Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

“Well”, cé coumme socitte… J’ai “breaké down”! Pis cé moi qu’a “endé up” d’acheter “on a whim” le parc à vaches, qu’appartchenait autrefois à la famille dés Bourques de Scoudouc; qui s’trouve être situé tcheques milles, avant qu’vous virez “sharp” lés “tires” de votre “truck” ou “tractor”, à descendre le chemin du parc industriel.

J’n’ai autchune idée cossé va être més plans, avec ma nouvelle propriété? Bin pour ceusses-là d’vous z’autres qui ne counnaissons pas la Vieille Gibraille: y’elle que j’chum avec parce qu’à sait toute la “gossip” qui s’brâsse à Shédiac. Bin y’elle m’a recommandé (s’lon son sondage téléphonique, à faire brûler lés broches entre chaque poteaux de téléphone): supposément que 89% dés répondants aimerions c’là d’aouaire un nouveau terrain de golf à 18 trous, qui s’rait coumme t’une dizaine de minutes “away” d’la Capitale Mondiale du Houmârd! Ça même été suggéré que le nom d’la “business” devrait être le “Cow Patty Golf Club”! Mieux c’là, mêshoummes, qu’un “sign” de peinturé en grousses lettres orangées aveuglantes: “Countré-Star-Hole-In-One-Terrain”!

Une deuxième suggestion serait de zoner “l’area” coumme t’un “trailer park”… Qui m’intéresse vraiment pas, à voulouaire congestiounner le Chemin d’Scoudouc avec trop d’trafique de touristes! “Mind you”, p’t’être bin que j’pourrais développer l’terrain à devenir le site futur pour la promotion de “fantastic outdoor concerts” de “Hee-Haw Country Music”… Le plusse nasale s’ra “l’sound”, le plusse de fun s’ra le “toe-tapping experience” pour les spectateurs!

J’ai même pensé de transformer l’entier parc à vaches, en un “BOOT CAMP”… Planter plusieurs seillons de blé d’inde; pis quand arrivera la saison de récolte – – t’aux gens intéressés, d’offrir dés sessions à coumment voler du maïs au style raton laveur; sans s’faire attraper ou fusiller à coup d’sel au derriére par la “sharp” mire (KABOOM) du farmier…

Mon fils, le beau Zacharie, lui aimerait que j’bâtisse en mon hounneur, t’une grousse cahutte en roches massives (aussi énorme que ct’olle-là à mon cher adorable “Hunka-Hunka-Burning-Love d’Elvis Pelvis”)… Avec t’un “recording studio” dans l’vaste gornier! Ya! J’aimerais bin c’là d’noummer ma “property GRACELAND II”; mais ej pense que ça s’rait plusse approprié de voulouaire baptisé le site coumme GRAISSE “LAND” (synonyme à més roulies-roulants de grousse-graisse-grâsse de més “love handles”)! Un jour, que ça devienne t’un musée de l’historique de ma fabuleuse carrière de Countré Star Extraordinaire; que chaque cinq piastres d’entrée s’en alle à la Charité dés Vieilles Filles t’au Grand Désespouaire du Local 13 Incorporé du Comté de Westmorland, du Nouveau- Brunswick!

So, en r’venant à ma réalité quotidienne ou sur un autre sujet tout à fait à part… Ouaye! Faut j’vous laisse, m’en âller asteure me “make-uppé” épais lés joues d’la face rouge-fraise; parce qu’à souaire, j’accepter d’m’en âller “va-va-voom” de d’sus z’une “date” là-là (vraiment à la danse, à la “Legion” la plusse populaire du Comté d’Kent) avec le beau veuf snoreau de Roméo Fayot Fougère, du Chemin d’Ohio, que je considère t’un vrai de vrai “gentleman” pis non t’un “octopus”! Possiblement un sujet intéressant à vous z’écrire “about” ou à partager pour la semaine prochaine, dans la gazette du Moniteur Acadjen!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Présentement, ej souffre de “jet lag”! Depuis que j’sus “back” de r’tour à la maison, de mon voyage à courailler la galipote t’aux Étâts. Ouaye! Me v’là d’greyer dans mon plus laid “housecoat” t’en coton rose; lés grous “curlers” de “twistés”, d’bin “tight” dans la tignasse; en train d’me chauffer lés boules d’orteils, en formes de p’tites patates tordues,  dedans ma paire de “cheap” pantoufles “fluffy” t’en “fake fur” de couleur “pearl” violet (ouaye, une trouvaille chanceuse dedans l’une dés “bin” gobbine du “Guy’s Frenchy’s”).

Ouaye! “Yup”! “Here I am, just living the dream” à voulouaire flâner pis “yawné” (à quasiment avaler t’utes lés vilaines p’tites mouches qui “flyons” proche du haut plafond d’mon grand salon); en même temps que j’ai ma entiére carcasse de roulies-roulants de grousse-graosse-grâsse, d’éflintchée confortablement de toute mon long dans mon sofa t’en “soft” tchuire nouaire qui cale… Avec t’un œil qui dôrt pis d’enfoncé dedans z’un oreiller, “stuffé” de plumes d’oies; pis l’autre œil de “wide-opened” à “watché” lés “National News” de d’sus “l’T.V.”! Juste à cause que j’sus z’une Countré Star Extraordinaire, j’ai l’droit pareillement coumme tout l’monde de “feelée” crottouse “from time to time”! Pis “it just so happens, that today’s the day”!

Pour protéger ma “privacy” dés parasites de paparazzis… Cé pour c’là, qu’aujourd’hui; je n’ai  pas grand choix que de garder t’utes més rideaux fermés, en dedans d’mon “condo”. Depis qu’la “Media” a su que j’avais “performé” dans z’un “B Movie” d’horreur (Ha-Ha-Ha, qué point d’la “Fake News”); j’me fais “houndé” pis “pesteré”, au moins z’une bounne quinzaine de fois par jour,  par dés “nosey” journalistes ou par dés “popular radio & T.V.  talk show hosts” qui veulent absolument “m’interviewé”…

En plusse… À cause de ma popularité d’être recounnue coumme étant la “one & only” Countré Star Extraordinaire; pis en raison de mon “recent involvement” dans “l’american name movie project” d’horreur, “THE ACADIAN KILLER”! Imaginez-vous ouaire… Y’a jusqu’à t’une compagnie cana- dienne, qui “manufacture” du papier d’toilette pis d’essuie-tout, qu’avons v’nu cougné à ma porte à saouaire si que j’serais z’intéressée à signer z’un contrat à voulouaire tour-ner t’un “promotional commercial” de leu’ produit. “I suppose” afin que j’puisse “smilé sexy” ou à exposer més “buck teeth” pour le “T.V. camera”, afin que j’puisse “advertizé” la “catch phrase” suivante: Ouaye, més choux-choux! Mmmmm! Si qu’cé doux sus l’trou! Cé fait pour vous!

Imaginez-vous ouaire coumment tannant qu’cé pour t’une “nice” parsounne coumme moi, d’ne pas être capable de rouvrir la “front door” de ma cahute; pis sans ma permission, d’me faire envahir mon espace personnel  par le “flash” aveuglant d’la caméra de soit z’un “obsessed fan” ou pire d’un maudit paparazzi du djâble!?!

“Anyway”! Ej vais conclure ma chronique de cte s’maine, avec t’une fameuse citation de la lumineuse pis célèbre actrice “Greta Garbo”, la “silver screen star” dés z’années 1920’s pis dés 1930’s: “I want to be left alone”! Dont j’comprend, asteure, l’importance de cossé qu’à voulait signifier par cela! Qui s’traduit mieux z’en bon Shiac, à avartir : <<”Get out” de ma face; “or else”!?!>>

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Me v’là rendue z’en “vaca-hey-tion” dans l’boute de “Waltham, Maine”, en train d’visiter ma talentueuse cousine Amarichaine, la jolie Louise. Ouaye! Qui travaille coumme t’une “special effect artist”, pour cte grousse “entertainment company” icitte qui spécialise à produire surtout dés “Horror B Movies”! Cé y’elle qu’a insisté d’me bailler z’une “tour” à son site de travail, dont j’accepté volontiers… Vraiment, sans qu’à l’aye trop besoin d’me “twisté” l’brâs d’y’aller…

Quand qu’la haute maigorlounne de “Script Girl” (t’une noummée Cindy Lou) pis qu’le “chain-smoker Director” (“simply, Sam”) du “title film project” (parle d’une étrange coïncidence, “THE ACADIAN KILLER”) m’avons “spotté”… Tous deux m’avons “mistaké” coumme étant l’actrice engagée qu’allait jouer le rôle principal – – ouaye, à s’faire “choppé up” à coups “WHOMP-WHOMP-WHOMP” de p’tite hachette, par “ct’insane monster guy” icitte qué d’caché à l’intérieur d’une “dark closet”; dans z’une “ski lodge cabin”, supposément située la haut d’une montagne brumeuse pis peuplée épaisse d’une fôret viarge!

“Anyway”! Lés v’là qui s’avons mis à braguer ma cousine Louise; à l’applaudir; d’y flatter son “Ego” –  – (ouaye) à coumment “damn great” pis professionnelle qu’à l’était… De s’aouaire surpassé pis réussi avec chaque p’tits détails de sa “job” de maquillage, de d’sus le masque. Ya! À m’faire apparaître (WOW) coumme si qu’j’étais z’une “perfect innocent victim”. Pis qu’la “touch” de longs jueux verts pis du grous chapeau d’cowboy était formidable… Etcetera-Etcetera!

Bin, quand qu’Louise m’a introduite à z’eux; qu’y’avons réalisé que j’n’avais pas la face plâtrée pis ni “d’cakée” épais “d’make-up”… Que “everything about” moi était “the real deal”! Que j’étais (WOW) z’une “Sweet Natural Beauty” du Canada; pis non z’une “wanna be actrice”; avec ambition, d’être reconnue t’un jour, coumme étant t’une vedette populaire de “Hollywood”! Ma “look” pis ma parsounnalité attrayante, lés z’a assez impressiounné; que cé icitte qu’la décision spontanée d’leu’ pârt, a été “on the spot” de m’offrir à signer z’un contrat à m’engager être la “stunt double” de leu’ “leading lady”. Ouaye, en “business harmony”: y m’avons complimenté avec la ligne cliché suivante: “OH MY GOSH, A STAR IS BORN”! Cossé qui voulions dire par “A STAR IS BORN”? Cé icitte que j’ai décidé itout d’lés éblouir avec mon “pedigree” d’Chanteuse Internationale de Countré Star Extraordinaire!

Pas yinc que j’ai eu l’opportunité d’faire du “acting”, à m’faire “choppée up “ pis d’aouaire y’eu d’la  “fun “ à m’allouer à pisser du  “fake” sang partout d’sus “l’movie set”…  Y m’avons offarte itout d’chanter la “title track song” du “movie”: <<Uh-Huh-Huh! Running Towards Nothing>>; pis la “finale creepy tune”, d’intitulée <<Let Your Eardrums Beg For Mercy>>! S’lon z’eux, ma “original high pitch style of singing” allait sartainement garantir bailler dés frémissements t’aux “movie goers”. Coumme j’leux ai laissé à saouaire, avec haute satisfaction: <<”I gave it my best interpretation”: coumme ouaye, être la “reincarnation” convainquante d’une “Kitty Wells on Acid”!>>

Cé ça que moi j’fais d’intéressant, “lately”! Qu’esplique pourquoi qu’vous m’ouayiez  pas “shoppé” faire ma “grocery” (vraiment à voler dés “grapes” rouges, du “Produce”, d’la IGA CO-OP de Shédiac) ou à marcher més “pet raccoons on a leash” de d’sus lés “sidewalks” du “Downtown”!

À mon retour t’au pays, y faudra que p’t’être que j’coummence à considérer “chargé” l’monde pour obtenir més “signed photo autographs”! “Okay-Okay”! J’asseyerai pas trop laisser la “FAME” me monter à la tête; en attendant, j’la tcheindrai d’cachée en d’sous d’mon grous chapeau d’cowboy!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

«Allo lés «Boys» ou lés «handsome devils», «out there»! Ouaye! Juste t’un «friendly reminder (there-there)» que demain là-là, cé le Jour Officiel de la Saint-Valentin! Hé! Vous charchez pour dés gobbines d’idées fantastiques pis originales pour «wooé» votre bien-aimée (WOW) «off» d’sés pieds. P’t’être que ma «advice column» de cte s’maine pourra vous inspirer à vous transformer «hopefully» en z’un «true-hunka-hunka-burning-love-d’Elvis-type-d’impersonator» ou «damn» proche de y’un!

Cé bin beau d’acheter dés cadeaux traditionels, afin d’exprimer votre «ever lasting love»! Coumme par exemple: avec d’la «jewelry» en ôr, dés grous borloques de djamants à faire aveugler lés jalouses, dés boutchets d’roses pis n’oublions pas dés boîtes en «shape» de tcheurs en velour de «Triple XXX chocolates». Ou finalement d’la «serenadé» avec t’un «candle light dinner» à t’un «fancy restaurant»! T’ute c’là, ça peut «endé up» à coûter cher pis à faire chavirer surtout tchequ’un qu’arait d’la misère à «affordé» de tels présents luxueux ou qui ne veut sartainement pas s’faire pâsser pantoute-pantoute coumme étant z’un maudit «cheapskate»!

So, Ya! «To KISS (KEEP IT SIMPLE STUPID)»! Voici dés suggestions abordables, afin d’vous rendre plus romantatique pis de créer t’un moment mémorable :

  1. S’lon le sondage que j’ai faite parmi la population désespérée de Vieilles Filles Incorporées de Shédiac pis dés Grands Alentours… Mêshoummes! Mêshoummes! 97% ont répondu : Qu’y’avait rien d’plus «sexy» pis d’impressiounnant qu’un houmme qui s’aventure dans la tchuisine, pour tenter à préparer t’un repas intime ou avec lés «lights» de «comfortably dimmées low» (mais avec avertissement: en essayant sans laisser trop z’une «mega-load» de vaisselles pour y’elle à finir à lâver pis essuir). «May it be» t’une pizza avec d’la «work» ou t’une «all meat», dont la croûte sortant du fourneau est tchuite d’un beau dorée pis dans la forme d’un tcheur! Pour dés idées itout d’un bon dessert: dés p’tits minis péchés mignons, «sprinklés» de p’tites «candés» multicolores («again» en formes de tcheurs), «available off» d’la «shelf» d’la «bakery» du magasin; ou p’t’être même d’vous acheter z’un «cake mix» facile à préparer; pis «come on» là, cé pas «that hard» de «spreadé» d’la «fluffy frosting» en «can», «all over» ou d’sus «l’top» d’un «cake» tchuit… Pis avec l’aïde d’une tchuillére ou fourchette, avec t’une «scoop d’ice cream» au choix «on the side», vous amuser à vous nourrir l’un et l’autre (pareillement coumme qu’nous fairions avec t’un «giggly» enfant d’assis dans sa «high-chair» – – à jouer RRRRRRR attrape «l’airplane» ou à encourager à avaler le délicieux aaah-miam-miam pour Chère Maman ou Cher Papa). Mais asseyez z’au moins que le son RRRRRRR, à ct’occasion ‘citte, ronrounne plein d’amour!
  2. Ou si vous ne voulez pas «endé» par coucher en pénitence de d’sus «l’couch», pour une s’maine entiére, dans le grand salon. Laissez-moi vous «warné» : qu’un «toaster» (même à quatre tranches ou large à faire tchuire dés «bagels»); ou t’un «blender» électrique qui «whirr» pis qui «whip»; ou t’un «electric can opener» n’é sartainement pas considéré t’un cadeau trop romantatique à offrir! En autres mots, cé définitivement pas z’une «toast» brûlée qui «pop out» d’un «toaster» qu’exprime «best» d’la «burning love». «Thinké outside the box»! Ça s’rait bin plusse apprécié si qu’vous prendriez le temps ou mettriez l’effort à lui écrire z’un «mushy» poème d’amourette; ou z’une lettre légèrement parfumée écrite à la main pis signée «fancy» à la patte de mouche, dévoilant z’une «flood-gate» de mots de tendresses!
  3. Pis parce que cé «free» à se picocher lés babines d’la goule, en même temps qu’vous vous «huggé» ou z’à danser à z’une «slow waltz» – – en écoutant t’une ballade capable de bailler le coup d’foudre pis qui «blare softly out» dés «speakers» pendant z’une émission d’radio communautaire… Pis OUFFE! Si qu’ça devient trop «hot to handle» entre vous deux; (ouaye) qu’vos lunettes à lire se mettons z’à «foggé up» ou qu’le «picture window» d’votre grand salon devient assez «steamé» épais – – à empêcher lés ouasins, qu’habitent l’autre bôrd du chemin, à espiounner avec leux longues-vues – – ouaye, à cossé qui s’brâsse che-vous… Pis de d’là, «honestly», més «lover birds»! «Ahem»! Là ça n’é cé pu d’nos affaires à saouaire… «Simply»… «Relish the Moment»; pis non «ketchup with you later» pour «catch up»!

À la s’maine prochaine, més choux-choux d’amour!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 «Hint-Hint», «just in case». Le Jour de la Saint-Valentin se trouve itout à être ma «Birthday»! So, si qu’vous planifiez à voulouaire d’m’enouayer z’un beau cadeau… Yinc à «droppé off» lés boîtes de «chocolates» ou boutchets d’fleurs, à mon nom, t’au bureau du Moniteur Acadjen!  Merci d’Avance, Ta-Ta, «very much»!

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’étais z’en train “d’browsé” en travers d’més plusieurs  vieilles “photo albums” du gornier de ma “cute” jeunesse, quand qu’més beaux yeux verts ont “stumblé” de d’sus dés portraits souvenirs de Carnaval d’Hiver de la p’tite école grisâtre Saint Joseph (qu’était, “once upon a time”, attachée en erriére ou contre d’notre ancienne église catholique cons- truite de roches). J’étions z’en grade 7; la même ânnée qu’une “heavy set” religieuse (??son nom m’échappe??) avait passé (“KABOOM”) en travers du plancher du gornier, pour “crash landé” de d’sus l’fait du pupitre à ma pauvre esclâve d’enseignante, dans l’temps qu’à l’asseyait d’nous enseigner, le dentier y claquant nerveux dans la goule, à l’égârd d’la joe-graphie plein d’richesse de l’Afrique du Nôrd.

Aaaah, v’là z’une belle photo nouaire et blanc de moi pis ma cousine Dométhilde! À youssé qu’j’avions gâgné pour la sculpture de neige la plusse originale: d’un pêcheux d’éperlans, qui retourne che-z’eux t’en “ridons” t’un “moose” qui porte dés “ear-muffs”, avec sa “big catch of the day” de d’sus sés épaules, pour aïder “feedé” sa cargaison d’enfants affamés… Du moins, c’était c’la la description de notre thème. Cé le p’tit vicaire, j’m’en souviens, t’en plein vendordi souaire après la parade dés flambeaux allumés, qu’avait annoncé notre “winning” artistique t’au “outdoor skating rink”. Qu’lés citoyens témoins nous avions applaudis… avec dés BRAVOS-BRAVOS; entre chaque “sip” de “hot chocolate”, avec tcheques p’tites “marshmallows” qui flottent… Mais sauf pour le garçon du dentiste, par “jalousie, qu’y s’a mis à nous garocher dés “snow balls” après nu-z-autres; juste dans l’entrefait que le p’tit maire de l’époque se préparait à nous présenter notre énorme trophée (quasiment la même hauteur de gamine, coumme moi pis ma cousine endjâblée)!

J’veux pas m’braguer, mais cé le lendemain samedi souaire, dans la grande salle du gymnase de l’ancienne école SCM (Sacré Cœur de Marie).  Au Pageant du Carnaval d’Hiver! En voici la preuve dans la photo couleure que je suis z’en train “d’zoomé” avec t’une “magnifying glass”. “My goodness”, Ha-Ha-Ha; j’étais ti si “pimplé” qu’c’là??? Hounnêtement, si qu’j’arais z’un “marker” d’encre nouaire, ej pourrais jouer z’à “connect the dots”! “Anyway”, me v’là z’en train d’me “paradé” de d’sus “l’stage” avec t’une “gown”, m’avançant vers l’un dés juges, pour reçeouaire mon ruban gagnant de “Miss Snow Flake” (la Reine dés grous Floçons d’Neiges), parrainé par la Co-opérative de Shédiac pis la Tchaisse Populaire!

La 1iére princesse, avec sés lunettes de “cat-eyes” pis avec dés “curls” d’assez “tights” d’sus l’fait d’la tignasse; qu’à r’semblait à t’une jument qui claque dés dents croches, attelée à hâler t’un traîneau orné de clochettes, dans la neige tapissant la cour erriére de l’école SCM … Là v’la qui me fesse avec son boutchet d’fleurs; le choque de n’aouaire pas été noumminée coumme reine. Qui me “knock off” la couronne! Ouaye! La face vilaine de l’envieuse Annâ (que l’monde avait “d’nicknamé” Anne-N’a-Pas, parce que ce n’était sartainement pas y’elle la plusse “bright”, surtout t’en Hygiène… Qu’avait t’une “heavy crush” de “Hunka-Hunka-Burning-Love” du caractère fictif: l’emplâtre d’Ernest l’Étourdi!

La 2ième princesse fut chanceuse qu’elle mérita le titre. Cé vraiment son discours à l’égârd d’adopter lés païens, la contribution de son dix cennes dés lundis matins t’en clâsse, qui l’a “endearé” t’aux juges (qu’étions la majorité d’z’eux dés membres honorables pis élus du comité paroissial). La voici de d’sus l’portrait z’en train d’reçeouaire son estâtue de 36 pouces de haute d’la Sainte Thérèse (la peinture du nez d’plâtre d’à môtché “scratchée-off”): la jolie Pauline Poutine, la fille du gérant banquier pis sa mére, la chef infirmiére d’la grousse Hospice – – Ouaye! Ouaye! Y’elle qu’administrait, joyeusement à chaque matin, lés purges t’aux “lucky” parsounnes âgées!

La 3ième princesse, ça v’nait du boute du Chemin dés Boudreau! T’une “farm girl”; très jolie, mais “tough” pis aussi “strong” qu’un boeu’. Qui s’a vanté t’au micro du “stage”, qu’à pouvait battre sés fréres à “arm-wrestlé” pis à “pitché” dés “bales” de foin dans z’un “flat bed, avec yinc t’un bras… À l’avait cte “Sexy Elly Mae Clampett Look” qui faisions baver lés jeunes hoummes pis à lés faire “strutté” quasiment à la “John Wayne”! La v’là avec son beau sourire qui illumine de d’sus la photo, que j’exa-mine avec “awe”: l’incroyable “Sweet” Rosella Boquite!

Mlle Parsounnalité, vraiment qu’avait pas z’une si tant belle parsounnalité qu’ça; à mon opinion, plutôt z’une “mean” pis “nasty” haute de pattes “show-off”. Qui nous z’avait bin “warné”, à chaque “contestant” : que si qu’à gâgnait aucun titre, qu’à se gênerait pas d’nous gaffer pis d’nous tapocher chacune le bôrd d’la goule. “Of all people”, ma “Life Nemesis”: l’épeurante vilaine grande effarée-face de Carméliste!

Pis “as” pour ma cousine Dométhilde, y’elle a “endé up” à gâgner le titre de “Miss-Miss-Miss-Miss-Miss-Miss-Them-All”! “Good sport” coumme qu’à l’était, la v’là dans cte photo de papier d’argent, de d’sus la darniére page de mon album souvenir, en train d’s’amuser à “busté” lés grousses “balloons” qui décorions le “back-stage” du pageant.

Parle d’une “wonderful trip”, “down memory lane”! Si jamais que je decide d’imprimer l’histouaire de ma vie, y faudra sartainement partager ctés belles photos ci-hautes mentiounnées avec lés membres de mon “Fan Club”. Donc “God Bless”, la Présidente est toujours ma chère pis mémorable cousine Dométhilde!

Delphine B. B. Bosse

Deli Productions ©2019

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui n’counnent pas Joey Grognon, bin y’é mon beau joueux d’accordéon dans ma “back-up band”. Pour tcheques raisons, sa parsounnalité échignante de vieux garçon m’a inspiré de voulouaire composer z’une chanson assez “peppy” en son hounneur. Dont j’viens juste de finir d’enregistrer coumme  “track number four” de d’sus ma “New Music CD”, d’intitulée <<Aïe! J’sus tounue en d’sous d’més hardes>>.

<<La chanson d’Joey Grognon>>

1.

Cé la chanson d’un échignant

Un noummé Joey Grognon

Dans la goule y manque tcheques dents

Y grinche pareil coumme t’un cochon

Y bave lentement Han-Han-Han

Quand saute devant son champs d’vision

T’une p’tite mignonne t’aux cheveux long

Y exciter dés bises au vent

2.

Cé la chanson d’Joey Grognon

Qu’a son “mattress stuffé” d’argent

Y dôrt tounu, s’un vieux garçon

Y’a “my goodness” démangeaisons

D’sus l’noucle du trou Han-Han-Han

V’là t’une “bed bug” y rampe le long

Descend la jambe jusqu’au talon

Le chatouillant Han-Han-Han

3.

Quand qui joue d’l’accordéon

Ça l’fait hausser sa pression d’sang

Qui l’fait péter dans sés caleçons

Pis v’là qu’le fond d’son pantalon

(Aïe) Y flamboye Han-Han-Han

Avec le rythme d’son instrument

Y’é t’un sorcier y’é t’un démon

(Aïe) Cte dâmné d’Joey Grognon

4.

Cé la chanson d’Joey Grognon

Han-Han-Han-Han-Han-Han

Y dôrt tounu, s’un vieux garçon

Han-Han-Han-Han-Han-Han

Y’a “my goodness” démangeaisons

D’sus l’noucle du trou Han-Han-Han

Dans la goule y manque tcheques dents

Y grinche pareil coumme t’un cochon

Delphine B. B. Bosse

Deli Productions ©2019

Cossé qu’a radote Delphine….

Delphine B.B. Bosse

En grade 9, j’étais la seule pauvre esclâve de toute la Polyvalente de Shédiac d’aouaire “failé” ou d’n’aouaire pas gradé le cours obligatouaire de la Catéchèse. Més parents ayons très honte, (“Yup”) m’avons oubligée d’âller refaire dés sessions d’enseignement de la religion chrétienne à la “Summer School” de Moncton (qu’a-rait été à la “once upon a time” ou l’ancienne École Vanier, pendant lés gobbines de grousses chaleurs écrâsantes du mois de juillet jusqu’à la mi-août). J’assez entendu nornoter pendant l’été, en même temps que lés mouches “buzzions” de d’sus “l’ceiling”: <<Ça prendra bin plusse que de l’eau bénite pour te convertir, ma chère enfant>>, que me répétait souvent (Ha-Ha-Ha) la patiente martyre enseignante de Sr. Marie dés Saintes Pirounnes Canonisées!

J’va être hounnête avec vous z’autres. c’temps-là-là, j’étais plusse intéressée en clâsse à rêver pis à écrire de d’sus lés couverts de més cahiers DELPHINE LOVES ELVIS! Ouaye, que d’écouter radoter à l’égârd de    l’Exode à Moïse ou d’me rappeler lés noms de chaque apôtre ou de ceusses-là dés anges pis dés archanges. Pis parce que j’n’écoutais pas vraiment en clâsse… Aux examens, j’avais souvent dés blancs d’mémouaires. Que lés réponses d’la majorité de chaque question, j’ne lés savions pas d’à môtché du temps; que j’inventais toutes sortes de drôles de répliques.

Coumme exemple à la question 2 du test, j’m’en souviens: À saouaire tchissé qué le nom du Saint Patron qui prêchait dés sermons aux p’tits zézeaux? Que j’avais répondu bêtement, que son nom était St. “Frankie” Va-T’Assir au  lieu de Saint François d’Assise. J’sus sartaine que la maîtresse doit aouaire rit son saoul, quand qu’à l’a lu cossé qu’j’avais “scribblé” de d’sus l’papier… Mais cé exactement cette question de 10 points-là qui m’a faite faillir… Ça pornait 55 de moyenne pour pâsser; pis cé avec regret, que j’avais yinc claqué un “super low score” de 37! “There was absolutely no way” (pantoute-pantoute), qu’la vilaine institutrice allait m’laisser grader par pitché. Qu’esplique pourquoi qu’j’ai ‘té forcée (“AHEM”) d’âller m’faire “boré” la “coconut” à la “Summer School”!

Parle d’être excitée qu’j’étais à la fin d’més sessions d’été; quand qu’l’enveloppe du résultat d’mon bulletin  d’mon examen de Catéchèse a finalement arrivé dans la “mail box”, d’la “Post Office”! “Well, at least”; (Mêshoummes) sans voulouaire trop m’braguer; (Hourra-Hourra) j’avais juste (OUFFE) rasé la note qu’ça pornait pour pâsser! Qui “meanait” de dire, ej pou- vions asteure m’enregistrer à monter d’grade, avec la tête haute de “show off” par en l’air.

La raison que j’ai voulu  partager avec vous z’autres cte “flashback” là d’ma période “pimplée” de “teenager”… Cé que l’autre jour, dans le “lobby” de “l’airport” (“of all places”); avant qu’j’embarque de d’sus la “plane”, pour Montréal. J’ai tu pas eu le gobbine de saint malheur de “bumpé” en Sr. Marie dés Saintes Pirounnes Canonisées – – qui s’a pas gêné (“let me tell you”) de voulouaire me “remindé” coumment proche que j’avais quasiment réussi à la faire chavirer… Ha-Ha-Ha!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

 

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui counnaissons tchissé que j’veux dire par Joséphine à Grousses Tétines (qué pas d’ma faute, si qu’cé ça son “nickname”). Bin cé coumme l’autre jour, quand qu’la p’tite effarée d’Katherine de 4 ans, la fille à Joe à Calixte “Nerve-Neck” Poirier pis à Marceline à “Bone Crusher” Babineau, a y’eu pour son dire… T’en pointant du doigt, avec pleine curiosité; quand qu’à l’a”spotté” la Joséphine, que j’parle “about”, à “shoppé” pour dés “laxatives” en pillules à la pharmacie…

“Funny enough”! J’ai témoigné la p’tite bambine à embarrasser sés parents, en plein publique, t’en beuglant la varité: <<Maman-Maman! Pourquoi que cte madame-là (“YUCK”) pu la crotte de chat?>> (J’assez ris, que j’me suis “rushé” à pleins galops dans la section du “store” à youssé qui vendons “on display” dés caleçons (“size medium”) de protection contre l’incontinence – – “just in case”, que j’en arais y’eu besoin d’m’en payer tcheques boîtes à 50% “off”).

“Never mind”, d’une bounne purge! Cé du savon d’embourrie qui sent la rose que Joséphine à Grousses Tétines arait du remplir le dedans d’son “shopping cart”! Ou d’s’achèter t’une bounne brousse à place… Ouaye, pour ensuite s’en âller che-z’eux – –  se “scrubbé” t’au vif, la vieille peau roulie-roulante du côrps, dans z’une “tub” débordante d’eau d’javel! Ouaye! Même de s’décorer ou de “s’danglé” tcheques “car pine air fresheners” de d’sus sés hardes, pourrait être t’une autre solution à considérer… “Come on” là! Djeu Seigneur, qu’à s’aïde! Ou qu’à cesse de manger trop “d’garlic” moisi! Ou qu’à l’arrête “all together” de s’frotter lés sous-d’brâs avec du “roll-on perfume”. qui pu quasiment coumme du vieux poisson boucané, dont la date d’expiration est (mêshoummes) “long gone”. Ouffe-Ouffe-Ouffe! “Honestly”, y’a tchequ’affaire qué point correcte?!? Cé pas à cause de maladie, qu’à sent mauvais ou coumme ma cousine Arthémise arait pour s’moquer : <<”Cripe-a-Damn”, qu’à pu d’la “go home”!>>

Son houmme barbu, le  grand lingot d’Lambert à Fred la Boueille Hébert… J’entendu par-dessus la bouchure, que lui ça ne le dérange pas pantoute d’être marié avec sa jolie Joséphine… Aaah, par rappôrt qu’y’é point capable d’éventer “anything”. Pis “on top of that”, y’é point capable non plus de savourer d’la nourriture ou (PITCHÉ) jusqu’à même la “flavor d’peppermint” dans z’un p’tit tchas d’encens. Ça qui compte, cé qui l’aime pis “proud” de “paradé” sa conjointe t’en public! “Now”, ça cé d’la “LOVE”! Qui prouve drette icitte, qu’y’un couvert pour chaque potte! Qui “mean” itout de dire, si qu’Joséphine à Grousses Tétines a ‘té capable de “s’nabbé “ t’un mâle – –  “then” y’encôre d’la  “hope” pour bin dés vieilles filles d’la région de s’en “reelé in” tcheques beaux maquereaux!

En voulant changer d’sujet… Drôle, ein! Qu’à t’utes lés fois que Joséphine rentre à la pharmacie, le haut montant de “nose plugs” de natation qui sont vendues (<<”Cha-Ching”! “Cha-Ching”>>!) t’au “cash”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

Me v’là t’en solitude à la “camp”, dans l’boute de Sussex. Malgré qu’y’a t’une panne d’électricité, ça ne me dérange pas de “roughé” ça “out”: à m’chauffer la carcasse, avec la belle chaleur du poêle à bois; pis m’ajuster la vue à lire paisiblement La petite poule d’eau de Gabrielle Roy, avec l’aïde d’la lueur éclatante pis dansante d’un fanal. En plusse, j’aime ça de temps z’en temps d’me sauver loin d’la “noise pollution” de Shediac; pour m’concentrer à préparer lés arrangements d’musique de més nouvelles chansons d’COUNTRÉ, que “j’plan” de m’en âller “recordé”, le mois prochain, t’au”Fabulous Hottawa Studio Inc.”, dans “l’Downtown” d’la Capitale du Canada… Dont le titre de mon album “by the way” s’intitule <<J’me bourre la goule de “Beaver Tails”>>!

À t’utes lés fois que j’rouvre la porte d’la “camp” pour m’en âller “feedé” d’hôrs lés deux bouffis “raccoons”… Coumment tarriblement frette qui fait, y’a dés fantômes de tourbillons d’neige (ha-ha-ha) qu’asseyons rentrer s’niger se chauffer à l’intérieur proche du pôele à bois! “Anyway”, en r’venant “back” à més “cute” p’tites bêtes sauvages, qui sont point épeurés d’moi… J’lés ai baptisé: le snoreau d’mâle, “Sly Tune the Saskatoon”; pis à l’adorable femelle, “Cheeky Chubby”!

Quand j’m’aventure faire d’la raquette ou du ski d’fond, més amis “raccoons” sont là pour me protéger ou à “chasé off” le mal-faiseux de “moose” qu’asseye toujours de v’nir m’attaquer s’frotter ou s’aiguiser féroce le panache contre mon côrps. Puis quand qu’lés trippes d’leu’ beudaine se mettre à crier (qué “quite” souvent) y s’en viennent “scratché” leux p’tites griffes de pattes d’en-avant contre le châssis givré d’la thuisine, afin que j’puisse âller leu’ nourrir leur “favorite” traite d’épis de “sweet corn” d’la Californie.

Imaginez-vous ouaire… Y m’laissons même leu’ miater sus l’fait d’la tête pis à “trusté” m’grimper sus més épaules, coumment “friendly” qui sont! J’y pense sérieusement de lés adopter; d’lés amener vivre à mon “rented” condo… Pis si oui… Hmmm, coumment j’vais faire pour lés “sneaké in” sans m’faire attraper ou m’faire “evicté out” par la gobbine de “land-lady”??? Pis à ne pas m’intchèter que mon nono d’Saint Bernard de Buddy (qu’à la parsounnalité d’un “territorial arf-arf mutt chihuahua on steroids”) ne va pas se chavirer à voulouaire “Kill-Crush-Destroy”???

“Da Hell” cossé qu’le monde vont penser ou coumment va réagir mon chien fou… “That’s it”, j’ai décidé qu’y’allons s’en v’nir vivre à Shediac, à être protégé chez Maman Delphine! J’lés aime trop pour lés abandounner à “starvé” ou à geler la tcheue dans l’maudit grous frette d’hiver de Sussex!

Qué pour c’là qu’à souaire, j’vais permettre à Môssieux “Sly Tune the Saskatoon” pis à Mme “Cheeky Chubby” de v’nir explorer le dedans d’la “camp”; pis même à rester coucher de d’sus “l’couch” ou chacun d’embourré dans z’une couvarte piquée (aussi pesante qu’une “horse blanket”) t’au pied d’mon lit! Pis “so what” si qu’ils vont ravager le dedans dés armouaires; surtout que j’n’ai pas “d’T.V.”, ça m’baillera yinc de quoi à “m’entertainé” pis à m’faire rire à grands z’éclats!

Pis si qu’la s’maine prochaine, par hasard, qu’vous devriez m’ouaire marcher avec deux “raccoons on a leash” de d’sus la gobbine de belle “Main Street” de “Shediac”. Bin “Geezô-Cripe”! Gênez-vous pas à voulouaire v’nir m’saluer; ej “bite” pas! Ça m’fera yinc t’un énorme plaisir d’vous lés introduire, més chers “pets” poiloux avec leu’ p’tites masques nouaires de voleurs!

Ouaye, “Be Good” là; pis on c’la ouaira à tcheque temps “soon”. Ein, més “raccoons”!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine B.B. Bosse

J’m’en ai été festoyer la Veille du Jour de l’An, à la résidence familiale de mon cher cousin, le “handsome singing meat cutter”, Hen-Henri à P’tit Boute! Le grand salon était peuplé d’invités, aussi serré qu’une “bunch” huilée de sardines en boîte de conserves! J’sus sartaine que j’m’ai faite “huggé” pis becquer par tout l’monde présent, sous lés cinq-six “mistletoes” qui “danglions” du “ceiling”. Malgré tout le “cherry flavoured lip balm” que j’m’avais “spreadé” ou ciré épais contre le contour d’la goule, j’ai “still endé up” d’aouaire lés babines sèches pis gercées! En plusse, j’ne sais pas tchissé dans la “crowd” qu’a osé d’me pincer la fesse gauche, quand j’m’ai penché pour ramasser le cube de “Cheddar Cheese” que j’avais accidentellement “droppé” par terre… WOUHOU! “THANK YOU”!

La belle “Betty” d’la “Happy Valley”, l’épouse t’au beau Hen-Henri, avait préparé “quite” t’un énorme “Buffet”. J’vous mens pas, y’avait d’la nourriture pour “feedé” t’un plein village de gorets. Par chance que j’m’avais greyé avec dés “slacks”, avec t’un “wide elastic waist band” capable de “stretché” jusqu’à ce que l’duvet de couleur vert-gris puisse “poppé out” à l’aise de l’embourrie.

J’me gêne pas d’admettre… Bin j’m’ai baillé la parmission à “wolfé down” un p’tit brin d’toute. Sans prendre le temps d’souffler; surtout quand j’avalais (“YUM-YUM-YUM”) tout rond lés “Five Star Chef Saucy Sweet and Sour Meatballs”, que j’m’avais généreusement en fêté dans mon assiette! Pis cé moi itout qu’a quasiment faite disparaître l’entier “tray” de canapés au saumon fumé. Pis ayons t’une faiblesse pour d’la douceur, j’ai perdu compte (“OINK-OINK-OINK”) de coumment “d’peanut butter balls” pis de “pineapple square bites” que j’ai dévôré…

Quand qu’moi pis mon fils Zacharie avons aouaindu nos guitares; m’n’oncle Edvârd, son violon; Hen-Henri, son accordéon; pis le p’tit talentueux de Bosko, avec son ruine-babines. J’avons tous coummencé (Ein!) à “party-yé heavy”! Avec tcheques p’tites “drinks” de p’tit fôrt blanc à s’réchauffer le dedans du côrps! “Let me tell you”, qu’ça pas pris grand “coaxing” à dégêner la “crowd” à voulouaire s’créer z’une chorale d’ivrognes pis à s’mettre à beugler de hautes notes coumme z’une bande de borbis égarées en plein milieu d’un parc à vaches; à l’exception de ma cousine Arthémise, qui sounnaissait plusse (“no offense”, là) coumme t’une camule en détresse!

Pis quand qu’la soirée s’a mise à vraiment “quietté pis die-yé down”. Cé icitte qu’la Vieille Gibraille, Tireuse de Fortune Extraordinaire d’la “Centennial Drive”, a offarte de lire gratuitement lés Cartes Tarots  à “whoever” brave assez qui l’voulait… Cé l’arrogante Joséphine Pirounne, la femme du p’tit “business” avocat du djâble (ouaye-ouaye, lui qui r’semble à z’un “hunk model”, “qu’advertize” d’la “Summer Wear” dans la section de “gilling-suits” d’un populaire “Online Sports Order Catalogue”), qu’a été la premiére à s’faire conter cossé qui y pend sus l’boute du nez dans son très prochain futur… Pas que j’voulais “eavesdroppé”; mais si t’ute y arrive coumme qui y’a été prédite… Ouaye, la femme s’ra pas mal fertile!

Après l’tour à Joséphine, v’là qu’a pâssé ma cousine Dométhilde – – tchequ’affaire à faire à sarner lés “moose” ou “any” bêtes à cornes sauvages, en allant <<Tra-La-La-La-La>> dans l’bois ramasser dés beluets! Notre chère “hostess” de “Betty” d’la “Happy Valley”, bin y’elle supposément va timbe dans d’la “mega” grousse argent pis vivre coumme z’une “high-tune show off” de d’sus sa “own” p’tite île privée. Après c’la, ça été ma sainte bounne ‘tite mére qu’a été “warné” de se méfier d’une amie proche qui va la trahir pis l’accuser en l’embarrassant publiquement qu’à “cheat” t’au “BINGO”!Etcetera! Etcetera! Quand qu’s’arrivé à mon “turn”, j’étais l’avant darniére à brâsser lés cartes de ma destinée. Hmmm, si toute compte ou conte vraie! Supposément, ouaye :

  • Cé garantie que j’vais arrêter d’veuver… Ouaye, que j’va “bumpé” dans mon nouveau “tall-dark-and-somewhat-handsome soul mate”, avec la beude d’arrondie; “of all places”, dans z’un “elevator” d’hôpital – – “stuck” entre deux étages! Pis “by the way”, qué t’un veuf plein d’argent pis qu’aime “s’enjoyé” à jouer t’au golfe, en hiver, dans le boute paradis d’la Floride! Pis sés initiales sont “WD”, pareillement coumme dans le lettrage du produit “WD 40”!
  • Possiblement d’un grand changement “d’career”… D’être offarte ma “own radio talk show”, surtout de musique countré, de d’sus lés ondes privées de “RADIO SHED” (ouaye, “SHED” pour Shédiac)!
  • Pis à pârt de d’ça, grande surprise d’une estâtue honorifique de d’moi qui s’ra “unveilée” dans l’un dés parcs touristiques de la Capitale du Hoûmard. “Mind you”, j’l’aimerais bin mieux situé dans “l’DOWNTOWN”!

“Anyway”, j’vais arrêter d’bavasser… J’aimerais de prendre le temps à souhaiter à tous pis à chacun.e d’més “LOYALFANS” t’une Gobbine de Bounne Ânnée. Merci pour votre suppôrt, beaux voeux pis applaudissements! Ma promesse de vous “entertainé” en 2019, dans la gazette du Moniteur Acadjen; à continuer partager més récits et secrets de COUNTRÉ STAR EXTRAORDINAIRE!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire