Chronique du Service d’incendie de Shédiac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Par Jacques LeBlanc

La saison de barbecue est ici. Faire la cuisson sur votre BBQ est la même chose qu’à la maison, mais à l’extérieur. Connaître la sécurité de la cuisson au BBQ est important et il faut comprendre comment elle fonctionne. Voici des conseils à suivre :

Comprendre le gaz propane :

– Le propane est embouteillé comme liquide et utilisé comme un gaz.

– Ce gaz est placé dans un cylindre et il doit être tenu dans la position debout. Ceci empêche le liquide de s’échapper.

– Toujours laisser les cylindres de propane à l’extérieur.

– Tenir hors de la portée des enfants.

– Ne pas fumer en présence de propane.

L’entretien :

– Toujours suivre les instructions incluses avec votre barbecue.

– Si vous n’êtes pas certain de l’assemblage, ramenez le au magasin où vous l’avez acheté ou appelez un technicien certifié.

– Assurez-vous que les cheminées de votre barbecue sont libérées de poussière ou de fil d’araignée.

– Chaque joint et chaque conduite de propane devrait passer un test fait avec une solution d’eau et de savon à vaisselle. Allumez le cylindre de propane et laissez votre barbecue éteint. Appliquez la solution sur chaque joint. Si des bulles se forment, il y a un échappement de propane.

Utilisez votre barbecue :

– Faites votre cuisson barbecue à l’extérieur seulement.

– Toujours avoir le couvercle ouvert avant d’allumer le barbecue pour empêcher l’accumulation de propane.

– Ne bougez pas votre barbecue pendant la cuisson.

– Après chaque utilisation, éteindre le cylindre en premier et chaque élément du barbecue par après.

Soyez toujours prudent en utilisant votre barbecue.

Pour plus de renseignement, contactez votre service d’incendie ou bien un technicien certifié dans le propane.

Chronique du Service d’incendie de Shédiac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Par Jacques LeBlanc

Feux d’herbes et incendies de forêt

   Le printemps, les feux d’herbes inquiètent les agents forestiers et les pompiers. Les animaux et les insectes, y compris leurs habitats, sont à risques. Ces feux d’herbes peuvent facilement et rapidement se propager dans nos forêts causant des dommages sérieux à l’environnement et même des pertes de vies. Le Service d’incendie de Shédiac encourage fortement les citoyens de ne pas allumer des feux d’herbes ou de ne pas brûler les déchets. Brûler l’herbe sèche peut devenir hors de contrôle très vite.

Plusieurs dépotoirs mettent en place des journées désignées pour toutes sortes de déchets à pas de coût ou bien à bas coût. Les cités et villes ont leurs propres règlements. Vous êtes responsables de vous renseigner sur les règlements de votre village. S’il n’y en a pas, votre région relève des lignes directrices provinciales.

La saison des feux se tient généralement du troisième lundi d’avril jusqu’à la fin octobre. Vous devez avoir un permis pour les feux de camp, les feux de débris, les gros feux, le brûlage des terrains de bleuets et le brûlage prescrit.

Les feux d’herbes font partie de la catégorie 4 et sont la cause de la plupart des incendies de forêt au printemps. Les foins secs qui brûlent dans les champs peuvent rapidement se rendre jusqu’aux forêts proches… ou détruire votre propriété.

Avant de brûler, vérifiez toujours les lois et les règlements de votre cité, ville ou village. Ne jamais laisser un feu brûler sans supervision. Rappelez-vous que vous êtes responsable du brûlage de votre feu. Soyons prudents et protégeons notre belle nature.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter votre service d’incendie ou bien le département des Ressources Naturelles au

1-866-458-8080.

Chronique du Service d’incendie de Shédiac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

La sécheuse à linge

   Chaque année, des incendies dans les bâtiments équipés de sécheuses alimentées par l’électricité ou d’autres formes d’énergie (propane, gaz naturel, etc.) sont désastreux. Il est très important de suivre les instructions fournies avec l’appareil et de s’assurer que l’installation est faite par un professionnel. Les pratiques non sécuritaires de l’appareil peuvent conduire à des conséquences désastreuses. Voici des pratiques de prévention d’incendie qui peuvent réduire les chances d’un feu :

– Ne jamais laisser votre sécheuse à linge en marche sans supervision.

– Enlevez les charpies du filtre avant chaque usage.

– Vérifiez l’évent de dehors en faisant marcher la sécheuse pour s’assurer de l’échappement d’air dehors.

– Nettoyez en arrière de la sécheuse où les charpies peuvent s’accumuler.

– Gardez hors de portée les combustibles comme des boites en carton, du linge, les produits en caoutchouc, les plastiques et les mousses parce qu’ils retiennent la chaleur.

– La sécheuse doit évacuer l’air dehors et non dans le mur ou l’attique. Aussi, ne pas brancher d’autres systèmes d’évacuations à celui de la sécheuse. Ceci peut créer des étouffements de la sécheuse, ce qui augmente le risque d’un feu.

– Ne jamais sécher les soutiens-gorge qui ont une broche à l’intérieur. Le métal absorbe la chaleur et peut causer un feu.

– Laissez la sécheuse faire son cycle au complet. Ceci assure le refroidissement des vêtements à l’intérieur.

– Arrêter l’appareil à mi-cycle peut déclencher une combustion spontanée qui mènera à la création d’un feu.

Des bonnes pratiques et habitudes sont la réponse à une prévention d’incendie sécuritaire! Pour plus de renseignements, appelez votre service d’incendie local.

Chronique du Service d’incendie de Shediac Par Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Sécurité à la maison sur les incendies

   Il est très important d’avoir une bonne éducation et de comprendre pourquoi il faut avoir un plan d’évacuation à la maison. En discutant comme famille et en pratiquant votre plan, la chance de sortir de votre maison en cas d’incendie est très élevée. Les détecteurs de fumées doivent être en place et fonctionnels. Il faut changer les piles une fois par année. L’appareil doit être remplacé au dix ans.

Voici quelques conseils pour un plan d’évacuation!

– Dessinez un plan de votre maison avec au moins deux (2) sorties de chaque pièce incluant les fenêtres.

– Gardez les portes de chambres fermées pendant les heures de sommeil.

– Assurez-vous que les fenêtres s’ouvrent facilement et que la personne qui demeure dans cette pièce soit capable de l’ouvrir pour indiquer dans quelle pièce elle est.

– En cas d’une maison à plus d’un étage, procurez-vous une échelle de sortie et entrainez les enfants à l’utiliser.

– Le détecteur de fumée nous réveille, il faut rouler de notre lit par terre.

– Demeurez près du plancher. Les gaz chauds montent vers le plafond.

– Rampez vers la porte et touchez avec l’arrière de la main. Si la porte est chaude, n’ouvrez pas. Utilisez la fenêtre comme sortie.

– Établissez un point de rencontre à l’extérieur pour toutes personnes de la maison. NE JAMAIS retourner à l’intérieur une fois à l’extérieur.

– Composez le 911 à l’aide d’un cellulaire ou le téléphone d’un voisin.

– Pratiquez votre plan d’évacuation au moins deux(2) fois par année.

Pour plus de renseignements, contacter votre service d’incendie local et rappelez-vous, si vos vêtements prennent en feu…… «Arrêtez! Jetez-vous par terre! Roulez avec vos mains couvrant votre visage!»

Chronique du Service d’incendie de Shédiac par Jacques LeBlanc

epaisseurglace

L’hiver et ses conditions de glace!

   L’hiver 2016 nous invite à une probabilité de situations dangereuses. Il faut prendre nos précautions quand on s’aventure sur la glace. La neige qui est en abondance au-dessus de la glace peut nous jouer un tour. Celle-ci n’est peut-être pas sécuritaire pour supporter une personne. Surtout prendre soin des enfants parce qu’ils ont le plus haut pourcentage de victimes avec leurs sports et loisirs sur glace. Voici des informations qui seraient peut-être utiles pour votre sécurité :

  • 3 po. (7cm) ou moins – ne pas embarquer
  • 4 po. (10cm) – marche, ski de fond
  • 5po. (12cm) – une motoneige
  • 8 po. à 12 po. (20-30cm) – camion léger ou une voiture
  • 12 po. à 15 po. (30-38cm) – un camion moyen (fourgonnette ou un camion)

Quand nous embarquons sur la glace en grand nombre, il est pratique de percer un trou dans la glace et de surveiller de près ce trou. Si l’eau monte sur la glace par ce trou, il faut disperser le groupe de personnes et même peut-être les faire quitter l’endroit. Avec des poids lourds, il faut les tenir séparés un de l’autre d’au moins 100 fois l’épaisseur de la glace. Par exemple, douze (12) pouces de glace nous donnent 100 pieds d’espacement.

Les rivages aussi posent des dangers parce que la glace n’est pas toujours supportée par l’eau dessous. Soyons très prudent et s’il-vous-plait ne prenons pas de chance, même si la glace nous semble être sécuritaire. La faire vérifier avant d’embarquer.

   Voici des conseils pour quelqu’un en danger sur la glace :

  1. Si vous vous trouvez sur ou proche de la faible glace, se coucher lentement sur la glace.
  2. Se rouler ou ramper loin de cette glace.
  3. Si une personne fonce dans la glace, dites lui d’essayer de sortir doucement en pédalant avec ses pieds.
  4. Lui lancer une corde, un long bois ou même une échelle si elle est disponible.
  5. Une fois sortie, avoir du linge sec, entrer à l’intérieur et traiter pour l’hypothermie. Faire vérifier par un docteur.

Le plaisir vient avec la sécurité et le bon jugement.

Pour plus de renseignement, contacter votre service d’incendie local.

 

 

Service d’incendie de Shediac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Accumulations de neige!

   La neige qui s’accumule en bordure des toits à versants peut représenter un danger pour les personnes qui circulent près des bâtiments. De plus, la pluie qui s’ajoute à la neige accumulée ainsi que la température douce qui fait fondre cette neige peuvent provoquer l’affaiblissement et même l’effondrement des toitures.

Conseils généraux de sécurité, par mesure de prévention et pour assurer la sécurité du public

– De vérifier si la neige accumulée sur leur propriété représente des risques d’effondrement.

– De prendre les mesures nécessaires afin de s’assurer que les personnes qui circulent près de l’édifice ou qui y ont accès sont en sécurité.

– De porter une attention spéciale aux charges de neige sur les toitures voutées ou arrondies surtout si la neige n’est pas répartie uniformément.

– De procéder au déneigement, si nécessaire, en con-fiant cette tâche à des entreprises disposant d’un équipement approprié.

Si vous souhaitez déneiger votre toiture vous-même, il est recommandé d’utiliser une pelle à toiture munie d’un manche télescopique. Celle-ci permet d’effectuer le déneigement de la toiture à partir du sol.

Signes d’un affaiblissement de la toiture

   Dans la majorité des cas, il existe des signes d’un affaiblissement possible de la toiture :

– Fissures qui apparaissent sur les murs intérieurs.

– Portes intérieures qui coincent ou qui frottent.

– Craquements inhabituels

– Déformation d’un plafond, etc.

Si ces signes sont nombreux, vous devrez évacuer le bâtiment et prendre les mesures nécessaires pour enlever la neige, peu importe la quantité présente sur la toiture.

L’accumulation importante de glace sur les toits plats et sur certains toits en pente peut représenter un risque d’affaiblissement. Aussi, cette glace accumulée en bordure des toits à versants peut représenter un danger pour les personnes qui circulent près des bâtiments.

Les balcons

   La neige et la glace qui s’accumulent sur les balcons peuvent provoquer l’affaiblissement et même l’effondrement des balcons.

Les balcons devraient être déneigés en tout temps et particulièrement, si ces derniers servent d’issue de secours en cas d’incendie, par exemple.

S’assurer de ne pas obstruer les autres issues du bâtiment en effectuant le déneigement de votre balcon.

Toutes les portes de sortie du bâtiment et les voies d’évacuation jusqu’à la rue doivent être déneigées et utilisables de manière sécuritaire.

Pour plus de renseignements, contactez un agent spécialisé dans ce domaine.

Chronique Service d’incendie de Shédiac

spaceheater

Le chauffage d’appoint électrique

   A chaque année, beaucoup d’incendies surviennent durant les mois d’hiver, causées par des chaufferettes électriques. Si les appareils de chauffage d’appoint électriques sont utilisés comme source de chaleur primaire, il est certain que le risque d’incendie au sein de cet appareil est très élevé.

L’utilisation d’une chaufferette électrique doit être seulement temporaire. Voici des conseils à suivre pour la sécurité de tous :

Assurez-vous que la chaufferette électrique porte le sceau d’un organisme d’homologation reconnu comme CSA ou ULC.

N’utilisez pas de chaufferette électrique dans un espace humide ou dans un endroit où l’appareil pourrait recevoir de l’eau comme dans la salle de bain.

Branchez la chaufferette directement dans une prise de courant. Évitez l’utilisation de CORDES DE RALLONGES. (Ceci surcharge la prise de courant.)

Ne coupez jamais la protection de mise à terre de la fiche électrique. Utilisez le calibre de fusible approprié.

Assurez-vous que la chaufferette possède un dispositif de sécurité intégré et automatique, s’il bascule.

Ne jamais installer la chaufferette près des matériaux combustibles, comme le papier, l’essence, les produits chimiques, la peinture, les chiffons ou les produits de nettoyage.

Évitez de mettre les vêtements ou autres matériaux inflammables sur le foyer ou près de celui-ci.

Assurez-vous que l’air circule librement jusqu’à l’appareil de chauffage.

Gardez les enfants et les animaux domestiques loin de l’appareil.

Maintenez une distance libre d’au moins un mètre entre les appareils portatifs et les matériaux combustibles, tels que murs, meubles, papiers, tentures ou draperies.

Ne laissez pas un appareil de chauffage d’appoint sans surveillance.

Fermez l’appareil si vous quittez la maison ou si vous allez au lit.

Assurez-vous que des avertisseurs de fumée sont installés à chaque étage, y compris au sous-sol. Il doit y en avoir un dans le corridor, près des chambres.

Ayez un extincteur portatif et sachez vous en servir. Si vous avez des questions, consultez votre service d’incendie local.

Chronique du Service d’incendie de Shédiac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

par Jacques LeBlanc

Célébrer Noël avec un arbre naturel!

   Un arbre de Noël naturel peut être sécuritaire et appor-ter bien de la joie pendant la saison des fêtes, s’il est bien entretenu. Les suggestions qui suivent assureront la fraîcheur et la senteur de votre arbre pendant toute la saison de Noël.

  1. Choisir un arbre de Noël : On doit vérifier la fraîcheur de l’arbre naturel. Ceci peut être fait en secouant légèrement une branche et en prêtant attention au nombre d’aiguilles qui tombent. Une autre méthode simple est de prendre une aiguille et la plier. Si elle se brise nettement – l’arbre est frais! (Les aiguilles deviennent flexibles lorsqu’elles perdent leurs fraîcheur, tout comme la laitue.)
  2. Entreposage : L’arbre ne devrait pas être transporté sur le toit de l’auto, surtout sur une longue distance. Si l’arbre est emballé, transportez-le tel quel. Une fois à la maison, entreposez votre arbre dans un endroit sans chaleur ou laissez-le à l’extérieur à l’abri du vent et du soleil.
  3. Faire une coupe fraîche : Couper un minimum de deux pouces de la tige de l’arbre pour facilite l’absorption de l’eau. L’arbre devrait être placé dans un pied d’arbre approuvé, étant solide et contenant un minimum de quatre (4) litres d’eau.
  4. De l’eau à tous les jours : Le pied de l’arbre devrait être rincé avec un peu d’eau de javel avant d’y insérer l’arbre. Ceci réduit la croissance de micro-organismes qui bloquent la capacité d’absorption de l’eau. Puisqu’un arbre moyen consomme de un à quatre litres d’eau par jour, il est important d’y ajouter de l’eau quotidiennement.
  5. Emplacement : Installer tout arbre naturel ou artificiel, éloigné de toute source de chaleur telle qu’un radiateur, foyer ou téléviseur. N’obstruez pas le passage des sorties ou des portes.
  6. Lumières : Sur les arbres naturels ou artificiels, utilisez seulement les lumières approuvées par l’ACNOR (CSA). Vérifiez les fils, douilles et prises de courants de chaque ensemble de lumières annuellement. Il vaut mieux jeter que réparer. Éteignez les lumières lorsque personne n’est présent. Ne pas utiliser des lumières d’extérieur sur votre arbre à l’intérieur.

À noter : Chaque foyer devrait avoir un détecteur de fumée. Vérifiez-le pour son opérabilité régulièrement tout comme votre extincteur à feu. (Nous recommandons 2A-10BC). Révisez votre plan de sécurité et d’évacuation. Rappelez-vous bien, une fois à l’extérieur pendant un feu, on demeure à l’extérieur. Appelez pour de l’aide à partir de la maison d’un voisin.

   Joyeux Noël et Bonne Année!

   Pour toutes questions et renseignement sur ce sujet ou tout autre sujet sur la prévention des incendies, contactez votre service d’incendie.

Chronique du Service d’incendie de Shediac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Loi sur les véhicules de secours au N.-B.

   Au Nouveau-Brunswick, les véhicules de secours sont parfois exposés à des situations très difficiles par rapport à la circulation, lors d’un appel de secours. Je vais faire la liste des responsabilités du conducteur de véhicule de secours et aussi la responsabilité du motoriste du Nouveau-Brunswick. Il est écrit dans la loi des véhicules au Nouveau-Brunswick que :

Loi 110 (1) – Le conducteur d’un véhicule de secours autorisé, pendant qu’il donne suite à un appel de secours, pendant qu’il est à la poursuite d’un contrevenant réel ou présumé ou pendant qu’il donne suite à une alerte d’incendie, mais non pas pendant son retour des lieux d’une telle alerte, peut exercer les droits que lui accorde le présent article sous réserve des conditions qui y sont énoncées.

Loi 110 (2) – Le conducteur d’un véhicule de secours autorisé peut :

  1. a) garer ou immobiliser son véhicule nonobstant les dispositions de la présente loi,
  2. b) ne pas s’arrêter à un feu rouge ou à un panneau ou signal d’arrêt, mais ne passer qu’après avoir ralenti dans la mesure nécessaire pour passer sans danger, et
  3. c) dépasser la vitesse maximale dans la mesure où cela ne met pas de vie ou de biens en danger, et
  4. d) ne pas tenir compte des règlements régissant le sens de la circulation ou les virages dans des directions déterminées.

Loi 110 (3) – Sous réserve des paragraphes (3.1) et (3.2), les privilèges énoncés au présent article ne s’appliquent que lorsque le conducteur du véhicule de secours autorisé fait retentir une cloche, une sirène ou un sifflet d’échappement pendant que le véhicule est en marche et lorsque le véhicule est équipé d’au moins un clignotant rouge en fonctionnement, dont la lumière est visible dans des conditions atmosphériques normales, à une distance de cent cinquante mètres en avant du véhicule.

Tout autre véhicule!

Loi 168 (1) – Lorsqu’arrive un véhicule de secours autorisé pourvu d’au moins un clignotant rouge en fonctionnement et visible de devant ce véhicule, et lorsque son conducteur émet un signal audible à l’aide d’une sirène, d’un sifflet d’échappement ou d’une cloche, le conducteur de tout autre véhicule doit céder la priorité à ce véhicule de secours autorisé et doit immédiatement serrer à droite le plus possible et ranger son véhicule parallèllement au bord droit ou à la bordure droite de la chaussée à l’écart de tout carrefour et il doit s’arrêter et demeurer dans cette position jusqu’à ce que le véhicule de secours autorisé soit passé, sauf quand un agent de la paix lui ordonne d’agir autrement.

168.1(1) – Si un véhicule de secours autorisé pourvu d’au moins un clignotant rouge en fonctionnement et visible de devant ce véhicule est arrêté sur une route, le conducteur d’un véhicule qui circule sur le même côté de la route ralentit et continue de rouler avec prudence, compte tenu de la circulation, de l’état de la route et des conditions atmosphériques, de façon à ne pas entrer en collision avec le véhicule de secours autorisé ni à mettre en danger les personnes qui se trouvent à l’extérieur de celui-ci.

168.1(2) – Si un véhicule de secours autorisé pourvu d’au moins un clignotant rouge en fonctionnement et visible de devant ce véhicule est arrêté sur une route composée de deux voies de circulation, le conducteur d’un véhicule qui circule sur la même voie que celle où est arrêté le véhicule de secours autorisé ou sur une voie adjacente, outre qu’il doive ralentir et continuer de rouler avec prudence comme l’exige le paragraphe (1), s’engage dans une autre voie si la manoeuvre peut se faire en toute sécurité.

 

Chronique du Service d’incendie de Shédiac

Jacques LeBlanc

Jacques LeBlanc

Les extincteurs d’incendie

Suivez le mode d’emploi tel qu’indiqué sur votre extincteur

Faites une image mentale du mode d’emploi de votre extincteur. Si un feu se déclare, évacuez les lieux, demandez à un membre de votre famille de composer le 911 de chez un voisin. Essayez d’étouffer les petits incendies seulement. Si le feu s’accélère, sortez. Fermez les portes pour réduire l’étendue de l’incendie.

Voici votre ABC des extincteurs d’incendie portatifs.

Un extincteur est un contenant renfermant de l’eau ou des produits chimiques. Il est conçu seulement pour éteindre les petits incendies. Les extincteurs portent l’étiquette ABC ou D. Assurez-vous d’utiliser le type d’extincteur qui convient pour éteindre les petits incendies.

ABC

   Si vous envisagez d’acheter un seul extincteur, sachez qu’un extincteur à poudre polyvalente étiqueté ABC convient à la plupart des incendies: bois, papier et tissus, liquides inflammables ou appareils électriques. Si vous achetez plus d’un extincteur, le mieux serait d’acheter un extincteur de type BVC pour la cuisine, un type A pour le salon et un type ABC pour le sous-sol et le garage.

  1. Matières combustibles usuelles – Pour les feux de papier, de bois, de rideaux et de meubles rembourrés, employez un extincteur de type A
  2. Liquides inflammables et combustibles – Pour les feux de mazout (fuel oil), d’essence, de peinture, de graisse de cuisson, de solvants et d’autres liquides inflammables, utilisez un extincteur de type B.
  3. Équipement électrique – Pour les feux se déclarant dans le câblage, les boîtes à fusibles, les conducteurs et les autres sources d’alimentation électrique, servez-vous d’un extincteur de type C.
  4. Métaux – Pour certains métaux comme le magnésium et le sodium, utilisez des extincteurs spéciaux à poudre sèche de type D.

Achat et entretien d’un extincteur

  1. Il existe sur le marché des extincteurs à poudre sèche, à mousse, à anhydride carbonique, à eau ou à halons. Peu importe le type d’extincteur que vous achèterez, il doit être approuvé par un laboratoire d’essai reconnu à l’échelle nationale.
  2. Plus la cote numérique de l’extincteur est élevée, plus il peut éteindre de feux. Ceux qui possèdent les cotes les plus élevées sont souvent (pas toujours) les modèles les plus lourds. Assurez-vous de pouvoir manoeuvrer le modèle que vous achèterez pour la maison ou qui se trouve à votre lieu de travail.
  3. Demandez à votre détaillant comment faire réparer et vérifier votre extincteur. Rechargez-le après CHAQUE utilisation. Un extincteur à moitié vide ne sert à rien. La plupart des extincteurs qui ont été utilisés à moitié, se vident de pression par eux-mêmes dans les prochaines 24 heures.
  4. Il faut placer les extincteurs loin des dangers latents d’incendie, mais près des voies de sortie.

TOPO

  1. Tirez la goupille. Sur certains appareils, il faut dégager un verrou de sécurité, appuyer sur un levier de percussion, inverser l’extincteur ou exécuter d’autres manœuvres.
  2. Orientez l’extincteur à la base du feu.
  3. Pesez sur la poignée.
  4. Oscillez-le d’un côté à l’autre à la base du feu et déchargez le contenant de l’extincteur.

Bien lire les modes d’emploi pour les extincteurs à eau et à mousse puisqu’ils varient des autres.

Pour plus de renseignements sur ce sujet, contactez votre service d’incendie local.