S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ct’ânnée icitte, le Mouvement dés Scouts pis Guides avons obtenu la permission du Village dés Roseaux pis ainsi ct’olle-là du Comité Paroissiale afin d’être capable d’organiser pis de « hosté » le grous « Party » Familial « d’Hallowe’en »… « Of all places », imaginez-vous ouaire, dans l’cimetchére même d’la parouaisse! Qu’à mon opinion d’Bedeau, qué « quite » t’un endroit idéal pour l’aouaire… Le thème d’la soirée du 31 octobre, de cossé qué indiqué de d’sus lés affiches : <<V’nez veiller pis greyer avec lés revenants>>! L’admission est gratuite; de même que lés frissons!

La minute que l’soleil sera couché pis qu’le ciel se noircisse de souris-chaudes, cé à cte moment là que la « squeaky gate » du cimetchére va s’ouvrir… Pis qu’en erriére dés pierres tombales, voici que dés « flashing lights » pis dés « fire works » allons s’en v’nir aveugler, éclater pis « amazé » lés spectateurs; pis hôrs d’la brume artificielle va sourdre une chorégraphie de jeunes zombies qu’allons s’mettre à se « shaké » pis se « distorté » l’côrps à la musique de Michael Jackson: << »Tuh-Tuh-Tuh-Thriller »>>; suivi par t’une « shimmy » d’la << »Monster Mash »>>; pis là par la « sing-a-long theme song », « click-click » de la << »Addams Family »>>!

Y’ara t’utes sortes de « fun games » pour tcheindre amuser lés parsounnes de tout âge. Cé ma femme, ma chère « Betty » d’la « Happy Valley », qui s’ra greyé t’en « marie-witch », qui va s’occuper de l’excitante poumme-pompage (en anglais, d’la « apple bobbing »); qué pas trop populaire « mind you » pour ceusses-là qu’avons dés dentiers, surtout si qu’en essayant d’croquer de d’sus z’un fruit du pommier, qui « t’poppons » hôrs d’la goule pis qui calant Ha-Ha-Ha jusqu’au fond profond du chaudron; pis qu’après c’la que ce n’é point facile avec yinc dés gencives de téter de d’sus dés « kisses » d’la « Hallowe’en »!

Moi, j’serai greyé coumme « Frankenstein »; pis ça s’ra moi qui s’ra responsable d’la « game » de « peanut » à cotchille « ring toss »… À youssé qu’vous pourrez gâgner tout sortes de prix épeurants: coumme un doigt coupé dans z’un mini cerceuil, dés « grusome eyeballs », dés cornes pis fourches pointues de démons, dés « capes » de vampires, dés statuettes en lampes de fantômes qui « run » yinc sus dés batteries, du « fake blood », dés longs « fake » ongles d’orteils de « space aliens », dés « fangs » de loup-garou, dés rouleaux de gazes afin de se déguiser en momies effrayables, etcetera-etcetera…

Spécialement pour lés adultes, y’ara Rosalie à Croque Potte, qui s’ra greyé dans sa « natural get-up » de Tireuse de Fortune pis qui dounnera dés « free readings » de sa boule en cristal; pis pour un don de cinq piastres (qui ira supposément envers l’achat d’matériaux d’artisanats pour le Mouvement dés Scouts pis Guides), vous f’ra la lecture du dedans d’la paume de votre main. Pis vers la fin d’la soirée, pour ceusses-là qui s’ront braves assez de voulouaire rester pour la séance, afin d’essayer de communiquer avec lés môrts d’enterrées dans l’cimetchére… Hmmm, qui devrait être « quite interesting » ou assez intéressant pour vous faire raiser d’peur le fond d’vos drâses!

Âââh ouaye, j’avais oublié d’mentiounner qu’y’ara itout t’un concours pour lés plusses « original costumes » d’la veillée. L’an pâssé, y’elle qu’a gâgné était la deux faces de Vieille Irène à Boquitte à Lévi à Sam; qu’avait pas besin d’masque, parce qu’ça y’a v’nait d’être naturellement (« ahem ») deux faces… Mais parle d’être pas soutée pis insultée qu’à l’était d’aouaire yinc gâgné t’un « gift certificate » de cinquante piastres « worth » de fumier d’borbis d’la Quincaillerie du Village! « Anyway », le grand prix ct’ânnée est t’une « all expense paid bus tour » à la « Dump Site » puante du Village, afin d’âller flatter l’erriére dés oreilles de tcheques grous râts infestés d’germes – - qué pas vraie! « Unfortunately », qu’encôre un sac de fumier! Ha-Ha-Ha! So, si qu’ça vous intéresse d’aouaire un « good time »; ya – - v’nez faire « spinné » vos « tires », t’au village!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’ai té d’mandé par le tchûré d’la parouaisse à saouaire si qu’ça m’intéresserait de prendre « over » la direction d’la chorale d’église? Que le règne de tyrannie à la Grousse Roseanna était terminé… Ouaye, qu’à l’avait décidé de « steppée down » coumme la directrice dés chants sacrés, par rappôrt qu’à l’était tannée en maudite de continuellement s’prendre de dgeule avec la section dés Sopranos vaniteuses; pis « God forbid » itout, avec ct’olle-là dés jeezô-crônes de Ténors tannants. Pis qu’en plusse, qu’sés nerfs en étions « shot » à force de tout l’temps beugler après la gobbine de nouvelle joueuse d’orgue à grous tuyaux, Sœur Marie Bénite (qué d’à môtché sourde « to start with »; pis qui malheureusement oua embrouillé la majorité dés notes écrites de musique, parce qu’son excuse cé qu’ça la tanne de voulouaire porter sés lunettes sus l’boute de son nez).

J’accepté le défi, mais avec la condition que j’aye le plein support dés membres participants de la chorale! Le moindre « hard time » que « anyone » de d’z’eux me dounne, j’me gênerai pas personnellement d’leu’ « bootsé » l’derriére jusqu’à « out » la « front door » de l’église! Qu’a été l’avis que ma cousine Delphine B.B. Bosse m’a partagé avec moi de d’sus la « phone »! Pis « as » pour la gobbine de Sœur Marie Bénite, « no offence » à la vieille nounne là; bin si qu’à veut vraiment faire partie de l’ensemble, y faudra « either » qu’à se greye un « friggin’  » de « hearing aid » ou qu’à s’fasse « poppé out » la wax épaisse hôrs d’sés deux oreilles; pis un absolu qu’à se greye itout une bounne paire de « fun »-bouteilles, afin d’être capable de lire sés gobbines de longues « sheets » de musique.

Ej sais s’encôre tôt, mais veux veux pas, cé asteur qui faut qu’on s’mettent à pratiquer lés beaux cantiques de Nouël; surtout si qu’nous voulons sounner coumme dés belles voix d’anges ou faire bounne impression à la Messe de Mênuit! Mais j’enduré pas la section dés Ténors à faire par exprès à résounner (pantoute) coumme dés camules à deux bosses en chaleur extrême; pis d’aouaire le restant dés chanteux à beugler coumnme t’une bande effarée de borbis égarées ou pire à mimiquer le son aigu de <<Hi-Han>> d’une bande d’ânes constipés! « Hey »! J’sommes pas là pour faire horler le p’tit bébé Jésus en plâtre, dans la Crèche!

Notre « first big » pratique là va aouaire lieu, cte jeudi souaire icitte! Dans l’Bulletin de l’Église, j’ai fais publier que j’charchions pour recruter du monde d’extra à v’nir se joindre à la chorale. Pis en plusse que j’étais à la r’charche d’un « marching band drummer », d’un violoneux pis de tcheques joueux de flûte à bec. Qu’y’ara itout t’une « try out selection » pour cti-là ou ct’olle-là qu’ara l’hounneur de chanter solo le <<Mênuit Chrétcheins>> pis le <<Sainte Nuit>>! (« So far », j’m’ai fais approcher par le garçon gêné à « Bill Fish Cake », le grand lingot de Joël qui sounne à l’oreille supposément ou quasiment coumme t’un « cross-breed » entre t’un Ba-Ba-Ba-Bing Crosby pis t’un Dean Martin ivrogne). Pis cé moi, qu’ara le rôle principal à jouer la guitare ou ein « to save the day in case » que ça « work » pas « out » coumme y faut avec la vieille Sœur Marie Bénite! « Anyway » là, à la prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Malgré que j’ne sus pas z’un chasseux, j’adôre « still » ça d’manger d’la viande de « moose ». Pis ct’ânnée parle d’être chanceux, parce que l’Vieux Thadôre (lui qu’appartcheint, avec son frére Romuald, le moulin à bois); « well », y’a sourdu che-nous m’offrant coumme cadeaux sublimes : tcheques tailles coupées épaisses de « steak », un paquet d’trois livres de viande hachée pis t’un rôti quasiment la même « size » qu’un sac de 5 livres de cârottes que j’achèterions z’à la Co-opérative! « Yes Sirree »! Y’a juste de quoi « about » cte p’tit goût d’bidoche sauvage là dés bois dans la goule, ej sais pas pourquoi, bin qui m’ravigote « giddy-up-giddy-doo » tout le dedans du côrps! « Anyway », cé ça que j’m’avons défrippé la face dedans, pour notre festin savoureux familial de l’Action d’Grâce! Ein! Qu’en rotant, j’ai « feelé » m’a face rayonner de contentement pis ma beude gonfler (ha-ha-ha) avec volupté.

En parlant d’histouaire de « mammifère », j’ne sais pas si qu’cé vraiment vrai cossé que j’vais partager avec vous z’autres… Bin supposément, pendant la saison d’chasse, qu’un « moose » rusé – - pour éviter de s’faire « shooté » t’une « bullet » à fusil entre lés deux yeux – - ouaye, s’en aurait été se réfugier à l’intérieur d’la grange laitière à la Vieille Azile. Mêshoummes! Qu’la grousse bête à cornes arait pris résidence dans la même logette que la vache gidounne de Jambette qué counnue « d’flirté » avec « any » taureau salaud qui y baille d’la mine…

Ouaye! Tcheur douillet de poule qué counnue d’être Azile, qu’à l’arait tenu caché pis « feedé » la bête sauvage sans mentiounner l’mot à parsounne… Surtout en cachette de son maudit fils foiroux détestable de Grous Fred qu’avait obtenu son permis d’chasse à l’orignal d’la province; pis que ha-ha-ha, pendant son séjour dans l’bois qu’en trébuchant s’arait « shooté » par accident t’une « bullet » en travers d’son pied drouette (qué vraiment t’une « funny » histouaire à vous raconter pour t’une autre journée)… Pauvre Fred! Parle d’être déçu, qu’y’avait point té capable de remplir son « deep-freeze » de viande! Mais parle d’être « pissé off » après sa mére; de saouaire « that all along » qu’à l’avait apprivoisé pis laissé abriter dans sa grange t’un majestueux élan du Canada, d’à peu près 1200 livres – - « actually » qu’arait pu nourrir t’une famille affamée de cinq, pendant l’entiére saison froide!

Âââââh pis « by the way », « just in case » qu’ça vous intéresse à saouaire… La Vieille Azile a baptisé son « moose »: Joe Panache! Pis l’histouaire continue: que si qu’le roi d’la forêt désire d’pâsser en confort son plein hiver dans la grange, à « shacké up » avec Jambette – - « Hey », y’é « more than welcome to stay »!

J’entendu dire par-dessus la bouchure itout qu’la Vieille Azile laissera p’t’être lés jeunes du Mouvement dés Scouts à v’nir se faire photographier pour « free » avec le « moose ». Pis supposément pour le prix de cinq piastres chaque, à laissera lés gens du publique à v’nir faire miatte-miatte tout doucement sus l’museau poiloux à Joe Panache! So, « there you have it »! Que si qu’le « moose » décide de « hangé around » pour « good », que ça pourrait p’t’être devenir t’une attraction touristique l’été prochain à la couleur locale du Village dés Roseaux!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

J’me sus réveillé en sursaut hier matin, avec lés 2 mozus de narines d’aussi « stuffées » qu’un dinde qu’en train de s’faire « basté » dans l’fourneau. Pis en plusse avec t’une façon d’haute fièvre chavirante, que l’thermomètre dans ma goule en a quasiment « busté » pis « squirté » partout du mercure contre lés « wall » de la chambre! Mêshoummes, j’avais itout t’une voix enrouée d’vieux crapaud; d’la misère à m’faire comprendre par ma douce épouse, quand qu’j’asseyais d’y parler ou vraiment d’me lamenter à y’elle coumment ââââh pitché-pitché que j’faisais… Queheuque-Queheuque!

« Whatever » qué lés remèdes que l’pharmacien a suggéré à ma femme, ma chère « Betty » d’la « Happy Valley », qu’y fallait que j’prenne… Yaaaa! Parle au début d’être gelé d’bin « High », en train d’triper; pis d’me mettre à ricaner pour dés riens, avant d’plonger dans z’un profond sommeil hallucinatoire. À youssé qu’mon songe extrêmement bizarre m’a surement parvenu du Djâble en parsounne; que si qu’j’m’en souviens coumme y faut dés détails, (ein) que voici:

J’ne cé pas comment pis « how come » qu’j’étais là, à l’intérieur de l’église… En train de danser chu-nu en avant du « display » de lampions allumés, aux pieds de l’estâtue en plâtre du saint patron dés p’tits z’ézeaux célestes. Ouaye! Qu’à chaque fois que j’me « stompais » lés pattounnes, aussi lourd pis rythmique qu’un éléphant d’l’Afrique, v’là qu’lés anges que j’avions peinturé d’sus l’fait du plafond se détachions pis se désintégrions (<<POUFFE>>) en millions de p’tits cristaux réduits z’en fine poudre scintillante, tourbillonnante pis piquante au touché pis t’aux yeux. Pour me protéger contre « any » éraflures au vif; spontanément, j’me sus immédiatement couvrit le p’tit boute honteux d’la « you know what », avec le pli milieu d’la page du 75ième volume du Bulletin d’Église (<<POUFFE>>, qu’avait coumme magiquement apparu « out of the blue », dans ma main… Hein! Hein! Hein!).

J’entendu le son de l’ouragan d’en d’hôrs s’en v’nir défoncer « wide-opened » lés lourdes portes d’la grande entrée d’église, à faire rentrer dés centaines de feuilles colo-riées d’autoumne pis à s’en v’nir se coller contre la peau ratatinée d’mon côrps… Pis <<POUFFE>> « again »: à se transformer merveilleusement en vieux haillons que yinc un Bedeau d’Église porterait pour s’en âller effecter dés tâches difficiles.

Pis que <<POUFFE-POUFFE>> « again », aussi vite qu’un clin d’œil se produit, j’n’étais pu à l’intérieur de l’église; mais rendu, sans trop comprendre le coumment qu’ça s’avait vraiment fait, dans l’cimetchére, en train d’creuser au pic pis à la pelle t’une fosse. Que l’Djâble m’a apparu pis avec sa langue de vipère m’annonca que d’la seule maniére que j’pourrai me débarrasser d’ma vilaine fièvre: qu’ça s’ra de me cracher dans lés deux mains jusqu’à ce qu’le labeur dur me fasse couler z’une grousse goutte de sueur entre la craque de més fesses.

Pis juste coumme que j’crois qu’j’allais pour pelleter ma darniére « load » de terre, cé icitte qu’j’ai « feelé » mon côrps s’écrâsé d’fatigue pesante coumme si qu’j’avais soudainement été frappé par une tonne de briques d’sus l’fait d’més z’épaules… Que quanque qu’j’ai rebondi face-à-premiére contre la terre nouaire de mon imaginaire, cé icitte que j’ai « whoah » mêshoummes « bouncé out » de mon rêve de fou… En d’sous d’més draps d’lit, qu’j’en avais transpiré « out », « soakin’ wet », t’ute mon bouillonnement pis t’utes lés délires de t’utes més obsessions de démons. Cé grâce à l’aïde de més médicaments miraculeux, qu’j’ai été capable de vaincre la djerre de ma maladie! Pis asteur qu’j’me sens coumme t’un houmme dguèri… Ha-Ha-Ha, « I now feel a song comin’ on » là, à la « James Brown », « of Oooh Yeah »: << »I FEEL GOOD »>>!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ej pense que vous z’auriez aimé c’là d’être t’une mouche sus l’plafond du grand « room » de spectacle, à l’intérieur d’la Salle Paroissiale. Mêshoummes! À témoigner coumment « great » qu’était la pratique d’acteurs de la pièce satyrique de théâtre écrite par mon ami, l’artiste Francis du Djâble. Qué intitulée : <<Grrrrousse pis « Loose » coumme un « Moose »>>!

Qué « about » le récit d’un courailleux d’bois acadjen, qui semble sourdre de nul pârt à t’une p’tite communauté bétasse… Hmmm-hmmm! Qui fabrique pis sème partout la mentrie: ouaye, d’aouaire sculpté un dentier d’bois pour t’un vieux orignal albinos sauvage, qu’avait yinc que l’reste d’une dent d’câssée dans la dgeule. Pis qu’la bête avait supposément itout le pouaire magique d’exaucer dés vœux; pis en r’marciement pour son geste de gentillesse, qu’le bougre à cornes y y’en arait yinc accordé que deux souhaits!

Pis… Pis… Pis qu’supposément, qu’y’avait yinc qu’un souhait d’reste à être exaucé… Pis cé de d’là, que ouaye le restant d’la « fun » coummence pis se continue à t’une fin incroyable à faire rire à grands z’éclâts; pis p’t’être bin même à faire pisser incontrôlable dans lés tchulottes!!! J’aimerais bin c’là d’vous raconter l’reste de l’intrigue de l’histouaire; mais y faudra pour vous z’autres d’acheter vos billets d’l’avance, afin d’vous z’en v’nir « watché » cte « fantastic show » icitte.

J’aimerais bin d’me braguer pis d’vous dire que cé moi qu’a ‘té choisi pour le « leading role », dans la « play »; mais ça, ha-ha-ha, ça s’rait « quite » t’une mentrie d’ma pârt à vous taquiner… Ya! Cé mon ami octogénaire, l’incroyable Vieux Dosithé (qu’a l’tour d’illuminer t’une étincelle dans son œil, quand qu’y s’met à nasiller sés contes de jeunesse), qu’a ‘té « pické » de bon choix par le directeur à jouer le rôle du courailleux d’bois, Ti-Joe à Machecoui!

Moi, mon rôle, qué « still » un rôle important: cé d’être responsable du « design » pis d’la « construction » du « stage set & props ». Pis cé ma chère épouse de « Betty » d’la « Happy Valley », avec sés talents extraordinaires de couturiére, qu’a bin accepté d’être la créatrice dés costumes pis du « make-up » de chaque personnage. « Anyway » là! J’aurais pu jouer le rôle du « rear-end », à l’intérieur du « costume » du « moose »! Bin moi, qu’a du « stage-fright »… Me counnaissant, j’m’aurais mis z’à bégayer dés sons d’pètes à tambour battant; que quand dans la « script », qu’ça exige que l’son soit long, « slow » pis aigue… J’ai dis long, « slow » pis aigue; pis non y’un qu’a besin d’être parfumé… Qué pour c’là, j’ai préféré mieux d’rendre service, à la troupe de théâtre communautaire, avec més talents de charpentier pis d’artiste.

Hounnêtement, cé pas que j’veux m’braguer ni rien – - bin vous devriez ouaire coumment beau qué « l’backdrop » du « stage », que j’ai créé pis que j’viens tout juste de brousser lés « final touch » de peinture de d’sus… À mon opinion: qu’a t’un « feeling » impeccable d’antan, à youssé que naît lés fables pis erre lés parsounnages légendaires! T’une scène parfaite pis digne pour le récit d’la pièce de théâtre à mon ami, l’artiste Francis du Djâble! « Okay » là! À bientôt!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

 

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Si qu’l’infâme de Damien à « Zeek » Hébert du Village dés Roseaux a été capable de s’ramasser t’une gobbine de belle femme dans l’boute d’la côte nôrd d’la province pis « endé up » à la marier… « Now », ça s’un miracle de faite! J’dis pas ou qu’cé pas qu’y’a d’quoi « d’wrong » avec Damien!?! Cé plutôt qu’s’un gârs qué counnu à ne pas être trop raffiné; qu’ça jure à pleine dgeule, coumme coule d’la diarrhée verbale! En plusse s’un bûcheron d’métier. Après t’une longue journée d’ouvrage, quand qui sôrt du bois, y pu deux fois « worse » qu’une crotte de « moose » ou d’une foirasse d’ours nouaire.

Apparemment, cé après t’une « whiff » de son odeur nocif dés bois, en rentrant t’au « camp » dés bûcherons pour souper, que Rosalie (cé ça son p’tit nom), la poulette de chef tchuisiniére, l’a « noticé » pis trouvé à son goût coumme un p’tit tchas d’lârd salé grâlé. Qu’à y’a baillé l’un d’sés « sexy » clins d’œil là; pis que oooh-la-la Damien, ça l’a excité coumme t’un coyote qui s’met à hurler après la pleine lune! « Anyway », Damien s’a bravé à y d’mander à saouaire si qu’à s’rait z’intéressée d’âller avec lui prendre t’une p’tite « drive » dans son grous « truck », à la « nearest » p’tite communauté de Bathurst, pour âller « watché » t’un « movie » t’au théâtre. Qu’a due être t’une bounne « date »; car t’au lendemain, Rosalie avait été « spotté » d’hôrs, par la lâveuse de vaisselles du « camp », en train d’aiguiser à prime la lame de hache à Damien.

« Anyway », la « romance » a duré pour 3 mois. Pis j’ne sus pas sartain, si qu’ça été t’un « gun shot wedding »; mais la rumeur par-icitte a été qu’cé ça… Qu’apparemment que quand qu’Rosalie a su qu’à l’était un p’tit brin dans la « family way »; que son pére s’arait fâché bin raide pis s’en arait été confronter Damien… Ouaye! Pour sauver l’hounneur d’sa fille, y y’a baillé deux options: soit qu’tu vas la marier ou que je vais te dounner t’une bounne « 2 minute head-start » avant que j’me décide de te « shooté »… So, la même journée-là, en avant d’un juge de paix: Damien dans son habit le plus net de bûcheron pis y’elle, la belle Rosalie, avec sa meilleure « hair net » de tchuisine de d’sus l’fait d’la tête – - bin, parle d’un beau mariage civil. Suivie après c’là, compliment du beau-pére à Damien, d’inviter lés tcheques témoins à v’nir s’bourrer la face à t’une « quick » réception t’au « big M restaurant » là, pour dés « chicken nuggets », t’un « up-size » de « large fries » pis chacun(e) t’une « pop ».

La raison qu’j’en sais si tant, qu’cé que j’ai « bumpé » dans la soeur à Damien, la tannante de Laura, t’à la « post office ». Qu’a insisté de me montrer t’utes lés portraits de mariage à son frére, qu’à l’avait d’inséré parmi t’ute le « junk » qu’à l’avait dans son « purse ». Le pauvre esclâve de Djeu de Damien, de d’sus chaque portrait, semble à t’un chevreuil épeuré, qui oua lés « headlights » d’un « truck » s’en v’nir « his way »… Sa Rosalie ne semble point à t’une « model » de « catalogue, mais plutôt t’à l’une qu’a dés grousses babines à « french kissé » t’un « moose » ou t’un dromadaire. Pis l’beau-pére à Damien, bin lui, avait la « wild and crazy look » quasiment à « l’actor Jack Nicholson », coumme de d’sus le « poster » du « horror movie » à « Stephen King », intitulé : « THE SHINING »! Pis supposément que la « due date » de la naissance du bébé est cédulée pour le jour de Nouël même! À la s’maine prochaine!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute

Hen-Henri à P’tit Boute

Ça qui « m’amaze » le plusse, cé qu’la Vieille Victorine de l’Hospice du Village dés Roseaux va célébrer sés 104 ans, cte vendordi icitte. Sa mémouère est aussi « sharp » qu’une éléphante qui n’oubli jamais. Qui « mean » de dire qu’à l’a v’nu z’au monde, en 1910; la 10ième enfant d’une famille de 18 minouches; fille de farmier (Dollard Gallant) pis d’une sage femme (Zabette, née Comeau)!

Qu’a t’é oubligée d’quitter la p’tite école en grade 5, pour s’en aller travailler coumme sarvante-tchuisiniére à la maison d’un avocat anglais à Moncton. Qu’a rencontré en son janvier d’sés 16 ans son Frederick à Pierre-Luc Landry d’amour, qui travaillait coumme tailleux d’pierre à la « quarry » d’Shédiac; pis qui s’avons marié en août d’la même ânnée. Pis pour quasiment dix ans de file, à l’avait pas l’temps de finir d’accoucher que v’là 9 mois plus târd qu’à l’en avait un autre bébé à soulever sous lés bras; sauf pour lés paires de bessons colloques à la 4ième ânnée pis t’à la 7ième ânnée, d’son mariage.

À cette belle époque là, d’aouaire de grousses familles, c’était cossé que l’clergé d’église encourageait… Le travail d’une maman (« at least » dans l’cas à Victorine) coummençait tcheques z’heures avant que l’coq du poulailler se mettre à chanter son <<Co-Co-Ri-Co>>! Car y’avait toujours le déjûner à préparer; du beurre à baratter; d’la pâte à pain à lever; plusieurs bas à raccommoder; dés hardes sales à lâver à la main; à greyer lés z’enfants pour s’en aller bazir à la p’tite école; etcetera-etcetera…

S’lon la Vieille Victorine, cé lés z’ânnées 40’s qu’avons été lés plus mémorables… Le crie d’agonie pis l’invasion d’la 2ième Djerre Mondiale, d’annoncé sus lés ondes d’la radio à faire énerver lés fidèles auditeurs. Pis pour aïder à accalmir lés « war jitters », à jouir d’écouter d’sus la gramophone ou d’sus la radio à la <<Swing Music>> de « Benny Goodman; t’aux <<Singing Cowboys>>, « Gene Autry » pis « Roy Rogers »; pis à l’incroyable <<Ba-Ba-Ba-Ba-Bing Crosby>>, le « crooner » amarichain extraordinaire à faire évanouir lés vieilles filles pis à faire rêver lés p’tites excitées… Pis à voulouaire chanter « along » <<A-Tisket, A Tasket>> avec l’incroyable « Ella Fitzgerald »; ou à claquer dés doigts à l’une dés tounnes à « Nat King Cole »… Mmmmm, « Louis Armstrong »! « Dem were da good old days »!

Victorine est devenue veuve en 1978, lorsque que son cher époux d’Fréderick timba « off » du « roof » de sa grange, « head-first » dans le tas d’fumier « below »… Cé pas le fumier qui l’a étouffé à mourir; mais plutôt lés milles mouches qui s’en avons v’nu y attaquer la face pis y bloquer l’entrée dés narines pis d’la bouche! Aussi étrange que ça sounne, cé « actually » cossé qu’arrivé…

Pis cé à son premier chèque de veuve du gouvarnement pis « d’old age », que Victorine a décidé d’âller s’enregistrer prendre dés cours du souaire de peinture pour adultes, à la prestigieuse y’Où-nivarsité Anglaise de Sackville, NB. Pis ce qui la tcheins jeune d’esprit, cé qu’à l’a été la fondatrice du 1ier mouvement d’art dans l’Village dés Roseaux; pis qui continue toujours à être membre active pis aide-enseignante au groupe d’artistes existant d’aujourd’hui… J’vous dis, qu’à la plusse de « pep » que bin la majorité d’nu-z’autres, lés jeunes. Pis cé en raison itout de son sens remarquable d’humour, que nous l’aimons tous bin gros!

Sooooo! Bounne Fête là, ma chère belle Victorine! Pis si qu’tu manges trop d’gâteau, avec d’la « French Vanilla ice cream » là: (ein) en anglais, y faudra j’te souhaite (mêshoummes) une « darn » de « Whoah-Ho-Ho » de « BUN FAT »! Ha-Ha-Ha!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute Bedeau d'Église

Hen-Henri à P’tit Boute
Bedeau d’Église

Bienvenue t’au Festival de Récolte du Village dés Roseaux, à youssé que lés gens peuvent compétitiounner l’un contre l’autre pour le « fun », à gâgner dés prix dans divers catégories de meilleurs produits du jardin pis parvenant itout dés vergers d’poummes.

Moi, ct’ânnée icitte, j’ai décidé de soumettre tcheques cârottes déformées de mon jardinage dans la section à être jugé « of the best of the bestest » légumes de « shapés » lés plus bizarres. Car hounnêtement; y’en a y’une, si qu’tu la vires à l’envers avec la verdure épaisse qui traîne « on the side », vous feriez sermon qu’cé la face à Delphine B. B. Bosse – - avec cte « dumb look » là quasiment d’une vache constipée, surtout quand qu’à s’met à beugler ctés hautes notes là de « Country Star »! J’le dirai pas, mais cé ça qu’cé…

Pis mêshoummes, j’une autre cârotte itout qu’a coumme prise la forme d’un côrps humain, de « bow legged » semblable à la drôle « walk » du nouveau tchûré d’parouaisse (le vénéré Pére Valentin), descendant « slow » en procession d’la grande allée d’l’église vers l’autel. J’avais aussi t’une patate blanche extraordinaire qu’avait le caractéristique du visage arrondi d’un gras Elvis Presley, mais qui ne sera pas soumis; car ma belle épouse de « Betty » d’la « Happy Valley », par erreur (Ha-Ha-Ha), s’en a sarvi à être tchuite dans son grous chaudron de dîner bouilli.

J’sus sartain que ma mére la Veuve Marie-Paule ga-gnera « again » le premier prix pour la citrouille la plus pesante… L’an pâssé, s’avait pris t’une « crane » pour « carefully » la soulevée (c’est-à-dire la citrouille, pis non ma mére coumme qu’avait été imprimée (« ahem ») en erreur dans la gazette du Moniteur). Ouaye! Que d’sus la « scale », « WOW »: ça indiquait au-d’là de 254 livres! Pis qu’après d’aouaire crié « in your face » à sa compétition, qu’était la « definite loser » de « second runner up » de Gertrude à « Fried Fish »… Par la suite, qu’a fait t’un don généreux de sa citrouille vainqueur t’aux Dames Chrétchennes, afin de la transformer en plusieurs tartes à la citrouille sucrée.

J’ai ‘té d’mandé d’être l’un dés juges, à aïder à sélectiounner dans le concours adulte: la meilleure recette de tartes aux poummes. Si qu’Sœur Evelyne d’la Sainte Borbis de Djeu du Couvent soumet l’une de sés tartes, lés z’autres participant(e)s n’auront pas d’chance. Ej dis yinc… Ha-Ha-Ha! Pis j’arai la chance itout à commenter pis à goûter t’aux divers sauces aux poummes, préparées par nos futurs tchuisiniers/tchui-siniéres (dans la catégorie dés jeunes). L’an pâssé y’avait t’une sauce aux poummes qu’était assez gluante, que j’sus sartain qu’j’arions pu la « manufacturé » coumme du « super tight bond contact cement »; pis tchelle misère qu’j’avions y’eu lés juges à nous « déstické » lés babines d’la goule…

« Anyway », pis moi qu’adôre le « Chow-Chow » embouteillé à la Grousse Roseanna… « Well », j’sus fier d’entendre qu’à en ara à vendre à son kiosque, avec sés « jams » pis sés divers pâtisseries. Pis y’ara itout dés produits d’artisanats de disponibles, à l’intérieur d’la Salle Paroissiale… Pis dés billets en vente pour le tirage d’une belle couvarte piquée (1ier prix) pis d’une paire de pantoufles de brochées avec d’la vraie laine de borbis du pays (2ième prix). Ouaye, v’nez vous r’joindre à notre air de fête! On c’la ouaira là!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute Bedeau d'Église

Hen-Henri à P’tit Boute
Bedeau d’Église

J’finissais juste d’éteindre lés lumiéres à l’intérieur d’l’église; ouaye, après d’aouaire fini « d’buffé » coumme y faut l’plancher d’la grande allée… Hmmm! J’dirais, y d’vait approcher vers lés onze heures du souaire. Pis juste coumme que j’étais paré à sortir d’l’édifice, avec la « master key » d’la « front door » en train d’me « janglé » entre lés doigts d’ma main gauche… V’là soudainement qu’un hurlement fantomatique fut écho, un son rebondissant contre lés murs du plafond pis aussi coumme si qu’ça frémissait hôrs d’la plus haute pipe d’orgue. J’arais bin voulu lâcher un tchissé qué là?!? Mais de très grande pe-pe-peur, ma salive s’est épaissie coumme du sirop de mélasse – - que j’ai point ‘té capable d’en articuler t’une syllabe, à force coumment figé deboute qu’j’ai devenu sus la spotte.

Pis le plus bizarre dans t’ute socitte, cé quand qu’j’asseyé de « flické back on » lés « lights »: j’entendu un « loud ZZZZZZITTT sound », coumme le son d’une « lightbulb » fait avant d’mourir… « Out of nowhere », probablement parvenant d’une craque du « wall » ou p’t’être même d’une fenêtre fêlée, j’ai ressenti t’une légère brise froide tourbillounner à l’intérieur d’la maison de Dieu pis d’s’en âller « snuffé » lés tcheques lampions qu’étions z’en train « d’flickeré » à la bâse de l’estâtue d’la Sainte Viarge. Pis « in total darkness »! Ya! Yinc Djeu l’Pére qui sait cossé que lés z’ombrages de la nuit peuvent invoquer contre lés rétines dés yeux d’un pauvre Bedeau épeuré coumme moi pis captif d’un tel évènement surnaturel?!?

Aussi bizarre que bizarre peut l’être; j’vous mens pas… Dans la noirceur totale, j’ai entendu pis ressenti au-d’sus d’ma tête un battement effroyable d’ails… Dont la pointe de l’une dés plumes s’en a v’nu par la suite me chatouiller vite le boute de ma boule du nez! « Whatever » qu’c’était, j’peux vous garantir que ce n’était point t’une créature angélique; mais plutôt l’une armée de griffes, qu’asseyé d’m’égratigner pis d’s’envoler avec ma narine droite coumme proie. Cé t’en m’débattant que j’ai réalisé qu’j’avais affaire avec t’un harfang dés neiges hostile (t’un « snowy owl »)!

Pis coumme de faite… Quanqu’j’ai pu rouvrir « wide-opened » la porte d’en avant d’église… J’ai « witnessé » la silhouette majestueuse de cet oiseau de plumage pure blanc là s’envoler à fendre le vent vers l’extérieur; en direction d’la mi-lune, roulante dans l’firmament pleines d’étouèles scintillantes; pis me saluant son au-revoir avec son chant libérateur de <<KREK-KREK-KREK>>!

« Now how da heck » que ct’ézeau là à pu faire pour rentrer à l’intérieur de l’église, sans que j’m’en aperçoive… Ein? Demeure toujours un mystère; du moins dans ma « coconut », ej n’ai point ‘té encôre capable de fidjurer ça « out ». Pis « as » pour la panne d’électricité pis la brise froide: ça itout, j’n’ai point ‘té capable de trouver t’une esplicâtion raisonnable à ct’étrange phénomène là??? Ça peux-tu s’faire qu’lés mulots entre lés murs avions grignoté de d’sus tcheques broches de courant électrique??? Qui peut pas s’faire, parce que la minute que l’hibou s’a envolé vers le dehôrs, lés « lights » à l’intérieur de l’église avons « blinké back on »… Pis… Pis… À moins si qu’y’avait vraiment t’un spectre, hantant le dedans de l’église, « at the time »? Ou à moins si qu’lés « fumes » de ma « waxed floor » étions z’en train de jouer dés « tricks », sus ma « brain »; qu’ça m’a fait halluciner??? T’ute que j’peux partager avec vu-z’autres, cé parle d’une expérience invraisemblable de Bedeau d’Église!

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église

S’Lon l’Bedeau

Hen-Henri à P'tit Boute Bedeau d'Église

Hen-Henri à P’tit Boute
Bedeau d’Église

Ma cousine Delphine a décidé de choisir l’une de més chansons, qu’j’ai écrite pour le « fun », afin d’la « recordé » de d’sus sa « CD ». Ça m’dérange pas qu’cé y’elle qui va être la « lead singer »; pis que moi que j’serai le « back-up singer » pis le claqueux de tchuilléres à bois… Qué t’une « happy-catchy tune », que voici :

La Chanson d’la Ha-Ha

Peux tu dire : Ha-Ha-Hareng, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux-tu dire : Ha-Ha-Hareng, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Peux tu dire : Ha-Halibut, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux-tu dire : Ha-Halibut, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Peux tu dire : Ho-Ho-Houmârd, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux-tu dire : Ho-Ho-Houmârd, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Peux tu dire : Ha-Haricot, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux-tu dire : Ha-Haricot, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Peux tu être Hy-Hy-Hyper, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux tu être Hy-Hy-Hyper, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Ein, « one more time » …

Peux tu dire : Ha-Ha-Hareng, sans rire?

Ej « bet » tu pourras pas?

Peux-tu dire : Ha-Ha-Hareng, sans rire?

Sans rougir d’embarras!

Etcetera… Etcetera… Etcetera…

Deli Productions ©2014

Hen-Henri à P’tit Boute

Bedeau d’Église