aiguiser ma hachette, avec l’intention de voulouaire « choppé off » la tête du dinde dont j’avais acheté d’la « Farm » dés Boudreau pis amené che-nous à « la feedé plump ». D’en faire le festin juteux dés Fêtes!?!

Mais avec mon tcheur de poule! Hounnêtement, j’n’ai pas lés « guts » de tuer Mlle Glou-Glou – – qué c’là l’nom qu’mon fils Bosko l’a baptisé pis qui y’a apprise à faire dés « tricks », coumme une « pet », à danser-swinguer <<Boogie-Get-Down>> dans l’poulailler; pis à picocher itout, avec son p’tit bec pointu, d’sus z’un mini xylophone en métal d’enfant, la fameuse tounne <<You Are My Sunshine / My Only Sunshine>>! Ein! Qué « quite » t’un oiseau domestiqué talentueuse! À une « Talent Show » de Carnaval d’hiver du village, j’sus sartain que d’la pârt dés juges, à l’aurait bounne chance de s’mériter « First Place »!

Pour pas briser l’tcheur à mon jeune, moi pis ma chère épouse « Betty » d’la « Happy Valley », j’avons décidé bon, tcheques minutes pâssées, de « sparé » la vie à l’extraordinaire Mlle Glou-Glou. Au lieu d’manger d’la dinde, j’allons s’bourrer la face dans soit du « ham » succulent ou du rôtie « d’moose » (avec d’la sauce chasseur) ou avec la recette dés bounnes toutiéres à ma mére! Ouaye! En plusse, que s’lon lés insistances à Bosko que (ouaye) Mlle Glou-Glou sera invitée à s’assir y’elle itout, avec nu-z’autres à Nouël, tout l’tour d’la table d’hounneur familiale, (« imagine that ») avec sa « own » assiette en fêtée de grains d’maïs naturels!

So, imaginez-vous lés belles photos souvenirs de Nouël 2016 qu’ça va être d’la « fun » à flaquer dans nos albums de famille ou p’t’être même d’en faire un calendrier pour mettre d’sus « l’wall » d’la tchuisine! Moi, j’préfèrais mieux d’me faire faire t’une tâsse-photo souvenir à café de Mlle Glou-Glou: en « concert », à maillocher dés p’tites lames couleurées en fer musicales – – Ein! Ha-ha-ha, une bounne maniére, à « kick-starté » ma journée!

Moi, j’vous verrez yinc en janvier 2017. Car entre Nouël pis la Veille du Jour de l’An, ej serai z’en vacances à « enjoyé » du temps « off » avec ma famille et ménagerie d’animaux! J’vous appel pas dés verrats, mais j’espère qu’on c’la verra tous l’ânnée qui vient; avec dés his-touaires intéressantes à voulouaire se raconter ou parta-ger… Même à nous faire rire, si Djeu l’Pére nous l’permet, jusqu’à ce qu’on en pissent une grousse marre dans nos drâses!

Ouaye! Pornez bin soin d’vous z’autres! « Enjoyé » lés Fêtes! Pis « for sure », à la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

En 2004, Delphine composa la fameuse chanson de Nouël suivante, dont j’ai ‘té d’mandé d’chanter t’au « Party » de Nouël de l’Association dés Bedeaux d’Église du sud-est du Nouveau-Brunswick:

Y’a dés crottes de « reindeer »

(qui se chante sus l’air de <<Jingle Bells>>)

(refrain)

Oh! Y’a dés crottes de « reindeer »,

Sus « l’roof » de ma maison!

Quand j’sôrs dehôrs, j’me pince le nez!

Gobbine! Qu’ça sent méchant!

Hé! Y’a dés crottes de « reindeer »,

Sus « l’front » de mon gazon!

Quand j’sôrs dehôrs, j’fais z’attention

D’ne pas « steppée » dedans…

1.

La Veille de Noël!

V’là « land » Père Noël

Dans son beau traîneau,

« Loadé » de cadeaux.

Dans l’temps qu’y’a descendu

Dans l’trou de ma ch’minée – –

V’là qu’lés « reindeers » s’lèvent la tcheue…

Lés mozus s’mettent à péter!

(refrain)

2.

Lés « reindeers » ‘tions gazés!

L’envie leu’ z’a pougné!

Y’avions pas d’pisse-pottes

Pour larguer leu’ ‘tites crottes!

Lés pauvres n’avions pas d’choix

Que d’se sarvir d’mon toit

Coumme une bécosse portative – –

« Ah, yes! On Christmas Eve »!

(refrain)

3.

Asteur, j’ai d’la « proof »!

Qu’lés « reindeers » ‘tions sus « l’roof »!

Pis z’en bazissant;

En larguant sus l’gazon!

Partout y’a dés crottes!

Faudra ej porte més bottes!

Prendre ma pelle pis âller « scoopée »

Lés crottes qui m’avons laissées…

(refrain)

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Deli Productions Inc.

© 2004

Hen-Henri à P’tit Boutte

Bedeau d’église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Voici t’une copie d’la lettre que mon fils aîné m’a d’mandé d’écrire pour lui, à être « droppé off » dans la « mail », adressée t’au Père Noël :

Allo là, le Vieux Grous Môssieux Ho-Ho du Pôle Nôrd :

Ouaye! Mon nom, cé le P’tit Bosko! Pis j’ai 5 ans et d’mie. J’va à la Maternelle pis j’sus z’un grand garçon vraiment-vraiment smarte. J’peux compter jusqu’à 12, sans m’sarvir d’més doigts pis d’més orteilles en dedans d’més bas! J’encôre d’la misère à imprimer le « Q » de l’Alphabet! J’aime dessiner dés p’tits « cars » qu’allons « MEEP-MEEP » pis sortez d’la « way » coumme « drive » vite mon Papa! Ma maman m’apprit qu’c’était pas beau de fiâler més p’tits amis sus l’front, avec ma p’tite pelle t’en plastique orange; so, asteur, j’frappe lés p’tits horloux à coups « d’Teddy Bear » d’sus l’fait d’la tête – – cé plus doux; hmmm, ça fait moins mal! Pis j’écoute ma maman quand qu’à m’parle; pis quand qu’ça vient à mon père, « well » cé d’la « fun » d’y faire enrager…

Cé moi qui va jouer le rôle costumé de l’âne dans la   Séance de Nouël… Cé « too bad », j’n’arai pas l’droit de chanter la chanson de Nouël de <<Hey! Chinngedy Ching /Hee-Haw/ Hee-Haw/ It’s Domininick the Donkey>>! Ma seule ligne à m’rappeler cé Hi-Han; mais parfois j’me trompe pis j’beugle Hen-Hen-Ri, coumme ma mére fait quand qu’mon pére fait d’quoi « d’stupid »!

So, « okay » Père Noël! Voici la « deal »! Tu m’amènes dés cadeaux sous l’âbre; pis moi j’te laisse dés grous keks au sucre pis t’un grous « mug » de lait frette, pour te remplir la beude. Un sac de 10 livres de cârottes pour « feedé » tés « reindeers »! Un « pooper-scooper » pour ramasser lés crottes de tés « reindeers » d’sus « roof » d’la maison ou préfèrais-tu vieux dés bouchons de bouteilles de vin vides pour chacun leu’ « corké » l’trou? Une « flash light » au cas qu’le nez rouge à ton « Rudolph » arrêterait « d’worké » ou « d’blinké »! Pis enlève ouaire tés bottes trempes en sortant d’la cheminée, pour pas salir le plancher nette du salon qu’ma bounne mére s’a tué à la sueur d’son front à « moppé » pis à « waxé »!

J’aimerais d’aouaire pour Nouël t’un « robot », avec dés « laser beam eyes » pis qui « shoot down » du ciel « POW-POW » dés « ennemy space aliens », qui s’en v’nant « invadé » la Planète Terre! Pis dés « Star Wars Lego » pis la « Video Game » dés « Star Wars Lego » (j’ai dis t’une « Video Game » pis pas t’une paire de pyjama… M’as-tu compris?)! Rempli mon bas d’Nouël plein « d’candés », t’un « coloring book » d’animaux d’la zoo pis t’une boîte de 24 craies d’cire (j’ai dis t’une boîte de 24 pis non de 4, car couleuré t’un tigre vert quand qu’t’as pas d’orange, cé pas trop beau)!

Père Noël, j’aimerais de te d’mander t’une « favour » spéciale? D’arrêter visiter pis livrer t’un cadeau de soit t’une boîte de suppositouaires ou t’une grousse bouteille de jus d’prunes à ma grande matante Élise, qu’à l’Hospice dés Vieux, qui s’lamentait coumment « bad » qu’à l’était constipée (quand j’avais été la visiter dans sa chambre, samedi pâssé, avec mon Papa)! Pis un p’tit « container » neu’, afin qu’à puisse (ouaye) saucer son dentier, dans l’temps qu’à dôrt pis qu’à ronfle!

Joyeux Noël, mon Vieux HO-HO! Pis dit allo d’ma part à tés p’tits lutins pis à ta belle femme, Marie Noël (si qu’cé ça son vrai nom?)!

BOSKO

Fils à Hen-Henri à P’tit Boute du Village dés Roseaux