D’la Pantry à la Belle Delphine

Pour lés buveurs d’café, j’ai t’une bounne recette pour un mélange instantané de cappucino – – qué juste le “right blend” à savourer en s’réveillant tôt l’matin. Cé simple à prépârer, que voici :

Mélange Cappucino

  • une cuppée d’lait en poudre instantané…
  • une cuppée d’cacao z’en poudre…
  • deux tier cuppée de granules de café instantané…
  • une d’mie cuppée d’sucre blanc…
  • une d’mie tchuillèrée à thé d’cannelle…
  • un quart tchuillèrée à thé d’muscade…

Mélanger coumme y faut t’utes lés z’ingrédients ensemble. Vider pis couvrir cte mélange cappucino icitte dans z’un beau contenant.  Pour chaque portion: placer une tchuillèrée à table plusse une tchuillèrée à thé de mélange cappucino dans z’une tâsse; pis finalement ajouter une cuppée d’eau bouillante. Bien brâsser!  Savourez trantchillement; mais brûler vous pas l’boute d’la langue!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Me v’là rendue z’en “vaca-hey-tion” dans l’boute de “Waltham, Maine”, en train d’visiter ma talentueuse cousine Amarichaine, la jolie Louise. Ouaye! Qui travaille coumme t’une “special effect artist”, pour cte grousse “entertainment company” icitte qui spécialise à produire surtout dés “Horror B Movies”! Cé y’elle qu’a insisté d’me bailler z’une “tour” à son site de travail, dont j’accepté volontiers… Vraiment, sans qu’à l’aye trop besoin d’me “twisté” l’brâs d’y’aller…

Quand qu’la haute maigorlounne de “Script Girl” (t’une noummée Cindy Lou) pis qu’le “chain-smoker Director” (“simply, Sam”) du “title film project” (parle d’une étrange coïncidence, “THE ACADIAN KILLER”) m’avons “spotté”… Tous deux m’avons “mistaké” coumme étant l’actrice engagée qu’allait jouer le rôle principal – – ouaye, à s’faire “choppé up” à coups “WHOMP-WHOMP-WHOMP” de p’tite hachette, par “ct’insane monster guy” icitte qué d’caché à l’intérieur d’une “dark closet”; dans z’une “ski lodge cabin”, supposément située la haut d’une montagne brumeuse pis peuplée épaisse d’une fôret viarge!

“Anyway”! Lés v’là qui s’avons mis à braguer ma cousine Louise; à l’applaudir; d’y flatter son “Ego” –  – (ouaye) à coumment “damn great” pis professionnelle qu’à l’était… De s’aouaire surpassé pis réussi avec chaque p’tits détails de sa “job” de maquillage, de d’sus le masque. Ya! À m’faire apparaître (WOW) coumme si qu’j’étais z’une “perfect innocent victim”. Pis qu’la “touch” de longs jueux verts pis du grous chapeau d’cowboy était formidable… Etcetera-Etcetera!

Bin, quand qu’Louise m’a introduite à z’eux; qu’y’avons réalisé que j’n’avais pas la face plâtrée pis ni “d’cakée” épais “d’make-up”… Que “everything about” moi était “the real deal”! Que j’étais (WOW) z’une “Sweet Natural Beauty” du Canada; pis non z’une “wanna be actrice”; avec ambition, d’être reconnue t’un jour, coumme étant t’une vedette populaire de “Hollywood”! Ma “look” pis ma parsounnalité attrayante, lés z’a assez impressiounné; que cé icitte qu’la décision spontanée d’leu’ pârt, a été “on the spot” de m’offrir à signer z’un contrat à m’engager être la “stunt double” de leu’ “leading lady”. Ouaye, en “business harmony”: y m’avons complimenté avec la ligne cliché suivante: “OH MY GOSH, A STAR IS BORN”! Cossé qui voulions dire par “A STAR IS BORN”? Cé icitte que j’ai décidé itout d’lés éblouir avec mon “pedigree” d’Chanteuse Internationale de Countré Star Extraordinaire!

Pas yinc que j’ai eu l’opportunité d’faire du “acting”, à m’faire “choppée up “ pis d’aouaire y’eu d’la  “fun “ à m’allouer à pisser du  “fake” sang partout d’sus “l’movie set”…  Y m’avons offarte itout d’chanter la “title track song” du “movie”: <<Uh-Huh-Huh! Running Towards Nothing>>; pis la “finale creepy tune”, d’intitulée <<Let Your Eardrums Beg For Mercy>>! S’lon z’eux, ma “original high pitch style of singing” allait sartainement garantir bailler dés frémissements t’aux “movie goers”. Coumme j’leux ai laissé à saouaire, avec haute satisfaction: <<”I gave it my best interpretation”: coumme ouaye, être la “reincarnation” convainquante d’une “Kitty Wells on Acid”!>>

Cé ça que moi j’fais d’intéressant, “lately”! Qu’esplique pourquoi qu’vous m’ouayiez  pas “shoppé” faire ma “grocery” (vraiment à voler dés “grapes” rouges, du “Produce”, d’la IGA CO-OP de Shédiac) ou à marcher més “pet raccoons on a leash” de d’sus lés “sidewalks” du “Downtown”!

À mon retour t’au pays, y faudra que p’t’être que j’coummence à considérer “chargé” l’monde pour obtenir més “signed photo autographs”! “Okay-Okay”! J’asseyerai pas trop laisser la “FAME” me monter à la tête; en attendant, j’la tcheindrai d’cachée en d’sous d’mon grous chapeau d’cowboy!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Communauté informée… Communauté en santé…

Radiothon 2019 : Dis NON à la violence!

  Le Radiothon annuel «Dis NON à la violence!» sera diffusé sur les ondes de CJSE FM 89.5 et BO-FM 90.7 le vendredi 22 février 2019 de 7h à 18h en direct des deux stations.

Cet événement est un partenariat important entre le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour et le Centre de prévention de la violence dans Kent. Tous les fonds amassés vont aider ces deux organismes à persévérer dans leurs démarches continuelles d’aider les victimes et survivants de violence familiale, conjugale et sexuelle. Notre objectif cette année pour notre Centre est 90 000$. Les gens qui appellent pour faire un don pourront le faire à l’organisme de leur choix.

La demande pour les services sur le sujet de la violence ne cesse d’augmenter. Les deux organismes travaillent quotidiennement afin de réduire les effets néfastes de la violence. Au Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, nous offrons de l’intervention individuelle et de groupe pour aider nos communautés à vivre une vie saine sans violence. Nous aidons les survivantes à développer leur estime de soi, à gérer leur stress et leurs émotions, à trouver un revenu stable et à se trouver un logement sécuritaire. Nous les éduquons sur les formes de violence, les comportements contrôleurs et manipulateurs, les signes avertisseurs et nous les aidons à faire un plan de sécurité. Nous les accompagnons à l’hôpital, à la station de police ou bien à leurs rencontres (avocats, cour, médecin, etc.). De plus, nous offrons des services pour les personnes qui adoptent des comportements abusifs et du soutien émotionnel aux enfants et adolescents victimes ou témoins de cette violence. Nous mettons tous nos efforts dans le but de briser le cycle de la violence.

Grâce à vous, le Centre de ressources et de crises familiales Beausejour a célébré son 21ième anniversaire l’année dernière. À toutes les années, environ 2000 sessions d’intervention sont offertes à la communauté, donc près de la moitié de celles-ci sont spécifiquement pour des victimes ou survivants de violence familiale, conjugale et sexuelle. Les autres interventions étaient offertes pour des personnes vivant des difficultés émotionnelles et d’autres problèmes, tels que la pauvreté, la dépendance, les troubles de santé mentale, le deuil, etc. Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour est VOTRE centre de crises communautaire. Notre raison d’être est de vous servir en offrant du soutien, de l’espoir et de la guérison pour vous et vos proches.

Aidez à réduire la violence dans votre communauté. Faites un don d’amour le vendredi 22 février 2019 entre 7h et 18h en signalant le numéro sans frais 1-877-739-4923.

D’la Pantry à la Belle Delphine

Voici t’une excellente soupe asiatique à préparer pour vous réchauffer le dedans du côrps, pendant z’une belle soirée frette d’hiver. «So, ‘ere goes», ein :

Soupe à la Bok Choy

  • 3 cuppées de laitue chinoise (d’la Bok Choy), tranchée…
  • 1/4 cuppée de viande de cochon maigre, coupé en languettes minces…
  • 1/2 tchuillèrée à thé «d’Accent Flavour Enhancer» ©…
  • 1/2 tchuillèrée à thé d’sucre blanc…
  • 2 tchuillèrées à thé de «Corn Oil»…
  • 2 tchuillèrées à thé «d’Soya Sauce» (ou tcheques gouttes d’extras)…
  • 6 cuppées de bouillon d’poulet…
  • sel pis poivre z’au goût…

Dans z’une casserole amener le bouillon d’poulet z’à ébullition. Là, ajouter le Bok Choy, lés languettes minces de viande à cochon, «l’Accent Flavour Enhancer» ©, le sucre blanc, le sel pis l’poivre. Amener moi ça «back» à ébullition. Ensuite faire mijoter le tout pour un bon 5 minutes. Ajouter en darnier la «Soya Sauce» pis «l’Corn Oil». Mélanger coumme y faut; pis sarvir t’ute suite…   «My goodness», qu’cé bon!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

«Allo lés «Boys» ou lés «handsome devils», «out there»! Ouaye! Juste t’un «friendly reminder (there-there)» que demain là-là, cé le Jour Officiel de la Saint-Valentin! Hé! Vous charchez pour dés gobbines d’idées fantastiques pis originales pour «wooé» votre bien-aimée (WOW) «off» d’sés pieds. P’t’être que ma «advice column» de cte s’maine pourra vous inspirer à vous transformer «hopefully» en z’un «true-hunka-hunka-burning-love-d’Elvis-type-d’impersonator» ou «damn» proche de y’un!

Cé bin beau d’acheter dés cadeaux traditionels, afin d’exprimer votre «ever lasting love»! Coumme par exemple: avec d’la «jewelry» en ôr, dés grous borloques de djamants à faire aveugler lés jalouses, dés boutchets d’roses pis n’oublions pas dés boîtes en «shape» de tcheurs en velour de «Triple XXX chocolates». Ou finalement d’la «serenadé» avec t’un «candle light dinner» à t’un «fancy restaurant»! T’ute c’là, ça peut «endé up» à coûter cher pis à faire chavirer surtout tchequ’un qu’arait d’la misère à «affordé» de tels présents luxueux ou qui ne veut sartainement pas s’faire pâsser pantoute-pantoute coumme étant z’un maudit «cheapskate»!

So, Ya! «To KISS (KEEP IT SIMPLE STUPID)»! Voici dés suggestions abordables, afin d’vous rendre plus romantatique pis de créer t’un moment mémorable :

  1. S’lon le sondage que j’ai faite parmi la population désespérée de Vieilles Filles Incorporées de Shédiac pis dés Grands Alentours… Mêshoummes! Mêshoummes! 97% ont répondu : Qu’y’avait rien d’plus «sexy» pis d’impressiounnant qu’un houmme qui s’aventure dans la tchuisine, pour tenter à préparer t’un repas intime ou avec lés «lights» de «comfortably dimmées low» (mais avec avertissement: en essayant sans laisser trop z’une «mega-load» de vaisselles pour y’elle à finir à lâver pis essuir). «May it be» t’une pizza avec d’la «work» ou t’une «all meat», dont la croûte sortant du fourneau est tchuite d’un beau dorée pis dans la forme d’un tcheur! Pour dés idées itout d’un bon dessert: dés p’tits minis péchés mignons, «sprinklés» de p’tites «candés» multicolores («again» en formes de tcheurs), «available off» d’la «shelf» d’la «bakery» du magasin; ou p’t’être même d’vous acheter z’un «cake mix» facile à préparer; pis «come on» là, cé pas «that hard» de «spreadé» d’la «fluffy frosting» en «can», «all over» ou d’sus «l’top» d’un «cake» tchuit… Pis avec l’aïde d’une tchuillére ou fourchette, avec t’une «scoop d’ice cream» au choix «on the side», vous amuser à vous nourrir l’un et l’autre (pareillement coumme qu’nous fairions avec t’un «giggly» enfant d’assis dans sa «high-chair» – – à jouer RRRRRRR attrape «l’airplane» ou à encourager à avaler le délicieux aaah-miam-miam pour Chère Maman ou Cher Papa). Mais asseyez z’au moins que le son RRRRRRR, à ct’occasion ‘citte, ronrounne plein d’amour!
  2. Ou si vous ne voulez pas «endé» par coucher en pénitence de d’sus «l’couch», pour une s’maine entiére, dans le grand salon. Laissez-moi vous «warné» : qu’un «toaster» (même à quatre tranches ou large à faire tchuire dés «bagels»); ou t’un «blender» électrique qui «whirr» pis qui «whip»; ou t’un «electric can opener» n’é sartainement pas considéré t’un cadeau trop romantatique à offrir! En autres mots, cé définitivement pas z’une «toast» brûlée qui «pop out» d’un «toaster» qu’exprime «best» d’la «burning love». «Thinké outside the box»! Ça s’rait bin plusse apprécié si qu’vous prendriez le temps ou mettriez l’effort à lui écrire z’un «mushy» poème d’amourette; ou z’une lettre légèrement parfumée écrite à la main pis signée «fancy» à la patte de mouche, dévoilant z’une «flood-gate» de mots de tendresses!
  3. Pis parce que cé «free» à se picocher lés babines d’la goule, en même temps qu’vous vous «huggé» ou z’à danser à z’une «slow waltz» – – en écoutant t’une ballade capable de bailler le coup d’foudre pis qui «blare softly out» dés «speakers» pendant z’une émission d’radio communautaire… Pis OUFFE! Si qu’ça devient trop «hot to handle» entre vous deux; (ouaye) qu’vos lunettes à lire se mettons z’à «foggé up» ou qu’le «picture window» d’votre grand salon devient assez «steamé» épais – – à empêcher lés ouasins, qu’habitent l’autre bôrd du chemin, à espiounner avec leux longues-vues – – ouaye, à cossé qui s’brâsse che-vous… Pis de d’là, «honestly», més «lover birds»! «Ahem»! Là ça n’é cé pu d’nos affaires à saouaire… «Simply»… «Relish the Moment»; pis non «ketchup with you later» pour «catch up»!

À la s’maine prochaine, més choux-choux d’amour!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 «Hint-Hint», «just in case». Le Jour de la Saint-Valentin se trouve itout à être ma «Birthday»! So, si qu’vous planifiez à voulouaire d’m’enouayer z’un beau cadeau… Yinc à «droppé off» lés boîtes de «chocolates» ou boutchets d’fleurs, à mon nom, t’au bureau du Moniteur Acadjen!  Merci d’Avance, Ta-Ta, «very much»!

Communauté informée… Communauté en santé…

Février est le mois de prévention du suicide

  Le suicide se définit comme l’acte de volontairement s’enlever la vie. Il s’agit d’un problème qui nous touche tous puisque nous avons possiblement nous-mêmes déjà eu des idées suicidaires ou bien nous connaissons une personne qui avait des intentions suicidaires. C’est un sujet plutôt tabou et qui possède plusieurs mythes et préjugés, ce qui ajoute des barrières pour les personnes qui recherchent du soutien. De façon générale, les personnes qui ont des idées suicidaires ou qui font des tentatives de suicide vont donner des signes qui pourraient alerter leur entourage qu’elles sont en détresse. Voici des signes pouvant indiquer qu’un individu pense au suicide :

Messages directs

  • «Je ne m’en sortirai jamais.»
  • «La vie n’en vaut plus la peine.»
  • «Je pense souvent à mourir.»
  • «Je vais me tuer.»
  • «Il n’y a plus rien qui me retient.»

Messages indirects

  • «Vous allez avoir la paix.»
  • «Je n’aurai plus de pro-blèmes.»
  • «Je ne dérangerai plus personne.»
  • «Je vais partir pour un long voyage.»
  • «J’ai fait mon testament.»

Changements dans les comportements

  • Consommation de drogues ou d’alcool
  • Intérêt soudain pour les armes à feu, les médicaments, la mort et le suicide
  • Isolement, retrait
  • Laisser-aller quant à l’apparence physique ou l’habillement
  • Irritabilité, sautes d’humeur
  • Perte de plaisir
  • Arrêt des études ou démission d’un emploi
  • Symptômes physiques
  • Troubles du sommeil
  • Malaises physiques (maux de têtes, d’estomac)
  • Changement de l’appétit

Symptômes psychologiques

  • Tristesse
  • Ennui
  • Perte de mémoire, de concentration, d’estime de soi et d’intérêt

Préparatifs de départ

  • Rédaction des lettres d’adieu et du testament
  • Dons d’objets de valeur
  • Réconciliation avec des membres de la famille
  • Mise en ordre des affaires personnelles

Pour plus de renseignements sur le suicide ou si vous nécessitez du sou-tien, vous pouvez appeler le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour au 533-9100.

D’la Pantry à la Belle Delphine

J’sus dans la “mood” pour voulouaire me régaler la beude dans z’une bounne tarte aux tomates pis t’au basilic. Une recette qui m’avait été enouayé dans la “mail”, en 2001, par t’une sartaine Mme Marie TaTa (pour Anita) du boute de Scoudouc (le pays supposément du Bon Djeu). Très facile à préparer; pis qui me fait grand plaisir de partager avec vous z’autres… Que voici :

Tarte Fabuleuse à la TaTa

  • 1 tchuillèrée à table de beurre ou de margarine…
  • 1 cuppée d’oignon, haché…
  • 1 cuppée de piment vert, finement haché…
  • une tarte à croûte pas-tchuite, de 9 pouces (dont j’achète d’la IGA CO-OP)…
  • 3 grous z’œufs…
  • 1/2 cuppée de vraie mayonnaise…
  • 1 tchuillèrée à table de farine…
  • 1/2 tchuillèrée à thé d’sel…
  • 1/2 tchuillèrée à thé d’poivre…
  • 1/2 cuppée de chapelure…
  • 3 tchuillèrées de basilic frais, finement haché…
  • 2 tomates de grousseures moyennes, tranchée chacune en 1/4 de pouce d’épais…
  • 4 à 6 onces de fromage “Montery Jack” ou Suisse, tranché pis coupé t’en larges lamelles…

À feu haut-moyen, faire fondre soit le beurre ou la margarine dans z’une poêle. Ajouter l’oignon pis le piment vert. Tchuire entre 5 à 10 minutes, brâssant souvent, ou jusqu’à ce que l’oignon soit tendre. Laisser “coolé” pour tcheques minutes, avant de répandre également le tout dans le fond d’la croûte à tarte non-tchuite… Ein! “So far, so good”!

Dans z’un bol de “size” moyen, battre ensemble lés z’œufs, mayonnaise, farine, le sel pis l’poivre.  Vider par-dessus le mélange d’oignon. Répandre également!

Là, saupoudrer par-dessus le fait avec d’la chapelure pis le basilic frais. De d’sus la grille du fourneau d’en bas, tchuire à 350ºF pour environ 30 minutes. Enlever du fourneau.

Sur le fait d’la tarte, répandre lés tranches de tomates, en alternant avec lés lamelles tranchées de fromage au choix, débordent légèrement l’un sur l’autre. Tchuire pour t’un extra 25 minutes jusqu’à ce qu’la croûte soit d’un beau doré pis qu’le fromage sur le fait soit fondu.

Laisser refroidir “at least” t’un bon 10 minutes avant de sarvir ou d’vous bourrer la beude coumme y faut. Mmmmmmmmmmm! Très délicieux!

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’étais z’en train “d’browsé” en travers d’més plusieurs  vieilles “photo albums” du gornier de ma “cute” jeunesse, quand qu’més beaux yeux verts ont “stumblé” de d’sus dés portraits souvenirs de Carnaval d’Hiver de la p’tite école grisâtre Saint Joseph (qu’était, “once upon a time”, attachée en erriére ou contre d’notre ancienne église catholique cons- truite de roches). J’étions z’en grade 7; la même ânnée qu’une “heavy set” religieuse (??son nom m’échappe??) avait passé (“KABOOM”) en travers du plancher du gornier, pour “crash landé” de d’sus l’fait du pupitre à ma pauvre esclâve d’enseignante, dans l’temps qu’à l’asseyait d’nous enseigner, le dentier y claquant nerveux dans la goule, à l’égârd d’la joe-graphie plein d’richesse de l’Afrique du Nôrd.

Aaaah, v’là z’une belle photo nouaire et blanc de moi pis ma cousine Dométhilde! À youssé qu’j’avions gâgné pour la sculpture de neige la plusse originale: d’un pêcheux d’éperlans, qui retourne che-z’eux t’en “ridons” t’un “moose” qui porte dés “ear-muffs”, avec sa “big catch of the day” de d’sus sés épaules, pour aïder “feedé” sa cargaison d’enfants affamés… Du moins, c’était c’la la description de notre thème. Cé le p’tit vicaire, j’m’en souviens, t’en plein vendordi souaire après la parade dés flambeaux allumés, qu’avait annoncé notre “winning” artistique t’au “outdoor skating rink”. Qu’lés citoyens témoins nous avions applaudis… avec dés BRAVOS-BRAVOS; entre chaque “sip” de “hot chocolate”, avec tcheques p’tites “marshmallows” qui flottent… Mais sauf pour le garçon du dentiste, par “jalousie, qu’y s’a mis à nous garocher dés “snow balls” après nu-z-autres; juste dans l’entrefait que le p’tit maire de l’époque se préparait à nous présenter notre énorme trophée (quasiment la même hauteur de gamine, coumme moi pis ma cousine endjâblée)!

J’veux pas m’braguer, mais cé le lendemain samedi souaire, dans la grande salle du gymnase de l’ancienne école SCM (Sacré Cœur de Marie).  Au Pageant du Carnaval d’Hiver! En voici la preuve dans la photo couleure que je suis z’en train “d’zoomé” avec t’une “magnifying glass”. “My goodness”, Ha-Ha-Ha; j’étais ti si “pimplé” qu’c’là??? Hounnêtement, si qu’j’arais z’un “marker” d’encre nouaire, ej pourrais jouer z’à “connect the dots”! “Anyway”, me v’là z’en train d’me “paradé” de d’sus “l’stage” avec t’une “gown”, m’avançant vers l’un dés juges, pour reçeouaire mon ruban gagnant de “Miss Snow Flake” (la Reine dés grous Floçons d’Neiges), parrainé par la Co-opérative de Shédiac pis la Tchaisse Populaire!

La 1iére princesse, avec sés lunettes de “cat-eyes” pis avec dés “curls” d’assez “tights” d’sus l’fait d’la tignasse; qu’à r’semblait à t’une jument qui claque dés dents croches, attelée à hâler t’un traîneau orné de clochettes, dans la neige tapissant la cour erriére de l’école SCM … Là v’la qui me fesse avec son boutchet d’fleurs; le choque de n’aouaire pas été noumminée coumme reine. Qui me “knock off” la couronne! Ouaye! La face vilaine de l’envieuse Annâ (que l’monde avait “d’nicknamé” Anne-N’a-Pas, parce que ce n’était sartainement pas y’elle la plusse “bright”, surtout t’en Hygiène… Qu’avait t’une “heavy crush” de “Hunka-Hunka-Burning-Love” du caractère fictif: l’emplâtre d’Ernest l’Étourdi!

La 2ième princesse fut chanceuse qu’elle mérita le titre. Cé vraiment son discours à l’égârd d’adopter lés païens, la contribution de son dix cennes dés lundis matins t’en clâsse, qui l’a “endearé” t’aux juges (qu’étions la majorité d’z’eux dés membres honorables pis élus du comité paroissial). La voici de d’sus l’portrait z’en train d’reçeouaire son estâtue de 36 pouces de haute d’la Sainte Thérèse (la peinture du nez d’plâtre d’à môtché “scratchée-off”): la jolie Pauline Poutine, la fille du gérant banquier pis sa mére, la chef infirmiére d’la grousse Hospice – – Ouaye! Ouaye! Y’elle qu’administrait, joyeusement à chaque matin, lés purges t’aux “lucky” parsounnes âgées!

La 3ième princesse, ça v’nait du boute du Chemin dés Boudreau! T’une “farm girl”; très jolie, mais “tough” pis aussi “strong” qu’un boeu’. Qui s’a vanté t’au micro du “stage”, qu’à pouvait battre sés fréres à “arm-wrestlé” pis à “pitché” dés “bales” de foin dans z’un “flat bed, avec yinc t’un bras… À l’avait cte “Sexy Elly Mae Clampett Look” qui faisions baver lés jeunes hoummes pis à lés faire “strutté” quasiment à la “John Wayne”! La v’là avec son beau sourire qui illumine de d’sus la photo, que j’exa-mine avec “awe”: l’incroyable “Sweet” Rosella Boquite!

Mlle Parsounnalité, vraiment qu’avait pas z’une si tant belle parsounnalité qu’ça; à mon opinion, plutôt z’une “mean” pis “nasty” haute de pattes “show-off”. Qui nous z’avait bin “warné”, à chaque “contestant” : que si qu’à gâgnait aucun titre, qu’à se gênerait pas d’nous gaffer pis d’nous tapocher chacune le bôrd d’la goule. “Of all people”, ma “Life Nemesis”: l’épeurante vilaine grande effarée-face de Carméliste!

Pis “as” pour ma cousine Dométhilde, y’elle a “endé up” à gâgner le titre de “Miss-Miss-Miss-Miss-Miss-Miss-Them-All”! “Good sport” coumme qu’à l’était, la v’là dans cte photo de papier d’argent, de d’sus la darniére page de mon album souvenir, en train d’s’amuser à “busté” lés grousses “balloons” qui décorions le “back-stage” du pageant.

Parle d’une “wonderful trip”, “down memory lane”! Si jamais que je decide d’imprimer l’histouaire de ma vie, y faudra sartainement partager ctés belles photos ci-hautes mentiounnées avec lés membres de mon “Fan Club”. Donc “God Bless”, la Présidente est toujours ma chère pis mémorable cousine Dométhilde!

Delphine B. B. Bosse

Deli Productions ©2019

Communauté informée… Communauté en santé…

Gala de la Saint-Valentin 2019

  Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour organise pour la sixième année consécutive un Gala de la Saint-Valentin. Ce Gala aura lieu de nouveau au Centre Saint-André LeBlanc (1036, chemin St André, Saint-André-LeBlanc). L’événement débutera à 19h le samedi 9 février, mais les portes seront ouvertes à partir de 18h. Au coût de 30$ par billet, vous pourrez déguster de la bonne nourriture et apprécier les belles chansons de nos artistes locaux : Mike LeBlanc, Les 2 Bob, Liz et Ben, Louise Babineau ainsi que George Arsenault!

Pour vous procurer vos billets, vous pouvez contacter Phillis Arsenault du Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour au (506) 533-9100 (432, rue Main, Shédiac) ou Lise Cormier de Saint-André au (506) 577-2906.

Les profits iront pour la continuité des services offerts par le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour. Une belle soirée pour une bonne cause! Venez-vous divertir avec nous!

D’la Pantry à la Belle Delphine

Tchissé qui dit qui faut attendre à l’été pour manger du bon houmârd? Pour accalmir lés “blues” d’hiver, j’vous suggère d’asseyer socitte :

Garniture au houmârd à ma cousine Rose

Battre ensemble 4 onces de fromage à la crème, 1/2 cuppée d’mayonnaise, pis 1/4 cuppée d’crème sure.  Ensuite, ajouter 2 chuillèrées à table de jus d’houmârd, 2 tchuillèrées à thé de jus d’citron, 1/2 gousse d’ail écrâsée, pis 1 tchuillèrée à thé soit d’persil haché ou d’un p’tit ognon vert haché.  Mélanger le tout coumme y faut.  Ajouter pis brâsser dans l’mélange – – 1 cuppée de chaire de houmârd tchuite, de bin “choppée up”.

Sarvir par-dessus dés tranches de pain grillée.

Delphine B.B. Bosse

Countré Star Extraordinaire