Communauté informée… Communauté en santé…

La santé mentale

  L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé mentale comme «un état de bien-être permettant à chacun de reconnaître ses propres capacités, de se   réaliser, de surmonter les tensions normales de la vie, d’accomplir un travail productif et de contribuer à la vie de sa communauté». Un bien-être mental se traduit donc par une vie équilibrée et satisfaisante, avec ou sans un trouble mental. Comment maintenir une bonne santé mentale? Voilà une question très importante dont les réponses devraient être plus valorisées.

À priori, afin de maintenir une bonne santé mentale, il faut établir un équilibre entre les divers aspects de la vie: social, physique, spirituel, économique, émotionnel et mental. Bien que les périodes de la vie et les difficultés rencontrées peuvent créer un déséquilibre, il est important de savoir qu’il y a plusieurs changements possibles afin de favoriser le maintien de sa santé mentale, malgré le fait qu’il est impossible d’agir sur certains facteurs comme l’hérédité.

Voici quelques conseils à propos des changements possibles :

  • Développer une estime de soi.
  • Adopter de bonnes habitudes de vie en prenant le temps de bien manger, de faire de l’exercice physique régulièrement, de bien dormir et de réduire les consommations de substances comme l’alcool et les drogues.
  • Entretenir un bon réseau social avec l’entourage et participer à des activités de loisir.
  • Gérer le niveau de stress en pratiquant les techniques de respirations, en faisant du yoga ou même en allant à une séance de massage.
  • Demander du soutien aux proches ou aux professionnels de la santé.
  • Finalement, profiter du moment présent au lieu de penser constamment aux événements passés ou à venir.

En guise de conclusion, la santé mentale est une composante essentielle de la santé globale et il est primordial de bien s’en occuper afin d’avoir un état de bien-être dans lequel il est possible de réaliser son plein potentiel et de faire face aux situations normales de la vie et au stress qu’elles génèrent.

 

D’la Pantry à la Belle Delphine

Aimez-vous ça d’manger dés bons «scallops»??? Bin pour moi, ‘’numero uno : «Darn Right»! J’ai goûté à cte bon met icitte, au «cottage» à ma cousine Dométhilde, tcheques z’ânnées pâssées. J’assez aimé c’là, qué pour c’là que j’me gêne pas d’partager cte bounne  recette icitte avec vous z’autres… Que voici :

«Scallops» sautés z’à la Dométhilde

  • 1/4 cuppé d’huile d’olive…
  • 1 livres de «scallops»…
  • 1/2 cuppée d’ognons verts, hachés…
  • 1 gousse de «garlic», hachée…
  • 1/2 cuppée de vin blanc sec…
  • 1/2 tchuillèrée à thé de thym sec…
  • sel pis poivre au goût…

Dans z’une grande poêle, faire chauffer l’huile… Préférable à feu moyen! Là, ajouter lés «scallops», pas plusse que quatre z’à la fois pis là lés faire sauté pour environ 2 minutes ou jusqu’à ce qu’la chair de «scallop» devienne opaque. Lés retourner pis compter une minute et d’mie d’plusse. Lés garder au chaud dans z’un bol.  Là, mettre l’ognon vert pis «l’garlic» dans la poêle pis faire revenir à 2 minutes environ… Ajouter l’vin, le thym, le sel pis l’poivre pis faire bouillir à feu vif pour qu’le liquide réduise à môtché… En darnier, remettre lés «scallops» dans la poêle pis réchauffer en lés remuant… Sarvir chaud pis t’ute suite! «My goodness sake», parle de d’quoi d’bon!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Aujourd’hui, j’m’en va pâsser mon après-midi chez «Betty» d’la «Happy Valley», l’incroyable femme couturière à mon beau cousin Hen-Henri à P’tit Boute… Qu’a «designé» més «fancy» hardes, pour lés «quick» changements entre lés «stage intermission» de ma «Famous World Tour» à Montréal!

Ej vais «sparklée» d’envie, «for sure»; à faire aveugler surtout lés spectateurs dévoués qui s’ront d’assis dans lés 3 à 4 premiéres rangées. J’ai hâte de m’escârrer d’sus l’estrade, coumme t’une «fiery» squéinne excitée que j’sus; de greyée dans ma robe spécialement ouvragée t’en sacs à patates, quand s’arrivera l’temps de me mettre à exalter ma chanson classique populaire du dès début de ma carriére : <<J’ai cinquante livres de patates bleues, dans le «back-seat» de mon «car», «Baby»>>… «Trust you me», j’le sais – – qui va définitivement faire écrouler le «high ceiling» du site consacré, pendant la tempête d’applaudissements de la foule entiére; pis surtout quand qu’s’arrivera l’intro bruyante mémorable dés guitares électriques, à faire agiter le sens de l’ouïe dés malentendants; pis jusqu’à faire courailler dés frissons dans le dos à tout l’monde présent.

Toute l’entourage de ma «on the road again fun band», nous allons bazir vers la Métropole, à 7 heures du souaire le 30 mars; pis le plan, cé d’être de r’tour à Shédiac, «hopefully» pour le milieu d’après-midi, le 7 avril. J’allons prendre notre temps à traveler… J’voulons pas «feelé rushé» de d’sus «l’Highway»! J’voulons «enjoyé» d’arrêter t’aux plusieurs «Truckers Stop», pour t’un «refill» de café pis à s’faire dévider la vessie!  Pis dans l’temps que lés roues <<«On The Bus»>> allons âller <<«Round-and-Round»>>, j’allons s’amuser à «jammé» ou à engraisser de d’sus la musique que «j’plannons d’performé LIVE»! Mon chou-chou d’amour de Roméo Fayot Fougère, «mind» pas d’être le «bus driver»; mais à condition à ne pas l’achaler, avec le tapage incessant à y échigner lés nerfs, avec la chanson (Ha-Ha-Ha) de <<«Hey, Bus Driver! S-S-S-Speed Up A Little Bit»>>!

J’encôre tcheques valises à paqueter… J’sus «runnée out» de plusieurs produits d’beauté populaire – – avant d’bazir, faudra j’m’en âlle consulter gratuitement la charmante experte rousse qui s’occupe du comptoué illuminé «d’make-up», à ma «favorite» pharmacie, qui s’trouve être «by the way» de d’sus la «busy Main Street» de Shédiac. J’me d’mande bin cossé qu’à va me recommander? Ha-Ha-Ha, une trousse industrielle??? Ya! Afin de m’aïder à créer l’illusion que j’n’ai pas de rides de d’sus la face; surtout à faire disparaître lés «puffy» poches de peau qui pend en d’sous d’més yeux verts. Pis «No-No-No-No-No», n’oublions pas la profondeur dés «crow’s feet» pis dés plis horizontales du front! Après t’ute, ej veux apparaître coumme t’une grande vedette glorieuse de d’sus lés photos de «front page»; surtout de ceusses-là qui s’ront posées sans ma parmission, par lés effrontés Paparazzis de Gazettes Sensationnelles de «Gossips Juteuses» du Québec!

J’ai yinc accepté de faire tcheques entrevues à la radio… Parce que j’aimerais c’là pour t’une fois de me relaxer pis d’prendre avantage itout à voulouaire «shoppé» pour dés cadeaux souvenirs, de d’sus la Rue Ste-Catherine! Ouaye! À youssé, j’espère me procurer t’un «purse» en tchuire nouaire souple, avec t’une longue strappe d’épaule tressée, fabriqué t’en Italie!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

D’la Pantry à la Belle Delphine

Parfois, j’me trouve à être pas mal croque potte… Bin, en réalité, j’aime mieux tchuire mon manger dans mon “Crock Pot” électrique. La recette de cte s’maine est la suivante :

Soupe au “Hamburger” là, au “Crock Pot”

  • 1 pis 1/2 livres de viande de boeuf haché (mince), tchuite pis brunezie d’avance dans la pôele pis avec le gras d’égoutté …
  • 1 ognon, haché…
  • 1/4 d’un chou, haché…
  • 4 à 5 carrôtes, tranchées en rondelles…
  • 4 patates, coupées en cubes…
  • 1 gousse d’ail, écrâsée…
  • sel pis poivre au goût…
  • 1 “can” de pâte aux tomate (8 onces)…
  • 1 “can” de jus de tomate (16 onces)…
  • 1 “can” de “cream of mushroom soup” ( 10 onces )…
  • 1 “can” de “Graves” nibblets corn” (ouaye, grousse ou p’tite – – à votre choix)…

Garocher “everything” dans “l’crock pot” là ; pis tchuire à “High” pour un bon 5 à 6 z’heures…

Avec dés bons p’tits “pan rolls” frais, de votre “Bakery” favorite, là ; pis généreusement beurrés – – “yes sirree”, y’a rien d’meilleur!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Ça fait pas mal z’une longue escousse, que j’n’avais pas entendu parlé d’mon cousin Hen-Henri à P’tit Boute (autrefois mieux counnu coumme étant le Bedeau d’Église, du Village dés Roseaux; pis qui fait maintenant sensation d’métier d’un “singing meat cutter”, t’au magasin “ever” populaire des Sans Flaflas, d’Shédiac). J’ai pensé d’âller y payer t’une visite surprise, avec l’excuse de m’faire “slicé” 2 livres de tranches de “balonie” d’un d’mie pouce d’épaisseur… Prendre le temps vite à y poser tcheques questions : à saouaire coumment qu’y “s’trim”? Ein, la Vie est belle?!? Ma “request” de chanson, dans l’temps qu’y’emballait ma commande de viande a été ct’olle-là à mon cher “Elvis Presley”: <<RUBBERNECKIN’>>! Pis mon but premier était de saouaire si que ça l’intéresserait de prendre du temps “off” de son travail… “At least”, pour la premiére semaine d’avril! Afin de m’accompagner “lively” avec son accordéon, pendant ma “Sold Out Famous Live World Tour” de Delphine Gigote Sés Canes à Balais, dans le tcheur d’la Métropole de Montréal !?! Avant de me répondre, y’a été en discuter en privé avec son “Big Boss”; qui y’a baillé parmission de partir à l’aventure, pour réaliser son rêve d’être découvert coumme t’un talentueux musicien!

Cé coumme excitant de paqueter nos valises pis le “back” d’la “tour bus” avec lés divers instruments d’musique pis le “sound system” à faire défoncer le toit du Forum de Montréal! J’va être <<On the Road Again>>, incluant 6 extras musiciens “on board”… C’est-à-dire: mon “handsome” fils Zacharie (claqueux de tchuilléres, d’la “zydeco washboard” pis djembe); Alphé à Elphège (drummer); Josh Crapaud Hébert (banjo pis “bass guitar”); Lucien à Léo l’Esclopé Babineau (ruine babine, “tambourine” pis “sound man”); P’tit l’Al “Ménopner” Arsenault (trompette, saxo-phone pis le “tin whistle”); pis Annette “Moon Woman” LeBlanc(“fantastic electric keyboard sensation” d’la HA (Ya! HA, pour Haute Aboujagane)!

Pis à ne pas oublier d’mentiounner lés 3 “back-up singers” phénoménales : <<LES “GOGO GIRLS” HURLANTES DE “MALAKOFF ROAD”>> (Jeunes Triplettes Sopranos du Comté d’Westmorland: la “cute looking apple pie girl” de Mimi, la “in-your-face-make-up”épaisse d’Estelle; pis la “dirty-flirty”-de-”cross-eyed” Florence (“Floe”) t’au Dâmné “on Edge” de Sylvain Pissoux Melanson). Ya! “Yours truly” coumme étant la “Diva Lead Singer” pis à “finger-pické” tcheques “G-Strings” sounnantes de d’sus ma guitare acoustique, de baptisée la Vieille “ROSIE-WING”! Pis t’en darnier – – mon “sweetie pie” romantatique de Roméo Fayot Fougère,qu’a bin “agree-yé” de voulouaire “volunteeré” d’être notre “bus driver” pis d’s’occuper d’la grousse “light show” d’sus “l’stage”.

Le but d’mon “concert”, cé surtout faire la promotion de ma récente “Toe-Tapping Double Country Music CD” d’intitulée: <<KABOOM! FLÂMME BLEUE ÉCHAPPANTE DU TROU ÉRÂFLÉ D’MON BOEU’>>!

Sus l’hounneur d’mon grous chapeau d’cowboy! De “track one” à 25, cé garantie d’vous faire dansoter “everywhere” pis “anywhere” (même t’en ayant vos “headphones on” de d’sus vos deux oreilles, surtout t’en “rushant” à la “speed” d’un “race horse” vers la bécosse)! À ma prédiction, la chanson qui va devenir “number one” ou la “biggest seller” de d’sus la “Country Music Chart” va définitivement être ct’olle-là de titrée: <<La bouse de vache n’é point d’la “Booze”>>! Pis ma “all time personal” tounne préférée, que “j’hope” gagnera “GOLD” (ou qui s’vendra “Globally”, coumme dés p’tits pains chauds) : <<J’sus la “REINCARNATION” de la “COUNTRY MUSIC LEGEND KITTY WELLS”, “WITH REFLUX”… Pis non Mêshoummes, d’sus “d’l’ACID”>> (coumme vous r’marquez, le titre de la chanson est plus long que lés paroles… “qu’alright”… Ha-Ha-Ha)!

“Signing off”, <<Hee-Haw>>, coumme la <<Jolie Veuve de Shédiac, “on the Rebound”>>! Ou tout simplement, Delphine s’en va z’à Montréal!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…

Comment arrêter de se comparer aux autres

  Se comparer aux personnes qui nous entourent est un instinct naturel que possède chaque individu. Nous pouvons se comparer sur plusieurs sujets. Par exemple, notre apparence physique, nos biens matériaux, notre travail et nos expériences. Cependant, lorsqu’une personne se sent triste ou moins valable, c’est un signe que la comparaison est défavorable. Pourquoi faut-il arrêter de se comparer aux autres?

Chaque personne est unique et possède une vie différente que la nôtre. Nous possédons tous des valeurs et des compétences différentes. Nous avons tous des points positifs et négatifs dans nos vies, donc il ne faut pas tomber dans le piège de croire qu’une personne a une vie parfaite.

Comment faire pour arrêter de se comparer aux autres? Premièrement, faire une analyse de soi-même peut nous aider à savoir pourquoi nous ressentons le besoin de se comparer. Nos pensées négatives affectent notre estime de soi. Prendre conscience de nos pensées critiques sur soi et leurs impacts sur notre confiance est un élément important. Après avoir pris conscience de nos pensées négatives, nous devons maintenant prendre le temps à réfléchir aux aspects positifs de notre vie.

Écrire sur un papier ce qu’on apprécie de nous-mêmes et ce qui nous entoure est un deuxième moyen d’être reconnaissant de ce que nous avons. Apprendre à aimer qui nous sommes et ce que l’on possède est grandement important.

Troisièmement, nous devons apprendre à combattre nos pensées négatives. Pour surmonter cette étape, nous devons être prêts à changer notre attitude. Lorsqu’une pensée négative survient, vous devez faire un effort de trouver une pensée positive à propos de vous-même. Cette méthode est une excellente manière de pratiquer la gratitude. Lorsque nous sommes reconnaissants, nous avons moins tendance à se comparer aux autres.

Finalement, se séparer graduellement des réseaux sociaux est une manière d’arrêter de se comparer aux autres. Avec l’émergence des réseaux sociaux, la comparaison entre les personnes augmente. Il est donc important de mentionner que l’image qu’une personne projette sur les réseaux sociaux n’est pas la réalité, c’est donc pourquoi il faut prendre un recul et se concentrer sur nous-mêmes. Vivre dans le moment présent et apprécier notre entourage est un élément clé pour augmenter son bien-être. Avoir une analyse critique lors de l’utilisation des réseaux sociaux est très important. Échappez l’idéologie de croire que certaines personnes ont une vie parfaite. Tout compte fait, voici les moyens pour arrêter de se comparer aux autres. Nous sommes le maitre de nos pensées et nos actions. Le changement provient donc de soi. En étant reconnaissants des petites choses présentes dans nos vies, nous réalisons comment chanceux nous sommes réellement.

 

Communauté informée… Communauté en santé…

L’insomnie

  L’insomnie est un trouble de sommeil très fréquent dans notre société, mais plusieurs d’entre nous ne sommes pas capable de définir c’est quoi. En effet, l’insomnie se définit comme étant l’incapacité de tomber endormis ou de rester endormis, puis on l’a retrouvée sous deux formes : l’insomnie occasionnelle ou passagère qui est causée par un facteur stressant ou un événement perturbateur, par exemple une séparation ou une période difficile au travail. Souvent, cette insomnie va cesser avec la disparition des facteurs stressants, mais il possible que celle-ci persiste et se développe en insomnie chronique. De son côté, l’insomnie chronique est caractérisée par une insomnie qui persiste au-delà de trois mois et qui se présente au moins trois fois par semaine. Il est aussi possible de développer une insomnie d’origine médicale, c’est-à-dire que des médicaments prescrits pour minimiser des symptômes ou des maladies peuvent venir causer l’insomnie chez la consommatrice du médicament. Certains des médicaments pouvant causer l’insomnie sont les suivants : les antidépresseurs, les stéroïdes, les médicaments pour le cœur et les médicaments contre les allergies. Cela dit, peu importe le type d’insomnie que l’on fait face, ce trouble peut venir perturber notre vie au travail ainsi que notre vie privée.

Alors, comment vivre avec cette insomnie ? Heureusement, il y a plusieurs choses qu’une personne peut essayer pour tenter d’améliorer sa qualité de sommeil. Vous pouvez :

  • Aller vous coucher à la même heure chaque soir et essayer de vous réveiller à la même heure tous les matins;
  • Avoir une routine avant de se coucher pour préparer votre corps à dormir, par exemple le yoga ou simplement le brossage des dents;
  • Éviter de trop manger avant d’aller se coucher;
  • Éviter les substances stimulantes, par exemple le café, la cigarette ou l’alcool;
  • Éviter d’avoir un ordinateur ou une télévision dans votre chambre à coucher;
  • Éviter les siestes dans l’après-midi et le soir;
  • Faire de l’exercice physique, au moins 5 à 6 heures avant d’aller se coucher;
  • Placer votre lit dans une chambre sombre et silencieuse.

Alors, si vous pensez être insomniaque, vous pouvez essayer ces trucs ci-dessus pour tenter de trouver celui qui fonctionne le mieux pour vous et améliorer votre qualité de sommeil.

 

D’la Pantry à la Belle Delphine

Y’a rien d’meilleur qu’du bon “ham”pour s’remplir la beude z’avec… Ma recette de cte s’maine icitte me parvient d’la belle Rosina Bastarache, d’la partie Nôrd de Caraquet… Hmmm-Hmmm! Que voici :

“HAM” BAKÉ Z’À LA ROSINA

  • 1 “ham” (5-6 livres)…
  • 1 cuppée d’sucre brun…
  • 1 pis 1/2 cuppées de “Coca Cola…
  • 1 cuppée d’ananas broyés…

Lâver “l’ham” coumme y faut. Frotter le côté d’gras avec du sucre brun. Vider “l’Coca Cola” par-dessus “l’ham”. Viders lés z’ananas broyés par-dessus “l’ham”. Tchuire à 450° F pour 3 heures.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Vous devez vous d’mander coumment qu’a été ma “date”, la s’maine pâssée, avec l’extraordinaire beau veuf snoreau de Roméo Fayot Fougère, du Chemin d’Ohio? “Wink-Wink”! Y m’a définitivement convaincu qu’c’était l’temps pour moi (“come on”, Delphine) d’arrêter d’veuver… Ej pense pas que mon défunt mari d’Ozime “mind’ra” ou viendra m’hanter, si j’me décide de “m’hooké up” avec t’un autre houmme – – “at least” avec y’un qué vivant; pis qu’a d’la vitalité; pis d’l’énergie capable à “wrestlé” t’un ours nouaire féroce!

“Anyway”! Faut admettre que Roméo est “quite” t’un excellent danseux d’la “Achy Breaky Heart”, de d’sus la “dance floor”! Si vous l’ariez vu s’escârrer, à la “Legion”; vous auriez cru que cé lui qu’arait inventé l’originale sexy gigue! À chaque fois qui “til-tait” son chapeau d’cowboy, à la fin de chaque “line”, y m’garochait t’un étincellement d’clin d’œil à faire mon tcheur battre follement. V’là qu’ma “brain” (“Oh My”) s’a mise à le fantasmer; coumme si qu’y’était le “famous cowboy movie star Tom Selleck”, avec son grinche “sexy” à faire fondre du beurre! Là, à la fin d’la veillée; y m’a invité d’âller manger avec lui du “Chinese Food”, au plus populaire restaurant de d’sus la “main drag” d’la “Mountain Road”, de Moncton. À youssé qu’le dedans d’mon “fortune cookie” m’a révélé t’en anglais: “you are in the presence of your soulmate”! J’ai bin “enjoyé” mon “Seafood Cantonese Chow Mein”; mais en même temps que j’mangions notre dessert de “Lime Jell-O”, jouer à “footsies” en d’sous la table, a rendu (“ahem”) l’expérience culinaire un peu plus plaisante!

J’ai du faire bounne impression, parce que l’formidable de romantatique de Roméo m’a d’mandé de “back” voulouaire me ouaire… Cte fois ‘citte, me sortir d’âller “watché” t’un “3-D movie” avec lui, au grand théâtre dans l’boute d’la “Trinity Drive”; pis d’nous bourrer la face, coumme dés “teenagers” cinglés, dans z’un grous contenant de “popcorn” débordant d’beurre chaud! “Hey”! J’n’ai point refusé son offre! Faut admettre que j’sus z’encôre un peu “nerveuse” dans la “date scene”; mais y’a juste de quoi “about” cte particulier houmme icitte que “j’trust” pis qui m’fait “feelé” extrêmement sécure. Qu’y’é capable itout de m’faire rire à grous z’éclâts; dont en retour me fait “feelé wonderful all over” pis m’faire “shiné” l’aura coumme bounne vivante que “j’deserve” d’être…

Comment vous décrire Roméo? Ouaye, cossé qui fait dans la Vie? Coumment que j’ai faite pour le rencontrer? “Of all places”, cé à la Co-op que j’ai “bumpé” t’en lui… Lui volait à avaler t’une “grape” vert, dans l’temps que moi j’me permettais t’une pougnée de “red grapes”! Y m’a complimenté, coumment belle qu’j’étais… Pis quand qu’j’y’ai laissé saouaire qu’j’étais veuve… Cé icitte qu’y’a osé de me d’mander d’âller à la danse, à la “Legion” populaire du Comté d’Kent… “So far”, y m’impressiounne pis qui m’intéresse à voulouaire le counnaître davantage!

En plusse, s’un houmme charmant la “size” d’un “football player”; la poitrine poilouse, aussi large qu’un “wall” de briques! “Bald headed”! La barbe pis la moustache de “curls” grisâtres! Lés yeux, aussi bleu clair d’un ciel ensoleillé, à l’heure du midi, en plein milieu du mois d’juillet! Pis qu’a t’un baisser, qué coumme t’un courant électrique séduisant!

Roméo “own” sa “own” entreprise de construction; pis “on top of that”, y’é architecte! Apparemment, y’un bon “bass player”; y comprend l’importance d’être “la heart beat” de n’importe tchelles chansons. Coumme “hobby” y’aime à “cooké”; préparer sés propres bouteilles de vin; âller à la pêche à la truite; jouer au golf pis t’au badminton; y’un bateau de “docké” à la Marina d’Shé- diac, pendant l’été; y’é amateur de photographie… Ein! N’est-ce pas z’une bounne “catch” d’houmme!?!

Lui, ça fait 4 ans qu’y’é veuf! Y’un an plus jeune que moi! Pis moi s’approche quasiment 1 an que j’sus veuve! Ej pense que cé l’temps d’nous permettre à voulouaire vivre pleinement  pis d’aouaire d’la fun!

À la s’maine prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…

Les règles essentielles pour la gestion des conflits

  Les conflits, souvent perçus de manière négative, sont essentiels dans le maintien d’une relation saine. Des désaccords se produisent dans toutes relations entre individus. Des conflits peuvent survenir entre membres de la famille, amis, partenaires amoureux et collègues de travail. Comme les conflits sont inévitables dans la vie de tous les jours, il est important de connaitre comment les résoudre de façon efficace tout en maintenant le respect mutuel. Cette chronique aura comme but de proposer des règles essentielles pour la gestion des conflits.

La première règle consiste à ne pas jeter le blâme sur l’autre, c’est-à-dire éliminer notre perception que le problème appartient ou relève de l’autre personne. Lorsque le blâme est présent dans la discussion, la personne visée se sentira attaquée et sur ses gardes. Facile à dire, mais difficile à mettre en pratique!

Comment faire pour exprimer nos pensées sans utiliser le blâme?

Le mot clé est la reformulation. Avant de commencer la discussion, prenez un pas en arrière. Réfléchissez au conflit. Analyser vos émotions et comment le comportement de l’autre à un effet sur ceux-ci. En utilisant cette méthode, vous serez dans la mesure de mener une bonne communication. Lorsque vient le temps d’aborder le conflit, il serait préférable d’exprimer vos sentiments tout en expliquant comment le comportement de la personne a contribué à évoquer une certaine émotion.

Voici quelques phrases modèles afin de vous aider à mieux communiquer vos sentiments :

– Je me suis senti triste lors-que vous avez…

– J’ai ressenti de la frustration devant….

– Lorsque vous ___________, je me sens ____________.

Une deuxième règle d’or pour la meilleure gestion des conflits d’éviter la généralisation. Généraliser est une méthode utilisée pour aggraver un comportement ou une situation. Des mots comme toujours et jamais sont à éviter lorsque nous communiquons. Il est facile de vous laisser envahir par nos émotions et avoir recours à la généralisation. C’est pourquoi qu’il est crucial de réfléchir avant d’agir.

Un troisième conseil est de ne pas rester sur la défensive. Lorsque l’autre personne exprime ses pensées, soyez ouvert et présent. Lorsque la personne vous affirme un point, prenez-les au sérieux et surtout ne l’ignorez pas. Vous n’avez pas besoin d’être en accord avec le propos, mais soyez respectueux et écoutez activement ce que la personne essaye de vous exprimer.

Finalement, il est très important de respecter l’autre. Aborder des conflits n’est certainement pas facile, donc le faire dans le respect est grandement nécessaire. Crier, utiliser des insultes ou des jurons va seulement aggraver la situation et aucune solution ne sera mise à bout. De plus, des menaces et la violence ne sont jamais des bons moyens pour résoudre un conflit de façon efficace. En semant la peur, nous ne menons à nulle part.

La violence n’a jamais réglé une situation ou un conflit. Si vous vous retrouvez envahi par vos émotions, prenez une pause et continuez la discussion à un autre moment.

Enfin, voilà quelques règles qui peuvent vous aider à mieux résoudre vos conflits. Il est important de mentionner que ces méthodes prennent de la pratique et de l’effort. Ne vous découragez pas si ces règles ne fonctionnent pas entièrement la première fois. La clé du succès pour résoudre les conflits est la pratique!