D’la Pantry à la Belle Delphine

Ya! Avec lés Fêtes Plaisantes de Nouël dans l’air partout, cé l’temps “d’entertainé” vos “friends”. J’l’ai goûté “again” à cte tartinade fantastique icitte, qu’a été la s’maine pâssée, chez ma cousine Arthémise – – qu’j’ai raffolé à pleine dgeule! Pis que j’aimerais absolument d’partager avec vu-z’autres :

Tartinade au “Brandy” Frômageux

  • une d’mie cuppée d’beurre ( pis non d’la “margarine” ), mou…
  • 3 cuppées d’fromâge cheddar, râpé…
  • une tchuillèrée z’à table de graines de sésame…
  • 2 à 3 tchuillèrées z’à table de bon “Brandy”…

Malaxer le tout z’ensemble. Couvrir pis placer dans “l’fridge “ pour au moins z’une bounne demie heure avant d’sarvir. Sarvir avec dés p’tits “crackers fancy” ou avec dés crudités!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

D’la “vault’’ de més plusieurs histouaires souvenirs de Nouël, j’aimerais de vous partager l’une de més favorites, que voici (datant de 2005) :

J’étais z’en grade cinq! Ouaye! J’rêvais de tout mon âme de jouer l’rôle majeur d’la Sainte Viarge, dans la Séance de Nouëld’la p’tite école. Pis parce que j’étais excessivement détestable pis dérangeante z’en clâsse, qu’j’n’étais sartainement pas la p’tite pète z’à la maîtraisse – – j’savais que j’ne serais pas “pickée’’! “Yes, Sirree’’! Qu’l’hounneur de cte rôle là s’rait baillé z’à la “sweet’’ fille du cordonnier, par rappôrt qu’à l’avait été la seule à claquer la plusse haute note sus l’test de Catéchèse — ouaye, imaginez-vous ouaire, pour s’aouaire rappeler du nom de chaque Roi Mage! Qu’lés Rois Mages s’appelions pas : “Joe’’, “Moe’’ pis “Curly’’ coumme j’avais écris coumme réponse sus mon test. Qu’c’était d’l’encens qu’le bébé Jésus avait y’eu coumme cadeau et non d’la gomme à bois à tcha-quer d’sus coumme j’avais encerclé coumme réponse à la question deusse du test… Pis parce que j’avais quasiment yinc rasé ma note pour pâsser la Catéchèse: qu’y fallait j’me contente,  qu’la maîtraisse m’avais laisser saouaire, d’accepter de jouer l’rôle d’une borbis. J’crois bin, bin mieux c’là que d’jouer l’erriére du derriére du costume de soit l’âne, du boeu’ ou d’la camule, coumme ma cousine Dométhilde qu’était “claustrophobic’’ d’avance avait ‘té choisie pour – – ouaye, avec la plus très grande peur étouffante de s’faire péter z’en pleine face!

J’oublierai pas coumment “hurt’’ pis fâché qu’j’étais quand qu’j’sus z’arrivé z’à la maison. En plusse avec la honte dans l’côrp d’annoncer à ma mére qu’j’allais z’être une p’tite borbis dans la séance d’école de Nouël. Qu’ma seule ligne à m’rappeler c’était d’ bêler (Bâ-â-â-âh) yinc une fois pis non deux fois, z’au moment même qu’lés mozus de borgers s’en viendrons s’agenouiller d’vant l’berceau du “fake’’ bébé Jésus z’en plâtre qué d’éflintché dans la Crèche entre l’âne pis l’boeu’.  Drette-là, ma sage mére m’a bin laissé  z’à comprendre que dans la Vie là : <<Écoute, Delphine! On n’peut pas tout l’temps z’aouaire cossé qu’on veut… Ouaye! Cé d’apprécier pis d’asseyer d’faire le mieux avec cossé qu’on a déjà d’avance; parfois même avec cossé qu’y nous z’é baillé “or comes our way’’… >>

“Yup’’! “I guess’’ si qu’ma destiné cé d’être t’une p’tite borbis d’Nouël, dans z’une “BIG TIME STAGE PRODUCTION’’ là d’ma p’tite école – – “then’’ j’leux montrai z’à ouaire que j’serai la meilleure p’tite borbis convaincante sus “l’stage’’ qu’y’avons “ever’’ vu… “Cute’’ coumme que j’serai dans mon “costume’’; “you bet’’, qu’j’arai z’une “standing ovation’’! “I’ll bring down the house”! <<“Come on’’, là>>, que j’beuglerai. <<Clappez t’utes pour moi!>> Pis à la fin d’la “show’’ là , <<Juste mettez-vous z’en ligne pour mon “autograph’’.>> (Qu’était l’beau scénario qui s’déroulait “at the time’’ dans ma p’tite “brain’’ de “coconut’’ de dix z’ans ).

La soirée même d’la séance – – cinq minutes avant qu’la maîtraisse se décide de rouvrir lés rideaux… Mêshoummes! GROUSSE PANIQUE en erriére du “stage’’! La Sainte Viarge était absolument “no where to be found’’!  Là, y’a tchequ’un d’l’audience (j’m’en souviens pas exactement tchissé qu’c’était, bin) qu’a v’nu “whisperé’’ d’quoi tout bas dans l’oreille d’la maîtresse pour y annoncer qu’la Sainte Viarge s’ra point capable de faire une apparition à souaire sus “l’stage’’, par rappôrt qu’la pauvre esclâve est sus l’grabat dans son lit avec la picotte de poule. J’peux pas vraiment vous décrire l’expression d’horreur pis d’panique qu’a v’nu sus la face de la maîtraisse – – bin, à semblait plusse à y’une qui souffrait de constipation émotionelle pas mal “bad’’!

“Anyway’’! J’sais pas à youssé qu’la maîtraisse avait la tête – – bin à m’a “grabbé’ par le bras; m’a flaqué un ouaile sus l’fait d’la tête… Ensuite m’a garochée la catin du bébé Jésus dans lés bras; pis m’a laissée à saouaire que ça s’rait moi qu’allait jouer le rôle d’la Sainte Viarge (pis d’ne pas tchaquer ma “Bazooka Bubble Gum’’ sus “l’stage’’). Lés rideaux se sont grands rouverts… Pis là, la maîtraisse m’a poussé “off’’ sus “l’stage avec cti-là qu’y jouait l’rôle de Saint Joseph (qu’était le grand lingot d’Armand, le garçon du vendeux d’assurance qu’mon pére trouvait tannant)… Pis cé yinc une fois que j’étais rendue en plein milieu du “stage’’ que la maîtraisse s’en aparçue, qu’à l’a réalisé qu’à m’avait greyé en Sainte Viarge par-dessus mon costume de p’tite borbis. Qu’més p’tites z’oreilles de borbis “stickions’’ hôrs d’mon ouaile…  Pis quand qu’la “crowd’’ avons “noticé’’ le mufle de borbis sus ma face…“Well-well-well’’,  y’étions assez crampougnés par le fou d’rire, qu’y’en pissions quasiment dans leu’ hardes! Pis quand qu’lés borgers s’avons agenouillé en avant d’la Crèche pis qu’j’m’ai mis z’à bêler  (Bâ-â-â-âh)  – – la “front row’’ en pissions dans leu’ drâses! Pis cé icitte, qu’la maîtraisse a vite farmé lés rideaux; pis a faite la plus “quick exit’’ hôrs de l’école, qu’j’ai “ever’’  vu… “And never to be seen again’’!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Communauté informée… Communauté en santé…  Cinq stratégies pour bien gérer le stress des Fêtes

Ne laissez pas le stress gâcher votre temps des Fêtes! Voici quelques stratégies pour profiter pleinement de cette période de réjouissances.

  1. Ayez des attentes réalistes.

Ne recherchez pas la perfection et soyez réalistes envers les Fêtes. Il n’y a aucune raison pour laquelle vous devriez préparer la meilleure bûche de Noël, faire les plus belles décorations ou acheter les plus gros cadeaux. Vous n’avez pas besoin de devenir la reine de la décoration! En voulant créer des décors et des repas tout droit sortis d’un magazine, vous risquez de vous en mettre trop sur les épaules et de vous sentir dépassée par la charge de travail. Pour un Noël réussi et détendu, suivez plutôt ce premier conseil antistress : faites-en moins et profitez-en plus! Car finalement, la beauté des Fêtes, c’est d’être entouré des gens qu’on aime, non?

  1. Planifiez!

Le secret pour vivre les Fêtes de façon zen est bien sûr la planification! Il n’y a en effet rien de tel pour diminuer le stress et arriver en même temps que tout le monde à Noël! Sortez donc votre calendrier et organisez votre horaire. Commencez par inscrire les évènements importants ayant une date fixe comme les partys, les 5 à 7, les brunchs et autres. Puis, répartissez stratégiquement vos autres tâches (achat des cadeaux, installation des décorations, préparation de la nourriture, nettoyage de la maison, etc.) en choisissant le meilleur moment pour effectuer chacune d’entre elles. Pour vous aider à vous organiser, vous pouvez mettre au point un plan qui se veut une sorte de compte à rebours avant les Fêtes (choses à faire : trois semaines avant Noël, deux semaines avant Noël, une semaine avant Noël, etc.).

  1. Déléguez les tâches.

Même si, habituellement, vous êtes la personne de votre entourage qui organise tout, tout, tout, rien ne vous empêche de déléguer! Vous avez bien le droit à un petit coup de main! Votre conjoint et vos enfants peuvent vous aider à accomplir diverses tâches (installation des décorations de Noël, préparation de la nourriture, achat de cadeaux, ménage de la maison, dressage de la table, etc.). Vous pouvez aussi faire participer vos convives en leur demandant d’apporter l’entrée ou le dessert, par exemple. Vous vous éviterez un stress de plus et allégerez votre budget.

  1. Respectez votre budget.

Il est très facile de se laisser emporter par l’atmosphère des Fêtes et de défoncer son budget. Cependant, rien ne vient ajouter plus de stress à ces célébrations que le fait de savoir qu’on sera incapable de payer la note en janvier. Décidez quel montant d’argent vous pouvez dépenser avant d’aller faire vos achats et tenez-vous-y. Si vos ressources sont limitées sur le plan financier, cherchez des façons créatives d’exprimer votre amour à prix modique. Vous pouvez, par exemple, offrir des cadeaux faits à la main ou faire un échange de cadeaux pour en réduire le nombre.

  1. Apprenez à dire non.

Vous avez reçu tellement d’invitations que vous ne savez plus où donner de la tête? Sachez dire «non», surtout si l’invitation vous pèse! Il n’y a rien de mal à vous affirmer, surtout si c’est fait avec doigté. Si vous avez de la difficulté à faire un choix, prenez le temps d’établir vos priorités. Posez-vous la question suivante : «Si je ne pouvais assister qu’à une seule soirée, laquelle choisirais-je?» Continuez ainsi et éliminez celles qui se retrouvent en bas de votre liste. De plus, sachez qu’en choisissant les célébrations qui vous feront plaisir, vous éviterez d’être confrontée à des éléments stressants additionnels.  (Article tiré dewww.brunet.ca)

 

D’la Pantry à la Belle Delphine

Voici z’un délicieux p’tit “Dip” à sarvir à vos visiteux, que voici :

Le “Shrimp Dip” à Frank à Gérard à Gabriel du Djâble

Très simple à préparer… Ouaye! Dans z’un bol, mélanger :

  • 2 cuppées de crème sure…
  • 1/4 cuppée d’sauce Chili…
  • 4 à 5 onces de p’tites crevettes tchuites…
  • 1/2 tchuillèrée à thé de jus de citron…
  • 1/2 tchuillèrée à thé de Sauce Worcestershire…
  • 1 tchuillèrée à thé d’oignon, finement haché…
  • 1/2 tchuillèrée à thé de poudre de bouillon d’boeu’ …

Battre coumme y faut ensemble.  Sarvir froid avec dés “Chips” ou avec dés p’tits “crackers fancy”.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Vous vous z’en souvenez vous du plus beau Nouël “ever” de votre vie? Bin moi, “it just happens to be” que j’m’en souviens coumme y faut. J’avais 5 ans; ‘tite face détestable! Ma sainte “sweet” bounne mére, la patiente Cléothilde, s’avait greyé dans son laid “cheap fake fur coat” nouaire du “FIVE & TEN” pis dans sés hautes bottes en tchuire d’hiver. Pis ensuite nous avait “bundlé up”, moi pis mon frére jumeau horloux de Delphis, dans chacun nos “parkas” pis l’restant d’nos “get up” d’hiver. Ouaye, pour s’en âller tous z’à pied, caller jusqu’à geler la fourche, en travers lés hautes “drifts” produite par la poudreille de neige épouvantable du mois de décembre. Imaginez-vous ouaire, pour se rendre, dans t’ute excitement d’un samedi matin… Visiter le “Santa Claus”, à la “LEGION” de Shédiac!

Mon pauvre esclâve de frére-énerré de Delphis a pissé d’embarras de d’sus lés genoux bedoux “paddés” du Père Noël. Non! Non! Pis NON! Y’a jamais y’eu la chance de réciter sa liste de cadeaux qu’y’arait voulu que “l’Santa” y laisse sous l’sapin d’Nouël. So, quand qu’y’a pu débarquer de l’énorme fauteuil, pour s’en âller vite fripper sa “candy cane” dans lés bras z’à Mame! “Well, guessez” ouaire à tchissé qu’a été le tour de se braver d’approcher le “Fat-You-Know-Who” du “North Pole”? La méfiante, “sweet-little-adorable-old-me”!

J’ai osé haler de d’sus la barbe blanche du Père Noël. Hmmmm, elle ne s’a pas arraché… Pour le “challengé” d’avantage, à l’tester si qu’y’était le vrai “Santa;, j’y’ai d’mandé “blunt”, si qu’y’avait obtenu pis lu ma lettre que j’y’avais enouayé; pis à saouaire si qui se rappelait surtout “number one” de mon premier p’tit nom pis en plusse dés cadeaux que j’souhaitais d’obtenir???

Cé dans l’étincelle magique de son clin d’œil pis par sa réponse sucrée à sentir la “peppermint” qui m’a convaincu (mêshoummes-mêshoummes) ou “flooré” drette-là qu’y’était “for real” le HO-HO du “North Pole”! Hmmm-Hmmm,  WOW, qu’y’existait vrai de vrai! <<Bin ouayons>>, qu’il m’a laissé saouaire doucement! << T’as faite le “top” de ma longue liste de bons z’enfants obéissants, ma chère p’tite Delphine! Aussi ton plus grand rêve, cé que tu veux que j’t’amène t’une catin qui braîlle pis qui pisse; un “Etch a Sketch”; tcheques “colouring books”; dés “puzzles”; la “game” de “Barrel of Monkeys”; t’un “rollie pollie”; t’un “hula hoop”; t’un minou qui miâle pas trop; une guitare qui r’semble à ct’olle-là à “HANK SNOW”; une paire de patins  à toi toute seule que t’aras pas besoin “d’sharé half” avec ton frére Delphis, dans l’temps qu’vous irez patiner ensemble de d’sus la Baie gelée d’Shédiac; un sac de “barley toy candy”; pis si qu’j’ai bin compris, pas d’hardes! >>

Pis le matin d’Nouël de ct’ânnée-là, le “Santa Claus” m’avait tcheins sa promesse… “Every” cadeaux que j’avais d’mandé pour pis même dés extras “surprise” étions bin d’embourrés de beaux papiers en d’sous l’sapin décoré du grand salon. “Mind you”, la catin qu’était sensée d’pisser pis braîller… Cé avec regret, elle ne pissait pas pantoute! Ne versait autchunes larmes, non plus!

Mon frére Delphis qu’avait obtenu t’un “kit” d’outils miniature ou d’enfants de charpentcher… Ouaye, s’avait décidé… Hmmm-Hmmm! De voulouaire jouer faire-mine z’au docteur ou à opérer de d’sus ma catin, avec sa p’tite scie qui coupait prime… À voulouaire détarminer cossé-cossé bin qui pouvait être la cause de l’affreux  blocage d’urine pis de larmes? “Hmmm, sad to say”! J’n’avons jamais été capable de “back” l’amancher ensemble! Qué pourquoi qu’lés membres du côrps à mon jouet avons “endé up” dans z’un sac de “garbage”; mais “at least” qu’j’ai y’eu l’bon sens d’sauver la tête amputée, pour me permettre m’amuser jouer à la “hair-dresser”!

Cé à tchepârt dans l’gornier à més parents (toujours vivants), à l’intérieur d’une grousse vieille “trunk” que s’trouve être serrée la “photo album” souvenir du Nouël de més 5 ans! À youssé trouve preuve, qu’j’avais (Ha-Ha-Ha) z’une ‘tite face détestable!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

XOXOXOXOXO

 

Communauté informée… Communauté en santé…

Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Le 6 décembre est la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes au Canada. Instituée en 1991 par le Parlement du Canada, cette journée souligne l’anniversaire du meurtre de 14 jeunes femmes en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal, tuées parce qu’elles étaient des femmes.

Tout en commémorant les 14 jeunes femmes qui ont perdu la vie par un acte de violence sexiste qui a choqué la nation, le 6 décembre offre aux Canadiennes et aux Canadiens l’occasion de réfléchir au phénomène de la violence envers les femmes dans notre société. C’est aussi l’occasion de penser aux femmes et aux filles qui sont aux prises avec la violence au quotidien et de rendre hommage aux femmes et aux filles mortes à cause de la violence sexiste. Enfin, pendant cette journée, les collectivités peuvent penser à des moyens concrets d’éliminer toutes les formes de violence à l’endroit des femmes et des filles.

Les mois de novembre et de décembre sont des mois importants dans la sensibilisation du public à la violence fondée sur le sexe, au Canada comme à l’étranger, car ils regroupent plusieurs dates clés. Outre la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, le 6 décembre, il y a la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui est célébrée le 25 novembre et qui ouvre les 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes, lesquels se terminent avec la Journée internationale des droits de la personne, le 10 décembre.

Dans le cadre de cette journée nationale, les gens sont invités à participer à un vigile à la chandelle au Monument du parc Caseley organisée par le Comité du 6 décembre du Conseil du travail de Moncton et région. Cet événement aura lieu le jeudi 6 décembre à 18 h 30 au Centre Fr. Dan Bohan (5 promenade Fatima) à Riverview.

Pour plus de renseignements sur la violence et sur les ressources disponibles, vous pouvez contacter la Travailleuse d’approche du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour au 533-9100. (Tiré d’un texte publié par Condition féminine Canada)

D’la Pantry à la Belle Delphine

Voici une bounne p’tite recette de sauce pour dés boulettes de viande – – parfaite à sarvir pendant lés Fêtes de Nouël ou pendant  l’Jour de l’An.

Sauce chilli aux canneberges pour boulettes de viande

Dans z’une pinte, mélanger : 1 “can”de  “cranberry sauce”, 1 “jar”(12 onces.) de “Heinz Chilli Sauce”, 1 tchuillèrée à thé de “lemon juice”, 1 tchuillèrée à table de sucre brun pis 1/4 cuppée de beurre (préférablement). Chauffer jusqu’à ce qu’le tout soit bien mélanger.  Asteure, y vous reste yinc à ajouter lés boulettes de viandes tchuites. Brâsser pour bien couvrir… Cé simple pis vite à préparer… Ouaye! Laissez-moi vous dire, Mêhoummes: Ma “kind of recipe”!

Voici t’une deuxième version populaire che-nous de sauce pour boulettes de viande :

Sauce aux canneberges pour boulettes de viande

  • 1“can’’ de “cranberry jelly”…
  • 3 tchuillèrées à table de sucre brun…
  • 1 tchuillèrée à table de “lemon juice”…
  • 2/3 cuppée de “Heinz Chilli Sauce”…
  • 3 tchuillèrées à table de Ketchup…
  • 2 à 3 tchuillèrées à thé de “Worcestershire Sauce”…

Vider la sauce par-dessus lés boulettes de viande tchuites; ouaye, couvrir pis tchuire dans l’fourneau à 350° F pour 30 minutes.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Cher Père Noël :

Avec la “strike” d’la “mail” qu’y s’a brâssé, j’espère qu’t’as reçu ma carte de “Get Well Soon” de livrée à ta chambre d’hôpital. Mêshoummes! Quand qu’j’entendu la nouvelle, par-dessus la bouchure, qu’t’avais timbé “off” d’la “float”, dans la “Big Christmas Parade” du Pôle Nôrd. J’m’ai mise à paniquer pis z’à “worryé” que (ouaye) p’t’être tu s’ras oubligé de canceller ta livraison d’cadeaux t’aux p’tits z’enfants qu’habitent “all over” l’Univers, à la Veille de Nouël.

Pis coumme ton médecin familial, “Old Doctor Snow”, t’a recommandé, << Là-là, “Santa”! Mets-toi pas z’à risque d’asseyer de descendre t’une cheminée avec t’un “walker” pis à “jugglé” ton grous sac de bébelles d’sus ton dos! Ça n’va pas aïder ton “slip disk” à dguèrir coumme y faut! Ne fait pas ton “stubborn”. >>

Cé pour c’là qu’j’appelé ton épouse, ta chère Marie Noël, de d’sus la “Radio Christmas Hot Line”, pour y suggérer que p’t’être que nous deusses, nous pourrions “take over” ta “Toy Run”. Moi, j’serais ct’olle-là à “steeré” ou à contrôler l’traîneau! Pis ta ravissante femme qui counnaît l’secret magique à coumment descendre sans crainte lés cheminées, bin y’elle s’rait la “one” à “sneaké” lés présents en d’sous dés z’âbres de Nouël. Cé “quite” t’une bounne offre! Avale ta “pride”; pis dounne nous ta bénédiction à nous lais-ser “SAVE CHRISTMAS”! Ya! À mon opinion, qui f’rait z’une gobbine de bounne “story-line”, à realiser coumme t’un bon “feel good Country Star Xmas Adventure Movie”.

Pis si qu’en “jammons” lés “air-brakes” de ton traîneau, pour éviter de “side-swipé” t’une “airplane” ou de “denté” le d’sous d’une “flying saucer” – – ouaye, que par malchance itout que “OOOPS” : l’un de tés “reindeers” devrait accidentellement s’enfoncé creux l’museau dans l’derriére du “reindeer” qu’attelé t’en avant d’lui pis qui pu d’la crotte moisie… Pour m’accalmir… Ça doit l’expliquer à tchepârt dans l’manuel de ton véhicule aérien prestigieux, (ein) coumment lés “dé-stucké”!!?

Cé ça mon offre ou mon cadeau dés Fêtes , “from me to you”, mon “Big” Bidoux! Pis si non, j’serai pas “hurt”! P’t’être z’un p’tit brin désappointée! Ça semble que    j’arais aimé c’la (Ya) z’une “Night Out”, yinc nous z’autres lés “Girls”! Bin “what-ever” que tu décideras, “Santa”; y faudra que j’respecte ton choix!

So, Joyeux Noël, mon Grous Mou du Pôle Nôrd! Pis si qu’tu décides de me laisser tcheques beaux cadeaux sous mon beau sapin… J’dirai pas non à dés djamants qui “shine” pis qu’aveuglent; à tcheques boîtes de “Triple XXX Milk Chocolates”; dés paires de drâses, avec lés jours d’la semaine de brodées de d’sus l’bôrd du devant… Pis asteure que j’sus veuve, un houmme poiloux avec t’une boucle de d’sus l’fait d’la tête s’rait “nice”; mais parce que j’ne sus pas à la presse, (HO-HO-HO) ej peux attendre t’au Nouël Prochain!

“Hugs! Love You”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

XOXOXOXOXO

D’la Pantry à la Belle Delphine

Cte  bounne recette icitte m’avait été baillée dans lés z’ânnées 1970’s par t’une noummé la Vieille Emma Belliveau, du boute de Boudreau Office – – dont j’aime toujours encôre à me préparer, surtout pendant la fin d’saison d’autoumne. Agréable au goût!

Râgout à la «Belly» Veau

– 1 pis 1/2 livres de viande de veau, tranché en cubes…

– 2 tchuillèrées à table d’huile végétale…

– 1 cuppée d’oignon, finement tranché…

– 1 gousse d’ail, d’émincée…

– 2 tchuillèrées à table de farine…

– 1/2 cuppée d’eau…

– 1 «can» (19 onces) de tomates…

– 1 tchuillèrée à thé d’sel…

– 1 tchuillèrée à thé de romarin (d’la «rosemary»)…

– riz blanc tchuit…

Moi, j’coummence par faire brunir lés cubes de veau dans l’huile végétale. Ensuite mettre la viande d’à côté, dans z’un bol. Ensuite ej fais sauté l’oignon pis l’ail jusqu’à ce que l’oignon soit transparent; ajouter la farine. Incorporer graduellement l’eau pis lés tomates; pis laisser mijoter jusqu’à épaississement. Ajouter la viande de veau, le sel pis l’romarin. Ouaye! Couvrir pis laisser mijoter pendant 30 minutes ou jusqu’à ce qu’le tout soit tendre. Sarvir avec du bon riz blanc tchuit.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

“Again” d’la “vault” de més histouaires mémorables de Nouël, en voici y’une que j’avais partagé avec vous z’autre 5 à 6 ans pâssés. La raison que j’fais socitte, pas parce que j’sus paresseuse à pouaire écrire… Cé parce que j’sus sus l’grabat avec t’un mozus de grous rhume pis morve t’au nez… L’énergie me manque… J’aïde ma  guérison avec de bons “flashbacks”… Que voici :

Quand j’étais jeune pis adorable, greyer l’âbre de Nouël che-nous s’était “quite” t’une grousse excitement. Mon pére, avec sa hachette; nous z’amenait, moi pis mon frére jumeau horloux de Delphis, à courailler dans l’fin fond dés bois; afin d’asseyer d’trouver pis “d’choppé down” le sapin parfait.

Draguer l’sapin hôrs du bois n’était pas z’un problème! C’était coumment l’rentrer dans la maison, sans trop faire escouer lés branches touffus à répandre dés aigrettes partout sus l’plancher net à ma mére (sans la faire trop badgeuler). Une fois d’installer deboute coumme y faut dans son “stand”; pis d’amarrer pour pas qu’ça débôtchule, “in case” que l’chat se décide de s’bailler à l’air pis “jumpé” dedans pour s’amuser… C’était l’temps d’aouaindre lés guirlandes de grousses “christmas lights” pis de changer ceusses-là qu’étions brûlées; pis de flaquer son doigt accidentellement dans z’une “live socket” de “pluggé in was not considered a good thing”, à moins si qu’tu voulais “endé” par exprès d’aouaire t’une “instant bushy hairdo” coumme ceusses-là qu’avions lés membres dés “ever popular Jackson Five” de l’époque – – mais plutôt fumante!

J’greyions itout l’sapin avec dés guirlandes d’enfilées d’un mélange de “popcorn” pis d’canneberges. “J’runnions out” de “popcorn half-way”, par rappôrt qu’j’en mangeais plusse que j’enfilions… Qui faisait badgeuler ma mére; parce que cé y’elle qu’avait besin de faire “poppé” le tout sus l’fait du poêle à bois! Qu’était point t’une “job” aisée! Pis quand qu’ça s’mettait à exploser partout dans la tchuisine, à faire du “mess”, à faire sortir lés mulots dés champs de cachés entre lés “walls” à v’nir s’bourrer la face… “Well”! Si vous n’avez jamais vu t’une femme grimpée vite le fait d’une chaise pis s’mettre à beugler après l’chat de v’nir faire sa “job” – – mais qui n’écoutait pas, parce qu’le minou était plutôt fasciné par le beau sapin dans l’salon… Ouaye! Juste p’t’être, juste p’t’être, “in case” qu’y’arait p’t’être t’un étchureau ou t’un p’tit zézeau de caché à l’intérieur dés branches!

J’étions pas riches che-nous pour “s’affordé” dés “fancy” boules de Nouël, du “Five and Ten Store”! T’utes nos z’ornements étions faites z’à la main! Ma mére nous sauvait lés cartons d’œufs d’une douzaine; pis j’découpions individuellement la partie dés “cups”, dont j’couvrais avec du “shiny tin foil”; que j’virais à l’envers à r’sembler dés clochettes; pis avec un beau p’tit ruban rouge, coumme crochet; sus l’boute dés branches, y’avait rien d’plus beau pis de si “noelish” que c’là. Pis c’était bin compris que lés “candy canes” dans l’âbre n’étions pas là pour s’faire fripper; mais fallait respecter l’fait qui pouvions seulement s’faire sarvir coumme dés z’ornements… “Again”, fallait attendre à fripper ceusse-là que l’Père Noël allait “hopefully” nous laisser dans nos grous bâs d’Noël d’accrochés sus la “fireplace”! Pis pour boucher lés trous à l’intérieur du sapin, ma mére flaquait lés cartes de Noël qu’elle avait obtenu du monde ou d’la parenté d’en d’hôrs.

Pis là, “out” de nos “coloring books” de “Santa Clauses” dont j’avions couleuré chacun d’un beau bleu-violet en d’hôrs dés lignes… “Well”, z’eux j’lés découpions pis j’lés “scotch-tapions” dans t’utes lés châssis, pour rendre la maison plusse festive! Ouaye! “Hmmmmm! Dem were da good old days”! À la <<Bolduc>> : Ouaye, d’la “fun” y y’en avait…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire