Cossé qu’a radote Delphine…

J’vais pas vous mentir… Y’a pas meilleur goût que du bon blé d’inde volé! J’admets que j’m’ai faite ouaire avec méfiance à rôder à pieds lés divers rues de Shédiac, à “eyé” tchissé qu’avions dés merveilleux jardins d’plantés dans leu’ “backyard”?!? “So far”, cé d’sus la rue “Gallagher” qu’y’a tcheques beaux seillons que “j’minderais” pas (Hmmm) “d’raidé”… Ouaye! Que j’ai d’mappé dans mon imaginaire quand qu’s’arrivera l’temps approprié pis “greedy” d’ma pârt d’âller dérober la récolte entière dés plantes.

Coumme t’une “raccoon” malfaiteuse, que j’aime à me décrire… Mon plus grous défi va être à “figuré out” coumment que j’vais m’entreprendre à “sneaké in” ou à “crawlé in” dans lés divers enclos que j’ai identifié dans mon territouaire choisi? À coumment me braver, sans faire trop d’bruit? À sans m’faire “nabbé”? Ou YEOYE-YEOYE-YEOYE! Pire, (ha-ha-ha) à ne pas m’faire pincer ou m’chauffer (PACHOW) t’une fesse à coup d’balle de fusil à sel?!?

Pis parce que j’porte toujours dés gants, pendant ma “crime spree”, cela m’assure que j’ne laisserai jamais “d’finger prints” contre le feuillage vert d’à mi-sec qui drague dés arbustes… Mêshoummes! So, “picturé” moi coumme z’une ombrage nouaire pis mystérieuse, en d’sous t’un ciel étoilé ou sous la lueur douce d’une pleine lune, qui rampe lés seillons; pis qui s’amuse “(“tickle-tickle”) à se “stuffé” le devant d’mon “jacket” d’à mi-décalvâtré pis à s’remplir l’extra espace qu’existe dans chaque jambe de més “baggy stretched gym pants”!

So, si j’vous invite à v’nir vous régaler la beudaine che-nous, à mon prochain “CORN BOIL”. N’osez pas (vraiment “come on” là) d’me poser la question niaiseuse d’à youssé qu’més plusieurs-plusieurs douzaines de blé d’inde parviennent de??? D’un ton moqueux, bounne chance que j’vous mentirez entre més dents: que “yes sirree”, que j’me l’suis procurée (“yeah, right”) de façon légale! Pis si “qu’in case” que j’aurais y’eu dés accomplisses, croyez-vous vraiment que j’vais lés “ratté out”?!?

À mon opinion, v’nez juste manger l’évidence; en roulant chaque épis dans du beurre succulent! Pis une fois qu’le festin s’ra terminé… J’vous promets qu’au lendemain, mon intention s’ra définitivement d’âller m’faire confesser; (ouaye) sus l’hounneur d’mon grous chapeau d’cowboy, d’mander pardon t’au tchûré!

À la s’maine prochaine, là-là!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

D’ma “vault” de chroniques comiques, en voici t’une “flashback’’ de juillet 2007 :

Au début d’la s’maine pâssée, j’étais dans mon jardin en train d’câsser dés cosses à fayots, que j’mettais dans mon grous siau z’en plastique blanc, quand soudain qu’j’ai “feelé” d’quoi d’poiloux s’frotter contre més jambes. J’ai pensé cossé “what the heck” qu’mon chat Caramel fait entre lés seillons à voulouaire faire sursauter d’la pareille sorte. Pis là tout d’un coup ça m’a “striké” qu’ça pouvait pas être lui par rapport qu’y’était z’au vétérinaire en train d’se faire sougner lés blessures qu’y’avait subit après d’s’aouaire grimanché avec le grous matou Tiger “d’next door”. Pis ayons pardue la bataille – – “well”, y’a v’nue s’faire brailler à la porte pis maman tcheur de poule que j’sus a ‘té oubligée d’jouer z’à “nine-one-one” pis faire “l’ambulance driver”… Ouaye, “rushé” la p’tite bête sanglante pour du “First Aid”! “Then” si qu’cé pas Caramel; “then” tchi qu’cé?

“Whatever” qui m’frottait contre ma jambe était pas mal “friendly”. J’pouvais pas distinguer tchelle sorte de bête qu’c’était – – “again”, par rapport qu’lés z’arbustes de cosses à fayots étions assez z’épais… Qu’ça cachait bin cte p’tit animal dans l’ombrage dés feuilles! J’ai décidé d’me braver pis d’miatter l’poil… J’m’ai dis, “What’s the harm”! Miatte! Miatte! Juste par le toucher, frotter son poil, j’pouvais dire qu’la p’tite bête “enjoyait” ça; qu’à pouvait pas z’en aouaire assez. Le côrp d’la p’tite “unknown” créature s’archait l’dos en voulons dire, <<Âââh! “Yes”! Flatte-moi icitte… Oauye! “More”! “More”! Âââh! “Ye-e-e-e-es”! “Hmmm”! “More”! “More”! “Mo-o-o-ore”!>> Avec une p’tite “cuddly attitude” de même, j’m’ai dis z’à moi-même l’animal peut pas être “that bad”… So, j’va ramâsser ça dans més bras pis gâter ça z’à môrt. Jouer z’à co-colle… Viens jouer z’à faire ton p’tit “cute”!

À l’aveuglette, j’ai “reaché in” dans l’ombrage du feuillage. D’la part d’la p’tite bête, y’a pas y’eu d’résistance à voulouaire s’laisser faire ramâsser. Moi, sans més lunettes pis avec ma vision d’à môtché embrouillé, t’ute que j’ai distingué c’était coumment beau pis luisant qu’était cte beau poils nouaire là. Cé yinc quand j’m’ai en apercue d’la “stripe” blanche sus la tcheue que j’ai réalisé cossé que tchenais dans més bras… Qu’c’était pas z’un p’tit chaton! Qu’c’était z’une p’tite bébé mouffette! “Probably” qui s’avait égaré d’sa mére! J’sais qu’cé “hard to believe”, bin j’n’ai point paniqué parce que j’savais qu’à l’âge qu’avait la p’tite mouffette qu’la tcheue y “workait” pas. Qu’à m’pissera point sus l’côrp pour m’faire puer! Du moins cé ça qu’j’m’avais faite dire dans la clâsse de Sciences Générales de grade 7, par le maître d’école, au chapitre deux, sus “l’topic” dés faunes. À moins si qu’y blaguait?!? “Anyway, so far, so good”! Y’a rien qui “squirt”!

S’aussi joueux pis “cuddly” qu’un p’tit matou, qu’une “fun fur ball”! J’peux pas m’laisser trop m’attacher là… J’ai déjà une “menagerie” d’ani-       maux d’trop dans la maison : deux chats, un chien, trois zézeaux, un aquarium plein d’poissons exotiques, un “guinea pig”, un “pet lizard”, deux tortues, deux gornouilles pis z’une “ant farm”. Si j’ajoute un “baby skunk”, y faudra j’la fasse fixé (“if you know what I mean – – the BIG SNIP”)… Bin âââh mon djeu s’assez “cute”… J’va “phoné” la “Vet” pis si qu’cé possible – – j’adopterai cte p’tit ou cte p’tite “stray” ‘citte avant qu’à ou qu’y “spray”. En parlons “d’spray”, “Spray” s’rais-tu pas z’un “cute” p’tit nom pour mon nouveau “pet”? Ça s’rait originale pis j’serais la seule dans l’ouasinage d’aouaire un “baby skunk”… D’ammèner ça prendre une marche avec sa “own cute” p’tite “leash”! “That’s it”, ma décision z’est faite.

<<Ouaye! Spray veux-tu rester avec maman Delphine?>> J’vous mens pas, y’a coumme “purrée” dans més bras coumme si qu’ça compornait cossé qu’j’y d’mandais… “Anyway”, j’un “baby pet skunk” asteur – – ouaye, “neutered”! “So far, so good” – – y s’adounne coumme y faut avec le reste d’la “gang” de “pets”… Pis parle d’être attaché à mon houmme Ozime… surtout après qu’Ozime largue une strignée d’pètes. Coumme j’dis à mon houmme, <<Spray doit “t’mistaké” pour être son “biological father”! J’devrais écrire pis t’enouayer sus la Gerry Springer Show… “Now” ça, ça s’rait vraiment tchurieux!>>

So, si vous m’ouayez z’avec ma mouffette, n’ayez pas peur… À vous pissera pas sus l’côrp… À moins si qu’vous m’achaler pis qu’j’la “train”… “Anyway”, v’nez dire “Hi” à Spray!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

<<No, me not rodeo clown>>, que j’beuglais après lés touristes de langues étrangères. Ouaye, qui “m’chasions “ partout à “m’flashé” de façons effarées leu’ maudits “cameras” dans la face; au site du “Rotary Park” à Shédiac, à youssé s’trouve être la plus belle grousse estâtue d’houmârd du monde entier.

Y’en a même y’un d’égaré d’la “Bus Tour”, s’efforçant à s’rouler la langue en anglais, qu’a osé d’me d’mandé (ouayons) si qu’j’étais l’épouse du pêcheux, qui pose deboute de d’sus le piédestal à surveiller cossé qui s’brâsse d’excitant de d’sus la Baie d’Shédiac? Ça l’a coumme déçu, p’t’être même fendu l’tcheur, quand que j’y’ai laissé saouaire que NON… <<Oh Me, So Sorry!>>

Mais quand que j’ai laissé saouaire à la foule présente, avec un ton assez fier pis d’un peu “show off”, que j’étais <<Me is Delphine B. B. Bosse, Countré Star Extraordinaire>>! Cé icitte qu’la tounne a changé… Qu’y’en a plusieurs d’la “mob” qu’avons   exalté t’un grand “WOW” d’leux poumons; pis qu’avons coummencé avec intérêt à m’encercler, à voulouaire m’pousser “me-first-me-first”, afin que j’puisse leu’ signer mon autographe.

En plusse faut dire, que si qu’y’arait y’eu l’une dés boutiques qu’arait osé vendre dés grous chapeaux de cowboy similaire t’au mien ou mêmes jusqu’à dés p’tites estâtues souvenirs de mon image… Très garantie, en ce jour-là, qu’y’arions faite fortune à vendre le “complete inventory”!

“Too bad” que j’n’avais pas ma “guitar” avec moi, car j’leu’ arais “entertainé” avec t’un “free concert” de més chansons populaires (coumme par exemple :<<It Could Be Worse, I Could Be Twins>> ou avec <J’ai cinquante livres de patates bleues dans le “backseat” de mon “car, baby”>>). Mais cé icitte que j’me sus souvenue que j’avais mon ruine babine dans mon porte-feuille; que j’l’ai aouaindu pis que j’m’l’ai mis z’à jouer en tapant du pied. Soudainement devenue “l’Acadian Pied Piper”, sans trop m’efforcer d’y être…Par enchantement, lés v’là qui m’suivions partout coumme dés borbis ensorcelées. Imaginez-vous ouaire, j’lés ai même guidé à embarquer jusqu’à dans la “bus”! Ouaye! Que quand qu’la grousse barattes à roues énormes s’a mise à rouler “out” du “parking lot”; qu’j’avalé lés “fumes” nocives “d’exhaust”, à m’voulouaire faire “gaggé” pis m’bailler z’une migraine… Voici qu’la majorité dés châssis d’la “bus” s’avons faite baissé; pis qu’lés passagers s’avons mis z’à “m’wavé” pis à m’garocher en appréciation dés beaux grous becques d’au-revoir.

Aaah, qu’ça “feel” bin d’être de r’tour à vivre dans la belle p’tite communauté de Shédiac!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Ça faisait pas tout à fait 5 minutes que j’finissais juste de dépaqueter la darniére boîte d’ornements, pas encôre tout à fait relaxe dans ma nouvelle maison, de d’sus la “Centennial Drive”, à Shédiac… Que v’là la cloche de l’entrée du salon qui sounne “stuck” (DRING-DRING-DRING-à-la-troisième-puissance) pis à la “non stop” tannante.

Étant malpatiente d’avance du déménagement, le tapage dés “drums” d’oreilles m’a faite gronder pis siffler t’un maudit “low” jurement (faut admettre, point trop catholique), entre més dents. Pour m’accalmir, j’ai pris z’un grand souffle de “serenity now”; pis qu’j’m’ai décidé d’âller répondre à la porte, avec t’un “fake smile”.

À ma très grande surprise! V’là, qu’y’avait deux faces ridées pis d’bin écrâsées, faisant dés grimaces déformées, contre le châssis “d’l’aluminum door”. Ct’olle-là, la plusse bouffie dés joues: la langue y bavait, à voulouaire quasiment nettayer la crasse “off” d’la vitre! “Who da heck”, qu’vous êtes? Vous z’autres? Ouaye, à voulouaire v’nir essayer “d’peeké” en travers d’ma vitre pis à v’nir (“come on” là) me bâdrer d’la pareille sorte?

À peine que lés pentures d’la porte avions fini d’grincer, voici qu’lés deux femmes à mon perron s’avons mise à me harmoniser à tue-tête t’une joyeuse BIENVENUE dans l’Ouasinage; m’offrant itout chacune t’un “tray” de “goodies”! Ha-Ha-Ha, pas que je voulais me moquer! Mais la plusse fourche-courte dés deusses; y’elle que le dentier y claquait lousse, entre chaque deux mots, dans la goule – – bin y’elle s’a introduite coumme étant la Veuve Cloriva Surette! L’autre, la plus grassette pis aussi longue perche qu’une “basketball player”, y’elle qu’écumait un peu d’la bouche pis qu’son haleine puait d’tabac: son “nickname”, cé la Vieille Gibraille (mais qu’son vrai nom d’baptême, cé Clairine Marie à “Walter” (Wâtteux) Babineau).

Aaaah, que je les ai trouvé chacune “cute” pis adorable! Ej pourrais me sentir à l’aise à voulouaire “chummé” avec z’eux deusses. Y’aimons d’jouer z’au BINGO! “Oh my God”, moye itout! Moi, qu’aime aussi d’faire du tapis hooké; y m’avons invité à joindre leu’ groupe (qui viendrions même me ramasser che-nous, si que je le désire; d’ne pas “worryé”, malgré qu’la Vieille Gibraille a le pied pesant de d’sus la pédale à gaz de son vieux “Buick”). Pis surtout moi qué “nosey” d’nature pis qu’aime à engraisser à écouter à la “gossip” locale – – bin j’dois admettre que j’ai “hitté” le “jackpot” icitte avec z’eux deusses, parce qui semblant être pas mal counnaissante de d’sus la “dirt” à tout l’monde qu’habitant d’la côte d’la Pointe-du-Chêne, jusqu’en filant ct’olle là d’la Capitale de Houmârd; jusqu’à travorser l’autre bôrd d’la Baie d’Shédiac pis de “half” de cossé qui s’brâsse de scandalisant pis d’excitant z’à “Shediac Cape”; surtout jusqu’aux “whispers” dés “diggeux” d’palourdes d’la plage sableuse de Grande-Digue!

Ej pense que j’vais “m’enjoyé” vivre à nouveau z’à Shédiac, parmi ctés particuliers caractères coloriés là que j’viens juste de rencontrer – – qui “so far” m’impressiounne… J’asseyerai d’me tcheindre “somewhat” trantchille là-là, “at least for awhile”… Mais lac “out”, quand que j’coummencerai à “feelé” à mon aise dans la communauté. À p’t’être voulouaire pousser ma “luck” (ha-ha-ha) avec le Conseil Municipal de “Shediac”: à mettre d’la pression d’sus z’eux, à voulouaire considérer flaquer t’une énorme estâtue honorifique de d’moi, en plein tcheur du “Downtown” (spécifiquement t’au Parc Pascal Poirier).

“Yup”! Yinc pour vous laissez saouaire, qu’la dâmnée Countré Star Extraordinaire (“Whooo-Waaah”) “is back in town”! So, si qu’vous “m’spottez shoppé” z’à la Co-op, gênez-vous pas de v’nir me saluer…

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

La rumeur est vraie! J’avons vendu «everything» que «j’ownons» t’au Village dés Roseaux; sauf pour mon restaurant populaire que ma cousine Arthémise va continuer à «may-nay-gé» pour moi. «Yes, sirree», mêshoummes du djâble «and all»! Cé t’un millionnaire Canadien dés montagnes «d’Out West», à l’âge de sa retraite – – ouaye, t’un noummé Adélôre «Willie» Aucoin – – qué officiellement asteure le nouveau titulaire. Qui «mean» de dire (à la mi-juillet, la s’maine prochaine) que moi pis mon houmme foiroux d’Ozime, j’allons «back» «mové» dans la belle communauté touristique de Shédiac, la Capitale Mondiale du Houmârd… «As a matter of fact» («WARNING-WAR-NING» là-là pis Ha-Ha-Ha), de d’sus la «Centennial Drive» : avec t’une vue panoramique d’la Baie pis du Tchaie d’Shédiac; pis du châssis d’la tchuisine, avec t’une excellente vision carte postale du Tchaie d’la Pointe-du-Chêne.

Quand que la grande dgeule de Gertrude à «Fried Fish» a su la nouvelle, elle ne s’a pas gêné de v’nir à la presse cougner à ma porte pour me souhaiter t’un Bon Débarras! Coumme vous l’saviez, moi pis y’elle, (bin «sorry to say») nous nous z’accordions pas vraiment coumme y faut… Pourquoi qu’ça la rongeait d’être si jalouse de moi??? Parce que ça la chavirait de tout l’temps «feelé» le besoin d’être en compétition avec moi; d’être toujours perçue coumme étant «number two», t’aux yeux du publique!

«Hey»! Moi, cé pas d’ma faute; si qu’més «adoring fans» m’avons adopté coumme étant leur «Number One Gorgeous Countré Star Sensation» Internationale! Être «shower-ée» de beaux compliments pis d’receouaire beaucoup d’applaudissements vient avec mon métier formidable de chanteuse. Qu’aïde («true», sans trop m’braguer) à m’rendre la vie bin plus facile pis à m’ouvrir plusieurs portes… «Any-how-any-who», une fois que j’serai «absolutely gone» du village… Faut j’admettre; aussi «strange» qué «strange»! Ej j’vais absolument manquer c’là d’ne pu être capable de me crampougner de dgeule ou d’me grimancher avec ma Gertrude à «Fried Fish»; surtout quand j’allions s’faire faire arranger la tignasse, beaux souvenirs, Chez Alfredine «Hair Salon»!

En r’v’nant z’à nouveau, à mon grand déménagement… Parle d’une tonne de «stuff» que j’avons besoin d’paqueter; à «luggé heavy back & forth» pis «up & down» lés «steps»; pis là, t’utes à re-dépaqueter une fois rendue z’à notre destinée. Parce que mon houmme Ozime est «rough» à emballer – – y «care pas» d’se sarvir de «foam» ou de «bubble wrap»… «As long» qu’ça «fit» dans z’une boîte… «Whoa», mêshoummes! Cé bin évident pis garantie que j’ne le laisserai point «handlé» mon «fancy antique dinnerware set» en porcelaine. S’lon lui, «so what» si qu’une tasse ou deusses se font «chippées»??? Ouaye! J’y’ai bin avarti, si qu’y ose… Ha-Ha-Ha! J’y f’rai goûter «alright» (Pic-à-Pac-à-Pic-à-Pac) de mon manche à balais! (Pas vraie! Mais parce que ça sounne coumme t’une possibilité intéressante à voulouaire lire «about», à visualiser dans mon récit… D’ma pârt («Psst-Psst»), j’vous l’inclue coumme étant t’une «empty threat» à voulouaire vous divertir l’imagination)…

Chers lecteurs/lectrices : Ouaye! Y faut j’vous laisse… Car v’là lés jeunes gârs musclés que j’ai engagé, qu’arrivent; qu’allons s’occuper de soulever pis descendre mon piano à tcheue pesant du gornier jusqu’à dans «l’back» du «moving truck»… Que j’vais «nervously supervisé» de près – – «to please» faire gobbine attention à ne pas échapper pis ni «scratché» la surface de mon immense instrument.

«Mové»… Parle que ça peut être «nerve wracking»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

De l’une de més vaults d’histouaires comiques, en voici t’une «flashback», datée du mois de juillet 2007, dans l’temps que j’vivions z’à Shédiac – – dont j’aimerais d’partager avec vous tous. Ouaye, que voici:

Pour la Fête du Canada, malgré que j’arais bin aimé c’là de m’évader pour la longue fin de s’maine, j’n’ai pas pu… Pour la simple raison que j’ai été «stuck» à receouaire «unannounced» dés visiteux d’l’Enfer: qué «actually» ma cousine brageuse de Waltham, l’effarée-face-à-fessé-dedans de Bernette pis son houmme aussi tant effaré qu’y’elle, le mozus de baveux d’Ernie. Si j’arais su qu’y’étions dans lés parages, j’m’arais organisé à tcheindre t’utes lés rideaux d’més châssis d’farmés pis faire mine qu’j’étions «gone» – – pas z’à la maison! Bin lés snoreaux nous z’avons attrapé, juste coumme nous z’étions parés à s’assir pour manger notre souper – – qu’était pas «much», yinc dés «hot dogs»… Bin «at least» c’était d’quoi qu’nous z’autres nous z’aimions… Tcheques «wieners» de plusse à garocher sus l’fait d’la grille du «barbecue» arait été rien pour nu-z’autres à faire tchuire.

Mais l’invitâtion d’nous «joiné» a été reçu avec dégoût… Juste par leu’ face j’pouvais dire cossé qui pensions: Quoi pas d’houmârd! Pas «d’fried clams»! Pas même un «steak»! «My goodness», qu’vous z’êtes «cheap»! Cé icitte que j’arais aimé d’prendre la bouteille de «ketchup» en main pis leu’ «squeezé» une bounne «squirt» drette en pleine face; pis leu’ dire d’âller manger d’la «you know what»… Bin cé icitte qu’mon houmme Ozime a pris contrôle d’la situâtion pis a «apologizé» que si qu’y’arait su d’avance qu’y’allions sourdre qu’y’arait été charché au restaurant dés «lobster roll platters» pour «feedé» tout l’monde… Bin Hein!?! «Why let good wieners go to waste»!?! So, Bernette pis Ernie nous z’avons «joiné»…

Hounnêtement, j’ai jamais vu un houmme aussi vorace qu’Ernie à «wolfé down» dés «hot dogs» ainsi! Ça m’étounne qui s’a pas engoté – – malgré par boute j’y souhaitais qu’ça y’arrive… «Okay»! «Okay»! Pour y aouaire pensé, j’m’en irai au confesse dimanche, d’mander pardon au tchuré! P’t’être même allumer tcheques lampions pour m’aïder à gâgner mon Ciel!

Quand que Bernette m’a annoncé qu’y’aimerions c’là «d’crashé» tcheques jours che-nous, prendre le temps «d’relaxé» pis «enjoyé» la «view» de «Shediac»… Qu’y’avions essayé d’se «booké» un «room» d’hôtel, bin sans succès… Qu’j’étais leur «only hope»! «J’feelais» pour y dire, tu veux dire «sucker»! Bernette, cé la «type» de parsounne qui croit que tout l’monde doit la sarvir coumme t’une princesse, parce qu’à l’é t’en vacances. Pis «whereve» qu’à «barge in», que l’monde d’la parenté sont sés «slaves» pis sont oubligés de bin la traiter – – «or else» qu’à ira conté ou chuchoter dés patchets au restant d’la parenté coumment mal sarvie qu’à l’a été… Ouaye! Pour tchissé qui s’pornons pour… Ouaye! Z’eux! Vous savez tchissé que j’veux dire : cte Delphine pis Ozime, là!

Pour aouaire endurer Bernette pis Ernie, le Pape devrait me canoniser pendant mon vivant… J’voulais leu’ dire NON – – bin Ozime, bon samaritain qu’y’é, leu’ z’a offert le «guest room»… Si qu’Ozime veut jouer à être le maître d’hôtel – – qui s’amanche avec sés «guests», parce que moi j’m’amuserai pas à être leu’ sarvante! <<As-tu compris, Ozime>>, qu’j’y’ai dis en privé d’un ton d’maline? Bin avec sés yeux «d’hush puppies», Ozime m’a bétôt accalmie… «Meaning» que j’ai «givé in»… «So wha» si je joue à la sarvante pour tcheques jours… Une fois qui s’ront «gone», «at least», j’arai la paix! Du moins cé ça j’m’ai dis ou j’m’ai laissé z’à crouaire…

Bernette s’a lamenté tout l’temps qu’à l’a resté che-nous… Pour y’une qui m’aïdait pas à ramâsser en erriére d’la «mess» que son grand innocent d’houmme Ernie laissait à traîner partout dans la maison – – pis moi grande bête, qui courait quasiment en erriére de lui tout l’temps avec mon balais pis mon «dustpan» pis avec une guénille «damp» pour nettayer – – «j’feelais» pour y dire par boute de s’taire pis de s’lever «off» son gobbine de grous fessier pis d’venir m’aïder… Qu’à prenne la «hint»! Hounnêtement, j’trouvais qu’à l’avait d’la vie de pas mal aisé… «At least», si qu’à l’arait exprimé un p’tit brin d’gratitude… La «witch»!

Y’avons bazi tôt z’à matin, avec pas même un merci hôrs d’la goule. Lés z’ingrats! «Actually», j’étais la premiére à leu rouvert la porte pis leu «wavé bye»… Une fois j’ai perdue «sight» de leu’ «car in the distance», j’ai largué un façon d’grous Ouacque de Joie, qu’ça fait beuglé le «hound», Boozer, le chien au vieux Thadôre, «next door»… Qu’a coumme réveillé quasiment «half» du ouasinage pis «upsetté» l’autre «half».

Asteur, j’peux «relaxé» – – «Good»! Y sont «gone»!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

 

Cé à la pratique habituelle de la chorale d’église, du lundi souaire, (ouaye) que l’arrogante Joséphine à Olivier Boquitte pis l’effarée face de Gertrude à “Fried Fish” étions z’en compétition, entre z’eux deusses, à saouaire tchissé qu’allait être sélectiounner à chansounner solo l’Hymne d’Hounneur de la Sainte Communion?!?

Hounnêtement, pendant la répétition; si qu’Gertrude n’arait pas éternué pis ni craché en même temps son dentier, hôrs d’la goule, en faisant éclater lés hautes notes de musique. De moi-même, cé y’elle que j’arais préféré… Mais je n’ai pas y’eu le choix que de respecter l’opinion dés deux autres juges invitées ((ouaye) la fameuse soprano, Bertha à Joël Saucisse du Vieux Chemin d’Ohio; pis l’étonnante joueuse d’orgue, Clairine à “Josh” Crapaud du Trois Ruisseaux) qu’étions crampées d’rire en larmes. “Now”, si seulement qu’Joséphine (“my-my-my”) n’arait pas tiré sa langue à Gertrude, en signe de moquerie ou de sarcasme, quand qu’son nom fut annoncé coumme étant l’élue ou la Victorieuse!

Bouillant de fureur, Gertrude a crampougné son lutrin de musique en métal nouaire; puis la v’là, qu’à s’a mise à le manier dans lés airs, coumme t’une épée du Moyen Âge. <<A-YA! “ON GUARD”>>, fut son crie de djerre. La seule chouse que Joséphine avait en main pour se défendre: elle roula son grous livre de chants sacrés, qu’elle transforma en son arme de choix… Ya! “There was no way”, qu’à l’allait laisser s’faire intimider par sa adversaire! Qué icitte que le combat débuta…

“Now”, demandez-moi pas coumment que Joséphine a réussi à désarmer Gertrude à “Fried Fish” de son lutrin? Mais, cé ça qu’arrivé… “In One-Two-Three-No-Time”! La victorieuse pris avantage de la situation, avec son manuscrit de cantiques religieux – – en fiâlant l’opposante, (PIC-à-PAC) en arriére d’la cagouette! “At least”, y’avait pas d’sang pis ni d’sueur qui “flyait”… Quand que Gertrude, croyant “for sure” d’être capable d’arracher ou “d’yanké off” t’une touffe de jueux de l’ennemi?!? “Hmmm”, “who knew” que Joséphine portait t’une perruque? Qué icitte qu’un grous “HUSH” fut écho en travers de l’église, parvenant d’la bouche dés plusieurs témoins t’à la bataille.

Ej “feel bad” pour mon cousin Hen-Henri à P’tit Boute, le Bedeau d’Église, le joueux d’guitare de notre chorale de parouaisse, qu’asseyé “d’referee-yé” à lés séparer. Mais qu’a “sadly endé up” d’attraper férocement pis de façon inattendu t’un “black eye” du coup d’poing à Joséphine, dans l’œil droite; pis d’la fessée d’coude à Gertrude, dans l’œil gauche.

“Anyway”, histouaire courte! V’nez écouter dimanche prochain, la voix angélique à notre chère Joséphine… Pis (Ein) si qu’Hen-Henri porte dés lunettes à soleil. Ha-Ha-Ha! “Now you know the rest of rest of the story!”

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

D’la “vault» de més plusieurs chroniques comiques, en voici y’une que j’avais composé pis faite imprimée par exprès pour la Fête dés Péres en 2008…

Ct’ânnée ‘citte, j’va point m’chavirer pis ni m’arracher lés jueux sus l’fait d’la tête pour m’intchèter pour cossé âcheter pour la gobbine de Fête dés Péres – – Ouaye! Surtout pour mon pére, le badgeuleux d’beau-pére pis ainsi pour mon houmme foiroux d’Ozime! “Actually’’, j’serai plusse “nice’’ que c’là! “Let me tell you’’, ça s’ra point z’une “tacky necktie’’ que j’leux dounnerai… Ça j’peux vous l’garantir! Pis ni qu’ça s’ra z’un “twelve pack’’ de biéres! “No, sirree’’! “My goodness’’, point d’hardes non plus! Ma main sus la Bible, ni d’outils ou “d’fancy gadget’’ qui vendons l’djâble z’au “Crapy Tire Store’’! Hounnêtement, ça s’ra bin plus simple que c’là! Ça “j’plan’’ d’leu’ bailler chacun s’ra tcheques “cold pack’’ de houmârds… Pis “Jeezô-Cripe’’ – – si qu’y’aimons pas c’là, bin j’garderai l’houmârd pour moi-même pis j’me ferai – – Mmmmm – – dés bons p’tits “lobster rolls’’, emborvés d’mayounnaise.

“Mind you’’, j’allons faire d’quoi spécial pour mon pére… J’allons l’amener, lui pis Mâme, dîner à son “favourite’’ restaurant, qué Chez Fred’s, à Cap-Pelé. Sa traite s’ra de se déguster la face dans z’un belle grousse assiettée “d’Fish ‘n Chips’’; pis de s’arrondir la beude coumme y faut à la fin du repas, avec un mozus de bon morceau “d’coconut pie’’ en même temps qui “hatch down’’ une bounne gorgée d’café nouaire. Pis ma mére dans t’ute socitte, bin y’elle, sa “job’’ s’ra de l’badgeuler pour qu’y’arrête de manger trop vite (de prendre le temps d’souffler entre chaque bouchée); pis âââh p’tit Djeu Seigneur, d’le “remindé’’ de surveiller sa haute pression – – pis Blah! Blah! Blah! Blah! Blah! Ouaye! Qu’à la place d’aouaire choisi du “fried food’’, y’arait ‘té mieux d’choisir une bounne soupe aux légumes. “Yak-Yak-Yak’’! Pis mon pére, lui qui mange point coumme z’un lapin, y’a autchunes maniéres qui s’ordera z’une salade. Mon pére m’a dis z’en “jokons’’ sus la “phone’’ qu’un beau cadeau d’la Fête dés Péres s’rait de “duct tapé’’ la goule à ma mére… Ha! Ha! Ha! Pour une fois, qu’y’aimerait c’là d’être capable de manger en paix pis tranquille ! J’ai répondu à mon pére d’ne jamais répéter cossé qui v’nait juste de m’dire à Mâme; “or else’’, la counnaissant coumme y faut, à s’gênera à voulouaire d’l’étripper ou de l’fiâler à coups d’rouleau à pâte ou avec “d’whatever’’ qu’à l’ara “d’handy’’ sous la main !

Pis là, après l’heure du souper, j’allons descendre dans la belle Vallée d’Memramcook pour visiter l’beau-pére… Y m’a d’mandé qu’j’amène ma “guitar’’ pis qu’j’y chante sa “all time favourite’’ chanson, qu’a été pour moi l’une de més plus grousses “Mega Hits’’, à Waltham : <<J’ma “own’’ pas Mahone Bay>> (pis qui s’miounne “by the way’’ sus la “ever popular’’ air de <<Heartbreak Hotel>> coumme à la Elvis Presley)… Pis lés paroles d’la chanson vont coumme socitte :

Moi, j’ai ma own’’ p’tite maison!

Moi, j’ai ma own’’ p’tite car’’!

Moi, j’ai ma own’’ ‘tite swimming pool’’ – -

Bin, j’ma own’’ pas Mahone Bay!

Ooooh, Baby-Baby-Baby! Ooooh, Baby-Baby-Baby!

Bin moi, j’ma own’’ pas Ma-a-ahone Bay!

Y faudra qu’j’la chante plus fôrt que d’habitude parce qu’le beau-pére s’en va aussi quasiment sourd qu’un vieux potte rouillée… Pis à 87 ans, si qu’y’encôre d’la “swing’’ de reste dans l’côrp, à tapper du pied dans l’fond d’la boîte à bois – – bin qu’le “goddash s’enjoy’’! Coumme qu’on diraient, << Laissons lés bons temps rouler…>> À mon opinion, qué t’une mozus de bounne maniére à voulouaire célébrer la Fête dés Péres!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

La s’maine prochaine, moi pis mon houmme foiroux d’Ozime, j’allons m’en âller “campé”, avec notre “trailer”, dans l’boute d’la “Cavendish Beach”, de l’Île-t’au-Prince-Édouaire. Ej serai la bienvenue, j’m’ai faite “warné”, mais à la condition que j’me tchenne trantchille. Pis pas faire coumme la darniére fois – – d’aouaire terrorisé t’un “full camp ground”, avec ma “flaming marshmallow”; “yes sirree”, qu’avait accidentellement “flyé off” du boute d’ma cane, t’au “bonfire”… À “crash-landé” d’sus l’fait d’une “pup tent”! Pas besoin d’vous faire t’un dessin! La guitoune a vite éclaté en fournaise d’Enfer! Le beau jeune campeur Québécois, musclé coumme t’un joual, a réussi de s’échapper sain et sauf; sauf (ha-ha-ha), qu’y’était chu-nu. “I guess” qui baille t’une nouvelle “meaning” intéressante à voulouaire faire du (ha-ha-ha) “bird watching”!

J’l’admets! J’sus pu d’une âge (non-non-non-non-non) à voulouaire m’en âller m’escârrer à marcher d’sus l’sâble chaud d’la “beach”, à “m’paradé” dans z’une “polka-dot bikini”. Hounnêtement, avec la peau qui “m’sag” partout… Ej semblerais plusse à t’une “beach ball” d’à môtché dégonflée, avec dés jambes grassettes qu’arions besin d’une bounne gobbine de “shave”! So, “man-oh-man”! Pour pas chasser ou d’épeurer lés touristes, j’me déguiserai avec ma perruque souvenir de “Anne of Green Gables”, d’sus l’fait d’ma tignasse. J’me couvrirai lés yeux, avec més “sexy American style cat-eyes sunglasses”. Pis t’en darnier, (ouaye) j’m’assurai d’me “wrappé” le tout l’tour d’mon “wide tushie”, avec mon énorme “beach towel” – – d’imprimé avec t’un énorme houmârd, dont avec l’une de sés grousses “claw”, qui semble “s’enjoyé” à m’pincer (“Yikes”) la rondeur d’une fesse. Pis avec la technologie vite d’aujourd’hui… “Whoever” qui osera prendre t’une photo souvenir de moi?!? “Well”, Ha-Ha-Ha! “I bet”, en moins qu’cinq minutes; ça ira (YA) sartainement “viral”, “all over the World”, de d’sus “FACEBOOK”! À définitivement faire rire le monde! Ou “hopefully not” (pitché) à faire diminuer ou décourager le touriste à pas voulouaire v’nir visiter lés Provinces Maritimes (un p’tit paradis authentique, à l’est du Canada)!

J’aimerais bin “d’auditionné” pour un “major role”, dans le “famous Musical” de “Anne of Green Gables” – – mais quand que j’ai “interrupté” y’elle qui jouait le rôle “d’Anne” de d’sus “l’stage”; (“ahem”) à chanter “along” (qu’était environ 4 à 5 ans pâssées). À cause de cte geste osé là ou faux pas d’ma pârt, j’me sus faite “escortée” pis “barré out” du théâtre… Le lendemain, d’sus la “front page” du “newspaper” de l’île… Ej pense qu’y’avons même encôre ma “mug shot” de ma face pis d’mon grous chapeau d’cowboy, de “pasté” dans chaque guichet (à youssé qu’on payent pour obtenir un billet): “YEAH, BEWARE”! “DO NOT ADMIT THIS CRAZY WOMAN IN”!

Pour ceusses-là d’vous z’autres qui sont d’sus ma liste d’amis, d’la “gang” d’la gazette du Moniteur Acadjen pis d’ma parenté, j’asseyerai d’vous acheter dés cadeaux souvenirs de ma “trip”. So, si j’sus capable de me mettre la friggin’ de main de d’sus dés saliéres pis dés poivriéres en formes de patates. “Guessez” ouaire “what”, més “lucky ones”? “That’s what, you’ll each be getting”!

J’vous tcheindrai z’au courant d’ma “fun” vacance… Aussi longtemps, que j’m’embarrasse pas socialement. Du moins, cé c’la que j’ai faite promesse (“I cross my bra and I hope to die”, là) à mon houmme Ozime! J’y’ai bin avarti: mieux pas travorser le “Confounded Bridge”, avec le “top” du “car” de baissé… Après toute, (Ha-Ha-Ha) ej voudrais pas aouaire non plus mon grous chapeau d’cowboy à r’voler “off” du pont pis à causer du trouble avec le Département Pêches et Océans Canada (coumme qu’arrivé 2 ans pâssé)! Ouaye! Qu’ma galure a “endé up” (pitché) à être trouvé, dans la beudaine d’une baleine. YA! T’une histouaire intéressante, là-là, “for an-udder day”! “Anyway”, “bye” pis à la prochaine!

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire

Cossé qu’a radote Delphine…

Delphine  B. B. Bosse Countré Star Extraordinaire

Delphine B. B. Bosse Countré Star Extraordinaire

Hôrs de ma “vault” d’histouaires comiques, en voici l’une datant là-bas de 1989, que j’aimerais d’partager avec vu-z’autres… Que voici:

Moi pis ma cousine Dométhilde, à la darniére minute, on a vite paqueté nos valises, pour s’en âller “flyé” dans l’boute dés z’Étâts – – ouaye, à “Waltham”, “Massachussetts” – – pour âller visiter m’n’Oncle Olympe, le frére à ma mére, pis sa femme Matante Lana.

Pauvre de pauvre Dométhilde, c’était sa premiére fois “ever” d’embarquer dans z’un grous zézeau en métal. Pour l’Amour de Saint Djeu l’Pére, j’ai jamais vue t’une parsounne virer si varte; pis z’à suer z’à varse du front à remplir t’un siau. À ‘semblait à d’quoi, rendue z’à l’agonie! Pis le plusse tchurieux dans t’ute l’affaire, cé qu’la “plane” n’avait pas z’encôre “také off” d’la “runway”.

Une fois la “plane”, (“now”) rendue là-haut dans lés nuage épais: v’là qu’la situation à Dométhide s’est mise à s’empirer… La premiére aparcevance que j’ai eu: la v’là d’pleyée z’en “half”, dans son siège; avec sa face d’enfoncée dans z’un sac, en train de dédgeuler (“YUCKS”) dés “chunks” de son déjûner… J’crois bin s’arait pu être “worse”: à l’arait pu aussi tant “grabbé” mon “purse”, par “mistake”. Me counnaissant; qu’à s’considère chanceuse, car j’y’en arais claqué t’une bounne claquette en erriére d’la cagouette.

Pis “out” de la pochette de sa jacket, la v’là qu’à l’aouaindu t’un chapelet; pis qu’à s’a mise à beugler à tue-tête, à son Ange Gardien, dés priéres à cracher d’la salive épaisse de (“Hey”) J’VOUS SALUE MARIE pis de DIS SEULEMENT T’UNE PAROLE PIS JE SERAI DGUÈRI! Qu’était très hotte, à l’a ouaire faire!

Là, j’ai d’mandé à la gentille “air stewardess” à saouaire si qu’c’était possible pour moi d’âller visiter pis “spendé” du “quality time” avec lés “handsome air pilots, in” contrôle d’la “plane”… Une fois rendue à la “cockpit”, j’m’ai faite souhaiter la bienvenue pis faite espliquer cossé que chaque bouton étions pour… Exceptez “OOOOPS”; par “mistake”, j’ai poussé de d’sus z’un piton rouge, qu’a automatiquement faite la “plane” prendre t’une “nose dive”; mais bétôt repris contrôle par l’un dés pilotes… Parle d’une bounne p’tite “laugh” épeurante, pour tcheques minutes. “Anyways”, y m’avons dounné itout la parmission ou “l’OKAY” de me sarvir de leur “P.A. System”, à youssé que j’me sus décidée de me mettre à chantounner ou à “entertainé” lés passagers avec la fameuse chanson de <<Allo C.B. Buddy>>!

Lés passagers avons du aimer cela, parce qu’apparemment y s’avons mis z’à froliquer à tout défaire, dans chacun d’leu siège. Qu’lés “air stewardesses” ne pouvions juste pu lés assaper…

Quand qu’j’fus “back” escortée à mon siège… Ooooh-là-là! Dométhilde n’était point “d’seat-belté”, dans son banc. Me v’là z’à paniquer… Tout d’un coup, parvenant d’la toilette “d’airplane”, dés cris mortels… Dont j’ai recounnu coumme étant ceux là z’à ma cousine! Ouaye! Qu’à l’était coïncée! Qu’à ne pouvait pas “délocké” la porte! “HELP! HELP! J’SUS “STUCK”! “RESCUE ME”!!!

Quand j’ai finalement pu y rouvrir la porte, à l’était d’assise d’sus le trône de la toilette; pis à sanglotait… J’pouvais pas rentrer dans la bécosse aérienne, parce qu’mon grous chapeau d’cowboy de 20 gallons ne pouvait juste pas “fitté” ni pâsser en travers d’la “frame” de la porte rouvarte. J’l’ai happé par le bras pis avec t’un bon YINC, j’ai réussi à la sortir de d’là… Pis d’la draguer jusqu’à son siège… Une fois rendue, pis d’l’aouaire bin “strappé”… J’y’ai avarti de se tcheindre trantchille “or else” j’allais la “pitché out” d’la “plane” sans “parachute”…

Une fois “landé” à “l’airport”, j’avons été à la “search” de nos bagages. Quand qu’la valise à Dométhilde a sorti d’la machine, parle d’une peste de vinaigre à jeter z’à bas. C’étaient lés bouteilles de “pickles”, qu’à l’avait amené coumme cadeaux z’à bailler à M’n’Olympe pis Matante Lana; qu’avions câssé parmi son “luggage”. “Let me tell”, v’là qu’le monde s’avons mis à nous pointer du doigt pis à s’moquer… Mais à cause de la senteur du vinaigre pis en raison de la “size” énorme de mon chapeau d’cowboy, M’n’oncle Olympe n’a point y’eu d’misère à nous “spotté” à l’intérieur d’la grousse “airport”!

“Anyway”, j’avons y’eu d’la “fun” parmi lés “Amarichains”. Mon plus grand plaisir a été de “watché” Dométhilde à s’tordre la langue, pour asseyer d’ramancher dés discours écartés z’en Anglais; dont parsounne ne pouvait comprendre ni-tcheue-ni-tête de cossé qu’à parlait “about”.

Si qu’ça vous intéresse d’en saouaire plus long à l’égârd de notre visite t’aux z’Étâts; yinc à travorser che-nous; pis ça me f’ra z’un grand plaisir de voulouaire vous partager més photos d’notre “trip”. Y’en a y’une de Dométhilde, qué juste “right down hilarious”… Qué l’expression qu’à fait, dans l’temps que l’gârs d’la “Security d’l’Airport” est en train “d’searché” en travers d’sa valise; pis qui l’a questiounne sévèrement à saouaire si qu’sa brassiére en dentelle nouaire est t’une “sling-shot” canadienne à chasser d’l’étchureau?

Delphine B. B. Bosse

Countré Star Extraordinaire